samedi 20 octobre 2018

20/10 - UN MÉDECIN TÉMOIGNE SUR LES PRÉLÈVEMENTS 
FORCÉS D’ORGANES EN CHINE : 
« IL ÉTAIT ENCORE VIVANT »  

Et cela serait arrivé pendant la guerre de Syrie et partout dans le monde.
02/11/2017
« Il saignait. Il était encore vivant », a révélé le médecin chinois Enver Tohti à une table ronde d’experts sur la pratique lucrative des prélèvements d’organes sur les prisonniers de conscience en Chine.
Le 6 juillet dernier, le Comité conjoint des Affaires étrangères, du Commerce et de la Défense d’Irlande a tenu une table ronde pour entendre les témoignages présentés par les experts sur le trafic d’organes, dont David Matas et Ethan Gutmann, nominés pour le Prix Nobel de la paix pour leurs enquêtes en Chine.
La table ronde a présenté au comité une série de recommandations, exhortant les gouvernements à interdire le tourisme de transplantation d’organes – une pratique extrêmement lucrative principalement en Chine.
Les principales victimes des prélèvements d’organes pour alimenter ces transplantations sont les pratiquants de Falun Gong – une discipline traditionnelle chinoise d’exercices et de méditation basée sur les principes d’authenticité, de bienveillance et de tolérance. En 1999, le Parti communiste chinois (PCC) a lancé une persécution cruelle contre ces pratiquants, qui se poursuit encore aujourd’hui.
Des centaines de milliers de pratiquants sont retenus dans un vaste réseau de prisons et de camps dans toute la Chine, où ils peuvent être mis sur la liste des donneurs d’organes contre leur volonté.
Le tourisme de transplantation est déjà interdit en Israël, à Taïwan, en Italie et en Espagne. Ethan Gutmann a expliqué que ces pays l’ont interdit par souci « d’intégrité, par sensibilité à la tragédie humaine, par une sagesse ancestrale qui tient compte que les grands acteurs de la scène internationale pourraient ne pas réagir à cette tragédie mondiale ».
M. Gutmann a poursuivi en insistant sur le fait qu’il s’agit d’une période critique et qu’il faut agir aujourd’hui.
Le Dr Tohti a évoqué une opération de prélèvement d’organes qu’il avait effectuée dans les années 1990, pensant qu’il accomplissait son devoir « d’éliminer les ennemis de l’État ».
« Chaque fois que je parle de cela, c’est comme si je faisais une confession », a-t-il fait valoir, avant de se prononcer devant le comité.
Il a décrit comment on devient un esclave complaisant dans la société chinoise sous le régime communiste, un « membre de la société entièrement programmé, prêt à accomplir une tâche sans poser de questions ».
Il a déclaré qu’en 1995, deux chirurgiens en chef lui avaient demandé de constituer une équipe pour effectuer « la plus grande opération possible » le lendemain matin.
Enver Tohti et son équipe ont été amenés à l’extérieur de l’hôpital. On leur a demandé d’attendre que les coups de feu éclatent.
Rein au marché noir au Kosovo

Cet ex ministre serait responsable de ces trafic d'organe.
Bernard Kouchner rit des victimes serbes du trafic d'organes au Kosovo

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.