vendredi 31 juillet 2020

*31/07 - LE POLITIQUEMENT CORRECT 
ET LE NOUVEAU RACISME. 


par Patricia Cori
Dans ce breuvage de toutes choses conçues pour conquérir et diviser la race humaine - à sa base - se trouve le racisme. L'existence de celui-ci, le mauvais dessein derrière lui, l'ignorance, la souffrance, les abus - tout cela déchire notre existence humaine et la perspective d'une coexistence pacifique. C'est absolument orchestré… parce que… imaginez la puissance d'une population mondiale unifiée de près de 8 milliards de personnes ???
Et donc maintenant, dans nos sociétés migrantes et nos communautés racialement interactives, c'est le bouton chaud qui enflamme toutes les émotions humaines les plus basses et allume les feux. Non pas que ce ne soit pas toujours le cas - c'est juste plus intense, plus douloureux, plus délicat, plus OUVERT dans nos sociétés. La plaie est ouverte, bouillonnante. Saignement.
En tant que personne qui a manifesté pour les droits civiques aux côtés de mes frères et sœurs noirs (et c'est le terme de choix à l'époque), je frémis de voir à quel point nous semblons reculer. Et c'est insipide. Le serpent a développé une nouvelle tête.
Dans cet environnement «politiquement correct» et avec son conditionnement poussé comme un pieu dans l'âme humaine, où nous sommes manipulés dans certaines émotions très primitives entourant la race, nous perdons l'amour et l'appréciation de l'immense diversité de notre ethnicité, avec toutes ses couleurs - noir blanc marron rouge jaune - et notre héritage inestimable et irremplaçable.
Nous ne sommes plus censés voir la race parce que même reconnaître la diversité raciale nous donne l'étiquette - l'étiquette redoutée: «raciste». Mais j'aime la race - j'aime la beauté de notre unicité, ainsi que notre similitude.
Pourquoi le nions-nous? Pourquoi devons-nous le rejeter? Je vois la diversité: pas de supériorité ou d'infériorité. J'aime l'étendue de la race humaine, peut-être parce que j'ai tellement voyagé dans le monde et célébré ces différences comme la palette de la vie et de l'humanité. 

Imaginez si chaque fleur de la planète était la marguerite blanche? Comme notre jardin est terne.
Toutes nos différences font de nous ce que nous sommes. Nous apportons cela à la table de l'interaction humaine, aux cultures, à la communauté mondiale.
Je ne suis pas si naïf de suggérer que la ségrégation raciale n'est pas à l'origine de tant de haine. C'est réel ... le nier signifierait que je ne vis pas dans ce monde. Mais l'idée actuelle du racisme, vue à travers les yeux déformés du «politiquement correct», me semble alimenter le feu, plutôt que le réduire.
Je frémis à l'idée que le modèle de l'humain parfait est celui dans lequel nous sommes tous croisés dans une couleur de peau socialement correcte et préférable, avec nos yeux bleus génétiquement modifiés et nos nez perfectionnés de Candice Bergen corrigés chirurgicalement afin que nous soyons tous le modèle de ce que quelqu'un - une équipe d'entreprise - pense que c'est la marque générique la plus désirable d'homo sapiens.
Fini la belle Afro; Finis les mèches rouges soyeuses et la peau blanche des Irlandais, les fiers visages ciselés du guerrier Masai, la beauté asiatique sculptée, les nobles pommettes des Amérindiens.
Mon Dieu, nous serons comme un tas de hamburgers McDonald's, où il y avait autrefois un smorgasbord à la fête de l'expérience humaine.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.