mercredi 24 octobre 2018

24/10 - USA - CARAVANE DE MIGRANTS: 
LE MEXIQUE RÉPOND AUX MENACES DE DONALD TRUMP. 



L'ouragan frappant le Mexique serait-il provoqué par l'Alliance pour ralentir cette horde de migrants que leur envoie Soros?
La caravane de milliers de migrants centraméricains en route vers les États-Unis provoque des tensions diplomatiques entre Washington et ses voisins latino-américains. Lundi 22 octobre, lors d'un meeting électoral au Texas, le président américain a annoncé que son administration allait couper ses aides financières au Honduras, au Salvador et au Guatemala. Tout comme le Mexique, ces trois pays se sont montrés « incapables », selon Donald Trump, « d'empêcher les gens de prendre la route » pour entrer illégalement aux États-Unis.
La réponse du Mexique aux attaques de Donald Trump ne s'est pas faite attendre. « Nous n'allons pas nous plier à l'exigence de quelque gouvernement que ce soit. Personne ne provoquera au Mexique une réaction hostile à la caravane des migrants », a déclaré le ministre de l'Intérieur.
Comme pour joindre les actes à la parole, le Mexique a ouvert la nuit dernière un pont à la frontière avec le Guatemala où des centaines de migrants centraméricains attendaient depuis plusieurs jours. Quelque 400 personnes ont ainsi pu être enregistrées par les autorités mexicaines.



Le flux migratoire devrait continuer
Des milliers d'autres migrants ont gagné le Mexique de manière clandestine et se dirigent à pied vers les États-Unis. Mais le flux migratoire ne devrait pas s'arrêter là.
« Des personnes continuent à se rassembler dans différents villages et villes du Honduras qui souhaitent rejoindre la caravane pour sortir du pays. Mardi dernier 4 000 personnes ont quitté le Honduras. A leur approche de la frontière guatémaltèque, des Salvadoriens se sont joints à cette caravane, et durant la traversée du Guatemala ils ont été rejoints par des Guatémaltèques. Mais 80% de ces personnes sont des Honduriens », explique Wilfredo Mendez du Centre hondurien pour la promotion des droits de l'homme
Une nouvelle caravane de plus d'un millier d'Honduriens a entamé dimanche la traversée à pied du Guatemala en direction de la frontière mexicaine. Trump avait fourni une aide financière qui était censée financer des programmes de développement économique et humanitaire dans le but d'encourager la population à rester au pays. Une aide cruciale. Par exemple au Honduras, près de sept habitants sur 10 vivent en dessous du seuil de pauvreté. Le taux d'homicide est de 43 sur 100.000 habitants, ce qui en fait l'un des pays les plus violents au monde.
----------------------------------------

Ce n'est pas une caravane de migrants, c'est une invasion de migrants.


Ce n'est pas une caravane de migrants, c'est une invasion de migrants
-         L'invasion des migrants est une urgence nationale, le président Trump appelle à mettre fin à l'aide américaine aux pays
-         Les migrants qui traversent le Mexique dans le cadre d'une immense caravane de migrants seront arrêtés s'ils enfreignent la frontière des États-Unis. Les immigrants en déplacement ne viennent pas pacifiquement.
-         Le ministère de la Justice doit enquêter sur le financement de l'invasion massive de migrants vers la frontière américaine
-         Les personnes venant du Guatemala, du Honduras et d'El Salvador ne pourront pas faire une demande d'asile légitime une fois arrivées
«Je suis un procureur de carrière. et j'ai vu de visu ce qui arrive dans notre pays par le Mexique a déclaré la procureure générale de la Floride, Pamela Bondi, dans une interview télévisée. "L'héroïne, le fentanyl, toutes les drogues, les membres de gangs… nous devons protéger nos frontières de ces dangers."
Elle a qualifié de «violents» les immigrants brisant les barrières pour entrer au Mexique et a appelé à l'arrêt du mouvement.
«Le fait qu'ils risqueraient même que des enfants soient avec eux, cela montre qu'ils ne sont pas ici pacifiquement», a déclaré AG Bondi. «Nous les avons vus brûler le drapeau américain. Ils sont ici pour causer des problèmes, je ne peux pas le dire pour tous, bien sûr. "
Cependant, at-elle ajouté, «nous devons protéger notre pays, nos citoyens et nos enfants contre la drogue, contre le trafic humain. C'est pourquoi nous avons des frontières et c'est pourquoi nous avons un processus de vérification dans notre pays. "
Lundi, le président Donald Trump a déclaré que la caravane était une urgence nationale et a déclaré que les Etats-Unis supprimeraient ou réduiraient "l'aide étrangère massive" accordée au Guatemala, au Honduras et au Salvador après qu'ils n'aient pas arrêté le voyage des migrants dans le nord.
Lundi également, Tom Homan, ancien directeur par intérim de l'Immigration and Customs Enforcement (ICE), a déclaré: "L'échec des législateurs à combler les lacunes de la législation sur l'immigration a entraîné la menace posée par une immense caravane d'immigrants se dirigeant vers la frontière américaine."
L'Amérique d'abord!
Par Paul Ebeling 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.