vendredi 4 janvier 2019

+04/01 - LA GJ MARION SIGAUT 
EXPLIQUE POURQUOI LES GILETS JAUNES 
NE DOIVENT PAS FAIRE RÉFÉRENCE À LA RÉVOLUTION. 


Auxerre – Marion Sigaut parmi les Gilets Jaunes
C'est une prise de conscience d'une peuple,
une Évolution et pas une révolution.

Une vidéo de 6 mn, rétablit la vérité sur notre histoire depuis la révolution. Seule Marion est capable de faire cela. Un trésor National!*

Marion SIGAUT attendait ce moment, elle l'a préparé en le dénonçant et elle a une place d'Honneur dans ce mouvement.
Marion SIGAUT a fait des études d'histoire, obligation afin de pouvoir être entendue, mais a fait de très nombreuses et sérieuses recherches pour comprendre les incohérences de l'histoire qui nous est imposée. Elle est venue nous en informer aux 2 rencontres autour du "Pays Réel"* à Wissous en région parisienne où nous avons pu bénéficier des connaissances de nombreux autres conférenciers.

*Marion SIGAUT : "Il était tentant, pour les Français pétris de culture républicaine que nous sommes, de faire le parallèle entre l’actuel soulèvement des Gilets jaunes et la Révolution française."

Marion SIGAUT:
Depuis le début des événements, les références à la Révolution sont légion et elles sont toutes à côté de la plaque. Six minutes pour remettre les pendules à l’heure.

Les origines de notre situation actuelle résumée brillamment ici :
Gilets jaunes, Ancien régime et Révolution
On y retrouve l'arnaque de la dette et de la circulation des marchandises déjà au temps des rois. Le travail d'esclave dans des pays lointains.... Les francs-maçons qui tirent encore les ficelles en France...

Voir ses livres et ses vidéos sur "les Lumières" et autres événements importants de l'histoire


Marion Sigaut décortique les lumières
Quel rapport peut-il y avoir entre un roi débonnaire, un domestique ombrageux et une magistrature frondeuse ? Par une glaciale soirée de 1757, Damiens, le domestique, frappa Louis XV, et les magistrats s'empressèrent de supplier qu'on leur confie un jugement qui n'était pas de leur ressort. Damiens a-t-il agi seul, et pourquoi ? Comment le roi, que sa douceur naturelle poussait à la clémence, a-t-il permis le déchaînement de barbarie que fut la mise à mort de celui qui n'avait fait que l'égratigner ? En donnant la parole à l'un des principaux enquêteurs de l'époque, le prince Emmanuel de Croy, l'historienne Marion Sigaut met au jour la réalité terrible, et jusque-là ignorée, d'un procès truqué de bout en bout. D'une plume alerte, elle perce enfin le mystère Damiens et révèle les liens inouïs qui pouvaient exister, trente ans avant la Révolution, entre un fils du peuple, un roi absolu et les plus ardents opposants à l'absolutisme.

Comme les francs-maçons voyaient qu'ils n'arrivaient pas à nous manipuler comme ils l'ont fait en 1789 en nous imposant leur Ripoublique, le franc-maçon Mélenchon est monté au créneau pour nous lancer sur cette piste vaseuse, comme il l'a fait pour le mouvement du 5 mai du CNTF en lançant le même jour la manifestation "la Fête à Macron" en se servant du naïf François Ruffin.

Mélenchon a toujours captivé les foules par sa connaissance de l'histoire, même s'il avait souvent faux. Le peuple se croyant ignare le prenait pour un grand homme de la révolution qui se pointait. Les francs-maçons nous gouvernaient avant tout par la parole, la manipulation des masses. Nous sommes devenus sourds à leur beaux discours. Le Bon Peuple se réveille.

Sur le journal 20 minutes :
Cette comparaison de Jean-Luc Mélenchon qui a publié un billet dans lequel il souligne sa fascination pour Eric Drouet. «Il y a déjà eu un Drouet décisif dans l’histoire révolutionnaire de la France. Drouet, c’est cet homme qui a observé attentivement cette diligence bizarre sur la route de Varennes en juin 1791», rappelle le patron des Insoumis. Pourquoi les «gilets jaunes» se réfèrent-ils autant à la Révolution française ?
Ce Drouet a eu un effet désastreux sur la suite, contrairement à notre Drouet actuel. De toute façon ces ordures arrivaient toujours à leurs fins. Plus maintenant, au contraire, c'est Leur FIN qui se pointe à l'horizon.
Eric Drouet ne tombe pas dans ce piège, il n'a pas la grosse tête.
* Jean-Baptiste Drouet
Homme célèbre de la révolution française, Jean-Baptiste Drouet, simple maitre de poste, n’avait aucune raison de le devenir. Il entre dans l’histoire le 21 juin 1791, lorsqu’il reconnait Louis XVI et sa famille en fuite vers l’Allemagne.
Placés sur les routes principales, les relais de poste avaient une position naturellement stratégique..


Arrestation de Louis XVI


Vidéo du Musée de la poste à Paris 
Ici l'histoire de l'arrestation du Roi. Enfin, l'histoire officielle car ceci pourrait encore être une invention permettant l'arrestation de Notre Bon roi Louis XVI*

Notre Bon roi Louis XVI par Marion SIGAUT:

Notre bon roi Louis XVI-Requiem (Gounod)
Voyez la ressemblance frappante avec Michel Boujenat*
* Michel Boujenat . Il a joué dans le super film "3 hommes et un couffin" de Coline Serreau



Croyez-vous en la réincarnation? Demain, un article à ce sujet.
-----------------------------
Pour la Vraie Histoire, faites confiance à Marion, une vraie historienne et non pas une historienne qui a pris pour du bon pain ce que l'éducation nationale, les historiens, les experts... manipulés par la Cabale, lui ont fait croire sur l'histoire réécrite, nous parler de la Révolution à la fête du Pays Réel à Wissous en région parisienne. Une fête où se rassemblent 2.000 personnes, on pourrait dire 2.000 Gilet Jaunes.
Voir ses nombreux livres et vidéos
---------------------------------------

Le plus important. Il faut en finir avec la destruction de ce qui nous est le plus cher. Nos enfants.
J'ACCUSE L'ÉDUCATION NATIONALE. L'ECOLE, LA HAUTE TRAHISON. 
UNE GUERRE CIVILE. L'école pour les clandestins et contre nos enfants. 

L'ÉCOLE POUR PERVERTIR NOS ENFANTS.
On n'instruit plus nos enfants, on les détruit! Fini le français, les mathématiques...



******************************************

Texte de la vidéo "Gilets jaunes, Ancien régime et Révolution"
Il était tentant, pour les Français pétris de culture républicaine que nous sommes, de faire le parallèle entre l’actuel soulèvement des Gilets jaunes et la Révolution française.
Ça n’a pas manqué, et on entend régulièrement comparer Macron avec Louis XVI, la classe politique avec la noblesse, et ce système en décomposition avec l’Ancien régime.
J’aimerais remettre les pendules à l’heure.
Oui le peuple français avait faim à la veille de la Révolution française.
Mais la raison n’est pas que la « noblesse et le clergé » s’en seraient mis plein les poches au détriment du peuple, comme on l’entend souvent.
Et les foules désespérées qui faisaient le coup de poing avec des forces de l’ordre complètement dépassées ne réclamaient pas la fin de l’Ancien régime, mais son sauvetage.
Et l’interdiction du nouveau.
Toujours les rois de France avaient assuré que le pain du peuple serait accessible à tous au meilleur prix, et là était la raison d’être de la royauté.
Le roi était le père nourricier, et son autorité envoyait sur les marchés une police dont la fonction consistait à protéger le peuple contre les appétits des marchands.
Pointilleuse, respectée, dotée de pouvoirs réels, la police des grains assurait une sorte de service public de l’alimentation et ne laissait les marchands faire leurs achats qu’une fois que la population locale, toute la population locale, s’était servie.
En cas de disette, quand pour des raisons politiques (guerre) ou climatiques, le grain manquait, son prix était fixé par la négociation entre les autorités locales et les marchands.
On appelait cette négociation la taxation (ou fixation du taux).
Le peuple faisait confiance au roi pour le protéger de la rapacité des profiteurs, et Henri IV avait fait de l’exportation de blé, en cas de disette, un crime de lèse-majesté, donc passible de la peine de mort : le pain du peuple était sacré au nom du bien commun.
Un jour sont arrivées les Lumières,  qui ont prétendu remplacer le bien commun par la recherche du profit.
Des gens sans scrupule ont poussé le roi à s’endetter jusqu’à ce qu’il n’en puisse plus, puis l’ont convaincu que, pour qu’il puisse rembourser la dette, il fallait qu’il libéralise le commerce des subsistances.
Laisser circuler les blés sans les tracasseries de la police des grains, laisser la loi de l’offre et de la demande en fixer le prix, laisser faire, laisser passer.
Louis XV décida de tenter l’expérience en 1763, mais devant les violences et les cris de la population indignée devant la hausse des prix, il choisit de reculer et de revenir à l’ancien système.
A son avènement au trône en 1774, le jeune Louis XVI fut convaincu par les arguments du brillant Jacques Turgot qui lui présenta tous les avantages qu’il aurait à libéraliser le commerce des subsistances.
Intimidé, désireux de bien faire et manquant totalement d’expérience, Louis XVI laissa Turgot vider les greniers et laisser les marchands rafler les grains à la place des consommateurs, sous les applaudissements nourris de Voltaire qui voyait enfin se réaliser ses rêves.
Ça fut un soulèvement : comme un seul homme (et femmes en tête) et aux cris de « taxation ! taxation ! » la population partit récupérer son grain et le distribua au « bon prix », celui qui ne lèse personne et permet à tout le monde de vivre.
Si les gigantesques manifestations de Gilets jaunes réclamant un carburant abordable ressemblent à quelque chose, c’est bien à ces foules de la Guerre des farines.
Dans les deux cas, le peuple exige d’être entendu et refuse de payer pour une dette qui n’est pas la sienne.
En 1776 encore, le roi entendit son peuple et revint à l’ancien système, celui de la police des grains : il renvoya Turgot.
Or la dette continuait d’augmenter, encore et encore.
Quand elle a été telle que l’État risquait de ne plus pouvoir payer ses fonctionnaires, quand furent épuisés tous les expédients habituels le roi, acculé, accepta, une ultime fois, de libéraliser le commerce des subsistances.
Puis il fut contraint de réunir les États-généraux, assemblée chargée de répartir l’impôt et d’apporter au roi les doléances des peuples.
Les libéraux avaient le vent en poupe, et avaient obtenu, en même temps que la libre-circulation des subsistances, un contrat de libre-échange entre la France et l’Angleterre qui inonda le marché français de produits à bas prix fabriqués par des enfants et des ouvriers réduits à la misère.
La hausse du prix du pain se doubla d’un chômage abominable, et les six mois qui précédèrent la prise de la Bastille furent faits d’émeutes de chômeurs et de familles exigeant le retour du système protecteur qui avait eu cours jusque-là et non son abolition.
Le peuple ne contestait pas l’ancien régime, mais le nouveau, celui du capitalisme appliqué à sa substance.
Chauffées par les loges maçonniques déterminées à renverser toutes les protections du peuple et les entraves au profit, les députés aux Etats-généraux s’autoproclamèrent assemblée constituante et inscrivirent dans le marbre l’économie de marché que le peuple rejetait de toutes ses forces.
C’est ça la Révolution.
Le roi ne pouvait plus rien puisqu’il était renversé : il n’allait plus gêner les profiteurs enfin au pouvoir.
Ceux qui ont pris sa place et l’ont tué sont ceux qui ont imposé au peuple français la barbarie économique qui a cours encore aujourd’hui.
C’est la bourgeoisie qui a voulu, fait et gagné la Révolution française pour imposer un régime que le peuple français ne voulait pas.
On le lui a imposé par la terreur et les massacres. Il a subi la pauvreté, la prolétarisation, la barbarie économique et la perte de toute sa tradition.
Si Macron ressemble à quelqu’un, ce n’est certainement pas au roi que le peuple chérissait et considérait comme son père.
Macron n’est que le dernier en date des successeurs de ceux qui l’ont assassiné pour imposer le règne de l’argent-roi contre le bien commun.
--------------------------------------------------
Philippe Pascot était dans vos rangs le 29 décembre devant France Télévision. Invitez Marion SIGAUT dimanche pour vous accompagner lors du Rassemblement des GJ Femmes. Laetitia et les autres, nous comptons sur vous. les femmes ont toujours fait la différence, elles peuvent devenir des tigresses pour défendre leurs petits, ce sont les mères, les hommes sont les guerriers, cette fois ils sont sans armes, juste armés de leur détermination et de leur courage pour défendre la Famille, la leur mais aussi la grande famille français, la Famille Humaine, Mondiale. La Cabale est en train de fondre, comme neige au soleil. le soleil des Gilets Jaunes.
Les forces de l'ordre gazent, tapent les femmes dans les manifestations. quel sera leur comportement face à ces femmes. Cazeneuse n'a pas gazé le 31 décembre, de nombreux touristes se trouvaient ce jour de réveillon sur les Champs. S'il gaze des femmes ils se mettra définitivement même de nombreuse personnes qui les soutiennent encore , à dos.
--------------------------------
Des interventions lors de la 1ère fête du pays réel
L’abbé Xavier Beauvais
Marion Sigaut
Carl Lang
Valérie Bugault/Jean Rémy : La démocratie à l'épreuve des faits
--------------------------------
*** Bientôt nous brûlerons tous les livres d'histoire que nous a pondu l'éducation nationale. Un officier formé à l'école St Cyr m'a avoué qu'il enseignait la vrai histoire discrètement à ses enfants. J'ai été heureusement surprise et il a toute mon estime.
On retrouve Marion Sigaut dans ces anciens articles
13/03/2017 - Il y a encore des Résistant en France. Il suffit de les rallier pour reprendre notre pouvoir et mettre fin a la colonisation de notre pays. 
Perso, ça n'accroche pas avec Alain Escada qui organise ces rassemblements, mais il a le mérite de regrouper de très Belles Personne, il a un franc parler, de très bonnes connaissances, mais il lui manque l'Humilité de la majorité des personnes qui se rencontrent ici. Il refuse de discuter avec moi et me fuit comme la peste :-) ce qui n'est pas le cas de Marion et des autres conférenciers. J'y ai largement distribué mes tracts, vous me connaissez maintenant. Je conduisait un tracteur dès mon plus jeune âge et je n'ai pas changé comme le chante Julio Iglesias.*
Il y avait longtemps !
-------------------------------
Julio Iglesias et la mère de ses 5 enfants
*Julio Iglesias - Je n'ai pas changé [1982]
Julio Iglesias - Il faut toujours un perdant.wmv
Cette fois-ci se sera Macron et le Système, surtout, car Macron n'est qu'une marionnette remplaçable.
JULIO IGLESIAS - les meilleures chansons de JULIO IGLESIAS

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire