dimanche 24 février 2019

24/02 - ALEXANDRE LANGLOIS, LANCEUR D’ALERTE, POLICIER ET SYNDICALISTE, 
PASSE EN CONSEIL DE DISCIPLINE ! 



Alexandre Langlois, policier et secrétaire général du syndicat de police VIGI CG
"La police est là pour nous protéger mais qui nous protège de la police ?"
https://www.youtube.com/watch?v=MkxiqZPO1cg

Charte de Munich
https://fr.wikipedia.org/wiki/Charte_de_Munich
Alexandre Langlois devant le siège de la préfecture de police de Paris avant son passage au conseil de discipline le 20 février 2019
En délicatesse avec les grands syndicats de la police nationale, le secrétaire général de VIGI était convoqué pour avoir notamment manqué au devoir de réserve. 
La décision de sanction est finalement laissée au cabinet du ministère de l’Intérieur. 

Alexandre Langlois a déclaré avoir prévenu de nombreux médias et responsables politiques de son passage devant un conseil de discipline au siège de la préfecture de police de Paris ce 20 février… 
Sur place, il y avait deux médias, dont RT France, un député – l’insoumis Ugo Bernalicis venu représenter son groupe – et plusieurs dizaines de Gilets jaunes. 
Sur le papier, le policier lanceur d’alerte, et secrétaire général du syndicat policier VIGI (0,4% aux dernières élections professionnelles de décembre 2018), est convoqué en conseil de discipline pour manquement au devoir de réserve. 
Quelques minutes avant d’entrer dans les locaux de la préfecture de police de Paris, Alexandre Langlois a accordé quelques propos à RT France. 
Selon ce dernier, les véritables raisons de sa convocation sont principalement liées aux prises de position fortes de son syndicat sur des sujets épineux comme l’épidémie de suicides au sein des effectifs de police, l’affaire Benalla et le mouvement des Gilets Jaunes. 
Le lanceur d’alerte a également évoqué un contentieux avec les syndicats majoritaires de la profession que VIGI accuse d’avoir fraudé au cours des élections professionnelles de la fin d’année 2018. 

Le député de La France insoumise, Ugo Bernalicis, a expliqué au micro de RT France qu’il était venu soutenir Alexandre Langlois en tant que lanceur d’alerte : "Il passe en conseil de discipline pour avoir dénoncé un certain nombre de pratiques scandaleuses au sein de la police nationale […] 
Si on ne peut plus questionner les pratiques policières, notamment quand on est soi-même policier et syndicaliste, dans quel monde est-on ? 
Visiblement, la dérive autoritaire touche tout le pays."

La décision laissée aux mains de Castaner et Nunez ? 
Contacté par RT France, VIGI a fait savoir que le conseil de discipline s’était finalement déclaré incompétent pour sanctionner Alexandre Langlois, mais laissait cette décision au cabinet du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. 
Il y a plusieurs semaines, le syndicat avait mis en ligne une pétition dans laquelle sont dénoncées les raisons pour lesquelles le policier risquerait, selon le syndicat, la révocation de la police nationale : "Alexandre Langlois, secrétaire général du syndicat VIGI va passer en conseil de discipline le 20 février 2019, pour avoir, au nom de notre organisation dénoncé auprès du Procureur des faux en écriture publique et des détournements de fonds publics de directeurs de la police ; dénoncé l’inaction du directeur général de la police nationale dans la lutte contre le suicide, qui a fait 61 morts dans la Police Nationale depuis sa prise de fonction ; dénoncé le détournement de la procédure disciplinaire et l’opacité de l’IGPN ; dénoncé le détournement de la médecine statutaire de soigner pour réprimer les fonctionnaires ; déposé plainte, puis s’être constitué partie civile dans l’affaire Benalla/Macron ; médiatisé la solidarité d’une majorité de policiers avec les gilets Jaunes ; mis en avant les carences du gouvernement dans la gestion du maintien de l’ordre des manifestations de gilets Jaunes ; déposé un recours pour demander l’annulation des dernières élections au sein du Ministère de l’Intérieur, par les 3 syndicats majoritaires." 
Par ailleurs, le communiqué précise : "On lui reproche un manquement au devoir de loyauté envers ses chefs, alors qu’il sert le peuple. 
On lui reproche une atteinte au crédit et renom de la police nationale, en dénonçant de graves dérives internes, alors que c’est un lanceur d’alerte protégé par la loi. 
On lui reproche un manquement au devoir de réserve, qui n’existe pas dans le statut de la fonction publique de 1983. 
L’auteur de cette loi, Monsieur Anicet Le Pors explique ne pas l'[y]avoir mis sciemment. 
Par contre il [y] a mis le devoir d’information du public." 
Le syndicat VIGI est lui-même connu pour ses prises de position tranchées.  
Or le parquet avait opposé une fin de non-recevoir. 
Malgré le manque de coopération d’Alexandre Benalla dans la recherche du coffre et la perquisition de son domicile à Issy-les-Moulineaux, le parquet s’est rangé à ses déclarations selon lesquelles il n’y avait que des armes, détenues légalement, dans le coffre. 
"Le parquet fait-il preuve d’une naïveté inhabituelle ? 
Sa position alimente en tout cas la thèse d’un Benalla protégé par le pouvoir", avait alors déploré l’avocat de VIGI, Yassine Bouzrou, cité par Le Parisien
------------------------------------

LES GILETS JAUNES VIENNENT EN SOUTIEN D’ALEXANDRE LANGLOIS
Le conseil de discipline du policier lanceur d’alerte Alexandre Langlois a eu lieu Mercredi 20 février 2019. Menacé pour manquement au devoir de loyauté, c’est dans la salle 167 que son sort a été décidé.
Bien que le conseil de discipline doit avoir lieu à 9 h 15, Alexandre Langlois arrive sur les lieux une heure avant l’audience. Langlois prend le temps de parler à la trentaine de Gilets jaunes réunis pour le soutenir, l’occasion pour lui de montrer que la situation n’affecte pas son moral.
Jusqu’à 8 heures, le calme régnait devant la Préfecture. 15 minutes plus tard, les évènements ont pris une autre tournure. Une petite cinquantaine de gilets jaunes sont venus apporter leur soutien à Alexandre Langlois. Ugo Bernalicis, député de la France insoumise (FI), est également présent sur les lieux.
Nombreux sont les faits qu’Alexandre Langlois a porté à la connaissance du public, mettant en avant les dysfonctionnements au sein de la Police nationale et du ministère de l’Intérieur. Les révélations du secrétaire général du syndicat policier Vigi ont eu pour effet d’effrayer sa hiérarchie, et ce à maintes reprises. Alexandre Langlois a également montré son soutien aux Gilets jaunes, lors de nombreux passages médiatiques.
Le fonctionnaire ne s’est pas contenté de révélations. Sur le terrain judiciaire, il n’a pas hésité à se porter partie civile dans l’affaire Benalla avec le syndicat Vigi. Ils ont porté plainte pour « usurpation de fonction » et « usurpation de signe réservé à l’autorité publique ».
Alexandre Langlois a également dénoncé l’inaction du directeur général de la Police nationale face aux cas de suicide dans l’institution. Il s’en expliquait récemment dans une interview accordée au Média (17 janvier).
Le syndicat Vigi avait, en soutien au lanceur d’alerte, mis en place une pétition récoltant plus de 68 000 signatures.
LES GILETS JAUNES EN SOUTIEN
« Dire la vérité, ce n’est pas autorisé », clame Clément, gilet jaune venu soutenir le dirigeant syndical. « Il a dénoncé des pratiques policières hallucinantes. Quand les manifestants sont dans une rue, les policiers bloquent cette rue en étant persuadés qu’il y a une autre sortie, alors que d’autres policiers en bloquent une autre juste à côté. Il n’y a que la salle de commandement qui est au courant du positionnement des forces de l’ordre. Il y a un véritable manque de communication. »
Clément n’est pas le seul gilet jaune à apporter son témoignage. Sophie déclare ne pas être là, cette fois, pour « lutter contre la hausse du pouvoir d’achat », mais pour « défendre Alexandre Langlois, qui a osé dénoncer des choses graves. Je suis effarée par la situation, je me tiens là pour défendre tous les lanceurs d’alerte. »
Les gilets jaunes venus en groupe pour soutenir le lanceur d’alerte, étaient accompagnés par plusieurs policiers. C’est le cas de Noam Anouar syndicaliste Vigi et ancien membre des renseignements généraux, présent pour défendre Alexandre Langlois. Il a, lui aussi, contribué à mettre en lumière les nombreux dysfonctionnements de la police. Il est d’ailleurs venu en témoigner sur le plateau du Média.
Lui aussi sous le coup d’une procédure disciplinaire, il indique avec un certain flegme que sa présence a peu de chances d’influer sur le sort d’Alexandre Langlois. « Les dés sont lancés depuis longtemps, c’est une présence symbolique, les membres des conseils de discipline n’ont que faire de notre présence, mais cela ne nous empêchera pas de faire pression pour tenter d’annuler une possible sanction. »
Le verdict est tombé aux alentours de 15 heures soit après plus de 6 heures d’audience. Les membres du conseil ne sont pas parvenus à voter en majorité une sanction. C’est désormais au ministère de l’Intérieur de trancher. La sanction sera communiquée dans un délai de 6 mois.
Le verdict prononcé a un goût de première victoire pour le syndicat Vigi. Fatigués par les pressions de la hiérarchie, les syndicalistes ne baissent pas les bras pour autant : « Comment ne pas voir également une tentative de coercition pour nous faire taire dans l’affaire Benalla/Macron, pour notre opiniâtreté à poser les questions qui dérangent en tant que partie civile ? »
Désormais Alexandre Langlois est dans l’attente de la décision du ministère de l’Intérieur.
Légende : Alexandre Langlois 
-------------------------------------
Gilets jaunes : «La contestation, dans les esprits, est très, très loin d'être diminuée»
Entretien avec Noam Anouar, délégué général du syndicat Vigi Police. Sur le plateau de RT France, il commente l’acte 15 des Gilets jaunes, et livre son analyse sur les revendications des manifestants et la réponse du gouvernement.

-------------------------------------
Les Gilets jaunes sont-ils déstabilisés par la communication du président Macron ?
--------------------------------------------------

Acte 15 des Gilets Jaunes : les analyses de William Thay et Manon Le Bretton

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.