jeudi 31 octobre 2019

31/10 - LA COLÈRE MONTE À LA SNCF. 
LA CONTESTATION PASSE À L'ORANGE. ELLE POURRAIT BIEN PASSER AU ROUGE 
SI LES POMPIERS REDESCENDENT DANS LES RUES 
SANS AUTORISATION CETTE FOIS. 



La contestation à la SNCF s’étend à deux autres technicentres de région parisienne. Le mouvement de contestation au sein du Technicentre dédié au TGV Atlantique, à Chatillon, près de Paris, serait-il en train d’essaimer ?

Le gouvernement essaie de gagner du temps
SNCF / retraites: dialogue impossible ? - 31/10
BFMTV nous passe des images de grève syndicale.
https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/sncf-retraites-dialogue-impossible-3-3110-1198160.html
--------------------------------------------
Les perturbations de la grève illimitée du 5 décembre pourraient paralyser toute la France jusqu'aux fêtes..

Après que la direction de la SNCF a décidé de jouer au pourrissement du conflit au Technicentre de Châtillon, la colère et la contestation s'étend à deux nouveaux Technicentres de la région parisienne. Les plus bas salaires de la SNCF se soulèvent et se révoltent contre le mépris de la direction et pour défendre leurs conditions de travail.

Une direction jusqu’au-boutiste qui refuse de une sortie de conflit
Hier soir, les grévistes de Châtillon ont été reçus dans une pseudo-négociation où la direction du Technicentre n’a quasiment rien proposé en termes d’avancées. Pire, elle a même dit ouvertement qu’elle refusait de donner une prime financière comme demandaient les agents grévistes, sachant que ce sont les plus bas salaires de la SNCF, sous prétexte que ça donnerait ensuite les moyens aux cheminots de se mettre en grève le 5 décembre pour défendre leurs retraites. On est donc face à une direction revancharde et jusqu’au-boutiste qui est prête à laisser galérer les usagers en ce weekend de retour des vacances pour ne pas répondre aux revendications légitimes des grévistes de Châtillon. Inadmissible.
La colère cheminote s’étend à deux autres Technicentres de la région parisienne
Quand les grévistes de Châtillon expliquent dans leur communiqué que "Notre colère est réelle et profonde, nous sommes déterminés à nous battre jusqu’au bout de nos revendications, pour le respect et la dignité", ils ne sont pas en train de bluffer. Pour preuve, ce matin la colère et la contestation s’étend à deux autres technicentres de la région parisienne. Il s’agit du Technicentre le Landy qui est en charge de la maintenance des TGV de l’Axe Nord, dont le Paris-Lille, des Eurostar et des Thalys, ainsi que du Technicentre Sud-Est Européen, en charge de la maintenance des TGV de l’Axe du Sud-Est de la France.
Au Technicentre Sud-Est Européen, les salariés se sont rassemblés en assemblée générale ce matin pour discuter de la situation et préparer une riposte à la hauteur du mépris de la direction.
Au Landy, Technicentre situé à Saint-Denis, dès hier soir des assemblées générales se sont tenues, avec la participation de nombreux cheminots, y compris de nombreux cadres, où les agents ont discuté de la dégradation de leurs conditions de travail et de la situation intenable dans le secteur du matériel. Cette assemblée générale, qui s’est prolongée une bonne partie de la nuit, a eu lieu après une demande de concertation immédiate appelée par le syndicat Sud Rail, majoritaire sur le site. Dans cette réunion, la délégation Sud Rail du Technicentre demandait des revalorisations salariales et financières pour compenser le manque d’effectif et la charge de travail qui ne cesse d’augmenter. Ils ont également demandé l’embauche des intérimaires qui travaillent actuellement sur le site. La direction a rejeté en bloc chacune de ces revendications, ce qui a fait monter la colère des cheminots de l’atelier. Ce matin, une nouvelle et massive assemblée générale a eu lieu, dans laquelle les agents ont décidé de débrayer et se concerter pour déposer une plateforme de revendications auprès de la direction. Ils ont constitué une délégation avec des syndiqués et non-syndiqués parce que, comme à Châtillon, la colère est profonde et vient de la base. Maintenant ce sont tous les cheminots, ensemble, qui vont décider des suites à donner à leur mouvement.








Une chose est sûre, la colère sociale monte à la SNCF, les cheminots refusent de se laisser écraser. La direction, qui a décidé de jouer au pourrissement, a aujourd’hui une véritable bombe à retardement qui est en train de lui exploser dans les mains.
-----------------------------------------
Technicentre du Landy

8 TGV Atlantique sur 10 jusqu'à dimanche. Mais après?
Selon Karim Dabaj de Sud-Rail, interrogé devant le technicentre Le Landy, à Saint-Denis, 120 employés ont cessé le travail jeudi matin, soit « 100% des effectifs présents »« Si la direction rejette de nouveau nos revendications, ce sera un débrayage dur », a-t-il prévenu, évoquant une grève possible dès jeudi soir ou à partir de lundi.
La direction de la SNCF a affirmé peu avant 13 h 30 que « la production ferroviaire (était) normale et n'(avait) jamais été interrompue » sur les deux sites. « Il n'y a plus d'assemblée générale en cours », a précisé une porte-parole de la compagnie. 
Dans la matinée, elle avait cependant affirmé que « quelques agents - entre 20 et 30 » - du technicentre du Landy s'étaient rassemblés « devant les locaux » et qu'« une cinquantaine d'agents » étaient « réunis en assemblée générale dans un climat plutôt calme » au TSEE. 
Le Landy emploie quelque 800 agents et le TSEE environ 1 000, selon la direction. 
L'axe Atlantique est toujours perturbé, à la veille du week-end de la Toussaint, par une grève déclenchée le 21 octobre par 200 des 700 agents du Technicentre de Châtillon (Hauts-de-Seine), avec 8 TGV sur 10 prévus jusqu'à dimanche
-----------------------------------------
Ahmed, élu CGT RATP, menacé de révocation pour avoir signalé des bus défectueux !
Alors que les cheminots dévoilent les graves manquements à la sécurité à la SNCF, des élus RATP signalent que les conditions dans lesquelles roulent les bus parisiens sont tout aussi déplorables. Pas de quoi plaire à leur direction, qui menace de révocation Ahmed, chauffeur de bus au dépôt de Flandres à Pantin et syndicaliste combatif. Une véritable provocation !
-----------------------------------------------------------
Pendant ce temps, Macron se dépèche de faire des cadeaux à ses copains.
Macron offre une voiture et un chauffeur à vie aux anciens premiers ministres
En février, en pleine crise des Gilets Jaunes, Edouard Philippe avait promis la restrictions des privilèges des premiers ministres après leur fin de mandat. 7 mois plus tard, Macron signe un décret pour offrir à vie et aux frais du contribuable, une voiture et un chauffeur aux anciens premiers ministres.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.