vendredi 4 janvier 2019

04/01 - GJ. DIMANCHE, MANIFESTATION SPÉCIALE FEMME GJ. 
CE SAMEDI UN "ACTE 8" SUR LA PLACE DU TROCADÉRO ? 



J'ai rencontré cette femme près du rond point de l'Etoile lorsqu'ils ont arrêté Eric Drouet pour la 2ème fois. Elle a beaucoup de courage, c'est une très belle personne.

Un événement Facebook invite les gilets jaunes à participer ce samedi à un "acte 8" sur la place du Trocadéro. Une mobilisation féminine est également prévue dimanche. Déjà sept week-ends de mobilisation pour les manifestants depuis le 17 novembre, et le 8ème est déjà annoncé sur les réseaux sociaux. Le mouvement s'essouffle va encore titrer BFMTV à bout d'arguments. Le mouvement est devenu Mondial, ils ne le diront pas.

Après avoir vu la vie en rose, nous passons au jaune.


Elles entendent se réunir, entre femmes, le 6 janvier prochain à travers la France. Les femmes Gilets jaunes sont présentes au sein du mouvement social depuis ses débuts, mais les voilà qui organisent désormais leur propre rassemblement. D'emblée, elles précisent : "ce n'est pas une lutte féministe mais féminine".

Sur la principale page Facebook regroupant plus de 11.000 personnes intéressées par le rassemblement.
Plutôt Marianne que Rosie la Riveteuse. Sur les pages Facebook dédiées aux rassemblements des femmes Gilets jaunes, prévus  dimanche 6 janvier à Paris et dans d'autres villes de France, c'est une figure féminine coiffée d'un bonnet phrygien, pleurant des larmes bleues et rouges, qui revient le plus souvent. L'image de Rosie la riveteuse, ouvrière au poing levé, symbole féministe et populaire s'il en est, apparaît beaucoup plus timidement, en tout cas sur la principale page Facebook regroupant plus de 11.000 personnes intéressées par le rassemblement. Un rassemblement de femmes donc, mais pas féministe pour autant. La courte présentation écrite qui accompagne l'événement confirme d'ailleurs cette idée. "Chères femmes nous sommes dans les rues depuis le 17 novembre, jusque là nous avons été discrètes, c’est pour cela que nous lançons un appel à toutes les femmes pour se mobiliser. Nous restons complémentaires et solidaires aux hommes ce n’est pas une lutte féministe mais féminine", précisent ainsi les organisatrices du rassemblement
La suite :
---------------------------------------------------------


---------------------------------------------------------
Eric Drouet a été arrêté une fois de plus après avoir voulu rendre hommge avec des amis aux Gilets Jaunes morts pour la cause :
Hommage à Chantal Mazet, la "gilet jaune" renversée au Pont-de-Beauvoisin
Sa fille continue le combat



Gilets jaunes: portrait de femmes au combat
Les gilets jaunes sont mobilisés depuis plusieurs jours et parmi eux de nombreuses femmes sont présentes.
------------------------------------------------------





Marie, 62 ans, de Séné. À plusieurs reprises, Marie tient à dire qu’elle sait « qu’il y a des situations pires » que la sienne. Dès samedi, elle a revêtu son gilet jaune et a « tenu », parmi les autres, le rond-point d’Atlantheix. Jeune retraitée, elle vit avec moins de 1 200 € par mois. « Après plus de 40 ans de travail, est-ce que c’est normal ? J’ai 350 € de loyer, alors pour le reste, je suis obligée de compter. Mon pouvoir d’achat s’est cassé la figure. Mon loisir principal, c’est la marche, parce que la marche, c’est gratuit. Je me suis remise à la recherche de petits boulots ». Soudain prise par l’émotion, elle se reprend en parlant de ses deux enfants : Ils se débrouillent bien, tous les deux ont un travail, ce qui n’est pas le moindre des soulagements pour la Sinagote.

Anne-Marie, 58 ans, de Guern. Anne-Marie s’est trouvée une seconde famille au rond-point des Trois-Rois à Saint-Avé. Elle y est depuis samedi où elle est arrivée dès potron-minet. « Je pensais repartir aujourd’hui, mais finalement je suis encore restée une journée ». Cette aide-soignante à la retraite touche une petite pension de 925 €. Une fois payés le loyer, les factures et les courses « dans un discount », il ne lui reste que 100 € pour le reste. « Je n’ai aucune marge de manœuvre. Mes vêtements, je les achète à Emmaüs. Mais avec mon ami, on essaye quand même de s’offrir une semaine de vacances par an. On ne va pas au restaurant bien sûr, mais si on peut trouver quelque chose de pas cher, on part ». Anne-Marie ne pense pas qu’à elle en arborant ce gilet jaune : « Je suis aussi là pour les jeunes, pour qu’ils aient un avenir ».

Evelyne, 59 ans, de Vannes. « J’ai travaillé dans la restauration, puis j’ai passé mon diplôme de détective. Aujourd’hui, je touche 810 € d’allocation adulte handicapé et mon plein me coûte aujourd’hui 85 € au lieu de 60 €» ! Evelyne est arrivée sur le barrage de Luscanen mardi et se dit révoltée par l’indifférence du Président. « On ne lâchera rien. On est presque plus motivée que les hommes. C’est pour nos enfants qu’on se bat. Les mamans en colère demandent que Macron dégage. On n’a plus envie de négocier avec quelqu’un qui nous méprise autant ». Sur le barrage, l’ambiance est bon enfant. Pas de violence, même verbale. Et lorsque le ton monte entre un automobiliste et un gilet jaune, les femmes sont là pour tempérer l’humeur des hommes. « Ce qu’on ne veut pas, c’est qu’il y ait un accident ».

Patricia, 55 ans d’Arradon. « Je fabrique et vends des bijoux et gadgets sur les marchés et le plein de mon fourgon me coûte 117 €. Avant, c’était 80 €. C’est énorme. Mais on n’est pas là que pour le gazole, on est là contre toutes les taxes et la CSG des retraités ». Patricia n’en revient pas de voir la solidarité des gens : « on nous apporte du bois pour le feu et des commissions. Des étudiants nous ont même apporté des chocolats ! Les routiers sont sympas. On leur apporte du café » ! Sur le barrage de Luscanen depuis samedi, Patricia est équipée pour durer : double manteau, écharpe et bonnet. Le midi, elle repart chez elle pour déjeuner. Une chose est primordiale à ses yeux : « pas de partis et pas de syndicats » !

---------------------------------
Les GJ ne manquent pas de ressources, sont créatifs, ils pourront remplacer notre gouvernement voyou et redonner à la France son panache. La France, le monde redeviendront ce Paradis qu'il n'aurait jamais du cesser d'être.
Perpignan : le préfet interdit aux gilets jaunes de se rassembler, ils organisent une opération ramassage de déchets
https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/pyrenees-orientales/perpignan/perpignan-prefet-interdit-aux-gilets-jaunes-se-rassembler-ils-organisent-operation-ramassage-dechets-1599227.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire