jeudi 13 septembre 2018

13/09 - BENALLA DOIT ÊTRE FORCÉ À COMPARAÎTRE. 
REPRISE DES AUDITIONS AU SÉNAT. 




Pourquoi cette promotion si rapide de Benalla ? Certains s'indignent à juste titre.



Philippe Bas, rapporteur de la commission du Sénat : 
"Nous ne lui demandons pas sa permission. Je peux faire chercher Alexandre Benalla par huissier»

«J’espère que ce refus est provisoire. Parce qu’il n’appartient à personne, convoqué devant une commission enquête, de décider si oui ou non il veut venir. Celui qui ne vient pas s’expose à des peines de prison et d’amende. Celui qui ment s’expose à des peines encore plus graves» affirme le président de la commission d’enquête.
https://www.youtube.com/watch?v=CqtQeXKC-4I
Le président de la commission sénatoriale entend bien «lever les incohérences qui demeurent» dans ce feuilleton qui a terni l’image de l’exécutif.

Alexandre Benalla annonce qu'il se rendra, «contraint», à une convocation du Sénat

Au lendemain du début de l'affaire qui porte son nom, Alexandre Benalla a jugé que les sénateurs étaient des "petits marquis" pour qui il n'avait "aucun respect". Un coup de gueule qui ne va pas faire du bien à la popularité du président Macron...
La rentrée est difficile pour Emmanuel Macron... Selon un récent sondage, le président de la République est au plus bas, puisque 71% des Français ont désormais une opinion négative de lui. Et les récentes déclarations de son ancien collaborateur, Alexandre Benalla, ne devraient pas arranger les choses...

Le coup de sang de Benalla
Cette semaine, après avoir refusé (puis finalement accepté) de répondre aux questions des sénateurs dans le cadre de l'enquête sur l'affaire qui porte son nom, l'ancien chef de la sécurité a eu un coup de sang.
Sur France Inter, il a estimé : "On me contraint. On m'explique qu'on va m'envoyer des gendarmes et des policiers. Alors, je vais venir à la convocation. Parce qu'on me menace, d'une manière directe. Je vais venir m'expliquer devant la commission d'enquête. Mais elle n'a aucun droit. Elle bafoue notre démocratie". Et d'ajouter : "J'ai 27 ans. J'ai rien à cacher à personne. Ce que je faisais à l'Élysée, je suis prêt à le dire à tout le monde".

Un pavé dans la mare
Il en a aussi profité pour régler ses comptes avec ceux qui veulent l'auditionner au Sénat. "Ce sont des petites personnes", "des petits marquis" et "je n'ai aucun respect pour eux" a-t-il dit. Une arrogance qui pourrait faire mal à la "team Macron", qui misait jusque là sur une communication un peu plus lisse et contrôlée d'en haut...
-----------------------------------------------
Tension après le coup de fil d'Emmanuel Macron au président du Sénat Gérard LarcherLe chef de l’État Emmanuel Macron a rappelé au président Les Républicains du Sénat, Gérard Larcher, quelques principes constitutionnels…
 "je ne laisserai pas bafouer les institutions"
Emmanuel Macron a fait savoir mardi soir à Gérard Larcher qu’il n’avait pas apprécié la déclaration de Philippe Bas, président de la commission d’enquête sénatoriale sur l’affaire Benalla, estimant que «le Parlement contrôle l’exécutif».
Comme le révèlent L'Obs et RTL, le chef de l’État a passé un coup de fil au président Les Républicains du Sénat, Gérard Larcher, pour lui demander de garantir les équilibres institutionnels, estimant en substance que la commission sénatoriale sur l’affaire Benalla s’en éloignait. L’affaire déplaît aussi au sein du gouvernement : la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a ainsi dénoncé une «instrumentalisation politique» de l’affaire Benalla.
«Aucun respect» pour le Sénat. Benalla est un voyou
L’ancien garde du corps du Président avait de son côté indiqué n’avoir «aucun respect» pour la commission d’enquête sénatoriale, qualifiant Philippe Bas de «petit marquis». En réponse, Philippe Bas avait rétorqué au micro de Public Sénat : «Il faut qu’il prenne conscience de l’importance de la représentation nationale dans notre pays et qu’il accorde à celle-ci le respect minimal.»
L’entourage de Gérard Larcher a confirmé qu’il avait reçu un appel du président de la République. L’entretien aurait porté sur la commission d’enquête sénatoriale, mais également sur des sujets législatifs comme le projet de loi Elan sur le logement, a simplement précisé la présidence du Sénat. Silence en revanche à l’Élysée, où l’on s’est refusé à commenter l’information.

Auditions du Sénat dans l'affaire Benalla

Affaire Benalla par Marine Le Pen. L'Islam en France
https://www.youtube.com/watch?v=7GX8QudH0Mw
-------------------------------------------- 
LA FICHE DE PAYE D'ALEXANDRE BENALLA DÉVOILÉE...




C'est sur que quand on voit le salaire (et les avantages) des députés européens qui sont payés une fortune pour faire disparaître tous nos acquis sociaux hérités du Conseil national de la Résistance d'après guerre, et nous imposer l'austérité comme chez les Grecs... pour nous livrer en pâture aux multinationales, (informations complémentaires), il n'y a rien de très choquant qu'on paye des chiens de garde 7.113€ par mois pour maintenir le bon peuple en place... D'ailleurs c'est une très bonne occasion pour repasser le témoignage courageux de Monsieur Yves Lefebvre, policier et secrétaire général d’Unité SGP-Police FO qui avait été enregistré lors de l'audition des syndicats de police de la commission d'enquête sur l'affaire Benalla au Sénat.
Comme ça, lorsque l'on tentera de vous expliquer qu'Emmanuel Macron, n'avait pas mis en place une police privée parallèle, vous aurez la réponse... Inutile de chercher cette vidéo sur France 2, LCI, TF1 ou BFMTV, elle vient directement du Sénat, toute l'audition est visible ici.


Fin juillet - AUDITION DES SYNDICATS DE POLICE À LA COMMISSION D'ENQUÊTE SUR L'AFFAIRE BENALLA (SÉNAT) - 2 heures
Il nous faut reprendre notre pouvoir et cesser de payer des impôts pour mener une vie de plus en plus pourrie. Nous revoilà repartis vers ces auditions plutôt que de crever enfin l'abcès! Intéressez-vous au CNTF et faites connaître cette prodigieuse opportunité.
--------------------------------
LA FICHE DE PAYE D'ALEXANDRE BENALLA DÉVOILÉE...
BFMTV révèle la fiche de paye d'Alexandre Benalla, avant la diffusion d'une enquête inédite sur le chargé de mission de l'Élysée.
7.113 euros bruts, soit 6.000 euros nets. BFMTV dévoile ce mardi la fiche de paye d'Alexandre Benalla, chargé de mission à l'Élysée, au cœur du scandale des violences du 1er mai. Le document date de mai 2017, époque où Alexandre Benalla est nommé conseiller de la présidence et s'installe au cabinet de l'Élysée. Il touche alors un salaire brut de 7.113 euros, soit 6.000 euros nets, selon la fiche de paye dévoilée.



C'est sur que quand on voit le salaire (et les avantages) des députés européens qui sont payés une fortune pour faire disparaître tous nos acquis sociaux hérités du Conseil national de la Résistance d'après guerre, et nous imposer l'austérité comme chez les Grecs... pour nous livrer en pature aux multinationales, (informations complémentaires), il n'y a rien de très choquant qu'on paye des chiens de garde 7.113€ par mois pour maintenir le bon peuple en place... D'ailleurs c'est une très bonne occasion pour repasser le témoignage courageux de Monsieur Yves Lefebvre, policier et secrétaire général d’Unité SGP-Police FO qui avait été enregistré lors de l'audition des syndicats de police de la commission d'enquête sur l'affaire Benalla au Sénat.
Comme ça, lorsque l'on tentera de vous expliquer qu'Emmanuel Macron, n'avait pas mis en place une police privée parallèle, vous aurez la réponse... Inutile de chercher cette vidéo sur France 2, LCI, TF1 ou BFMTV, elle vient directement du Sénat, toute l'audition est visible ici :

BFMTV révèle la fiche de paye d'Alexandre Benalla, avant la diffusion d'une enquête inédite sur le chargé de mission de l'Élysée.
7.113 euros bruts, soit 6.000 euros nets. BFMTV dévoile ce mardi la fiche de paye d'Alexandre Benalla, chargé de mission à l'Élysée, au cœur du scandale des violences du 1er mai. Le document date de mai 2017, époque où Alexandre Benalla est nommé conseiller de la présidence et s'installe au cabinet de l'Élysée. Il touche alors un salaire brut de 7113 euros, soit 6.000 euros nets, selon la fiche de paye dévoilée.

D'après BFMTV, qui a également eu accès à son contrat de travail, il est embauché comme "agent contractuel au sein du cabinet du président de la République". Ses fonctions exactes ne sont toutefois pas détaillées.

La question du salaire d'Alexandre Benalla a été plusieurs fois discutée. Dans les premières heures du scandale, le chiffre d'un revenu mensuel de 10 000 euros par mois avait été évoqué. Le chef de cabinet de l'Élysée Patrick Strzoda l'avait démenti au cours de son audition par la commission d'enquête des députés. Emmanuel Macron l'avait aussi moqué au cours de sa première prise de parole sur l'affaire: "Alexandre Benalla n'a jamais détenu les codes nucléaires, Alexandre Benalla n'a jamais eu un salaire de 10.000 euros, Alexandre Benalla n'est pas mon amant".  

L'Élysée refusait de dévoiler le document
Néanmoins, cette fameuse fiche de salaire révélée aujourd'hui par BFMTV, les parlementaires n'y ont pas eu de droit de regard. Début septembre dans Le Figaro, Philippe Bas, sénateur de la Manche et président de la mission d'information sénatoriale sur l'affaire Benalla, est revenu sur le sujet. Il a rappelé que le Sénat avait fait une demande pour obtenir la fiche de poste et le salaire d'Alexandre Benalla et n'avait pas obtenu ces informations. 

L'Élysée aurait auparavant refusé de dévoiler le montant du salaire d'Alexandre Benalla à deux députés car le "principe de la séparation des pouvoirs s'applique à l'égard du président de la République", révélait Le Parisien début septembre. En juillet dernier, après l'affaire, Alexandre Benalla avait toutefois confié au Monde être rémunéré 6.000 euros net par mois.
BFMTV a publié ces révélations dans le cadre d'une enquête sur l'affaire Benalla, intitulée Alexandre Benalla - L'homme de président, diffusée ce mardi soir à 22h30 sur la chaîne.
Source : Lexpress.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.