mercredi 26 septembre 2018

26/09 - MACRON. LES RATS QUITTENT LE NAVIRE. 
G. COLLOMB BALANCE SUR E. MACRON: 
MANUELLE VALLS FUIT EN ESPAGNE. 
 
Gérard Collomb déchante. A la droite, sa femme (30 ans de différence). C'est ça le pouvoir !

Après la démission surprise de Nicolas Hulot, voici Collomb qui s'envole du nid ou plonge. L'Aquarius après avec repêché les migrants va pouvoir repêcher les membres du gouvernements et leurs larbins.

Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur (Police), le grand ami de Macron qui a pleuré lors de son élection, que son ami a laissé se débattre seul dans l'affaire Benalla, lâche Macron qui va seul de débattre dans le marécage qu'il a lui même créé. Ses "amis ne viendront aps à sa rescousse.

Emmanuel Macron et Gérard Collomb, empêtrés dans 8 mois de préavis
DÉCRYPTAGE - "Il va finir par ne plus me supporter", aurait confié Gérard Collomb à propos d'Emmanuel Macron, selon "La Dépêche du Midi". Une phrase qui laisse présager la température entre les deux hommes politiques pour les mois à venir.
Un fossé est-il en train de se creuser entre Gérard Collomb et Emmanuel Macron ? Depuis l'annonce de candidature pour les élections municipales à Lyon du ministre de l'Intérieur, les relations sont tendues avec le président de la République.
Et pour cause, Gérard Collomb avait livré dans L'Express son ressenti sur la politique menée par Emmanuel Macron, et avait annoncé son intention de quitter le gouvernement après les élections européennes. 
Des déclarations qui sont venues s'ajouter à une phrase du ministre qui avait suscité la polémique : l’exécutif "manque d'humilité". Mais ce n'est pas tout. De nouveaux propos émanant du locataire de la place Beauvau cristallisent la tension entre le président de la République et son ministre. "Il va finir par ne plus me supporter", aurait même confié Gérard Collomb à propos du chef de l'État.

Les critiques d'un système macroniste
La Dépêche du Midi révèle les dessous d'un entretien accordé le 6 septembre dernier par Gérard Collomb, à des journalistes. "Les provinciaux, et j'en suis, ont déjà une tendance naturelle à considérer que les Parisiens ont la grosse tête et les snobent, or des expressions, comme la nouvelle grammaire politique ou la 'start-up nation', ils ne s'y reconnaissent pas".

Déclaration explosive puisque le ministre de l'Intérieur vise deux symboles du "nouveau monde" en politique, incarné par... Emmanuel Macron. Gérard Collomb qui se vante d'être dans le cercle proche du président de la République affirme aussi : "Nous ne sommes pas nombreux à pouvoir encore lui parler. Ceux qui parlent franchement à Macron sont ceux qui étaient là dès le début : Ferrand, Castaner, Griveaux et moi..."

Une situation intenable au sein du gouvernement
En attendant le lancement officiel de la campagne pour les élections municipales de 2020 et le départ de Gérard Collomb du gouvernement, qui serait prévu pour juin 2019, huit mois "de préavis" vont s'écouler. L'opposition s'est empressée de dénoncer la présence d'un "ministre à mi-temps", place Beauvau.

Pourtant, quelques heures après l'annonce de sa candidature à Lyon, le ministre s'est rendu dans la cité des Tarterets, à Corbeil-Essonnes, pour lancer de nouveaux renforts pour des quartiers en difficulté. À noter qu'il s'agit d'une des mesures-phares de la Police sécurité du quotidien (PSQ). À son arrivée, Gérard Collomb a assuré se sentir "de mieux en mieux" dans le gouvernement.

Si on avait voulu un gouvernement vraiment efficace, Monsieur Collomb aurait dû être sorti
Mais cette situation est jugée bancale et donc peu tenable au sein de l'exécutif. D'où la nécessité "d'exfiltrer" Gérard Collomb, selon un baron de la macronie cité dans Le Parisien. Les avis ne sont guère plus tendres auprès des autres sources mentionnées. "Dans une entreprise, il serait viré sur-le-champ. Cela détériore l'autorité de son patron et sa propre autorité sur ses troupes. Si on avait voulu un gouvernement vraiment efficace, Monsieur Collomb aurait dû être sorti".

Un conseiller d'un important ministère avoue : "La vérité, c’est qu’on est dans la merde !". Du côté de Matignon, on a évoqué un "secret de Polichinelle" en rappelant combien le ministre était attaché à sa ville dont il fut le maire pendant 16 ans, avant d'être nommé en mai 2017 au poste stratégique de ministre de l'Intérieur.

Même si son départ n'arrive pas avant huit mois, les spéculations vont bon train quant à son remplaçant. Jean-Yves Le Drian ? "Ce n'est pas ce qu'il veut", indique une source. Selon les informations du Parisien, l'actuel ministre des Affaires étrangères avait déjà refusé le poste sous François Hollande. Christophe Castaner ? "Il en a vraiment envie. Il en rêve", va jusqu'à confier un proche d'Emmanuel Macron au journal. Mais l'Élysée tranche : Emmanuel Macron remaniera "lorsqu'il le jugera nécessaire". Ce qui laisse présager encore quelques mois de rumeurs. 
--------------------------

Autre bonne nouvelle : Il est prouvé que Tariq Ramadan a bien abusé d'une des femmes qui l'accuse. Ce "Frère Musulman" agressif, hautin, nuisible...restera en cage.
DES SMS COMPROMETTANTS ET UNE REMISE EN LIBERTÉ REFUSÉE
Selon le Muslim Post, certains SMS qu’il a échangés en 2009 avec la deuxième plaignante, surnommée « Christelle », semblent montrer qu’il a menti sur la nature de sa relation avec elle. Celle-ci assure avoir subi de sa part une agression violente et humiliante le 9 octobre 2009 dans un hôtel à Lyon (Rhône).
Le Parisien a également pu consulter ce rapport dans lequel sont notamment analysés les textos envoyés par Tariq Ramadan sur le portable de « Christelle ». Un temps perdu, ce téléphone a été retrouvé par la plaignante il y a quelques mois.
Le 9 octobre 2009, le jour du viol présumé, Tariq Ramadan écrit par exemple le message suivant : « Tu viendras, tu es prête. Je devrais t’attendre en bas car il faut une carte pour monter dans l’ascenseur ». Dans sa défense, Ramadan assurait jusque-là n’avoir rencontré la plaignante que dans le bar de l’hôtel ce jour-là. Ce SMS semble démontrer qu’il comptait la faire monter dans sa chambre.

Ramadan est bien l’auteur de textos compromettants
D’autres textos envoyés le lendemain sont encore plus embarrassants pour Tariq Ramadan. Le 10 octobre 2009, à 19h29 : «J’ai senti ta gêne… désolé pour ma «violence». J’ai aimé… Tu veux encore ? Pas déçue?». «Ce silence dit quoi???», relance l’interlocuteur enregistré sous le nom «Tariq Ramadan» à 21h53. A 23h09, nouveau message : «Tu n’as pas aimé… Je suis désolé Christelle. Désolé». Le dernier SMS a été rédigé le lendemain, le 11 octobre à 9h24 : «J’ai attendu tte (NDLR : toute) la journée un message hier pour lire enfin des reproches et une déception… Que veux-tu que je rajoute à ça… Ça me peine et c’est moche».
Autant d’éléments qui viennent contredire la position de Tariq Ramadan qui assurait ne pas avoir eu de relation avec cette deuxième plaignante.
Jusqu’à présent, « Christelle » n’avait conservé que des photos de ces derniers SMS, comme nous le révélions en février dernier.L’analyse informatique de son téléphone retrouvé prouve que Tariq Ramadan est bien celui qui les a envoyés, contrairement à ce qu’il a encore affirmé lors d’une confrontation avec Christelle la semaine dernière. « Ce n’est pas moi du tout qui ai envoyé ces messages », a-t-il martelé selon le compte rendu de la confrontation que nous avons pu consulter.
«Qu’on me rapporte une preuve, disait Tariq Ramadan. Les voilà»
«A quoi cela tient. A un vieux téléphone que ma cliente retrouve. Un téléphone qui va peser très lourd pour Ramadan, réagit auprès du Parisien Eric Morain, l’avocat de Christelle. On porte une cliente, on porte sa parole car on la croit. On essaie d’apporter les preuves que l’on peut, ce qu’on retrouve. Mais cela ne suffit jamais. Qu’on me rapporte une preuve, disait Tariq Ramadan il y a encore une semaine lors de la confrontation. Les voilà.»

Joint par téléphone, Emmanuel Marsigny, l’avocat de Tariq Ramadan restait injoignable à cette heure
--------------------------
Municipales 2020 : "Je serai candidat à Tourcoing", annonce Gérald Darmanin
Le ministre de l'Action et des Comptes publics n'a de cesse de rappeler son attachement à Tourcoing. Au "Figaro", il précise qu'il n'a pas encore décidé "à quelle position" de la liste il sera candidat.
Il va aussi falloir arrêter de prendre nos villes en otage !!!!!!
Avec le CNTF, c'est prévu.
------------------------------------------
Quand à Emmanuel Valls, ancien 1er ministre et maire d'Evry en Essonne grâce à une fraude, n'ose même plus se présenter en France. Il se présente comme maire de Barcelone en Espagne.

VALLS, ANCIEN 1ER MINISTRE FRANÇAIS MAIRE DE BARCELONE? L'EUROPE LE PERMET!
ManuelValls devra renoncer à son mandat de député puisque le droit français interdit le cumul entre mandat parlementaire et fonction exécutive locale.
Sans surprise, lorsque, il y a quelques jours, Manuel Valls a laissé entendre qu'il réfléchissait à l'idée d'être candidat à la mairie de Barcelone, la nouvelle a été abondamment médiatisée. Il y eut, d'abord, les réactions au "coup" politique et médiatique, d'autant qu'il était rapidement confirmé que l'offre venait de Ciudadanos, une formation politique centriste qui s'est farouchement opposée au processus d'indépendance de la Catalogne.  
Ensuite, l'annonce a suscité, en France, pléthore de commentaires sur les raisons qui animaient l'intéressé ; curieusement, peu se sont interrogés sur l'incongruité, voire l'indignité, d'une telle candidature venant d'un ancien Premier ministre français qui n'a jamais eu d'activités politiques publiques en Espagne. Enfin, en Espagne comme en France, vint le temps des réactions politiques, des personnalités de tout bord, majoritairement hostiles à l'idée, s'étant tour à tour exprimées. 

Une candidature possible en principe
Mais, paradoxalement, rares ont été ceux qui ont posé la question de la faisabilité d'une telle candidature, la plupart prenant l'annonce pour argent comptant et quelques-uns allant jusqu'à l'expliquer par le fait que Manuel Valls est né à Barcelone ou, ce qui est faux, qu'il aurait la double nationalité. 
La réalité est tout autre. Si Manuel Valls pourrait être maire de Barcelone, c'est parce que le droit de l'Union européenne le permet. Ou, plus exactement, celui de l'UE combiné au droit espagnol car, à l'inverse, il n'est pas imaginable que Carles Puigdemont ou quiconque dénué de la nationalité française puisse un jour prétendre être maire en France. Voici quelques explications pour y voir plus clair. 
Depuis le 1er novembre 1993 et l'entrée en vigueur du traité de Maastricht, toute personne ayant la nationalité d'un Etat membre de l'Union européenne est, en outre et par ce seul fait, titulaire de la citoyenneté de l'Union. Cette innovation visait à lutter contre le déficit démocratique dont, disait-on, la construction européenne souffrait. Au-delà de sa dimension symbolique, ladite citoyenneté confère des droits, parmi lesquels le droit de vote et d'éligibilité aux élections municipales dans l'Etat membre où le citoyen réside. Voilà pour le principe. 

Pour être éligible, Valls devra résider en Espagne
Les modalités, maintenant. Une directive européenne de décembre 1994 précise les conditions d'exercice de ce droit pour les citoyens de l'Union qui résident dans un Etat membre dont ils n'ont pas la nationalité. Et elle donne aux Etats la possibilité de réserver à leurs seuls nationaux un certain nombre de fonctions. C'est à ce stade que l'Espagne et la France ont fait des choix différents. 
Bon débarras, mais qu'il ne se croit pas sauvé pour autant!
L'Espagne, comme 14 autres Etats membres, permet à un citoyen de l'Union d'exercer l'ensemble des fonctions municipales, y compris celle de maire. La France, en revanche, réserve aux seuls nationaux français les fonctions de maire et d'adjoint au maire. Le motif d'une telle restriction tient à notre Constitution : maires et adjoints font partie des "grands électeurs" aux sénatoriales et les sénateurs exerçant, avec les députés, la souveraineté nationale, ils ne peuvent être désignés par des non-nationaux français. 
Revenons donc au cas de Manuel Valls. De nationalité française, il est éligible à la fonction de maire de Barcelone parce que citoyen de l'Union et que le droit espagnol le permet. Encore devra-t-il résider en Espagne, puisque le droit de l'Union l'exige et, s'il est élu, renoncer à son mandat de député français puisque le droit français interdit le cumul entre mandat parlementaire et fonction exécutive locale. Bien que le cas ne soit pas prévu, on voit mal en effet comment cette interdiction ne s'appliquerait pas à une telle fonction au motif qu'elle serait exercée hors de France. 

Décès d’Emmanuel Ratier, qui a écrit ce livre sur Valls, survenu ce mercredi 19 août, dans sa 58èmee année.
Assassiné comme tant de patriotes, après avoir été persécuté. Classé à l'extrême droite, il fait ses débuts dans la presse écrite en 1981 avant de focaliser ses essais sur les milieux dirigeants ou influents, s'inscrivant dans la continuité des textes d'Henry Coston. Il publie la lettre confidentielle Faits et Documents ainsi que des ouvrages qualifiés de conspirationnistes.

Seconde attaque de la librairie "Facta" d'Emmanuel Ratier

Le 9 février 2014 la librairie Facta d'Emmanuel Ratier a été attaquée lors d'une manifestation des antifas. C'est la seconde fois depuis le 9 décembre 2013.
* Les Antifas, arme de l'état, protégés par la Préfecture de Police franc-maçonne, qui lutte aussi contre "Génération identitaire", de vrais patriotes courageux.

Donnons la parole à Emmanuel Ratier :
Un homme dit toute la vérité sur Charlie Hebdo 
Cet homme a raison, c'est l'état qui est responsable des attentats, ça commence à se savoir, mais cet homme devrait respecter notre mode de vie en changeant de tenue comme dirait Zemmour.

Tuerie à Charlie Hebdo l'analyse d'Emmanuel Ratier à 4mn
Ce sont des professionnels qui ont fait le travail.
Marion Sigaut est aussi à suivre

QUELQUES MÉFAITS DE VALLS
12/05/2016 - Valls passe la loi travail avec l'appui anti-démocratique du 49.3*
Nous faisons face ce soir à une trahison populaire et démocratique.

05/03/2017 - Coup d'état silencieux en France le 5 décembre 2016. 
Fin de partie babylonienne  – l’enfer sur terre. 
Etc....

-----------------------------------------------

Un peu de détente dans ce monde de brutes.
Mieux vaut en rire. Macron décoré "Champion de la Terre", le roi des écolos, aux USA. Il rencontre le génocidaire Bill Gates.
Macron "Champion de la terre" : "C'était audacieux de dire 'Make the planet great again'"
"une blague plus qu'une récompense sérieuse". je pense que Trump se moque encore de lui et veut réveiller les français.
Les cinq titres les plus inattendus portés par Emmanuel Macron

On décore à tout va. Il a donné la légion d'honneur à un prince d'Arabie saoudite, responsable de tant de mort et de crimes odieux en Syrie, ailleurs, y compris dans leur propre pays.

Il débloque, ce mec!
Macron demande "pardon" à la veuve de Maurice Audin, torturé pendant la guerre d'Algérie. "Maurice Audin a caché des terroristes du FLN qui ont commis des attentats. Maurice Audin était un traitre qui a été le responsable de tant de morts, il aurait du être exécuté. Zemmour l'a rappelé ces jours-ci.
Emmanuel Macron rend visite à Josette Audin
Cet acte historique s’est tenu dans le salon d’un petit appartement, perché au cinquième étage d’un immeuble de la banlieue parisienne. Il y avait les enfants de Josette Audin, Michèle et Pierre, Cédric Villani, député LREM, Sébastien Jumel, élu communiste, Sylvain Fort et Sophie Walon, les conseillers qui ont œuvré à cette reconnaissance, Sylvie Thénault, Raphaëlle Branche et Benjamin Stora, historiens spécialistes de la guerre d’Algérie, Claire Hocquet, avocate de la famille, Pierre Mansat, président de l’association Maurice Audin, François Demerliac, auteur des images ci-dessus, et quelques journalistes, dont "l’Obs".
Les injustices que Macron commet, c'est envers les français actuels. Quel cirque!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.