jeudi 19 juillet 2018

+++19/07 - SCANDALE ! UN COLLABORATEUR DE MACRON SUSPENDU 
APRÈS AVOIR FRAPPÉ UN MANIFESTANT 
LE 1ER-MAI, SELON "LE MONDE". 
MACRON EST FOUTU !

Macron et Benalla. L'un est tout sourire alors que l'autre renvoie son vrai visage.

J'étais en train d'écrire un article sur cet événement trouvé sur le net, quand je vais prendre mon petit-déjeuner devant la télé et que je découvre que BFM relaie amplement ce scandale. ENFIN! La main dans le sac, le Macron!

Un collaborateur d'Emmanuel Macron, responsable de sa sécurité durant la campagne présidentielle, a été suspendu de ses fonctions pendant deux semaines puis muté à des fonctions administratives à l'Élysée après avoir agressé un manifestant à Paris le 1er-Mai, selon un article du "Monde" mis en ligne mercredi soir.

Proche de Macron filmé frappant un manifestant: "Sa sanction interroge par sa légèreté", estime Abad


Mise à pied de 15 jours seulement! Mais que faisait cet homme au plus proche de la sécurité des Bleus?
Alexandre Benalla était présent lundi près du bus des Bleus pour leur retour en France
Le parquet de Paris a annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête préliminaire, notamment pour "violences par personne chargée d'une mission de service public" et "usurpation de fonctions", après la diffusion d'images d'un collaborateur du président Emmanuel Macron frappant un manifestant le 1er-Mai. Celui-ci était également présent lundi pour le retour des Bleus en France.

Comment Benalla a-t-il eu son autorisation de manif
Alexandre Benalla un collaborateur de L'Élysée a frappé un manifestant le 1er Mai

Récit de la personne qui a filmé ces incidents 
La presse aux ordres n'est plus derrière les racailles de l'Élysée.
Agression d'un manifestant par un collaborateur de Macron: 
«Il l’étrangle et lui met plusieurs coups de poing par derrière»
Voyez comment, même certains CRS traitaient les manifestants avant la vidéo de leur collègue Marc Granié le 2 mai. Vous comprenez pourquoi, il a pris ce risque de cette vidéo et demandé à ses collègues de ne pas barrer le mouvement du CNT le 5 mai vers l'Elysée. Il connaît bien tout ce qui se passe dans les coulisses du pouvoir.
Beaucoup de réactions indignées de militants, mais aussi un certain nombre de gens, des macronistes et des gens du FN, qui s’accordaient à le défendre, disant qu’on n’a pas le contexte, qu’on ne sait pas ce qu’il s’est passé, que le policier s’est simplement défendu.


Christophe Barbier de BFM dit que les gens qui ont vu la vidéo et n'ont pas averti le procureur sont coupables. Et de nous sortir l'article de LOI. Il va falloir qu'il descende vite de son nuage, sinon il va faire une chute mortelle.
-------------------------
Très fort message de la sœur d'Adama sur les marches de la Place de la Bastille.
Nous marcherons pour protester contre cela le 21 juillet à Beaumont-sur-Oise à l’appel du collectif Justice et vérité pour Adama, qui est mort entre les mains des gendarmes il y a exactement deux ans.
Très beau discours de la sœur d'Adama, nous nous étions fait agressés par les BlackBloc ce jour là
Erreur d'y associer Tarik Ramadan

LA SŒUR D'ADAMA TRAORE APPELLE À LA RÉVOLUTION.
LA MANIF DU 26 MAI AUTREMENT QUE PAR LES MÉDIAS. 
--------------------------------------------------------
Qui est Alexandre Benalla, ce proche de M. Macron, auteur de violences le 1er mai ?
Pas très blanc non plus ! Un Gay comme ceux de la fête de la musique à l'Élysée? L'Élysée serait devenu une boite de partouse, voir pire comme le Vatican?
Peu connaissent le visage de « l’adjoint au chef de cabinet » du président, identifié comme ayant frappé un jeune manifestant. Mais à l’Elysée, son goût pour les démonstrations de force ne passe pas inaperçu.

Le Monde, dont l'article est accompagné d'une vidéo de l'incident, affirme qu'"Alexandre Benalla, un proche conseiller du président de la République (...) équipé d'un casque à visière des forces de l'ordre alors qu'il n'est pas policier, s'en est pris à un jeune homme à terre pendant une manifestation qui se tenait place de la Contrescarpe, à Paris".
"L'homme casqué, visiblement hors de lui traine (le jeune homme) au sol, le saisit violemment au cou par derrière puis le frappe à plusieurs reprises", raconte Le Monde, qui affirme que "le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, Patrick Strzoda, a confirmé que M. Benalla était bien l'homme de la vidéo".
"Le lendemain de la manifestation, j'ai été avisé par un collaborateur que M. Benalla avait été reconnu sur le terrain en train de participer à des opérations de maintien de l'ordre. J'ai vu les vidéos, je l'ai convoqué le jour même, je lui ai demandé si c'était lui", a déclaré M. Strzoda au quotidien, en précisant qu'il avait autorisé M. Benalla à participer "en observateur" à une intervention policière le 1er-Mai.
Toujours selon le directeur de cabinet, cité par Le Monde, M. Benalla a reconnu être l'homme mis en cause.
M. Macron a réclamé "des sanctions", et M. Strzoda lui a infligé "une simple suspension temporaire, du 4 au 19 mai", le menaçant de licenciement en cas de nouvel écart, indique le quotidien.
"M. Benalla reste pourtant chargé de mission à l'Elysée, quoique désormais affecté à un poste administratif, où il s'occupe de la sécurité d'événements organisés +à l'intérieur du Palais+, comme des rencontres avec des entreprises ou la célébration de la victoire des Bleus au Mondial", conclut l'article.
L'Elysée, sollicité, n'avait pas réagi à ces informations mercredi en début de soirée.
Plusieurs responsables politiques ont rapidement demandé que M. Benalla soit démis de ses fonctions et/ou poursuivi.
"Face à cette double faute et cette agression caractérisée et inacceptable il doit démissionner", a ainsi commenté le sénateur PS Rachid Temal sur Twitter.
"Questions: pourquoi les policiers ont laissé faire Alexandre Benalla? Pourquoi la justice n'a pas été saisie? Pourquoi Emmanuel Macron s'est contenté d'une mise à pied? que fait ce nervi dans la sécurité à l'Elysée?" a interrogé le député LFI Eric Coquerel. "On attend des réponses de Gérard Collomb et Emmanuel Macron", a-t-il ajouté, demandant que "la justice soit saisie pour coups et violences et usurpation de fonction de policier".
Générations, le parti fondé par l'ancien candidat PS à la présidentielle Benoit Hamon a dénoncé, toujours sur Twitter, "l'impunité au sommet", tandis que le fondateur des Patriotes Florian Philippot jugeait "incroyable que ce type soit encore au service du président de la République! Macron tolère donc cela?"

-------------------------

Ce que j'avais préparé :

Qui est Alexandre Benalla, ce proche de M. Macron, auteur de violences le 1er mai ?

Pas très blanc non plus le Benalla ! Un Gay comme ceux de la fête de la musique à l'Élysée? L'Élysée serait devenu une boite de partouze, voir pire, comme le Vatican?
Peu connaissent le visage de « l’adjoint au chef de cabinet » du président, identifié comme ayant frappé un jeune manifestant. Mais à l’Elysée, son goût pour les démonstrations de force ne passe pas inaperçu.

Le Monde, dont l'article est accompagné d'une vidéo de l'incident, affirme qu'"Alexandre Benalla, un proche conseiller du président de la République (...) équipé d'un casque à visière des forces de l'ordre alors qu'il n'est pas policier, s'en est pris à un jeune homme à terre pendant une manifestation qui se tenait place de la Contrescarpe, à Paris".
"L'homme casqué, visiblement hors de lui traine (le jeune homme) au sol, le saisit violemment au cou par derrière puis le frappe à plusieurs reprises", raconte Le Monde, qui affirme que "le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, Patrick Strzoda, a confirmé que M. Benalla était bien l'homme de la vidéo".
"Le lendemain de la manifestation, j'ai été avisé par un collaborateur que M. Benalla avait été reconnu sur le terrain en train de participer à des opérations de maintien de l'ordre. J'ai vu les vidéos, je l'ai convoqué le jour même, je lui ai demandé si c'était lui", a déclaré M. Strzoda au quotidien, en précisant qu'il avait autorisé M. Benalla à participer "en observateur" à une intervention policière le 1er-Mai.
Toujours selon le directeur de cabinet, cité par Le Monde, M. Benalla a reconnu être l'homme mis en cause.
M. Macron a réclamé "des sanctions", et M. Strzoda lui a infligé "une simple suspension temporaire, du 4 au 19 mai", le menaçant de licenciement en cas de nouvel écart, indique le quotidien.
"M. Benalla reste pourtant chargé de mission à l'Elysée, quoique désormais affecté à un poste administratif, où il s'occupe de la sécurité d'événements organisés +à l'intérieur du Palais+, comme des rencontres avec des entreprises ou la célébration de la victoire des Bleus au Mondial", conclut l'article.
L'Elysée, sollicité, n'avait pas réagi à ces informations mercredi en début de soirée.
Plusieurs responsables politiques ont rapidement demandé que M. Benalla soit démis de ses fonctions et/ou poursuivi.
"Face à cette double faute et cette agression caractérisée et inacceptable il doit démissionner", a ainsi commenté le sénateur PS Rachid Temal sur Twitter. Pas très blanc non plus. On se sent seuls. Nos frères blancs ont fui à l'étranger. Dans les bronzés, il y a des personnes très bien, mais, il est plus que temps de faire le tri.

Laissons parler E. Valls, ancien 1er ministre, qui a une veste réversible.

Manuel Valls lui faut quelque white et quelque blancos


"Questions: pourquoi les policiers ont laissé faire Alexandre Benalla? 
Pourquoi la justice n'a pas été saisie? 
Pourquoi Emmanuel Macron s'est contenté d'une mise à pied? 
Que fait ce nervi dans la sécurité à l'Elysée?" 
"On attend des réponses de Gérard Collomb et Emmanuel Macron", demandant que "la justice soit saisie pour coups et violences et usurpation de fonction de policier".

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.