dimanche 20 octobre 2019

+20/10 - INONDATIONS DE 2018 DANS L'AUDE 
QUI A FAIT 14 MORTS.  
UN RAPPORT POINTE PLUSIEURS FAIBLESSES. 

Résultat de recherche d'images pour "Des habitants de Trèbes à leur fenêtre lors des inondations"

Inondations meurtrières qui ont frappé l'Aude, le 15 octobre 2018 - PHOTOS


Déplacement de Mme Elisabeth Borne, M. Christophe Castaner et Mme Emmanuelle Wargon un an après les inondations dans l’Aude le mardi 15 octobre 2019


Cette réception nous coutent encore de l'argent et ne résoudra rien, ils continueront selon leur habitudes de négliger le bien-être des français.

Inondations dans l'Aude : Saint-Hilaire, un village défiguré
"Les anciens n'avaient jamais vu ça. Ça n'est pas la pluie qui a pu faire ça. Ca n'est pas naturel". L'état voyou a dû, comme au Japon où ils ont inventé 2 Typhons à une semaine d'intervalle, ouvrir les vannes de barrages.
Mais l'état voyou vit l'effet boomerang car la population face aux drames retrouve la solidarité qu'ils leur avait fait perdre.

Inondations dans l'Aude : les rescapés de l'EHPAD de Saint-Hilaire

Inondations : images aeriennes de Puicheric où la crue est plus importante que celle de 1891

Après les inondations dans l'Aude, la solidarité s'organise à Leuc
20 jours après les inondations dévastatrices des 14 et 15 octobre dans l'Aude, où en sont les habitants des villages touchés ? A Leuc, par exemple, petit bourg de 825 habitants, les traces de l'inondation sont visibles partout.

Inondations dans l'Aude : conséquences économiques pour les entreprises

Les médias avouent quelques faiblesses du gouvernement. Quand les français vont ils enfin comprendre que des démons détruisent l'économie de la France mais aussi nos villes, nos villages, nos enfants, notre santé et même l'eau de nos rivières et l'air que nous respirons. Face à ces monstres il faut une personne qui fait le poids et nous l'avons. Mais les français cherchent des solutions ailleurs. Il n'y en a plus, on nous a coincé face au mur et un seul Homme peut le faire sauté pour retrouver la Liberté.
--------------------------------------------------
La terrible tempêtede 1999 était provoquée par leurs armes climatiques.
Dans la nuit des 25 et 27 décembre 1999, deux ouragans d'une violence exceptionnelle s'abattaient sur la France, alors que le pays s'apprêtait à célébrer le passage à l'an 2000. Au lendemain de ces tempêtes, le réseau électrique est anéanti, et une grande partie des forêts sont complètement dévastées, offrant un paysage apocalyptique d'arbres arrachés ou décapités.
Ces tempêtes pourraient avoir été provoquées par une arme climatique, utilisée afin de sanctionner l'attitude récalcitrante de la France sur la mondialisation, les OGM, et le traité l'AMI
--------------------------------------------------
Il y a eu aussi l'ouragan de St Martin. Macron avait été joué le beau gosses en compagnie de voyous
Les magasins, les domiciles ont été pillés par des hommes munis d'armes volés à la gendarmerie. Il y a eu énormément de morts et les médias, là encore, ce sont fait les complices de ces horribles mensonges.



Nous sommes gouvernés par des satanistes.

Ils vont faire leur cinéma, faire semblant de s’intéresser à la misère humaine. Quand les français vont-ils sortir de leur bulle ?
-------------------------------------------

On cherche à faire face à ces inondations plutôt que d'en rechercher la cause. On le voit dans l’article qui suit. La vérité est tellement atroce, inhumaine, que la majorité préfère y tourner le dos et traiter ceux qui les ont ouvert de conspirationniste, ce qui leur a tété soufflé par l'état profond pour les faire taire, les ridiculiser. 

Un rapport officiel relève plusieurs faiblesses dans la gestion des inondations meurtrières ayant frappé l'Aude en octobre 2018, préconisant "des améliorations sans lesquelles la préfecture pourrait être en difficulté si elle devait faire face à une crise de plus grande ampleur".
Dans ce document consulté samedi, des experts du Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD) et de l'Inspection générale de l'administration (IGA) font un bilan contrasté de cette crise majeure, ayant fait 14 morts et 200 millions d'euros de dégâts matériels.

Régulièrement touché par des phénomènes météorologiques (inondations de 1992, 1996, 1999, 2005, 2011, 2014), l’Aude a subi le 15 octobre 2018 de fortes intempéries dues à un "épisode méditerranéen".
La gestion de crise a été "réactive et globalement efficace" et "l'analyse du fonctionnement des dispositifs de vigilance météorologique et de vigilance crues n'a pas permis de détecter de faille au regard des règles en vigueur", selon le document, consultable sur le site http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr
"Toutefois, l'absence d'anticipation du passage en vigilance météorologique rouge dénoncée par des élus ou la population, pour partie le fruit d'une connaissance scientifique qui demeure d'une précision relative, interpelle également Météo-France quant à l'évolution de ses outils de mesure (radars de pluies), de prévision (modèles numériques) et à son organisation lors des épisodes méditerranéens".
Ils ne pouvaient prévoir puisque c'est un attentat climatique.

C'est encore les pompiers, sur lesquels Castaner a lancé la police la semaine dernière, qui se retrouvent à venir au secours des victimes de la folie de nos dirigeants. 
Le jour où les pompiers manifestent à Paris, Castaner se pavane dans l'Aude sinistrée par les inondations de l'an dernier.

"La question de la mise à jour des plans de secours vaut d'ailleurs pour la majorité des plans, situation étonnante dans un département que le dossier départemental des risques majeurs juge +particulièrement exposé aux risques naturels et technologiques majeurs+, la totalité des 436 communes étant concernées, dont 390 par les phénomènes de crues rapides".
"Cette absence de mise à jour, en particulier du tronc commun ORSEC, est d'autant plus regrettable que lors d'exercices, des points de difficulté majeurs ont été signalés dont il n'apparaît pas qu'ils aient été pris en considération jusqu'ici", souligne le rapport.
La préfecture de l'Aude a en outre "été l'un des rares acteurs de la crise d'octobre 2018 à n'avoir effectué aucun retour d'expérience (Retex) écrit, en dépit des consignes du plan ORSEC. La mission recommande que cela soit corrigé rapidement".
La mission constate aussi que "la structuration et l'organisation du Centre opérationnel départemental (COD) nécessite des améliorations sans lesquelles la préfecture pourrait être en difficulté si elle devait faire face à une crise de plus grande ampleur".
Le COD est un outil de gestion de crise à disposition du préfet qui l'active quand un événement majeur a lieu dans son département. Présidé par le préfet, il rassemble l'ensemble des acteurs de la sécurité civile, la police et la gendarmerie nationales, les services de l'État concernés et les représentants des collectivités.

La gestion de la période post-crise a toutefois mis en évidence d'"excellentes pratiques et initiatives, parmi lesquelles une gestion commune avec le conseil départemental des secours d'extrême urgence au profit des foyers en difficulté".
Mais "des évolutions devaient être envisagées", notamment "la durée du fonds d'aide au relogement d'urgence au-delà de six mois, en faveur des propriétaires occupants, dans l'attente d'une décision de rachat éventuel de leur bien par le +fonds Barnier+ et la question des effectifs des préfectures et des Directions départementales interministérielles (DDI) pour faire face à la crise et en gérer les suites".
De plus, "le soutien à la préfecture, mis en place de façon très réactive dans l'Aude, devrait être organisé sous la forme d'une équipe nationale dédiée, composée de quelques personnels spécialement formés et qualifiés à cet effet".
Le préfet de l'Aude depuis le printemps 2017, Alain Thirion, est depuis août directeur général de la sécurité civile et de la gestion des crises.
Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a souligné le 15 octobre que l'État devra "encore faire des efforts" pour parachever la reconstruction des localités frappées par les inondations.
"Nous serons aussi longtemps que nécessaire au côté des élus et habitants pour accompagner la reconstruction mais aussi la vision d'un aménagement plus résilient dans le contexte du changement climatique", a pour sa part assuré la ministre de la Transition écologique et solidaire, Élisabeth Borne.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.