dimanche 22 juillet 2018

22/07 - VIOL À NICE : LE NOIR PRÉTENDAIT 
ÊTRE VICTIME DE RACISME 
POUR ATTIRER SES PROIES ET LES VIOLER. 



par Christine Tasin le 20 Juil 2018 
Lu dans Nice Matin: « C’est alors qu’un homme noir, athlétique, d’environ 25 ans, présentant bien, l’aborde. […] Il affirme à la jeune femme qu’il a besoin d’un service pour un problème matériel mais que personne ne veut l’aider car il est noir. La jeune femme accepte. Arrivé sur une zone de chantier toute proche, mais à l’abri des regards, l’homme se jette sur elle. Elle se débat, il la tabasse, la déshabille avant de la violer. »
L’article en question:

Voici la suite logique et de l’invasion que nous subissons chaque jour et du travail de destruction de nos valeurs par les gauchistes. Les dits gauchistes, par l’intermédiaire d’associations grassement payées par le contribuable, expliquent aux immigrés comment obtenir le maximum d’avantages, notamment en jouant sur la culpabilité du « Blanc », la victimisation… due au racisme.
De quoi faire naître dans la tête de détraqués obsédés considérant la Blanche comme une pute des stratagèmes pour obtenir, de gré ou de force, ce qu’ils veulent.
On se souvient qu’à Calais de torrides histoires amoureuses étaient nées entre des clandestins et leurs nounous occidentales ( toujours dans le même sens, des femmes blanches tombant amoureuses d’hommes noirs ou maghrébins, évidemment… il n’y a pas de femmes parmi les clandestins, à part les chrétiennes d’Orient ).

Nous sommes passés au djihad officiel. Attentats, crimes de droit commun… ont en commun de faire comprendre au peuple français qu’il n’est plus chez lui et qu’il doit se soumettre ou disparaître.

Et le viol fait partie du djihad… Encore quelques faux semblants, le violeur de Nice se donne encore la peine de mentir, d’attirer sa proie à l’écart.. . Derniers soubresauts avant que, grâce à Macron, l’islam soit installé officiellement en France.
Ensuite ils siffleront ou prendront leur victime par le bras pour l’embarquer, quand ils ne la violeront pas sous les yeux des passants, sûrs de leur bon droit.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.