samedi 21 juillet 2018

21/07 - LE BENALLA GATE - CE QUE LA POLÉMIQUE 
SUR L’AFFAIRE BENALLA RÉVÈLE D’EMMANUEL MACRON. 
MÊME LES MEMBRES DE SON PARTI SONT MAL À L'AISE. 

Pourquoi Benalla avait-il un badge pour circuler partout depuis juillet 2017.

Depuis la Dordogne, il a esquivé toutes les questions. Emmanuel Macron, en visite dans le département pour parler des services publics en milieu rural, et présenter la nouvelle Marianne figurant sur les timbres, jeudi 19 juillet, a refusé d'émettre le moindre commentaire sur l'affaire Benalla, qui entache pourtant l'Élysée depuis mercredi. Macron évite la Capitale où ça commence à chauffer.

Les révélations du « Monde » mettent en lumière la personnalité d’un président entouré d’un petit cercle de fidèles.
« La République, elle est inaltérable. » En déplacement en Dordogne, jeudi 19 juillet, Emmanuel Macron s’est contenté d’une seule phrase pour réagir à la vague d’indignation suscitée par l’affaire Benalla, après les révélations duMonde, la veille, concernant les violences exercées par ce très proche du chef de l’Etat lors des manifestations du 1er-Mai à Paris. Une sobriété étonnante au vu de la gravité des faits, et des réactions que ceux-ci ont provoquées au sein de la classe politique comme de l’opinion.
Mais au-delà de cette communication minimale, c’est l’attitude même du chef de l’Etat qui intrigue. Malgré la pression médiatique et les interrogations exprimées tout haut par plusieurs membres de la majorité, à l’Assemblée nationale comme au Sénat, Emmanuel Macron a mis près de trente-six heures à lâcher Alexandre Benalla, qui faisait partie de son premier cercle : sanctionné d’une simple mise à pied de quinze jours (avec suspension de salaire), effectuée entre le 4 et le 19 mai, le chargé de mission a été dans un premier temps maintenu dans ses fonctions à la présidence de la République, où il travaille auprès du chef de cabinet de M. Macron, François-Xavier Lauch. Ce n’est que vendredi matin que l’Elysée a annoncé avoir engagé une « procédure de licenciement » de M. Benalla.
Les révélations concernant la présence de M. Benalla à la cérémonie de panthéonisation de Simone Veil, le 1er juillet ; lors du défilé du 14-Juillet, place de la Concorde ; ou encore dans le bus des Bleus à l’occasion de la réception à leur honneur

Affaire Benalla: Macron "se sent tout puissant, il laisse son entourage faire plus ou moins tout ce qu'il veut", lance François Ruffin

Affaire Benalla: “Oui, je signerais un appel à la motion de censure”, affirme François Ruffin

Même Christophe Barbier s'offusque.
L’édito de Christophe Barbier: Une polémique embarrassante pour Emmanuel Macron
L'affaire sort maintenant parce que ceux qui soutenaient Macron perdent leur pouvoir. Poutine et Trump, lui coupent l'herbe sous les pieds.

La police aussi monte au créneau et veut des réponses sur Benalla

Une nouvelle vidéo montre une autre victime d'Alexandre Benalla
Une nouvelle vidéo montre que l'homme de l'ombre d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, s'en est pris à une jeune femme quelques minutes avant de frapper un manifestant, lors de la mobilisation du 1er-Mai. Il l'emmène avec lui et tente à deux reprises de la mettre au sol, avant de rejoindre Vincent Crasse, ex-chargé de missions à l'Élysée.
Toute l'actualité politique en France: les polémiques, les petites phrases, les élections, les sondages, les résultats, l'Élysée et Matignon, La République En Marche le PS, Les Républicains, les projets de lois, le parlement..
BFMTV, 1ère chaine d'information en continu de France, vous propose toute l'info en temps réel avec 18h d'antenne live par jour et plus de 1000 duplex par mois. Retrouvez BFMTV sur le canal 15 de la TNT et sur BFMTV.com.

Alexandre Benalla a aussi eu une altercation avec un gendarme lors de l'arrivée des Bleus à Roissy

Alexandre Benalla, un habitué des coups de poing

Voiture, logement... ces privilèges qui ont été accordés à Alexandre Benalla

La liste des privilèges accordés à Alexandre Benalla
---------------------------------------------
La liste des privilèges dont il a pu profiter s’allonge en tout cas régulièrement depuis que son nom a été projeté sur le devant de la scène.

Un appartement dans une dépendance de l’Élysée
Selon les informations du Monde, l’adjoint au chef de cabinet du président de la République a récemment changé sa déclaration de domicile. Et, surprise, l’adresse indiquée est celle d’une dépendance de l’Élysée, située sur le quai Branly, dans le cossu 7e arrondissement parisien.
Le « palais de l’Alma », le nom de ce bâtiment du 11, quai Branly, accueille 63 logements de fonction pour une surface totale de 5 000 mètres carrés. C’est notamment dans ces appartements qu’étaient logées Anne et Mazarine Pingeot, la compagne et la fille cachée de François Mitterrand, pendant ses mandats. Cet immeuble est surveillé par des gendarmes.
Domicilié auparavant à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), Alexandre Bennala a indiqué avoir commencé à habiter dans cet appartement le 9 juillet 2018. Soit deux mois et une semaine après les événements du 1er mai qui lui avaient coûté une suspension avec retenue sur salaire de 15 jours. Le porte-parole de l’Élysée, Bruno Roger-Petit, avait expliqué que cette suspension était « la plus grave jamais prononcée contre un chargé de mission travaillant à l’Élysée ».
Une voiture de fonction avec chauffeur
Le Monde, toujours, évoque une voiture de fonction avec chauffeur. Plus tôt, BFM TV avait annoncé s’être procuré la photo de la voiture de fonction d’Alexandre Benalla, sans qu’il soit possible de faire un lien clair entre ces deux voitures.

Des accessoires de policiers
Sur la photo révélée par BFM TV, des appareillages lumineux habituellement réservés à la police équipent la voiture. Pour Dominique Rizet, consultant police-justice sur la chaîne de télévision, ces dispositifs sont caractéristiques d’une «vraie voiture de police» et utilisés «plutôt par la hiérarchie».
Ce ne serait pas la première fois qu’Alexandre Benalla se grimerait en policier, puisque dans la vidéo qui a lancé toute la polémique, il est équipé d’un brassard de policier et d’un casque avec visière (ce qui est formellement interdit pour un civil). Autant d’éléments qui ont amené à l’ouverture d’une enquête non seulement pour «violences», mais aussi pour «usurpation de fonctions» et «usurpation de signes réservés à l’autorité publique».
Une sanction de façade : 
La « sanction » évoquée par Bruno Roger-Petit après les événements du 1er mai était, pour Alexandre Benalla, d’être «mis à pied pendant quinze jours avec suspension de salaire» mais aussi d’être «démis de ses fonctions en matière d’organisation de la sécurité des déplacements du président». Depuis son retour de suspension, le collaborateur était censé avoir des tâches exclusivement administratives au sein du Palais de l’Élysée.
Or, sa présence aux funérailles de Simone Veil, au défilé du 14 juillet, et même dans le bus de l’équipe de France de football, lors de la parade sur les Champs-Élysées, a été prouvée. Dans ce dernier cas, Alexandre Benalla s’est même fait remarquer par un comportement déplacé vis-à-vis des gendarmes. Un dépassement de fonction qui était semble-t-il toléré par l’Élysée. 
Un salaire généreux et un grade élevé
Selon les informations du Parisienle « chargé de sécurité » de l’Élysée émargeait à 10.000 euros par mois, un salaire généreux.
Quelle est sa vraie relation avec Macron? Favori du roi?
Par ailleurs, le collaborateur semble avoir sauté les étapes dans la hiérarchie de la réserve citoyenne. Pour Dominique Rizet, toujours sur BFM TV, «il vient de la réserve opérationnelle, où il avait un petit grade, il devait être sergent, et il passe de là à lieutenant-colonel de la réserve citoyenne, affecté au cabinet du directeur général de la gendarmerie».
Un profil inédit pour le consultant, étonné par un si haut rang pour un homme de cet âge (26 ans).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.