mardi 16 octobre 2018

16/10 - LE JOURNALISTE AMÉRICAIN KHASHOGGI 
TUÉ PAR ERREUR, 
PUIS DÉPECÉ. 



Il se rendant en Turquie en vue de son futur mariage.
Une erreur funeste, rien de plus, rien de moins : Jamal Khashoggi est mort dans le consulat d’Arabie saoudite d’Istanbul lors d’un interrogatoire qui a mal tourné. Selon cet article du New York Times et ce reportage de CNN, c’est la nouvelle version des faits que le royaume de la péninsule arabique veut faire avaler au monde deux semaines après la disparition du journaliste saoudien qui détient le statut de résident permanent aux États-Unis. Elle suit une première version officielle dans laquelle Khashoggi était sorti vivant du consulat et vise à dissiper une crise qui compromet les relations entre l’Arabie saoudite et les États-Unis (et aussi la Turquie). Le président américain semble prêt à y souscrire, ayant évoqué hier la possibilité que Khashoggi ait été tué par des «éléments incontrôlables». Mais elle occulte certains faits allégués pour le moins gênants.
Le plus important de ces faits allégués par des responsables turcs est la présence parmi les 15 agents saoudiens dépêchés à Istanbul pour «interroger» Jamal Khashoggi d’un médecin légiste muni d’une scie à boucher avec laquelle le corps du journaliste aurait été démembré.


Selon la nouvelle version saoudienne dont fait état le Times en citant une source anonyme proche du royaume, Khashoggi a été tué au cours d’un interrogatoire commandé par un responsable du renseignement saoudien qui est un ami du prince héritier, Mohammed ben Salmane. Celui-ci «avait approuvé l’interrogatoire et même le rapatriement de force de Khashoggi en Arabie saoudite», écrit le journal.
Mais le responsable du renseignement saoudien «est allé trop loin dans sa volonté de faire ses preuves dans une opération secrète, puis a tenté de camoufler le travail bâclé», ajoute le Times en s’appuyant sur la version de sa source saoudienne.
Cette version, si elle est également acceptée par la Turquie, serait «désastreuse» pour la crédibilité de son président, Recep Tayyip Erdogan, dont le régime a alimenté les médias des détails sur la façon macabre dont Khashoggi aurait été tué. Le mot «désastreux» est utilisé par un ami du journaliste.
Dépêché d’urgence par Donald Trump en Arabie saoudite hier, le secrétaire d’État Mike Pompeo n’a pas passé plus de 15 minutes en compagnie du roi Salmane, selon le journaliste Jim Sciutto CNN.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.