samedi 26 octobre 2019

+++26/10 - ENFERMÉ DE FORCE EN HÔPITAL PSYCHIATRIQUE 
PENDANT 3 ANS À CAUSE DE SON HONNÊTETÉ. 
 Sa hiérarchie lui a reproché d'avoir dénoncé un trafic de diplômes.

Voici le genre d'expérience qu'à vécu notre CRS Marc Granié pour avoir voulu servir la France. 
Marc n'avait pas une assez bonne mutuelle pour le garder. Il est drogué et doit se présenter régulièrement à hospitalité.

Preuve que la France est une dictature.
Pierre Bergerault reçoit le professeur Jean-Louis Caccomo, docteur en sciences économiques, pour évoquer son internement de force en hôpital psychiatrique pendant 3 ans. Sa hiérarchie lui a reproché d'avoir dénoncé un trafic de diplômes. Il est aujourd'hui libre mais les responsables courent toujours...

On m'accuse, pour encore me discréditer - mais que leur faut-il de plus ? - d'invoquer la théorie du complot. Preuve que mes détracteurs ne savent pas lire, ou veulent bien voir ce qui les arrange, ou les dérange le moins. Je n'ai jamais parler de complot ou théorie du complot : je relate des faits observables et vérifiables par tous, en scientifique que je suis. Chacun interprétera, pas moi. En musicien, quand on me soumets une partition, je l'interprète, mais ne la déforme ni ne la trahit.  Trente six mois d'internement arbitraire et illégal contre mon gré : isolement, privation forcée de tout moyen de communications avec l'extérieur, médicaments forcés et humiliation. J'attends toujours réparations depuis sept 2014, date à laquelle j'ai saisi justice, tandis que les médias étouffent l'affaire. Ma date d'anniversaire, le 23 juin, approche, date à laquelle j'ai été expulsé de chez moi, deux ans plus tôt, sur ordre du préfet (décoré par Fabrice Lorente - ex-président de l'Université de Perpignan), et je suis SDF depuis ce jour. Les médias restent étrangement muets et je suis sans nouvelle de mon avocat...

Lui a eu de la chance, si on peut dire. Combien sont abandonnés dans ces hôpitaux et n'en ressortent jamais. Il en est de même dans les prisons où des innocents sont enfermés parce qu'ils gênent le pouvoir. Les vrais coupables prendront leur place pour le procès Nuremberg 2.0
---------------------------------------------
Le modèle français dans l'impasse – 1 mars 2013 de Jean-Louis Caccom
En 1980, alors que je passais mon baccalauréat d’économie, le président Giscard nous annonçait qu’il entrevoyait le "bout du tunnel". Aujourd’hui, le président Hollande nous promet la reprise de la croissance pour le troisième trimestre 2013. J’ai passé les trois quart de ma vie dans un pays en voie de sous-développement alors que le monde a connu une croissance sans précédent dans la même période, les pays émergents s’installant en deux décennies comme les futures locomotives de la croissance mondiale. Tout ça parce ce que nos dirigeants, à gauche comme à droite, s’obstinent à croire à l’existence d’une "troisième voie" qui nous mène pourtant à l’impasse. Ce n’est pas nouveau. Le Général de Gaulle s’efforçait de placer la France en dehors de la sphère d’influence des États-Unis et de l’URSS. Depuis, au nom d’une mystérieuse "exception culturelle", les gouvernements français nous ont fait croire que notre pays pouvait échapper aux lois de l’économie, qui, comme le nuage de Tchernobyl, se seraient arrêtées à nos frontières. Mais, pas plus que le théorème de Pythagore n’est grec, les lois de l’économie ne sont américaines. Elles sont au cœur de nos comportements, de la nature humaine et du bon sens qui échappent aux élites aveuglées par l’idéologie. Et tous les pays, qui ont niés les lois de l’économie, sont tombés dans la misère, la pénurie et le chômage, tandis que les pays qui les ont acceptés et intégrés ont décollé en quelques décennies. Il n’y a aucune exception à cette règle fatale. Le XXe siècle est sans appel : les régimes totalitaires, qui promettaient un monde sans inégalités et sans pauvreté, se sont implosés sous l’effet de leur propre ruine morale et économique. A leur tour, les social-démocraties, sous le poids d’une dette devenue insoutenable, et qui condamne l’avenir même de nos enfants, ont dû entreprendre les réformes indispensables et nécessaires que, seule au monde, la France se refuse à faire. Entre ces deux voies sans issue, il est encore temps de redécouvrir la seule troisième voie qu’il a fallu tant de siècles à découvrir, celle de l’État de droit, des institutions de la république sans laquelle une économie de liberté et de responsabilité ne peut s’épanouir.
Explication en vidéo :
---------------------------------------------
Tant d'enfants font interner leurs parents pour toucher l'héritage. Des agents immobiliers leur proposent une bonne somme pour acheter la maison de leurs parents pour construire un immeuble à la place. Ils ont fait dégager ainsi 3 pavillons mitoyens près de chez moi. 2 des petits vieux ont eu de la chance si on peut dire, ils ne sont allé qu'en maison de retraite, mais sont morts, naturellement ou pas dans les 2 mois. On vous maintient en vie quand vous rapportez et ne gênez pas trop, il ne faut pas se faire d'illusion. J'ai aussi donné des cours dans des maison de retraites et de repos et je visite parfois des voisins dont les enfants se débarrassent pour adoucir leur départ inévitable assez rapidement. J'ai même eu à sauver des personnes du trafic d'organes en île de France. Vivement que tout ça finisse!!!! Nos anciens avait le droit à une belle mort, chez eux, dans leur lit durant leur sommeil. Et on nous parle de prolongement de la vie! Et les souffrances, les maladies imposées... Il n'y a plus aucune valeur, aucun respect, ou si rarement. Il va y avoir de la rééducation à faire.
---------------------------------------------
Le coupable doit payer.


Ghis: Je ne consens pas à garder le silence !
"Le plus gros menteur a le meilleur poste."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.