vendredi 14 septembre 2018

14/09 - QU’EST CE QUE L’ÉGO INDIVIDUEL ? 
DES IMAGES DE SOI. 


L'Amour est heureux quand il peut donner quelque chose.
L'Ego est heureux quand il peut prendre quelque chose.

Apprenez à savoir qui vous êtes, en repérant lorsque vous jouez un rôle. 
- dans le but d'apitoyer quelqu'un, de gagner ses faveur en vous dépeignant comme une victime. "Ma femme est folle, malade, hystérique..." dit l'homme qui veut en séduire une autre en l’apitoyant sur son sort.......La plupart des femmes sont des infirmières et ils le savent. 
Voyez le Boureau, la victime, et le sauveur*, cet tactique ne mène à rien de bon.
Dans le but d'impressionner en vous inventant des qualités, des compétences, des diplômes...
Osho : "Les prêtres, les psychanalystes et les gourous sont heureux parce que leur commerce tout entier existe à cause de vous". 

Il n'y a rien à faire, rien avec quoi se battre contre, ne nulle part où aller.
Voyez cette explication d'Osho, puis la suivante, occidentale.
Pour moi Osho est très clair à force d'exemples simples.

LE PROBLÈME DE L'EGO TONIQUE par Osho, philosophe indien qui a aussi vécu aux USA
"Vous n'avez pas de problèmes, seul ceci doit être compris. Dès cet instant vous pouvez laisser tomber tous les problèmes parce qu'ils sont votre création.
Le fameux "No Problem" des indiens"
L'ego ne se sent pas bien, à l'aise, avec des taupinières, il veut des montagnes. Même si c'est de la misère, ce ne doit pas être une taupinière, ce doit être un Everest. Même si c'est être malheureux, l'ego ne veut pas être ordinairement malheureux, il veut être extraordinairement malheureux !
Les gens ne cessent de créer de grands problèmes à partir de rien. J'ai parlé à des milliers des gens de leurs problèmes et je n'ai encore pas rencontré un problème qui soit réel ! Tous les problèmes sont du vent - vous les créez parce que sans problèmes vous vous sentez vides.
la suite  :

Libérez vous grâce à la méditation dynamique d'Osho.
Osho a créé cette méditation pour les occidentaux. 
-------------------------------------
Autre explication de l'égo.

L’égo individuel est composé d’un ensemble d’image de soi, accompagnées des justifications qui les soutiennent. Il n’a pas d’existence véritable. Néanmoins, le regard d’autrui, qu’il soit positif ou négatif lui octroi un semblant d’existence.

De même que l’égo collectif se pose en rival du Cosmos en affirmant que les humains occupent une place spéciale dans l’ordre des choses, l’égo individuel se pose en rival de la vraie nature de l’être humain.

Le développement de l’égo individuel :
Ces images de soi sont développées pendant l'enfance lors du conditionnement. La famille prépare l’enfant au rôle qui lui a été assigné dans le système de valeur de l’égo collectif. Cela s’effectue en introjectant, phrase par phrase, le programme d’idées et de croyances de l’égo collectif dans le psychisme du jeune enfant. Les valeurs et toute la structure de l’égo collectif sont surtout inculquées aux enfants en leur apprenant les notions «de bien et de mal» et les concepts sur lesquelles elles reposent.
«Si tu fais ça c’est mal» accompagné d’un ton négatif , de reproche, et d’une punition.
La punition va bien au-delà du fait de donner une tape, une claque ou de mettre l’enfant au coin, punir passe aussi par le fait de rejeter le comportement d’une personne en la privant d’amour, d’attention, en créant un sentiment de peur, et d’infériorité chez elle car sont comportement est jugé inadéquat. Ainsi naît la culpabilité et le refoulement dans l’inconscient : c’est la diabolisation d’un aspect vrai et sain de la personne.
«Si tu fais ça c’est bien» accompagné d’un ton d’amour conditionnel ou déguisé, de la récompense.
C’est alors que la personnalité se crée, elle se compose de tous ce qui est sensé apporter une récompense, ce qui nous permettra de nous sentir supérieur et plus jamais inférieur ( comme lorsqu’on était puni). On rejette tout aspect, comportement, pensée pouvant entraîner une punition même si l’on en a pas conscience c’est cela qui nous pousse à agir sans prendre en compte les sentiments de notre vérité intérieure.
Le résultat est la création d’un égo individuel à l’intérieur du psychisme de l’enfant. C’est comme un faux programme mental qui se transmet des parents aux enfants, et qui se diffuse au sein de chaque nouvelle génération. Et comme les parents sont eux-mêmes programmés par le système, celui-ci n'a plus qu'à entretenir et aggraver cette manipulation.
Nous nous surveillons nous-mêmes, en nous jugeant les uns les autres et faisons ainsi le travail du système. La masse ne supporte pas, met à l'écart ceux qui ne sont pas dans le moule.

Les quelques idées de base utilisées pour installer le programme de l’égo individuel se fondent sur l’idée selon laquelle il existe aucune autre source d’aide que les institutions de l’égo collectif, ce qui nous pousse à le suivre et l’écouter car on croit que sinon on va se retrouver seul, abandonné, rejeté.
La capacité de l’enfant à suivre et à écouter sa vérité intérieure est inhibée (en proportion variable) à cause des menaces et des punitions dirigées contre la capacité naturelle de l’enfant à dire "Non" extérieurement ou intérieurement aux injustices et aux empiétements sur son espace intérieur. Cette capacité à dire "Non" est essentielle pour que l’enfant parvienne à développer un discernement fondé sur son sentiment de vérité intérieure. Certaines personnes sont incapables de dire "non" même à un âge avancé. Il n'est jamais trop tard pour apprendre.

Quand un parent ou une autre autorité punit arbitrairement un enfant qui a correctement dit "Non" à un élément incorrect cela actionne comme un interrupteur dans son cerveau, qui le prive de cette capacité. C’est ce "Non" qu’il faut utiliser pour déprogrammer les phrases et les images de soi à l’origine de schémas névrotiques présents au sein de notre psychisme.

Reconnaître l’égo en nous :
Les règles imposées par l’égo collectif à l’individu sont énoncées sous la forme de «il faut», «il faudrait», «tu dois», «tu devrais» etc… Cela indique une norme à suivre selon l’égo collectif. Il use un certain nombre de procédés dans le but de nous convaincre que le «soi» et lui-même ne font qu’un. C’est le cas par exemple lorsque l’égo parle au nom d’une personne en employant le pronom «je» et qu’il affirme très fièrement «je l’ai fait», «je le mérite» ou encore «je travaille à mon développement spirituel» (celle là je l’adore, l’égo spirituelle est assez marrant, je me suis faite avoir dans le passé !!!). En réalité l’égo travail au perfectionnement d’une image de soi, qui donnera bonne impression au yeux du groupe qu’il appartient. L’égo «héros du bon groupe» n’est pas différent de l’égo «chef d’une bande de voleur», l’égo reste l’égo quoique qu’il essai de vous faire croire, le développement d’une image de soi ne sera jamais notre vrai soi ! et ce sera toujours dans le but d’être reconnu même si l’idéal est différent !
L'égo parle dans le psychisme de la personne en employant les pronoms «je», «tu» ou «nous».
Les émotions de l’égo : la culpabilité, le désir «je veux», la peur, la colère (lorsque l’égo se l’approprie car il y a la colère provenant de notre vrai soi), l’ennui, la convoitise, la pitié etc…
Les attitudes provenant de l’égo : la supériorité morale, l’apitoiement sur soi même «pauvre de moi» (cela est fondé sur la croyance qu’en ayant pitié Dieu nous viendra en aide, mais en adoptant ce comportement on se sent inférieur, à la merci et dépendant d’une force supérieure), la compétition, l’irritabilité, la menace, l’incrimination de soi même ou d’autrui, la croyance dans la puissance ;
Pour débusquer l’égo il faut garder en tête qu’il se cache derrière chaque sentiment de supériorité quelque qu’en soi son origine : de par notre profession, notre statut familial, social, parce que l’on croit avoir plus d’expérience qu’autrui… Les sentiments de peurs, de culpabilité, de honte, de doute, de haine, la fierté. L’égo se cache derrière toute les images de soi «je suis çi, ça …»

Source:
"Yi King l'oracle de la voie du cosmos" de Carol K.Anthony et Hanna Moog aux éditions Camélines. Ce bouquin est fabuleux
Carol K. Anthony et Hanna Moog, dont le travail sur le Yi King est reconnu depuis plus de trente ans dans les pays anglo-saxons et en Allemagne, présentent ici une nouvelle approche née au fil de leurs expériences de méditation et de leurs consultations de l'oracle. La grande force de cet ouvrage est précisément de rappeler que le Yi King est un oracle avec lequel nous pouvons communiquer, afin de découvrir en nous ce qui est vrai pour nous. Hexagramme après hexagramme, les auteures ont dépouillé le texte traditionnel de tout vestige du féodalisme de la Chine ancienne. Loin d'y trouver une succession de vérités absolues, elles ont vu apparaître les principes d'harmonie grâce auxquels le Cosmos se transforme constamment. C'est en cela que cette approche est unique. En effet, l'oracle n'y dicte pas d'actions extérieures censées garantir notre réussite. Il nous indique plutôt si nos pensées et attitudes sont en accord ou non avec ces principes d'harmonie, et si par conséquent elles connaîtront le " succès " ou l'" infortune ". Il nous invite ensuite à entreprendre les actions intérieures qui élimineront les causes éventuelles de dysharmonie. Nous activons alors l'immense bienveillance du Cosmos, qui précisément comble chacun de nos besoins et assure la réussite de toutes nos entreprises. Rien n'est plus précieux. Une approche pragmatique et sensible, à la fois philosophique et psychologique, qui enrichira toute personne prêtant attention à sa vie intérieure.

Comment tirer le Yi King
-------------------------------------------------------------

Un site d'utilité publique :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.