samedi 5 janvier 2019

05/01 - PLAINTE CONTRE EMMANUEL MACRON 
PAR UNE FEMME GJ DE 32 ANS. 


Selon le Courrier Picard, une mère de famille de 32 ans vient en effet de porter plainte contre lui et son gouvernement.
Sonia Echaroux fait partie de ces milliers de Français à avoir manifesté son désaccord avec la politique d’Emmanuel Macron. Le 29 décembre dernier, comme chaque samedi depuis le 17 novembre, cette Gilet jaune était ainsi dans les rues d’Amiens afin de protester. Le problème, c’est qu’elle assure avoir fait l’objet d’un traitement particulièrement abusif de la part des forces de l’ordre. « J’ai subi une palpation au corps, sur les seins et l’entrejambe de la part d’une policière, devant tout le monde  », déplore-t-elle auprès du Courrier Picard.
Nous y avons eu toutes plus ou moins droit le soir du 31 décembre pour entrer sur les Champs-Élysées.
Au-delà de ce qu'elle considère comme une atteinte à son intimité, Sonia Echaroux regrette que le « droit de manifester ne soit plus ». Auprès de nos confrères, elle évoque ainsi des « canons à eau », « des charges de la part des CRS », mais aussi des « envois de grenades lacrymogènes ». Une artillerie lourde qui lui aurait causé plusieurs blessures, dont « une plaie au niveau abdominal, de 2,5 sur 3,5 cm », constatée par l’hôpital d’Eu. Reste que malgré tous ces éléments, la plainte de la militante a peu de chances d’aboutir. Statut de Président de la République oblige, Emmanuel Macron bénéficie d’une immunité judiciaire…
------------------------------
Des flics à moto armés de flashball dans Paris
BFMcollabo nous a repassé en boucle la vidéo des 3 CRS moto agressé, mais a oublié de montrer l'agression de ces CRS envers la foule. Ils chargent maintenant en moto pour mieux gazer et nous tirer au Flashball.

Comment le peuple peut-il continuer à ne pas riposter ? Ils sont juste non violent, ça finira par payer et donner honte aux forces de l'ordre.
Dans les rues autour des tensions, des motards parfois par équipe de deux et armés de LBD font des patrouilles
C'est le journaliste indépendant Clément Lanot qui a partagé sa photo sur Tweeter. La police ressort donc les unités à moto, interdites il y a 32 ans jour pour jour après la mort de Malik Oussekine. On les avait déjà vues lors de la manifestation lycéenne du vendredi 7 décembre à Toulouse.
Les « syndicats » de police les disait « épuisés » par le mouvement des gilets jaunes. En bonne logique, voilà maintenant que les flics se mettent à rouler en moto, par deux, armés de flashball. Moins fatiguant pour tirer sur la foule, plus pratique, plus efficace.
On les imagine rouler entre les cortèges et canarder avec joie, un peu comme au stand de tir, ponctuant le tout de « fils de pute » et autres insultes et jubilant, au moment de blesser des manifestants.
Suite et vidéos
Face aux grenades, un Gilet Jaune lance un mégaphone sur un policier : il est mis en examen
http://www.revolutionpermanente.fr/Face-aux-grenades-un-Gilet-Jaune-lance-un-megaphone-sur-un-policier-il-est-mis-en-examen
-------------------------------
Les GJ en province :
Acte VII des Gilets jaunes à Amiens, ville natale de Macron
http://www.courrier-picard.fr/157760/article/2018-12-29/acte-vii-des-gilets-jaunes-amiens

A Toulouse

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire