vendredi 8 mars 2019

08/03 - BLOCAGE DE LA PRISON DE FLEURY-MÉROGIS 
PLUS GRANDE PRISON D'EUROPE. 



Ils ont raison de se rebeller avant qu'un flot de djhadistes leur arrive.
Rappel - Retour des djhadistes en Europe : les vraies raisons.
Les milliers de combattants de l'État Islamiques qui vont rentrer en Europe peuvent-ils ne pas commettre d'attentats ? Le terrorisme va-t-il frapper des innocents ou la classe politique ? Qu'a-t-on prévu pour les déradicaliser ? Pourquoi le gouvernement a-t-il consenti à ce retour en masse ?
Les députés LaREm peuvent être touchés comme les autres. Ils devraient nous aider à destituer Macron et à virer le système voyou.
-------------------------------------
6 mars 2019
« C’est l’agression de trop, on ne pouvait pas laisser passer ça parce que là, il s’agit de nos vies, tonne le costaud Marcel Duredon, secrétaire local du syndicat Force ouvrière à Fleury-Mérogis. Ça fait vingt-neuf ans que je fais ce métier, et que je vois les conditions de travail se désagréger. » Christian, 33 ans, dont dix comme surveillant à Fleury, acquiesce : « Tous les jours, on nous demande de faire des miracles. Parce que travailler dans ces conditions, ici, aujourd’hui, c’est faire des miracles. »
Description des agressions récentes à 15 mn

La ministre Belloubet a dit que les surveillants avaient mal fait le travail. Elle va le regretter, l'expérience de l'an dernier ajouté au mouvement GJ, c'est de la dynamite.
« C’est l’agression de trop, on ne pouvait pas laisser passer ça parce que là, il s’agit de nos vies, tonne le costaud Marcel Duredon, secrétaire local du syndicat Force ouvrière à Fleury-Mérogis. Ça fait vingt-neuf ans que je fais ce métier, et que je vois les conditions de travail se désagréger. » Christian, 33 ans, dont dix comme surveillant à Fleury, acquiesce : « Tous les jours, on nous demande de faire des miracles. Parce que travailler dans ces conditions, ici, aujourd’hui, c’est faire des miracles. »
Le problème est connu, Fleury l’illustre à l’extrême : les prisons françaises abritent trop de détenus, et pas assez de gardiens. « Il nous manque 112 surveillants, 19 majors et premiers surveillants, et 15 officiers, énumère Marcel Duredon, qui estime que la population de “sa” maison d’arrêt oscille entre 4 200 et 4 500 personnes, alors qu’elle est conçue pour en accueillir quelque 2 800, soit un taux d’occupation avoisinant les 180 %. Aujourd’hui, quand un agent prend une aile d’un bâtiment, il est seul pour gérer 100 détenus. Et certains voudraient encore réduire le nombre de fonctionnaires? »
La rixe du 6 avril est tout sauf un cas exceptionnel, à en croire Christian, qui ne cache pas son angoisse. « Personne ne se rend compte de ce qui se passe à l’intérieur, on est dans une cocotte-minute qui peut péter du jour au lendemain. Les prisons sont le baromètre de la société française, et elles sont en train d’exploser, mais tout le monde ferme les yeux »
-------------------------------------
7 mars 2019 gazage entre forces de l'ordre
Les forces de police finissent par gazer. Il faut arrêter de dire, "ça n'est pas à eux que nous en voulons, ils font leur métier", il est du devoir des citoyens de désobéir à des ordres voyou. Ils sont responsables de leurs actes contre le peuple, contre les leurs. "On est pas des GJ"!!!! Les GJ se battent aussi pour les surveillants de prison.
Le gouvernement empêche les surveillants de faire leur travail ce qui met leur vie en danger. Il ne faut surtout pas fouiller une femme voilée! Il en est de même des enseignants qui ne peuvent plus rien imposer aux enfants...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.