lundi 21 juin 2021

  

+++21/06 - UNE MARTYRE PERSÉCUTÉE PAR LA "JUSTICE"
TOUT COMME L'A ÉTÉ JACQUELINE SAUVAGE.

UNE HONTE DE PLUS QUE "LES FRANÇAIS"
NE DOIVENT PLUS LAISSER PASSER. 


 
Un journaliste télé dit froidement "elle encourt la réclusion à perpétuité pour homicide" sans ressentir aucun état d'âme. Ils peuvent dans la minute qui suit passer au foot, quand ils ne se marrent pas d'une blague faite entre eux!!!!!!!! 
Des horreur commencent enfin à sortir. Voir en fin d’article :
JOURNALISME D'INVESTIGATION sur les RÉSEAUX PÉDO-SATANISTES ! Abus Rituels aux Pays-Bas. Les Témoignages de 200 Victimes d'abus sexuels organisés mettent en lumière les Réseaux Pédo-Satanistes aux Pays-Bas !

Les français devraient sortir en masse dans les rues pour défendre la cause des ces femmes martyres, plutôt que de manifester en masse, à l’appel des merdias, contre le racisme, une manipulation de nos geôliers, ou pour la "
marche des fiertés, Lesbian & Gay Pride".
L'histoire de Valérie Bacot fait écho à celle de Jacqueline Sauvage, sexagénaire condamnée à dix ans de prison pour avoir abattu de trois coups de fusil dans le dos son mari en 2012, après plus de quarante-cinq années de violences conjugales, son fils venait de se suicider.
Valérie Bacot, 40 ans, a tué d’une balle dans la nuque son époux en mars 2016 avant d’enterrer son corps dans les bois de La Clayette, en Saône-et-Loire, à quelques kilomètres de son lieu de résidence. Deux fils du couple se sont relayés pour creuser la tombe de fortune de leur père et se sont tus pendant un an et demi. Jusqu’à ce que la mère du petit ami de la fille – qui avait lui aussi aidé à transporter et à enterrer le cadavre – les dénonce. Le 3 octobre 2018, Valérie Bacot a été mise en examen du chef d’assassinat. Son procès s’ouvre lundi 21 juin devant la cour d’assises de Saône-et-Loire, à Chalon-sur-Saône.
Viols, violences, menaces de mort, prostitution forcée… Pour expliquer son geste, face aux enquêteurs puis dans un livre ("Tout le monde savait", cette mère de quatre enfants raconte une vie sous emprise, l’enfer d’un quotidien soumis à la tyrannie d’un mari chauffeur routier alcoolique et accro au porno surveillant tous ses faits et gestes. Un mari qui avait d’abord été le compagnon de sa mère et avait commencé à abuser d’elle sexuellement alors qu’elle n’était âgée que de 12-13 ans.
Daniel Polette, 61 ans à sa mort, avait reconnu les actes sexuels mais avait soutenu qu’ils étaient consentis (pour que son mari n'aille pas en prison, ce qui la priverait de revenus, elle et ces enfants, très classique ces femmes sont piègées, parce que pas aidées, pas secourues. Si vous dénoncez ces faits à la police, on vous répond que c'est n'est pas à vous de dénoncer). Condamné et incarcéré pendant plus de deux ans pour ces faits d’agression sexuelle, il s’était installé avec la jeune femme peu de temps après sa sortie de prison. Elle avait 17 ans et voulait, dit-elle, échapper à une mère violente, alcoolique et suicidaire. Ensemble, ils ont eu quatre enfants.

Les fils aînés, âgés de 17 et 16 ans au moment des faits, ont été mis en examen pour « recel de cadavre d’une personne "victime d’homicide" », ainsi que le petit ami de leur sœur, alors âgé de 16 ans. Le 19 décembre 2020, ils ont été condamnés à une peine de six mois de prison avec sursis par le tribunal pour enfants de Mâcon, accompagnée de deux ans de mise à l’épreuve et d’une obligation de soins.
Contrainte à se prostituer : Placée en garde à vue le 2 octobre 2017, Valérie Bacot raconte alors ce qu’elle n’avait jamais confié à ses proches avant le drame : son mari la prostituait depuis quatorze ans. Entre 20 euros et 50 euros la passe sur des aires de repos situées en bordure des routes nationales à l’arrière d’une Peugeot 806 aménagée par les soins de son ex-beau-père – rideaux, matelas, couette, plaques en polyester pour obstruer les fenêtres – qui lui donnait ses instructions par une oreillette. C’est dans ce véhicule que Valérie Bacot l’a tué. Les sièges avant ont été jetés à la déchetterie puis changés par l’un des fils avec des sièges d’occasion. Quant à l’arme du crime – un revolver style 22 long rifle –, elle a été détruite.
---------------------------------------------------
Ce n'est pas un assassinat, mais de la légitime défense. Qui peut encore raisonner autrement? Mais et où est la raison. Il ne reste plus que du conditionnement. Ce sont les personnes qui n'ont dénoncé ce que subissait cette famille qui devraient être accusés de non assistance à personnes en danger. Mais les gens sont devenus lâches, nombrilistes, inhumains. De plus les plaintes ne sont prisent en compte. Alors qui est coupable, les policiers qui s'en moquent ou ne veulent pas déplaire à leurs supérieurs? L'"aide" sociale, en sachant que des enfants placés finissent victimes de pédophiles (ASE)? L'état voyou? Allons jusqu'à accuser l'état profond qui est en train de s'écrouler grâce à Trump qui a œuvré pour la libération de millions d'enfants esclaves détenu en cage dans des tunnels. mais encore une fois, chacun de nous à un rôlr, son rôle à jouer. Des personnes qui aident ces familles, comme l'ont fait l'ex gendarme Stan Maillaut, l'ex député belge Laurent Louis, ou dernièrement Remy Daillet, sont incarcérés, en tout cas persécutés. 
Si nous étions nombreux à agir, ces personnes n'auraient été persécutés.
---------------------------------------------------


Valérie Bacot était, selon un expert psychiatre, en situation de "danger permanent" avec son mari. Peut-on alors considérer qu'elle l'a tué pour ne pas mourir ?
La sénatrice marseillaise Valérie Boyer, l’une des personnalités les plus médiatiques du parti Les Républicains prend la défence de cette femme maryre.
Torturée, prostituée, téléguidée, déshumanisée, comme une poupée de chiffon.
L’élue sudiste a signé la pétition de soutien à la quadragénaire originaire du Brionnais qui passera devant les assises de Chalon-sur-Saône fin juin. Son "histoire édifiante" (celle d’une femme "torturée, prostituée, téléguidée, déshumanisée, comme une poupée de chiffon"), Valérie Boyer l’a apprise par le biais de l’avocate de l’accusée, Maître Nathalie Tomasini, avec qui elle travaille depuis longtemps.
Les deux femmes agissent en effet de concert pour renforcer la législation afin notamment d’assurer une meilleure protection aux victimes de violences conjugales. Ainsi, ces dernières années, des "avancées majeures", telles que les peines planchers ou la généralisation du bracelet électronique pour les conjoints violents, ont été connues. Mais "il y a encore des choses à faire, concède la parlementaire LR. Je vais regarder tout ça de manière approfondie".

État de sidération et altération du jugement
L'enjeu est important pour Valérie Bacot. Une éventuelle évolution des textes de lois au premier semestre 2021, c'est-à-dire avant son procès, pourrait avoir des conséquences sur son verdict. Car l'accusée a été diagnostiquée par un expert psychiatrique comme "atteinte du syndrome de femme battue" (lire encadré ci-dessous). D'où "un état de sidération et une altération du jugement du fait du danger permanent".
"On dirait le scénario d'un mauvais film, beaucoup trop gros pour être crédible."

Ainsi, analyse la sénatrice des Bouches-du-Rhône, même "si Valérie Bacot a tué quelqu'un avant de dissimuler son corps, c'est avant tout une victime. S'il y a une femme dont on peut dire que le jugement était altéré du fait des mauvais traitements qu'elle a subis, c'est bien elle ! On dirait le scénario d'un mauvais film beaucoup trop gros pour être crédible..."
La question de la légitime défense
Alors, imagine Maître Nathalie Tomasini, l'une des avocates de Valérie Bacot, on pourrait envisager, concernant sa cliente, un cas d'exception aux principes de légitime défense tels que définis dans l'article 122.6 du code pénal relatif à ce sujet. Car "elle tue pour ne pas mourir. Le raisonnement est le même que lorsqu'un individu entre à votre domicile par effraction de nuit, vous êtes alors supposé être en état de légitime défense. À l'accusation de démontrer le contraire !"

Ne pas recommencer l'histoire de Jacqueline Sauvage.
Maître Tomasini ne veut "pas recommencer l'histoire de Jacqueline Sauvage". Dans cette affaire, elle avait, avec sa consœur Maître Bonaggiunta, plaidé l'état de "légitime défense permanente" de l'accusée du Loiret confrontée à un mari violent. Sans succès. La Justice souhaitant sans doute éviter de donner l'impression d'accorder un permis de tuer. Mais désormais, Maître Tomasini, qui a vu sa réflexion mûrir depuis 2016, "analyse les choses différemment". L'avocate n'est pas du genre à lâcher l'affaire. Là où elle ne peut pas entrer par la porte, elle a tendance à chercher à passer par la fenêtre.
"Il est essentiel que Valérie Bacot ne retourne pas en prison." - Maître Nathalie Tomasini
Justement, concernant Valérie Bacot, atteinte du syndrome de femme battue et violée des années durant, il semble y avoir une issue. "Là, pour le coup, elle peut ne pas être condamnée. Et il est essentiel qu'elle ne retourne pas en détention. Tout dépendra de l'état d'avancée de la loi, savoir si je peux évoquer une irresponsabilité pénale."

Le "syndrome de femme battue", une première.
"C'est la première fois que je le vois écrit dans un rapport d'expert." Maître Tomasini a pourtant l'habitude de traiter des violences conjugales, mais elle n'avait jamais vu reconnu  par un psychiatre "le syndrome de femme battue". Celui-ci va plus loin encore que le stress post-traumatique inhérent aux personnes ayant subi des violences. Là, il s'appuie sur des signes cliniques sans équivoque parce que "des zones du cerveau sont atteintes de manière irrémédiable. La personne qui en est atteinte ne peut plus prendre de décisions raisonnables. Elle ne peut plus raisonner comme vous et moi."
-----------------------------------------------
JOURNALISME D'INVESTIGATION sur les RÉSEAUX PÉDO-SATANISTES ! Abus Rituels aux Pays-Bas 
Nous avons affaire à des satanistes placé aux plus hautes fonctions.
https://www.youtube.com/watch?v=UWJjnO31cyw&t=1s&ab_channel=AlexandreLebreton

Sur cette chaîne qui a toujours dénoncé :
https://www.youtube.com/channel/UCWc3I_Jt_YV3qtEvtvNOs-A

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.