jeudi 27 août 2020

+++27/08 - MARION SIGAUT – PÉDOCRIMINALITÉ : 
PRÉDATION ET COMPLICITÉS. 


Marion dénonce les horreurs commises envers NOS enfants, la bataille principale du Président Donald Trump.
Marion Sigaut est un écrivain et historienne française, née en 1950 et spécialiste du XVIIIe siècle. Elle a écrit plusieurs ouvrages, certains historiques, d’autres plus intimes, a donné de nombreuses conférences que l’on peut voir ou revoir sur internet, et anime le site marionsigaut.fr.

Une adorable patriote/chrétienne, une vrai historienne.

Dans "Perles de Culture n°262"
Anne Brassié reçoit l’historienne Marion Sigaut pour la présentation de son dernier ouvrage “De l’amour et du crime – Du sexe et des enfants” publié chez Sigest. Une enquête sur la réalité de la pédocriminalité de réseau à l’internationale et la connivence du monde médiatico-politique dont l’écrivain Gabriel Matzneff est un exemple frappant.

De l'Amour et du Crime, du Sexe et des Enfants (Français) Poche – 4 février 2020
L arrestation, puis l annonce de la mort du milliardaire pédophile Jeffrey Epstein déclenchèrent en 2019 plusieurs vagues de révélations qui virent les grands médias jeter l opprobre sur quelques personnages haut placés. Déjà mis en cause pour le viol d une mineure en 1977, le cinéaste franco-polonais Roman Polanski dut faire face à une série de dénonciations pour des viols dont plusieurs femmes dirent avoir été victimes il y a 25, 35 et même 45 ans. Des féministes réussirent à perturber à Paris la projection de son dernier film, allant jusqu à accuser les spectateurs de complicité avec le criminel. Puis on apprit les méfaits et la fuite à l étranger d un comparse d Epstein, Jean-Luc Brunel, alias Benchemoul, directeur d une agence de mannequins à Paris et fournisseur d adolescentes pour mâles fortunés en quête de chair fraîche. S ensuivit une interview, que les médias qualifièrent de calamiteuse, du prince royal d Angleterre Andrew, qui dut à son tour de justifier d avoir été vu et revu en compagnie du pédophile et, une fois au moins, enlaçant la taille d une très jeune fille. Dernier scandale en date : la parution, début janvier 2020, des souvenirs d une jeune femme qui raconte ce que furent ses rapports, quand elle avait 14 ans, avec Gabriel Matzneff qui en avait à l époque plus de 50. Le point commun de ces affaires est que dans les quatre cas, les hommes ainsi accusés sont présentés comme des pédophiles (le mot désigne les adeptes du sexe avec les enfants), alors que leurs accusatrices étaient à l époque toutes des jeunes femmes, ou des adolescentes parfaitement formées, donc plus du tout des enfants. La dernière de ces dénonciatrices, Vanessa Springora, va même plus loin en choisissant pour son livre le titre « Le Consentement ». Elle était donc d accord Or si ni Roman Polanski, ni Jean-Luc Brunel ni le prince Andrew ne se sont publiquement reconnus pédophiles, Gabriel Matzneff, lui, le revendique haut et fort. Comment peut-on qualifier de pédophiles et de criminels, des hommes ayant eu des relations sexuelles avec de jeunes filles pubères et, qui plus est, consentantes ? La lecture attentive de plusieurs écrits de Matzneff, m a donné, il y a plus de vingt ans, la réponse à cette question.

"Les droits sexuels" 2017

À ceux qui disaient que le Pacs allait mener au mariage des homosexuels, on rétorqua qu ils avaient l esprit mal tourné. À ceux qui protestaient que le Mariage pour Tous allait mener à la gestation pour autrui on répondit la même chose. A-t-on pensé à dire, à ceux qui admirent l éducation sexuelle à l école, qu on allait bientôt sexualiser les bambins dès la maternelle et promouvoir à grands moyens toutes les déviations voire certaines perversions sous couvert de protection de la santé ? De la santé sexuelle. Au titre des « droits sexuels ». Les « droits sexuels ». Une aberration onusienne publiée en 2008 qui élève au rang de « droit » le désir de jouir sans entraves et hors de toute morale. L énoncé de ces droits est si insensé qu on peine à le croire. Pourtant ils sont bien déjà là, partout. On ne les a pas vus venir mais ils ont envahi les écoles, les médias, la rue, les mobiles de nos gosses et même les dictées en primaire...
--------------------------------------------------------------------------
2015 - LA SEXUALITÉ PROVOQUÉE DANS LES COLLÈGES.

LA SCANDALEUSE EXPO «ZIZI SEXUEL» REVIENT À LA CITÉ DES SCIENCES À PARIS.

L'ÉCOLE POUR PERVERTIR NOS ENFANTS.
On n'instruit plus nos enfants, on les détruit!

LA GJ MARION SIGAUT EXPLIQUE POURQUOI LES GILETS JAUNES NE DOIVENT PAS FAIRE RÉFÉRENCE À LA RÉVOLUTION.

J'ACCUSE L'ÉDUCATION NATIONALE.

MARION SIGAUT NOUS PARLE DES PÉDOPHILES ET DE L’AFFAIRE GABRIEL MATZNEFF.
---------------------------------------------------------------------
NOTRE BON ROI LOUIS XVI. NI DROITE, NI GAUCHE. CONTRE LA PESTE RÉPUBLICAINE, IL Y A "L'ACTION FRANÇAISE".

LOUIS XVI ET MARIE-ANTOINETTE INNOCENTS, MACRON ET BRIGITTE COUPABLES.
--------------------------------------------------
AUTRES LIVRES
Voltaire : Une imposture au service des puissants – 1 janvier 2014
Voltaire ! Figure des Lumières qui a donné son nom à nombre de collèges, lycées, places et boulevards. Dont on fait lire des extraits, toujours les mêmes, aux jeunes gens de nos écoles, et que l’on cite, parfois à tort, sur les plateaux télé, dans les cours de récré, dans les dîners de famille. Parce que Voltaire c’est cet ami de l’humanité, ce chantre de la liberté, que l’on veut, que l’on doit mettre en avant pour légitimer la démocratie libérale marchande – ou, dirons-nous, la social-démocratie qui lui permet de perdurer – dont nous sommes prisonniers. Il est l‘un de nos geôliers, l’un des gardiens de notre prison mentale.
Alors il faut lire Voltaire, mais le lire jusqu’au bout, le lire tout entier pour le découvrir vraiment, et découvrir dans le même temps le fond de l’esprit de notre époque, son « logiciel » comme nous dirions avec un terme d’aujourd’hui, le paradigme dans lequel nous vivons ou survivons.
C’est ce qu’a fait Marion Sigaut. Elle nous livre ici, toujours citées, toujours sourcées, les pensées intimes de Voltaire, ce qu’il disait à ses amis, comment il se comportait, comment il jugeait ses contemporains ; en deux mots la face cachée et pourtant accessible à qui veut se donner la peine de lever le voile, d’un personnage flamboyant dont le masque commence à s’effriter.

La Chasse aux Sorcières et l'Inquisition
Marion Sigaut est une historienne et écrivain française, née en 1950 à Paris. Après différentes expériences de vie et d’écriture, parfois personnelles, parfois plus engagées, poussée par le désir de comprendre ce qui s’est passé autour de l’affaire Damiens, elle reprend ses études pour devenir historienne. Elle se spécialise alors dans le XVIIIème siècle et publie notamment deux livres : l’un sur les sombres secrets de l’Hôpital général, l’autre sur l’énigme Damiens. Elle enchaîne ensuite articles et conférences dans toute la France, et au-delà. Remettre l’Histoire à l’endroit, c’est aider, par la connaissance, à déjouer ce piège. Telle est la vocation de cette collection. L’évocation de l’Inquisition ouvre dans notre perception collective une foule d’images de bûchers, de tortures, de femmes victimes et de prêtres pervers qui auraient été le quotidien d’un Moyen Âge obscur et barbare auquel seule l’émergence de la Raison et de la modernité aurait pu mettre fin. C’est de l’Inquisition ! On se croirait au Moyen Âge ! C’est une véritable chasse aux sorcières ! Qui n’a, un jour, utilisé ces expressions si familières qu’on en ignore à quel point elles sont inappropriées. Si on vous disait qu’au Moyen Âge l’Inquisition n’a brûlé AUCUNE sorcière, le croiriez-vous ?

La Marche rouge : Les enfants de l'Hôpital général – 7 novembre 2008
En mai 1750, une rumeur persistante faisant état d'enlèvements d'enfants mit Paris en émoi. Les gens disaient que des agents de police déguisés s'emparaient d'enfants et d'adolescents et les envoyaient à l'Hôpital général. Des émeutes graves éclatèrent, des commissariats furent incendiés et des gardes tués. La répression de cette "Marche rouge" fut sévère et se solda par des condamnations à mort. Mais qu'était donc cet Hôpital général de sinistre réputation ? Fondé en 1656 par Louis XIV, il était destiné d'abord à résoudre le problème de la mendicité par le "renfermement" des mendiants. Mais très vite cet établissement laïque géré par le parlement de Paris fut également utilisé pour enfermer d'autres catégories de population : les prostituées, les ivrognes et bientôt les enfants abandonnés, ou confiés à l'institution par des parents sans ressources, puis ceux qui traînaient dans les rues ou simplement y jouaient... Pour en savoir plus sur le sort fait à ces enfants disparus, Marion Sigaut s'est plongée dans les riches archives de la Salpêtrière qui, avec Bicêtre et La Pitié, formait l'Hôpital général. Outre les conditions de vie inhumaines qui y régnaient, elle éclaire les terribles scandales qu'étouffèrent les dirigeants de l'établissement. Se pourrait-il que la rumeur d'un commerce d'enfants ait eu un fondement ? Que sont vraiment devenus les enfants perdus de l'Hôpital général ? Furent-ils livrés à des libertins qui en usaient en toute impunité ? Furent-ils vendus à la Compagnie des Indes pour peupler la colonie du Mississippi ? Autant de questions auxquelles Marion Sigaut, dans une enquête passionnante, tente d'apporter une réponse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.