jeudi 24 janvier 2019

24/01 - TRAITE D'AIX LA CHAPELLE : VERS L'EUROPE FÉDÉRALE?
- LE COMTE DE PARIS PRÉTENDANT AU TRÔNE DE FRANCE
NOUS A QUITTÉ À L'ÂGE DE 85 ANS,
UN 21 JANVIER COMME LOUIS XVI. 



De toute façon entre Macron et Meckel, ça ne peut être que mauvais pour la France.
Ils unissent leurs armées pour combattre les GJ?

Emmanuel Macron et Angela Merkel, réunis à Aix-la-Chapelle pour signer un nouveau traité franco-allemand, ont été accueillis mardi 22 janvier dans la matinée par les huées de quelques dizaines de personnes.

Certaines d'entre elles portaient des gilets jaunes. Le président français et la chancelière allemande ont rapidement pénétré dans la prestigieuse mairie d'Aix-la-Chapelle. Les manifestants, munis de sifflets et de vuvuzelas, ont crié "Merkel muss weg" ("Merkel doit partir") et "Macron démission"
Plusieurs arboraient des gilets jaunes et le slogan allemand "Aufstehen" (Levez-vous), du nom d'un mouvement fondé en septembre par des membres du parti de gauche radicale Die Linke. Ils tentent depuis plusieurs semaines d'importer le mouvement français des "gilets jaunes" en Allemagne et tiennent un discours musclé à l'égard de l'accueil de migrants.

Les rumeurs démenties
Entourés d'un important dispositif de sécurité, les deux dirigeants ont signé le traité d'Aix-la-Chapelle, censé élever la relation bilatérale à un "niveau supérieur". Le nouveau texte complète un premier traité conclu en 1963 par Charles de Gaulle et Konrad Adenauer.
---------------------------------
Le président français Emmanuel Macron a dénoncé mardi les "mensonges" relayés notamment par l'extrême droite française au sujet du nouveau Traité franco-allemand signé à Aix-la-Chapelle avec la chancelière allemande Angela Merkel.
"Ceux qui oublient la valeur de la réconciliation franco-allemande se rendent complices de crimes du passé, ceux qui caricaturent ou répandent le mensonge font mal aux peuples qu'ils prétendent défendre en faisant bégayer nos Histoires", a lancé le président français à l'adresse de ceux qui en France ont diffusé des fausses informations sur ce Traité.
L'extrême droite française a notamment prétendu que le texte prévoyait la cession par la France à l'Allemagne de son siège de membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU ou que l'allemand allait devenir la "langue administrative" en Alsace et Lorraine.
Dans une Europe "menacée par les nationalismes, bousculée par le Brexit", l'Allemagne et la France "doivent assumer leurs responsabilités et montrer la voie, de l'ambition, de la souveraineté réelle, de la protection des peuples", a affirmé le président français.
"Nous aimons nos patries et nous aimons l'Europe parce que nous savons qu'elles sont irrémédiablement inséparables", a ajouté M. Macron.
En France, la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, et le dirigeant de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, ont notamment attaqué ces derniers jours ce nouveau Traité, qui prévoit selon eux d'importants abandons de souveraineté par la France à son voisin allemand.
"Des voix s'élèvent, d'universitaires reconnus, qui dénoncent eux aussi des abandons graves de notre souveraineté. On ne se taira pas", a ainsi tweeté Mme Le Pen durant les discours de Mme Merkel et M. Macron.
L'extrême droit allemande n'est pas en reste. Un de ses dirigeants, Alexander Gauland, a ainsi accusé Paris et Berlin de vouloir avec le traité créer "une super-UE" à l'intérieur de l'Union européenne. 
"Nous autres populistes demandons que chacun s'occupe d'abord de son pays. Et nous ne voulons pas que Macron le fasse avec l'argent des Allemands", a-t-il tonné.
--------------------------------------------
TRAITE d'AIX LA CHAPELLE : Vers l'Europe fédérale?
Angela Merkel et Emmanuel Macron hués

Voici 1h12 d'embrouilles, les discours complets :
*********************************
Le comte de Paris prétendant au trône de France nous a quitté à l'âge de 85 ans, un 21 janvier comme Louis XVI
Le comte de Paris était à la fois un descendant de Monsieur, le frère du roi Louis XIV, mais aussi de Philippe-Egalité. Lequel avait voté la mort du roi Louis XVI, qui fut guillotiné le 21 janvier 1793. Hasard du calendrier, Henri d’Orléans s’est éteint ce même jour, 226 ans plus tard. Il était le descendant du dernier roi en France, Louis-Philippe 1er (1773-1850), qui a régné de 1830 à 1848. « Le roi est mort, vive le roi », a tweeté le mouvement royaliste Action Française, qui soutient cette branche orléaniste. Il était brouillé avec son père qui le rejetait et a gaspillé sa fortune. Deuxième de 11 enfants, Henri d’Orléans était devenu à 66 ans chef de la Maison de France, en dépit d’une longue brouille avec son père. Ce dernier l’avait confirmé en 1996 dans l’ordre de succession dynastique.
Né le 14 juin 1933 au manoir d’Anjou à Woluwé-Saint-Pierre (Belgique), Henri d’Orléans passa son enfance au Maroc, en Espagne et au Portugal. Malgré la loi d’exil frappant le chef de la Maison de France, le jeune prince est autorisé par le président de l’époque, Vincent Auriol, à rentrer en France et à y poursuivre ses études.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.