mercredi 20 mars 2019

20/03 - «LE GRAND REMPLACEMENT» : UNE IDÉE QUI EST DÉSORMAIS 
AU CŒUR DE LA POLITIQUE DE L’EUROPE. 
Parlement européen : et si les nationalistes 
l’emportaient en 2019 , ça changerait tout.


The Sydney Morning Herald Par Nick Miller Le 19 mars 2019 — 14.36
Nick Miller est le correspondant en Europe de The Sydney Morning Herald et The Age

En janvier de cette année, le Premier Ministre Hongrois Viktor Orban a tenu une conférence de presse appelant les forces anti-immigration de l’Europe à unir leurs efforts et élever la protection de la culture Chrétienne quasiment au niveau d’une obligation politique.

Il y a des pays en Europe « où une civilisation mélangée est déjà inévitable », a-t-il averti, ajoutant que « la croissance de la population en Afrique et en Asie dépasse la capacité de ces continents à maintenir de telles populations ».
C’est un thème récurrent pour Orban. Le mois précédent, il a parlé de la nécessité de préserver « l’identité Chrétienne de l’Europe », et a déclaré au journal Allemand Bild que les réfugiés devaient à juste titre être considérés comme des « envahisseurs Musulmans ».
Ces déclarations peuvent choquer, mais l'islam n'est pas une religion, mais une politique d'invasion**. De nombreux musulmans ne s'en rendent pas compte, endoctrinés depuis des générations. 
Si ces thèmes vous semblent familiers, c’est parce qu’ils rappellent le soi-disant manifeste du présumé tireur de Christchurch Brenton Tarrant, qui était intitulé « Le Grand Remplacement ». La croyance politique extrémiste que cette phrase représente résonne dans toute l’Europe et au-delà.


                            Tir dans une mosquée néo-zélandaise: le tireur Brenton Tarrant voulait "se venger des envahisseurs étrangers" dans un manifeste effrayant
Ci-contre, l’agent du MI6 Brenton Tarrant et son manifeste avec le symbole du Soleil Noir

Fulford en parle dans son dernier message
https://vol370.blogspot.com/2019/03/1903-fulford.html

Et il est prévu que les politiciens qui en font la promotion, s’en font l’écho ou sont influencé par lui, sont censés constituer un nouveau bloc politique influent au Parlement Européen cette année.

Les élections du Parlement Européen de mai pourraient voir « un groupe de partis politiques nationalistes anti-Européens … remporter un nombre de sièges leur assurant le contrôle », ont averti Susi Dennison et Pawel Zerka, du centre de recherche European Council on Foreign Relations* dans leur rapport publié le mois dernier.
*L’ECFR est dirigé par Mark Leonard et dispose de bureaux à Londres mais aussi Berlin, Madrid, Paris, Rome, Sofia et Varsovie. Cette structure décentralisée est destinée à lui apporter une perspective véritablement paneuropéenne sur les débats quant à la place de l’Europe dans le monde.
L’ECFR est pour The Economist, avec Bruegel, un des seuls think tank agissant à Bruxelles à employer de vrais chercheurs et non des journalistes. Cette institution cherche à produire des idées et des études pertinentes, mais également à les diffuser tant auprès du grand public que des dirigeants européens. Il n'a aucun lien institutionnel ni avec l'Union européenne, ni avec le think tank américain dont son nom est inspiré (le Council on Foreign Relations).
L’ECFR a été élu « Meilleur nouveau think tank dans le monde sur les cinq dernières années » par Foreign Policy dans ses éditions de janvier/février 2009 et 20104. (Wikipédia)

Jusqu'en 2015, The Economist Group est une co-entreprise entre Pearson, via le Financial Times, et des actionnaires privés, dont la branche anglaise de la famille Rothschild. The Economist Group opère donc comme un organisme séparé et indépendant.
En août 2015, Pearson, après avoir vendu le Financial Times, annonce la vente pour 469 millions de livres de sa participation dans The Economist Group, à Exor et à la famille Rothschild. Par cette transaction, Exor monte sa participation de 4,7 % à 43,4 %2.
Parmi les autres activités du groupe, l'on retrouve les publications CFO, une publication à l'usage des exécutifs financiers (CFO, CFO Europe, CFO Asia, CFO China, CFO.com), Roll CallCongressional QuarterlyEuropean Voice (hebdomadaire sur l'actualité de l'UE et de ses institutions qui a pour cœur de cible les décideurs de Bruxelles et du Capitole), ainsi que le site Congress.org [archive].
En 2005, le chiffre d'affaires du groupe était de 197 millions de livres, ce qui a apporté un bénéfice net de 23 millions de livres. Les revenus du groupe sont partagés à plus ou moins égalité entre les revenus de la publicité et les abonnements. (Wikipédia)
« Parmi eux figurent de nombreuses personnalités qui sont … en faveur de l’établissement d’un pont-levis contre l’immigration ».

Après le mois de mai, ils pourraient faire valoir leur influence pour occuper des postes de pouvoir dans l’UE, façonner la politique Européenne à moyen terme et menacer la pérennité de l’UE elle-même sur le long terme.
-------------------------------------------------
ARTICLE CONNEXE
Marion Maréchal : la favorite de 29 ans de l’extrême-droite qui doit défier Macron
« La bataille des idées qu’ils lancent est destinée à refaçonner la carte politique de l’Europe pour les années à venir », ont-ils écrit.
Le terme « le grand remplacement », adopté depuis par les suprémacistes blancs et les nationalistes, provient de l’auteur Français Renaud Camus, qui a publié Le Grand Remplacement en 2012. Son argument était que les Européens de souche « blancs » allaient être colonisés à rebours par des immigrants non-blancs. « Le grand remplacement est très simple », a-t-il déclaré. « Vous avez un peuple, et en l’espace d’une génération, vous avez un peuple différent ».

En Europe, cet argument est devenu la croyance de fond de la soi-disant Génération Identitaires, un groupe composé principalement de jeunes activistes d’extrême-droite. 
Elle s’est rapidement propagée aux mouvement suprémacistes blancs et de la droite alternative en Amérique, où des partisans Néo-Nazis et de la droite alternative ont défilé en criant « vous n’allez pas nous remplacer » dans des manifestations telle que celle célèbre de Charlottesville en Virginie.

Et le thème s’est diffusé par des vidéos virales : la bloggeuse de la droite alternative Lauren Southern, qui est proche de plusieurs membres de Génération Identité en Europe a publié en 2017 une vidéo intitulée Le Grand Remplacement qui a été vue plus 600.000 fois.


La Canadienne Lauren Southern 
-------------------------------------
Renaud Camus en 2002 à Paris.
L’auteur Français Renaud Camus
Camus lui-même rejette le terme « identitaire », en disant qu’il ne veut pas entrer dans le « jeu » de la politique identitaire », mais « voulait simplement rester Français ».
Néanmoins il a exprimé son soutien à la politicienne anti-immigration Marine Le Pen. En décembre, une enquête discrète d’Al Jazeera a révélé les liens étroits entre Génération Identité et le Rassemblement National – le nouveau nom du parti populiste Front National que dirige Marine Le Pen.

Février 2014 : Suite à une plainte du Mrap, l’écrivain et idéologue d’extrême droite Renaud Camus comparait aujourd’hui pour «incitation à la haine raciale» devant le tribunal correctionnel de Paris. En cause, les propos tenus par le président du Parti de l’in-nocence lors des premières «Assises sur l’islamisation de nos pays», organisées en décembre 2010 à Paris par le Bloc identitaire et Riposte laïque.

Image associée
Marine Le Pen et Marion Maréchal
«Nous n’avons pas affaire à des voyous, mais à des soldats», dont l’objectif est de faire fuir les «indigènes» blancs, avait déclaré Camus
--------------------------------------------------------------------------
ARTICLE CONNEXE
Les Néo-Nazis font un relooking alors que l’extrême-droite Allemande devient tendance
Des reporters ont filmé le dirigeant de Génération Identité (GI) à Lille en prétendant qu’il écrivait des discours pour les dirigeants du Rassemblement National (RN) et aidait des membres de GI à y trouver un emploi.
Al Jazeera a découvert des preuves d’entrisme au RN, qui a essayé de se purger de ses membres ouvertement racistes : « une tentative de GI d’infiltrer le parti de Le Pen et de façonner ses politiques ».
Le bras-droit de Le Pen, Florian Philippot, un réformateur qui a mené la stratégie de « dédiabolisation » du FN, a quitté le parti en septembre 2017 en prétendant qu’il opérait un retour « absolument terrifiant » aux jours sombres de son passé le plus radical.
L’ancienne députée du RN Marion Maréchal, la nièce de Marine Le Pen, qui a quitté la politique mais est considérée comme la dirigeante de l’avenir si Marine Le Pen devait échouer, a qualifié la théorie du Grand Remplacement de Camus comme « non absurde », en citant une étude qui concluait que les « Français de souche » seraient en minorité en 2040.

Nous voulons récupérer notre pays : Marion Maréchal
« Nous voulons récupérer notre pays », a-t-elle déclaré à un auditoire Américain en 2018, en disant que « la France était en train de passer du statut de fille aînée de l’Eglise (Catholique) à celui de nièce de l’Islam … ce n’est pas la France pour laquelle nos grands-parents se sont battus ».
Elle a ajouté qu’il « y avait aujourd’hui en Europe une jeunesse prête à se battre pour cela ». Marion Maréchal, comme la plupart des Identitaires, insiste sur le fait qu’elle est opposée à la violence, mais veut arriver à ses fins par la politique. 
Aux Pays-Bas, le dirigeant du Parti pour la Liberté (PVV) Geert Wilders est encore plus direct que les Français. 
 
Le député néerlandais anti-islamique Geert Wilders

« Nous sommes en train d’être remplacés par une immigration de masse issue de pays islamiques non-occidentaux », a-t-il tweeté en octobre, en disant que la solution consiste à « fermer nos frontières et à arrêter l’Islam, maintenant ». Son but avéré est de « désislamiser » les Pays-Bas, en qualifiant l’Islam de « menace existentielle à notre survie en tant que nation libre ». Il a affirmé que « 77 millions » d’immigrants allaient entrer en Europe au cours des 50 prochaines années et que « la plupart d’entre eux sont musulmans ». « Si nous ne les arrêtons pas … nous serons colonisés et islamisés. Nous allons cesser d’exister ».
Macron travaille à faire envahir notre pays, il n'est qu'à voir le Traité de Marrakech.

Ci-contre, une affiche de campagne électorale du parti nationaliste Allemand AfD, Alternative für Deutschland (Alternative pour l’Allemagne), avec le slogan : « Des burkas ? » Nous préférons les bikinis.
Et pourquoi pas avoir un choix à mi chemin. la femme n'est pas non plus une marchandise.

De l’autre côté de la frontière, le parti d’extrême-droite AfD a utilisé des thèmes identitaires dans sa campagne pour les élections de 2017 qui lui ont permis d’envoyer des députés au parlement national (Bundestag) pour la première fois.
Une des affiches représentait une femme enceinte avec le slogan : « Les Nouveaux Allemands ? Nous allons les faire nous-mêmes ». 



D’autres slogans comprenaient « récupérez votre pays ». 
Le parti avertissait que l’accueil des réfugiés par Angela Merkel menait à une « lente extinction culturelle ».
L’AfD a été renforcée par un important mouvement de rue radical, appelé Pegida ou « Européens patriotes contre l’Islamisation de l’Occident » (Patriotische Europäer gegen die Islamisierung des Abendlandes). Et tous deux sont liés aux Identitaires. L’éditeur Allemand Götz Kubitschek entretient des liens étroits avec Pegida et l’AfD, et il assisté à un des premiers meetings du Bloc Identitaire en France en 2012.

En Europe du Nord, jusqu’ici, les partis identitaires sont loin d’accéder au pouvoir. Mais en Italie, ils sont au gouvernement.
Le dirigeant de la Lega (Ligue du Nord), vice-président du conseil des ministre et le politicien le plus influent du pays, Matteo Salvini, a appelé à une alliance à l’échelle Européenne contre « l’immigration de masse », faisant le lien entre la « défense des frontières » et le « bien-être des enfants ».
Le parti de la Lega de Salvini était au départ un mouvement séparatiste de l’Italie du Nord. Puis il a adopté un nouveau slogan : « Les Italiens d’abord ! ». En 2016, Salvini s’est plaint que l’accueil des immigrants par le Pape allait « encourager et financer une invasion sans précédent ».
Le proche allié de Salvini, Lorenzo Fontana a déclaré qu’il voyait « une conception identitaire de la politique s’éveiller dans toute l’Europe », dont le tournant seront les élections de mai 2019.
« Cela changera beaucoup de choses », a-t-il déclaré à Politico l’année dernière.
Les personnalités de l’UE sont préoccupées. La débâcle du Brexit a contribué à atténuer le sentiment anti-UE, affirment-elles, mais les élections du Parlement Européen sont considérées comme une élection de « second ordre » et la faible participation signifie que les partis opposés aux pouvoirs établis réalisent un score exceptionnellement élevé, a déclaré un officiel.
Des sondages à l’intérieur de l’UE montrent clairement que l’immigration est une grande préoccupation au sein du continent, bien qu’elle ne soit pas la seule.
En Italie, en Hongrie, en Allemagne et en Autriche, les électeurs la mentionnent comme leur principale préoccupation.
En extrapolant à partir des sondages actuels, nous voyons que le « centre se rétrécit », a déclaré un officiel. Il y a deux décennies, le centre-gauche et le centre-droit combinés représentaient les deux-tiers des sièges au Parlement Européen, mais dans cette élection, on s’attend à ce qu’ils en représenteront moins de la moitié.
En théorie, les extrémistes sont en majorité.
S’il y a de l’espoir pour les centristes, il réside dans la probabilité qu’un large spectre de partis anti-immigration et anti-UE ne seront pas capables de travailler ensemble. Les attitudes de la Russie, par exemple, varient fortement entre les politiciens de droite en Pologne (où l’héritage de la Deuxième Guerre Mondiale et de la Guerre Froide soulève toujours de fortes émotions) et en Italie (Salvini est considéré comme un grand fan de Vladimir Poutine).
Dennison et Zerka, du ECFR, ne prévoient pas un bloc compact anti-immigration stable au Parlement – mais ils s’attendent à ce que les partis extrémistes coopèrent tactiquement sur les questions d’immigration.
Plus de députés européens anti-immigration dans le prochain parlement signifie que « leurs voix vont se faire entendre avec plus de force qu’aujourd’hui, ce qui pourrait limiter la capacité des états membres et du Conseil d’adopter une approche basée sur l’humanitaire et la solidarité du défi migratoire – au lieu de l’approche sécuritaire », disent-ils.
« Cela pourrait limiter la crédibilité de l’UE à contribuer à la résolution des défis dans d’autres régions du monde et au niveau mondial ».
Traduction et documentation de Patrick T.

'The Great Replacement': an idea now at the heart of Europe's politics
https://www.smh.com.au/world/europe/the-great-replacement-the-racist-idea-now-at-the-heart-of-europe-s-politics-20190319-p515cc.html
---------------------------------------------------------
Objectif du Nouvel Ordre mondial que nous imposent nos présidents. 
Nicolas Sarkozy : Relever de défi du métissage - 17 12 2008
---------------------------------------------------------
Parlement européen : et si les nationalistes l’emportaient en 2019 ?
---------------------------------------------------------
L'EXTINCTION DE LA POPULATION EUROPÉENNE. LA VIDÉO QUI FAIT FROID DANS LE DOS.


---------------------------------------------------------
**Il va falloir dire enfin la vérité sur l'histoire, une fois la victoire acquise. fini le lavage de cerveaux.
Nous allons libérer nos amis musulmans qui aiment la France, de ceux qui les trompent. Certains ont compris et devront aider leurs frères à se libérer.
670 millions de morts : l’islam est la religion du génocide

l'Islam et les mensonges de l'histoire. Mahomet s'est imposé par la violence. 
- L'Espagne musulmane et le mensonge de la cohabitation heureuse. 

Différence entre l'islam de la Mecque et l'islam de Médine
l'islam. Le connaitre pour y mettre fin. Mohamed, un faux prophète ? 

Esclaves blancs maîtres musulmans. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.