mercredi 30 janvier 2019

+++30/01 - GJ - UNE ASSOCIATION POLICIÈRE LANCE L'ALERTE : 
"LES GRENADES SONT DANGEREUSES, 
NOS LBD SONT DANGEREUX !" 

Des policiers prennent position à Nantes le 26 janvier

Commentaire suite aux plaintes des policiers : Vous êtes juste devenu la chair à canon d'un système pourri et corrompu jusqu'à la moelle que seule une chose intéresse, sauvegarder leurs places et leurs intérêts personnels. Vous n'êtes plus que des pions, des fusibles avec qui ils jouent et dont ils n'ont absolument rien à faire. N'oubliez pas qu'ils n'hésiteront jamais à vous sacrifier pour leur seul intérêt et leur avidité sans limite. Je fini par comprendre pourquoi nombre d'entre vous finissent par mettre fin à leurs jours devant autant d'indifférence...



Jérôme Rodrigues
Dépité par le silence des syndicats, un collectif de policiers de terrain dit sa fatigue et réagit à l'incident qui a mené à la blessure du Gilet jaune Jérôme Rodrigues : "Il serait opportun de réfléchir sur la suite à donner à ce mouvement." 
ça n'est pas un incident, mais un assassinat délibéré d'une figure des GJ. L'Ange de la Paix.

Dans une publication Facebook datée du 28 janvier, le Collectif autonome des policiers d'Île-de-France (CAP-IDF) s'inquiète de la tournure que prennent la crise des Gilets jaunes et le maintien de l'ordre que lui oppose le gouvernement : "Le visage de la Police s'est trouvé changé, le masque du bourreau violent et répressif aidant !"
--------------------------------------
Peu après le début de ce Mouvement des Gilets Jaunes, nous n'avons pas manqué de mettre en garde non seulement nos collègues, mais aussi nos "dirigeants" qui n'apportent vraisemblablement pas la réponse aux sollicitations des manifestants parisiens et provinciaux. Nous avions prédit la tactique politicienne du "Diviser pour mieux régner", thème récurrent qui oppose systématiquement lesdits manifestants aux forces de l'ordre qui ont laissé le costume du "gardien de la Paix" par la force des choses, par la force inavouée des actions de plus en plus violentes de la rue. Le visage de la Police s'est trouvé changé, le masque du bourreau violent et répressif aidant. Nous ne sommes plus les Sauveurs des attentats, nous ne mériterions plus les louanges d'une foule en pleurs et reconnaissante.
La suite :
--------------------------------------
Et de déplorer dans la même publication : "Nos états-majors nous ont donné carte blanche pour nettoyer les rues, les directives ont été jusqu'à aujourd'hui des plus claires : "Force doit rester à la loi, dégagez-nous tout ça !"
Nous en voyons les résultats. Plus de 1.000 (ils ont des protections) blessés dans nos rangs, tandis que les Gilets jaunes en comptabilisent plus de 1.600 (les policiers nous confisquent nos protections : masques, collyre...). Le CRS boxé par Christophe parce qu'il était en train d'assassiner une manifestante a pris 15 jours d'arrêt parce qu'on a tapé sur son bouclier)."
Le collectif étrille les décisions prises verticalement par le gouvernement et le ministère de l'Intérieur et déplore le silence des «syndicats de police majoritaires qui ne pipent mot» avant de prévenir : "Les grenades sont dangereuses, nos lanceurs de patate (LBD) sont dangereux. Quand nombre de policiers sont considérés tout aussi dangereux, il serait opportun de réfléchir sur la suite à donner quant à la gestion opérationnelle et politique de ce mouvement. Puisque le couperet s'approche encore un peu plus de nos têtes, chers collègues, ne serait-il pas mieux d'éviter toute utilisation de ces armes et de refuser d'aller au contact dans ces conditions dantesques et de défiance d'une hiérarchie lâche ?"


Devant les caméras, on les sent fébriles à présent. Et cette fébrilité politique va se répercuter sur nous. Les avocats GJ filment et accumulent les preuves :




Une femme à ce poste, c'est hors nature et même les policiers sont d'accord ! Peut-être qu'un de ses enfants se trouve dans la manifestation. Lui, peut-être?


CASTANER, tu as du sang sur les mains et tu vas payer très cher. 



Jérôme Rodrigues par MédiaPresse

Interrogé par RT France, l'association CAP, qui représente prioritairement les policiers de terrain hors de tout mandat syndical, maintient ses propos et les précise : "Castaner, on le sent de moins en moins arrogant, moins serein. Devant les caméras, on les sent fébriles à présent. Et cette fébrilité politique va se répercuter sur nous."
Concernant les opérations de maintien de l'ordre dans la capitale et les grandes villes de France, le CAP reconnaît volontiers les dérapages, mais rappelle que les comportements sur le terrain correspondent à des ordres (il est de leur devoir d'Homme de désobéir aux ordres voyous) : "Nous, on écoute les collègues et on sent bien que quand les patrons nous disent : "Nettoyez tout ça", certains se sentent pousser des ailes... Et ils y vont !
La hiérarchie ne peut pas plaider l'innocence à cet égard, parce qu'ils entendent les conférences radio en direct dans les manifestations. 
Pour les préfets et les ministres, c'est pareil."
Et de pointer un dilemme : "Les collègues qui font n'importe quoi, il faudra qu'ils assument, mais ce ne sont pas forcément ceux qui auront le plus mal agi qui seront les plus sanctionnés." On retrouvera les VRAIS coupables et ils paieront.
Par ailleurs, le CAP estime que les associations de police occupent l'espace médiatique laissé par les syndicats majoritaires du secteur depuis le début de la crise des Gilets jaunes : "Notre porte-parole, Jean-Pierre Colombies, n'a jamais été autant sollicité par les télévisions qu'en ce moment. 
------------------------------

Né en Algérie (ça forme l'Homme autrement qu'en France) en 1961, Jean-Pierre Colombies est policier en région parisienne depuis une trentaine d'années. Il s'est lancé dans l'écriture.
Police : la hausse des salaires ne règle pas le «malaise» au sein des forces de l'ordre
Jean-Pierre Colombies, porte-parole de l'association policière #UPNI réagit à l'accord sur la hausse des salaires des forces de l'ordre. Une revalorisation qui, selon lui, est loin de masquer les dysfonctionnements au sein de l'institution policière.
------------------------------
Les grands représentants professionnels tels qu'Alliance, Unité et Unsa semblent bien contents de nous laisser jouer les lanceurs d'alerte pour se saisir ensuite de nos arguments lors de leurs négociations avec le ministère de l'Intérieur."
L'association de policiers de terrain déplore à ce titre une certaine apathie de la part des syndicats : "Ils n'ont rien fait, mais c'est incroyable... Vous imaginez la puissance qu'ils ont actuellement ? S'ils disaient : "On arrête tout, on est fatigués, on baisse les boucliers", Macron serait obligé de faire beaucoup plus pour les Gilets jaunes et pour les policiers aussi ! Ils sont les coupables principaux après Castaner.
La preuve, il ne veut surtout pas nous perdre et il nous félicite même pour notre travail depuis l'étrangerSans nous, il est perdu !"

Leur terrain, c'est plutôt la banlieue, normalement, et là-bas, les consignes sont d'assurer une certaine paix sociale. Par contre, quand on leur dit de nettoyer les Champs, là c'est open-barLe CAP ne joue pas non plus l'avocat du diable et prévient : "On n'appelle pas à désarmer, évidemment. D'ailleurs, les collègues nous disent que si on leur retire les LBD40, ils n'iront plus ! 
Mais il va se passer quelque chose de grave, on le sait."

Le policier du collectif prend alors en exemple le cas du Gilet jaune Jérôme Rodrigues, blessé à l’œil le 26 janvier place de la Bastille à Paris : «Elle n'est pas claire cette affaire. D'un côté, Castaner se félicitait de n'avoir jamais vu de policier attaquer un Gilet jaune, mais ensuite, il annonce qu'il y aura des sanctions. Donc on nous dit désormais qu'il faut "nettoyer les rues", mais "attention, pas de bavures". 
Jérôme Rodrigues est un pacifique, mais après plus de 10 actes de ces manifestations, les policiers sont aussi fatigués." (Toujours la même excuse pour justifier un crime!)
Enfin, le CAP admet que "la majeure partie des incidents" est imputable aux Brigades anti-criminalité (BAC) : "C'est normal, ce sont eux qui sont en première ligne et ce sont aussi eux qui portent les LBD40. C'est aussi ce choix opérationnel qui est critiquable. 
Les CRS, eux, savent balancer des grenades, mais les BAC sont moins habituées à tirer au LBD et des grenades. (Mais certains sont des tireurs d'élite pour tirer les GJ à l’œil!)
Leur terrain, c'est plutôt la banlieue. D'ailleurs, je remarque qu'en ce moment, dans les banlieues, c'est plutôt tranquille et la raison est simple : on ne dérange pas trop le trafic depuis le début de la crise sociale." Trafic qui est organisé par la CIA.
Antoine Boitel
---------------------------------------------------------
En décembre les policiers du commissariat du 8ème arrondissent, sur les Champs-Elysées, très proche du Palais de l'Elysée avaient invité les GJ a venir à leur rencontre.
GYROS BLEUS ACTE 1 : LES POLICIERS EN COLÈRE SUR LES CHAMPS-ELYSÉES. 
Guillaume Lebeau : « La mobilisation des policiers c'est un mini-mouvement "gilets jaunes". »

En 2016 déjà : LA COLÈRE DES POLICIERS RELAYÉE PAR GUILLAUME, UN HÉRO MENACÉ DE SANCTION. 
---------------------------------------------------------


La police dit : Puisque le couperet s'approche encore un peu plus de nos têtes, chers collègues, ne serait-il pas mieux d'éviter toute utilisation de ces armes et de refuser d'aller au contact dans ces conditions dantesques et de défiance d'une hiérarchie lâche ? Nous sommes fatigués, nos familles sont inquiètes, nos conjoint(e) et nos enfants n'en peuvent plus, et nous risquons non seulement notre carrière mais aussi notre avenir...
Le mieux serait que les policiers se mettre en congé maladie comme l'ont fait de nombreux CRS ou encore mieux de rejoindre le CNTF à l'appel d'Eric Fiorile son concepteur, pour défendre le peuple.**** De collabos, ils deviendront héros aux yeux de leur Famille et du Peuple




Ceux qui se croient protecteur, policiers et gendarmes nous bloquent sur ordre dans une rue ou sur une place pour que la BAC, ceux qui tueraient leur propre mère, fasse le sale travail, nous humilient, nous gazent, nous matraquent et nous mutilent .
Cette sale police est derrière tous les attentats et on trouve un pigeon musulman qui est désigné coupable et assassiné, comme Merah*, Coulibaly**, qui est sorti menotté du Kasher, suspecté dangereux portant une arme et assassiné.

* L'affaire Merah. affaire orchestrée par la Cabale..

** A 44 secondes, le "forcené armé" sort menotté et est abbatu
Ils ont laissé faire des massacres au bataclan.***

*** Et si le "Bataclan" était le fruit d'un complot et du terrorisme d’état? 
Qui a ordonné aux gendarmes présents de stopper l’assaut ?

****Appel Urgent d'Eric Fiorile aux forces de l'ordre 
à faire suivre :
(le compteur de cette vidéo est trafiqué comme toujours, comme le nombre de manifestants qu'ils annoncent, car j'ai énormément de personnes sur mon blog qui lisent cet article et EF a de nombreux contacts à ce sujet)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.