mercredi 30 octobre 2019

30/10 - LA VÉRITÉ SUR BENJAMIN FULFORD. 

Operation Disclosure Newsletter
Je ne suis pas d'accord avec tout ce que dit Fulford qui s'en prend toujours à Trump, mais ce qui suit n'est pas très clair non plus. Ces messages d'Opération Disclosure sont à prendre avec discernement.

Ce n’est pas que j’ai fait des recherches particulières sur B. Fulford, mais il se trouve que je suis tombée sur quelques informations que j’ai trouvé intéressantes – et qui vous intéresseront peut-être également. 
Il est certains que certaines informations des messages de Fulford sont fausses, il faut savoir recouper avec d'autres sources.

En essayant de trouver la différence entre les « véritables Juifs Sépharades » et les « faux Juifs Ashke-Nazis » j’ai été amenée à étudier les haplogroupes ADN* et les voies migratoires de l’homme. Sur le site Eupédia, dans une liste de haplogroupes d’ADN mitochondrial* de personnages célèbres, j’ai découvert ce qui suit :
*Dans l'étude de l'évolution moléculaire, un haplogroupe est un grand groupe d'haplotypes, qui sont des séries d'allèles situés à des sites spécifiques dans un chromosome et qui sont définis par des mutations par polymorphisme nucléotidique singulier.
Pour la génétique humaine, les haplogroupes qu'on étudie généralement sont des haplogroupes du chromosome Y (ADN-Y) et des haplogroupes de l'ADN mitochondrial (ADN mt). On peut employer les deux pour définir les populations génétiques. L'ADN-Y suit seulement la lignée patrilinéaire, alors que l'ADN mt suit seulement la lignée matrilinéaire. Les hommes disposent des deux types de marqueurs génétiques (ADN mitochondrial de la mère et chromosome Y du père) ; les femmes possèdent un seul type : l'ADN mitochondrial de la mère.
La classification des haplogroupes humains basée sur les marqueurs génétiques a rapidement évolué alors qu'on trouve des nouveaux marqueurs régulièrement. (Wikipédia)

« Diana, Princesse de Galles (1962-1997), la première épouse du Prince Charles, ainsi que leurs enfants, le Prince William, Duc de Cambridge (né en 1982) et le Prince Harry (né en 1984) appartiennent au haplogroupe R30b selon un test d’ADN fait par le Prince William. R30b est une lignée très rare d’origine Indienne que Diana a héritée de son arrière-arrière-arrière-arrière grand’mère Eliza Newark. Elle était la gouvernante de Théodore Forbes (1788-1820), un Ecossais qui travaillait pour la Compagnies des Indes Orientales dans la ville portuaire de Surat au début du 19ème siècle. Ils avaient eu trois enfants, dont l’un est devenu l’ancêtre matrilinéaire de la Princesse Diana ».

Macro-haplogroupes prédominants et voies de migration humaines


Eh bien, cela a attiré mon attention parce que Benjamin Fulford a mentionné qu’entre 1998 et 2005 il était le Chef du Bureau Asiatique de Forbes Magazine. Pour parvenir à ce poste, il faut être soit excellent – ou très bien introduit. La Compagnies des Indes Orientales était une propriété de la Couronne Britannique.

Selon Benjamin, voici son profil sur son site internet :
Nationalité : Canadienne
Qualifications : J’ai 20 ans d’expérience en tant qu’écrivain et journaliste. J’ai vendu plus de 500.000 exemplaires de livres de non-fiction écrits en Japonais. J’ai réalisé un catalogue complet de « scoops » allant de la corruption dans les affaires à celle des gangsters yakuza en passant par celle de la haute-finance et du gouvernement. Je me concentre dorénavant à révéler la manipulation de la politique Américaine, des médias et de l’enseignement Japonais par une combinaison de pots-de-vin, de meurtres, de lavage de cerveau, etc. Mon but est de contrer la propagande Américaine et de révéler la vérité au peuple Japonais afin qu’il puisse se libérer du joug colonial et utiliser les 5.000 milliards de $ d’actifs étrangers qu’il détient pour mettre fin à la pauvreté mondiale et sauver l’environnement.
(Ajout de Melinda : pour autant que j’aimerais croire ce que Benjamin dit ici, je suis trop consciente que la Cabale est constituée de menteurs dévoués et formés à cet effet, en fait. Et à quel joug colonial fait-il allusion ?)
Langues étrangères maternelles ou quasi-maternelles, écrites et parlées : Japonais, Français, Espagnol et Anglais. Capable de mener une conversation et de lire : le Mandarin, le Portugais et l’Italien.
Expérience : De 2005 à aujourd’hui : j’ai publié 15 livres écrits en Japonais dont les ventes cumulées totalisent 500.000 exemplaires. J’ai une émission hebdomadaire de télévision de 2 heures et j’apparais fréquemment dans de nombreuses émissions d’audience nationale. J’ai des éditoriaux réguliers dans une grande variété de magazines Japonais à grand tirage.
1998-2005 : Chef du bureau Asie-Pacifique de Forbes Magazine. J’ai démissionné en raison de mon profond dégoût de la censure omniprésente de la grande entreprise et de l’influence néfaste entre publicité mélangée à une ligne éditoriale du magazine. S’ils le contestent, je les invite à me poursuivre, n’importe où, n’importe quand. (Ajout de Melinda : je sens que ça pue ici)
1997-1998 : Correspondant à Tokyo du South China Morning Post.
1995-1997 : Rédacteur pour l’hebdomadaire Nikkei Weekly et le journal Nihon Keizai Shimbun.
1993-1995 : J’ai pris deux années sabbatiques au Canada. J’ai fait des recherches sur le lien entre les forces d’évolution et la société du monde moderne.
1989-1992 : Correspondant en chef à Tokyo pour la International Financing Revue. J’ai créé et dirigé Japan Watch, un service d’information et d’analyse accessible aux agences de presse Reuters et Telerate. J’ai créé Katana, un service d’informations en langue Japonaise accessible à l’agence de presse Nikkei Quick. J’ai déclenché plusieurs enquêtes du Ministère des Finances par des articles qui révélaient des irrégularités dans le monde de la finance.
1986-1989 : Correspondant pour Knight-Ridder Financial News ; j’ai traité un large éventail d’informations liées au marché. Un de mes articles particulièrement remarqué consacré au marché a été utilisé par Knight-Ridder dans une campagne de publicité.
1982-1985 : Des emplois à temps partiel au cours de mes années d’étudiant m’ont permis de travailler en tant que rédacteur à la Hitachi Review, un magazine de science et technologie ; de faire des traductions dans les domaines des affaires et de la finance, et quelques apparitions en conséquence à la télévision, la radio et au cinéma.
1978-1982 : J’ai fait mes expériences. J’ai passé du temps à voyager et éviter la civilisation. J’ai passé un an à étudier avec un guérisseur aux confins de la rivière Uquyali dans la forêt Amazonienne du Pérou. J’ai vécu avec d’anciens cannibales. J’ai passé un an à dormir à la belle étoile. J’ai vécu comme un sauvage dans les étendues sauvages du Canada, me nourrissant de mes propres mains, etc.
Enseignement : Université Sophia, Tokyo, Japon. Université de Colombie Britannique, Vancouver, Canada, Licence d’études asiatiques, spécialité dans la région chinoise.
Fin du profil.

Maintenant, de but en blanc, Benjamin est Canadien. Le Canada est en fait un état de la Couronne Britannique. Tout comme nous aux Etats-Unis, mais ce fait nous a été dissimulé.
De nombreuses questions me viennent à l’esprit lorsque je lis le profil de Ben. Qu’est-ce qui a motivé Ben à acquérir la maîtrise de tant de langues étrangères ?
Quel genre d’éducation initiale a été la sienne ?
Comment a-t-il pu voyager pendant quatre ans ?
Comment a-t-il financé ses voyages ?
Il nous dit qu’il a fait des apparitions «consécutives» à la télévision, à la radio et au cinéma. Cela ne ferait-il pas de lui un acteur rémunéré ?
Qui possède Knight-Ridder Financial News, ainsi que Forbes, et tous les autres pour lesquels il a travaillé, sinon la cabale ?
Réponse : c’était/c’est la cabale.
Il a pris deux années sabbatiques au Canada. Ce doit être pratique de ne pas avoir à travailler pendant deux ans.
Un autre élément que j’ai remarqué, c’est que Benjamin a un fort lien avec le Japon. Les Francs-Maçons entretiennent également un lien très fort avec le Japon.

Le Rite Écossais
Veuillez remarquer que ce site peut avoir des liens avec des sites tiers. Ces liens vous sont gracieusement indiqués et n’impliquent pas que nous soyons d’accord ou que nous vérifions le contenu de ces sites tiers. Vous acceptez que : Nous ne sommes pas responsables et n’assumons aucune responsabilité ni obligation pour ce type de liens ou sites internet, y compris les conditions d’accessibilité et les politiques de confidentialité de ces sites, pas plus que nous ne contrôlons leur contenu ou leur politique d’accessibilité. Nous n’assurons aucune représentation, mandat ou conditions, expresses ou implicites, en relation avec les biens ou services ou les informations fournies par lesdits sites. Si vous accédez à ce type de sites tiers, vous le faites à vos risques et périls. Remarquez bien que le répertoire de rubriques est mis à jour de façon périodique, et que l’information peut ne pas être actualisée au moment de votre recherche.
La liste des chapitres énumère les états des Etats-Unis, à part un choix évident tout à fait différent. Ce choix est « Japon et Corée ».
Ben ne fait pas mystère que les Francs-Maçons, la Société du Dragon Blanc, la famille royale Britannique, etc, sont ses sources d’information, ainsi que des membres des services de renseignement. C’est bien qu’il nous fasse savoir avec qui il coopère, et pour ce que je peux en dire, ce n’est pas fameux – en fait je dirais que ce sont tous de fichus Satanistes.
Tout le monde sait que Benjamin est un nom Juif, ou pas tout à fait, étant donné qu’il fait référence à un Benjamite, un membre de la Tribu Israélite de Benjamin. Certainement une relation étroite aux Judéens – mais sans en être un.

Mais ce qui a surtout attiré mon attention dans le profil de Benjamin c’est qu’il a étudié à l’Université Sophia au Japon. Donc je me suis connectée au site internet de l’université et voici ce que j’ai découvert, il s’agit de copier/coller de la page d’accueil et des pages liées du site internet: 
Une université avec une mission mondiale ? S’agit-il de mondialistes ? Leur symbole est un aigle. Les Nazis adorent les aigles. Leur insigne signifie au fond Maison de Sagesse de Sophia. Je suis très adepte de la Sagesse de Sophia – qui est la Déesse/Dieu-mère, mais les Catholiques sont ceux qui ont perverti cette Sagesse pour créer l’enfer sur Terre. Les philosophes Grecs étaient des amoureux de notre Dieu Mère. En fait, le mot philo-Sophia signifie « amant de Sophia ».

A côté du site internet de l’Université Sophia, j’ai remarqué une photo du Supérieur Général des Jésuites Arturo Sosa et le titre suivant : 



Un discours spécial du Supérieur Général des Jésuites Arturo Sosa

Un Supérieur Général des Jésuites revient à Sophia après onze ans

INFORMATIONS
16.10.2019
Puis je n’ai pu m’empêcher de remarquer ceci :

Le Pape François visitera l’Université Sophia le 26 novembre



«Parlons avec le Pape François»
Entre le 23 et le 26 novembre, le Pape François se rendra en visite au Japon et le 26, le Pape va venir au campus de Yotsuya pour nous délivrer son message. Cela fait 38 ans depuis la dernière visite du Pape Jean-Paul II à l’Université Sophia.
Comme vous le savez tous, le Pape François est le premier Pape Jésuite et l’Université Sophia fait également partie des Universités Jésuites. Le 18 décembre 2017, le Pape a été ravi de bavarder avec nos étudiants lors d’un évènement « Parlons avec le Pape » par vidéoconférence.
Ensuite, comme si j’avais besoin de confirmations supplémentaires que l’Université Sophia et Benjamin Fulford étaient des Jésuites, j’ai trouvé ce qui suit :




Evènements, séminaires et symposiums organisés par l’Université Sophia





Tous les travailleurs de la Lumière savent que l’ONU est une organisation mondialiste de la cabale.

Donc, le reste d’entre vous, les travailleurs de la Lumière, pouvez continuer à subir les mensonges et la propagande qui vous sont fournis par Benjamin Fulford et sa cabale de Catholiques, de Nazis, de mondialistes et de Satanistes – mais j’en ai assez de lui – et d’eux. Puissent-ils tous récolter ce qu’ils ont semé.

P.S. : Il est bien connu que ce sont les Catholiques qui ont aidé les dirigeants Nazis à s’enfuir d’Allemagne à la fin de la Deuxième Guerre Mondiale. Leurs liens sont visibles sur les trois photos suivantes :






Archives romaines du débarquement des Américains à Omaha Beach Juin 1944
(1ère partie)
Traduction Patrick T rev Isabelle

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.