mardi 31 juillet 2018

31/07 - BENJAMIN FULFORD. L’HISTOIRE SECRÈTE 
DE LA PLANÈTE TERRE DE 2000 À 2018. 


le 30 juillet 2018
Note au lecteur : Pour les trois prochaines semaines, sauf évènements inattendus, les articles seront écrits à l’avance, car je prends mes congés annuels déconnecté du réseau et de l’internet. Merci de votre compréhension.

Alors que nous nous préparons à l’offensive finale en automne qui va enfin renverser la cabale de la Mafia Khazar, c’est un moment propice pour faire un tour d’horizon général qui nous permettra de comprendre pourquoi une bataille secrète pour la planète Terre a fait rage au cours de ces dernières années.
Le meilleur point de départ reste l’élection présidentielle Américaine de l’an 2000, qui a été un coup d’état contre la démocratie Américaine marquant l’avènement du Quatrième Reich Nazi dirigé par le Führer George Bush Sr. Cette élection se déroulait entre deux factions du gouvernement secret Occidental :
- la Faction 1, celle des Nazis qui voulaient se débarrasser de 90% de l’humanité afin de « préserver l’environnement » ;
- et la Faction 2 d'Al Gore, celle des partisans du Réchauffement Climatique Mondial, qui prétendait arriver au même but en utilisant le « réchauffement climatique » comme prétexte pour imposer une taxe carbone et un gouvernement mondial.
Les Nazis ont gagné en utilisant la fraude, les assassinats et des menaces de mort pour terroriser les pouvoirs établis aux États-Unis pour qu’ils leur remettent le pouvoir. Cela a été suivi de tentatives bien réelles pour liquider 90% de l’humanité. Le régime Nazi de George Bush Jr a commencé à répandre des armes bactériologiques comme le SRAS, la grippe aviaire transformée en arme biologique, Ebola, etc., afin d’éliminer l’essentiel de l’humanité. En même temps, ils ont créé des famines dans 33 pays en payant les agriculteurs pour qu’ils produisent du « biocarburant » au lieu de nourriture. Ils ont également tenté à de nombreuses reprises de déclencher une guerre nucléaire en utilisant l’Iran, la Syrie, la Corée du Nord, et d’autres zones de conflit. Il est important de se le rappeler et on ne saurait le faire assez souvent : ces gens ont essayé de vous tuer, vous et votre famille, et ils continuent d’essayer.

Entrent en jeu les sociétés secrètes Asiatiques. Elles ont pris connaissance des plans Nazis d’assassiner 90% de l’humanité en espionnant leurs réunions secrètes, probablement lors des réunions de Bohemian Grove. En 2003, la dissémination du SRAS – une arme bactériologique visant spécifiquement les Asiatiques – a sonné leur véritable appel aux armes.

Cela a conduit à la rupture entre les organisations criminelles d’Asie Orientale qui faisaient le trafic de l’héroïne et des amphétamines et leurs anciens alliés Nazis trafiquants de cocaïne et de marijuana. Les Nazis, cependant, anticipèrent cette rupture en transférant leur trafic d’héroïne d’Asie Orientale vers l’Afghanistan en 2001-2002.

Les Nazis, comme ils l’ont décrit dans leur « Projet pour un Nouveau Siècle Américain » (ou PNAC – Project for a New American Century), ont également essayer de consolider leur contrôle du monde en s’emparant des champs pétroliers d’Irak et d’Asie Centrale. Ils brandissent la menace de l’interruption de l’approvisionnement en pétrole pour maintenir l’Asie sous leur contrôle.

Les Asiatiques ont réagi en menaçant d’assassiner les principaux dirigeants du gouvernement secret Occidental. Ils ont ciblé en particulier les individus qui étaient membres des trois groupes suivants : les Bilderberger (cabalistes Européens), le Council on Foreign Relations (CFR ou cabalistes Américains) et la Commission Trilatérale (les collaborateurs Japonais et leurs maîtres).

Les Asiatiques se sont également mis à la recherche d’alliés Occidentaux contre les Nazis. Ils ont remarqué qu’une faction Occidentale essayait désespérément de révéler et de faire échec aux plans génocidaires des Nazis. Cela peut se voir par exemple dans un épisode de 1997 du dessin animé des « Simpson » montrant un livre intitulé Curious George and the Ebola Virus. « Curious George » est évidement une référence à George Bush Sr.

Il y avait également le reporter de la BBC se tenant devant le Bâtiment 7 encore intact du World Trade Center en affirmant qu’il s’était écroulé.
https://www.youtube.com/watch?v=677i43QfYpQ

Les Asiatiques fondèrent alors un groupe d’alliés Occidentaux qui est devenu ce qu’on a appelé la Société du Dragon Blanc (WDS). Ce groupe comprend des dirigeants du Pentagone, de la CIA, du FSB Russe, de la Famille Royale Britannique, de la Franc-Maçonnerie, de la Loge Maçonnique P2 du Vatican, etc.

Ce groupe tenta de mettre en faillite les États-Unis en 2008 en provoquant le choc de Lehman Brothers (appartenant à David Rockefeller, NdT) destiné à mettre en faillite l’État Secret Américain – la Mafia Khazar aux États-Unis. On a dit à l’époque aux Américains qu’ils ne pouvaient plus acheter de denrées à crédit au reste du monde. C’est pourquoi le déficit de la balance commerciale des États-Unis est passé de plus de 696 milliards de $ en 2008 à 381 milliards en 2009 près la chute de Lehman Brothers.

La tentative de mettre l’État Secret en faillite aurait pu réussir malgré tout, sauf que les États-Unis ont contraint leurs états vassaux du Moyen-Orient à baisser le prix du pétrole qu’ils vendaient aux États-Unis, et les Chinois ont été incités à soutenir l’agent Communiste Barack Obama et à financer son régime. Ce n’est que plus tard qu’ils ont compris qu’il n’était qu’un esclave des Bush/Clinton/Rockefeller. (pas d'accord)

C’est également vers cette époque que lors d’une suite d’épisodes jamais révélés au public, des lettres manuscrites ont été envoyées par la WDS au Bureau Politique Chinois, au Vatican et à la monarchie Britannique … leur demandant leur aide pour arrêter cette faction génocidaire. Le résultat en fut la démission du Pape Maléfique (Benoît XVI) et l’abdication de la Reine des Pays-Bas, du Roi d’Espagne, du Roi des Belges, etc. Cela a marqué le début de la purge des gouvernements Occidentaux qui se poursuit lentement depuis lors.

Un autre indice visible du changement a été la décision du Royaume Uni, de la France, de l’Allemagne, de l’Italie, de la Suisse, etc., de rejoindre la Banque AIIB dirigée par les Chinois, A la suite de ces lettres, le Comité des 300 dominé par les Européens a également autorisé la mise à disposition de 5.000 milliards de $ en faveur du projet d’infrastructure Chinois OBOR (Nouvelle Route de la Soie).

L’autre signe visible a été la signature par 195 états-nations des Accords de Paris en décembre 2015. La faction du Réchauffement Climatique Mondial a estimé qu’il s’agissait d’une victoire totale pour elle. Cependant, c’est à ce moment-là que les Illuminati Gnostiques et des membres de la famille Rothschild ont constitué une alliance inhabituelle pour assurer l’élection de Donald Trump comme président des États-Unis. A cet effet, le 8 novembre 2016, le Secrétaire d’État Américain John Kerry a été convoqué dans une base secrète en Antarctique pour l’informer que Hillary Clinton (Rockefeller) n’allait pas être élue président des États-Unis. Ensuite, la nuit de l’élection, il y a eu des affrontements entre Forces Spéciales dans la base souterraine géante sous l’aéroport international de Denver qui ont permis aux soutiens militaires de Trump de s’emparer de la machine de trucage électoral de Hillary.

Cela a été la première fois depuis l’élection du Président Ronald Reagan dans les années 1980 que la présidence échappait aux mains de la famille criminelle Clinton/Bush/Rockefeller.

Le résultat a été que la faction génocidaire au sein du complexe militaro-industriel Américain a été remplacée par le groupe « L’Amérique d’abord ». Ce groupe se bat maintenant ouvertement contre la faction du Réchauffement Climatique Mondial. C’est la raison pour laquelle Trump a annoncé que les États-Unis dénonçaient les Accords de Paris.

Des négociations secrètes entre les militaires Américains et la Russie avaient également été menées préalablement à l’élection de Trump, selon une source qui y a participé. Par conséquent, un accord secret a été conclu qui accordait aux Russes une influence beaucoup plus importante sur l’Europe Occidentale et le Moyen-Orient à l’ouest de l’Euphrate. Le but était au fond d’offrir l’Europe aux Russes, en échange d’une alliance militaire entre la Russie et les États-Unis pour contrer la Chine, selon des sources ayant participé à ces négociations.

Cependant, les Russes savent pertinemment qu’ils détiennent les cartes-maîtresses et ils prévoient de les utiliser en faveur de la création d’un système mondial multipolaire plus équitable, selon des sources du FSB Russe. Ils ont également appris par l’expérience à ne pas faire confiance aux Américains, parce qu’ils ont l’habitude de dire à leurs interlocuteurs dans la négociation ce qu’ils veulent entendre pour les trahir par la suite, font remarquer les sources.

Cet automne se tiendront d’autres négociations entre les sociétés secrètes Asiatiques, les Russes et le complexe militaro-industriel Américain. Le but sera de parvenir à la reddition finale de la Mafia Khazar. Il y aura également des négociations pour trouver une alternative aux Accords de Paris afin de réorganiser les instances de prise de décision financières mondiales pour qu’elles reflètent les réalités actuelles.

Afin que cette réorganisation réussisse, le pays-clé qui doit être pris en compte est l’Inde. L’Inde a une population quasiment égale à celle de la Chine (1,34 milliards contre 1,41 milliards) mais beaucoup plus jeune. Selon Wikipédia, « plus de 50% de la population de l’Inde a moins de 25 ans. Par contraste, moins de 25% de la population de la Chine a moins de 25 ans ». Donc, alors que la population de la Chine va vieillir rapidement et bientôt commencer à diminuer, celle de l’Inde est jeune et va continuer à augmenter.

En outre, sous le Premier Ministre Narendra Modi, l’Inde bénéficie désormais d’une gestion économique compétente et connaît une croissance économique rapide. Il est donc évident que l’importance de l’Inde ne fera qu’augmenter et finira par concurrencer et probablement dépasser celle de la Chine si les tendances actuelles se poursuivent.

Cependant, les Accords de Paris – qui étaient supposés traiter des émissions de carbone mais qui en réalité servaient à négocier les pourcentages de contrôle du système financier – ont accordé 29,4% des droits de vote à la Chine et seulement 6,8% à l’Inde. Si vous prenez cela en considération, il n’est pas étonnant que l’Inde se sente froissée et soit réticente à accorder un rôle financier dominant dans le monde à la Chine ou à participer au projet centré sur la Chine de l’OBOR. A l’évidence, tout accord sur la nouvelle répartition économique mondiale des droits de vote devra ménager une meilleure place à l’Inde que ce que les Accords de Paris prévoyaient.

C’est pourquoi il y a maintenant des négociations secrètes en cours destinées à offrir à l’Inde un rôle mondial qui reflète davantage sa réalité économique et démographique. Si ces négociations se déroulent favorablement, l’annonce attendue de longue date d’un nouveau système financier mondial sera enfin possible. Nous sommes réticents à donner des dates spécifiques, mais si les négociations en automne aboutissent, une forme d’annonce est possible en 2019 ou 2020.
Traduction de Patrick T.
31/07 - JFK JR. A PRÉDIT LA COURSE DE TRUMP 
À LA PRÉSIDENCE IL Y A 20 ANS. 

Donald Trump et JFK Jr.

Le 30 juillet 2018
Kennedy Jr., il y a 20 ans, prédit la montée de Donald Trump comme candidat à la présidence. Michael Berman, ancien partenaire de John Kennedy pour le lancement de George, le magazine de la culture politique pop, a rappelé la semaine dernière des remarques sur un don à six chiffres que lui et sa femme, architecte d'intérieur Victoria Hagan, ont récemment fait à l'université d'Elon. École de Communications. En 1996, Berman a déclaré que Kennedy avait envoyé un groupe restreint d'annonceurs à la succession de Trump à Mar-a-Lago après une conférence de l'industrie en Floride.

Trump était présent au petit rassemblement. Comme il arrivait fréquemment à Kennedy lors de ces événements, on lui demande s'il pouvait se présenter comme candidat à la présidence. Essayant de détourner l'attention sur lui, Kennedy leur dit que le domaine de Trump était beaucoup plus glamour qu'un membre de la famille Kennedy. "Je pense que vous devriez poser ces questions à Donald", a déclaré Kennedy, selon Berman. "Il a clairement la maison blanche la plus extravagante de l'hiver", a déclaré le rédacteur en chef de 35 ans.
+31/07 - IMPORTANCE DE LA VITAMINE C. 
POURQUOI LE DR THOMAS LEVY UTILISE 
LA VITAMINE C LIPOSOMIQUE ? 



Eric Fiorile nous en parles dans sa conférence sur la santé.

Vitamine C liposomique : Dr Thomas Levy

Selon le Dr Thomas Levy, l’un des plus grands spécialistes de la vitamine C, le stress oxydatif au niveau cellulaire est la cause sous-jacente de pratiquement toutes les maladies chroniques dégénératives qui nous affectent. Et si vous pouvez identifier la cause principale de ce stress – qu’il provienne de pathogènes ou d’une exposition aux toxines – et rétablir la capacité antioxydante de vos tissus, vous pouvez remédier à la majorité des maladies.
Dr Levy pense que la vitamine C est extrêmement puissante contre les maladies infectieuses et chroniques. Il a insisté à de maintes reprises sur le fait que la carence chronique en vitamine C est bien souvent la principale raison pour laquelle nous contractons plusieurs maladies infectieuses courantes. Il insiste également sur le fait que l’usage de doses plus élevées et optimales de vitamine C devrait être reconnu par la médecine traditionnelle et qu’il pourrait s’agir d’une étape importante pour la réduction significative de l’usage de plusieurs antibiotiques et autres médicaments.

Vitamine C : Un puissant outil de maintien de la santé globale  

  1. Agit comme puissant antioxydant, puisqu’elle peut donner des électrons afin de neutraliser les radicaux libres qui créent des dommages oxydatifs dans les cellules et tissus.
  2. Agit comme antibiotique, puisqu’elle accroit la production ainsi que l’activité des globules blancs et anticorps
  3. Agit comme antiviral, prévenant la réplication virale dans les cellules
  4. Agit comme ingrédient crucial pour la synthèse et la réparation du collagène. Le collagène est la principale protéine structurelle du corps qui fournit force et intégrité à divers tissus conjonctifs, tels que la peau, les nerfs, les muscles, les ligaments, les tendons, les vaisseaux sanguins, le cœur, les yeux, les cheveux et les dents.
  5. Accroit la biodisponibilité d’autres nutriments, tels que le fer et la vitamine E.

Bienfaits pour la santé de la vitamine C

  1. Prévient le scorbut, un problème de santé qui se caractérise par la désintégration graduelle du corps en raison d’un manque de collagène
  2. Favorise la croissance et la réparation des tissus
  3. Renforce et active le système immunitaire
  4. Désactive les infections bactériennes et virales
  5. Améliore la santé et les fonctions cardiovasculaires
  6. Fournit force et intégrité aux artères, les rendant ainsi moins susceptibles de développer de l’athérosclérose (formation de plaque ou de dépôts graisseux).
  7. Renverse le durcissement des artères
  8. Soutient et améliore la santé de la peau, des os, des articulations et des muscles
  9. Contrôle l’inflammation systémique, diminuant ainsi le risque de maladies dégénératives chroniques
  10. Réduit les dommages cellulaires (ADN et autres sous-structures) causés par l’exposition à la radiation ionisante
  11. Débarrasse le corps de ses métaux lourds toxiques, dont le mercure, en le détoxiquant
  12. Prévient le vieillissement prématuré au niveau cellulaire

Doses élevées de vitamine C

Les humains ne peuvent produire leur propre vitamine C et ont besoin d’un apport régulier à partir de la nourriture et suppléments. Bien que de faibles doses, que l’on peut obtenir à partir d’aliments riches en vitamine C ou de suppléments, suffisent pour maintenir une bonne santé, prévenir le scorbut et répondre aux besoins métaboliques du corps, c’est de doses élevées et optimales dont on a besoin pour prévenir et traiter les maladies chroniques – incluant les maladies cardiaques, le cancer, les infections chroniques et l’exposition dangereuse à des toxines.
Des études indiquent que de fortes doses de vitamine C aident à éliminer les cellules cancéreuses, tout en gardant intactes les cellules saines. [1]
Dans une autre étude, les scientifiques ont découvert que l’administration de doses élevées de vitamine C a pour résultat de rendre les cellules cancéreuses plus vulnérables aux effets de la chimiothérapie et de la radiation. Les chercheurs ont démontré que des doses pharmacologiques de vitamine C sont non toxiques et bien tolérées; elles pourraient même améliorer les résultats du traitement lorsque combinées à la radio-chimiothérapie standard. [2]
Plusieurs spécialistes de la santé, dont Dr Levy, croient que si votre apport en vitamine C ne vous donne aucun résultat, c’est que vous n’en prenez pas suffisamment. C’est là que la technologie liposomique entre en jeu.
La technologie liposomique est en train de rapidement s’imposer en tant que puissant mécanisme d’administration permettant de rendre la vitamine C et autre nutriments plus accessibles aux structures cellulaires et tissulaires, offrant ainsi de meilleurs résultats que les suppléments oraux de vitamine C et parfois même meilleurs que par voie intraveineuse.

Technologie liposomique : Système d’administration de médicament/nutriment unique et plus efficace

La technologie liposomique utilise les liposomes en tant que transporteurs uniques qui peuvent porter une large variété de nutriments et médicaments vers les sites corporels qui, autrement, ne sont pas efficacement accessibles, et ce, même avec l’administration intraveineuse. Ces substances peuvent être des enzymes, des médicaments anticancer ou tout un éventail de vitamines, telles que la vitamine C, la vitamine D, les vitamines B, la CoQ10 et plusieurs autres suppléments nutritionnels.
Pour bien comprendre ce que sont les liposomes et ce qu’ils font, nous devons d’abord souligner un facteur d’une extrême importance pour tirer le maximum de bienfaits de tout médicament ou supplément nutritionnel. Ce facteur est connu sous le nom de « biodisponibilité ».

Qu’est-ce que la biodisponibilité et pourquoi est-ce important?

La biodisponibilité est le degré de disponibilité d’un nutriment ou d’un médicament pour une cellule cible dans le corps – à la fois pour l’absorption et pour l’utilisation métabolique. Si un ingrédient n’est pas pleinement utilisé (absorbé et métabolisé), il ne sera pas bénéfique pour votre santé.
Encore une fois, la biodisponibilité dépend de nombreux facteurs. Les médicaments oraux doivent survivre au rude environnement gastrointestinal, au métabolisme sanguin et au métabolisme hépatique. Ces médicaments peuvent être complètement ou partiellement détruits dans l’environnement acide de l’estomac et par les enzymes digestifs, ce qui résulte en une faible biodisponibilité et un faible taux d’absorption.
De plus, les médicaments ou nutriments qui ne sont pas hydrosolubles, comme par exemple la vitamine C, peuvent ne pas efficacement pénétrer les membranes cellulaires, qui sont essentiellement composées de gras. Il existe de nombreux autres facteurs pouvant affecter la biodisponibilité d’un médicament ou d’un nutriment – dont l’âge, l’état de santé du tube digestif, la santé hépatique, la formulation du médicament (oral, comprimé, liquide ou liposomique), les interactions avec des aliments ou autres médicaments, etc.
Donc, pour qu’un nutriment puisse être utilisable et biodisponible, il est important qu’il atteigne les endroits où il sera le mieux utilisé (que ce soit intracellulairement, extracellulairement, ou les deux). Un système d’administration des médicaments qui peut aider à transporter les substances nécessaires jusqu’aux espaces cellulaires souhaités ou les sites moléculaires cibles sans que cela soit énergétiquement demandant est considéré comme étant le système le plus efficace. Et c’est essentiellement ce que font les liposomes.

Que sont les liposomes?

Les liposomes sont de petites bulles faites de phospholipides, qui sont essentiellement le même type de gras que celui qui constitue nos membranes cellulaires. C’est précisément la structure des phospholipides qui est la clé du fonctionnement des liposomes, qui agissent comme systèmes hautement efficaces d’administration de nutriments et de médicaments.
Une molécule de phospholipides est faite d’une tête (un ensemble de phosphates) et d’une queue chaines d’acides gras), unis par une molécule de glycérol. La tête phosphatique est attirée par l’eau (hydrophile), alors que la queue d’acides gras est repoussée par l’eau (hydrophobe).
Lorsque vous mettez un liposome dans une solution aqueuse, les molécules phospholipidiques s’alignent de manière à ce que la tête hydrophile se dirige vers l’eau et que la queue hydrophobe s’en éloigne. Cette organisation fait en sorte que la tête se tourne vers l’extérieur (atteignant ainsi le liquide) et la queue, vers l’intérieur (se cachant ainsi du liquide). Cet assemblage naturel de phospholipides donne lieu à des structures fermées, dans lesquelles un noyau creux est enveloppé par une membrane à double couches. Ces petites structures sphériques à revêtement double sont appelées liposomes.
Les liposomes peuvent être remplis de médicaments ou de nutriments, et ces ingrédients encapsulés sont ensuite transportés et administrés à des cellules cibles dans le corps. Les liposomes font beaucoup lors de ce transport jusqu’à l’administration aux sites souhaités. Ils protègent les nutriments contre leur dégradation inévitable dans le tube digestif. Par conséquent, le contenu est directement transporté dans le flux sanguin et administré aux cellules. Les protègent également les substances qui y sont contenues contre les radicaux libres.
Lorsque vous introduisez des nutriments hydrosolubles, tels que la vitamine C, dans une matrice liposoluble (comme par exemple les membranes cellulaires), des soucis d’absorption et d’utilisation desdits nutriments s’ensuivent nécessairement. Puisque les liposomes sont essentiellement faits de du même type de gras que celui dont sont faites nos membranes cellulaires, les liposomes traversent rapidement et facilement la barrière membranaire, et ce, sans avoir besoin d’énormes quantités d’énergie. Il s’agit d’une condition nécessaire pour qu’un nutriment ou médicament puissent être biodisponible et utilisable. Tous ces facteurs font de l’encapsulation liposomique une méthode supérieure d’administration de la vitamine C directement dans les espaces intracellulaires, où elle agira aux meilleures de ses capacités.
Bien qu’il existe une certaine ambiguïté quant à l’efficacité de la vitamine C liposomique par rapport aux procédures intraveineuses, une chose est sûre : l’approche liposomique est non seulement pratique, mais elle est également moins invasive et beaucoup moins coûteuse que la vitamine C intraveineuse, qui ne peut être administrée que dans les hôpitaux et les cliniques spécialisées, sous la supervision d’un professionnel de la santé qualifié.

Bienfaits de la vitamine C liposomique

lipo c sanus-qL’encapsulation liposomique accroît de manière exponentielle la biodisponibilité de la vitamine C et fournit même des bienfaits supplémentaires.
  1. Empêche la vitamine C d’être détruite dans le tube digestif
  2. Dirige directement la vitamine C jusqu’aux cellules et leurs sous-structures, pour une meilleure absorption et utilisation
  3. Maintient un haut taux de vitamine C dans le sang, sans causer de ballonnement, de diarrhée et autres symptômes d’irritation gastrointestinale.   
  4. Protège la vitamine C encapsulée contre les radicaux libres
  5. Offre un degré d’absorption similaire à celui de la vitamine C administrée par intraveineuse
  6. Une manière bien plus pratique que l’intraveineuse d’atteindre un plus haut taux de vitamine C dans les cellules
Les suppléments oraux de vitamine C, qu’il s’agisse de comprimés, de pilules ou de poudre, ne sont pas efficacement traités et absorbés par le corps. De plus, la majeure partie de la vitamine C obtenue de cette manière est éliminée dans l’urine.
Pour être dans une santé optimale et pour éloigner les maladies, il est important de s’assurer de prendre de la vitamine C en dosage bien plus élevé que ce qui est généralement recommandé.
La prise régulière de doses élevées de suppléments oraux de vitamine C est susceptible de vous causer des troubles gastriques, dont des gaz, des crampes abdominales et la diarrhée. Quoi de mieux pour accroître votre taux de vitamine C cellulaire que d’utiliser de la vitamine C liposomique? Une stratégie d’administration de nutriments qui permet une meilleure absorption et une plus grande biodisponibilité.

Merci d'avoir pris le temps de lire cet article, qui j'espère vous aura été utile.
Comme toujours j'aime à vous recommander d'essayer ces produits de très bonne qualité offerts par SANUS-Q, car lire c'est bien, mais passer à l'action est nécessaire pour notre corps, si mal menés dans cette société moderne qui s'est très écartée de notre nature originelle...

Tous les produits que je prends moi-même sont listés sur https://mmsfrancais.com
Je vous souhaite une bonne santé et longévité à toutes et tous,
JT

----------------------------------------------
+31/07- SANTÉ - LA ZÉOLITHE POSSÈDE UN POUVOIR EXCEPTIONNEL 
D’ÉLIMINATION DES TOXINES, 
DES RADICAUX LIBRES, DES MÉTAUX LOURDS. 


J'ai déjà mis cet article il y a un mois, mais, il est important de prendre ce produit. Beaucoup de personnes malades me demandant conseil et je vois que leur état s’améliore grandement avec la prise journalière de zéolite.

Commander de la zéolite de qualité :
http://www.santezeolite.com/zeolithe-k-micronisee.php

Les métaux lourds peuvent causer un large spectre de maladies liées au cerveau, incluant l'autisme, alzheimer, sclérose latérale amyotrophique, sclérose en plaques, Parkinson, maladies neurodéveloppementales etc.

Notre monde moderne génère en excès des toxines provoquant toutes sortes de maladies graves et chroniques, affectant le cerveau et le système neurologique, parmi les plus courants:
Les métaux lourds peuvent causer un large spectre de maladies liées au cerveau, incluant l'autisme, Alzheimer, sclérose latérale amyotrophique, sclérose en plaques, Parkinson, maladies neuro-développementales etc.
Le fluor, testé sur les prisonniers durant la seconde guerre mondiale, il est notoire qu'il provoque une forme d'apathie tout en limitant les capacités intellectuelles. Lié aux problèmes d'apprentissage et de mémoire, chez les jeunes enfants il peut être responsable d'altérations du comportement.
Les OGM fréquents dans toute l'alimentation, ils représentent le plus grave danger actuel. Les études montrent toutes qu'ils entrainent à long terme des tumeurs et des altérations génétiques transmissibles à notre descendance.
Les micro-ondes peuvent causer plusieurs symptômes, incluant les crises d'angoisse, problèmes de langage, dépression, migraines, troubles du sommeil, trouble du comportement, etc.

Les zeolithes sont connues depuis la seconde moitié du XXème siècle grâce à des éleveurs yougoslaves. Certains d’entre eux s’en servaient comme litière dans les élevages de porc. C’est en constatant que depuis que depuis son usage, leurs porcs ne succombaient plus au syndrome respiratoire aigu (une affection commune chez les porcs) contrairement aux autres élevages. Ils observèrent aussi que leurs animaux consommaient cette litière. Cela attira l’attention du Professeur Tihomir LELAS de l’université de Zagreb, qui s’est intéressé le premier aux zéolithes.

Bien plus efficace que l'argile
La zéolithe possède un pouvoir exceptionnel d’élimination des toxines, des radicaux libres, des métaux lourds.
A notre époque où toute l’alimentation est dénaturée, ou l’air, l’eau et tout ce qui nous pénètre est saturé de ce qui produit ces toxines, et où depuis 10 ans toutes les maladies graves et chroniques ont explosé, la zéolithe est devenue une garantie de bonne santé ! Elle compose l'essentiel du système de chélation permanente utilisé par les grands de ce monde pour se protéger des effets néfastes de la géo-ingénierie et des poisons présents dans les eaux et l'alimentation.
De nombreux métaux lourds ont été déchargés dans l’environnement, sous forme de déchets industriels, induisant de graves pollutions du sol et des eaux. L’exposition au mercure, au cadmium, au plomb, à l'aluminium et à l’arsenic constitue la principale menace vis à vis de la santé humaine.
Il est intéressant de souligner que la zéolithe semble éliminer les toxines dans un ordre particulier. Durant les premières semaines, elle élimine d'abord l'essentiel des métaux lourds ci-dessus mentionnés; et ensuite seulement les toxines de seconde urgence, à savoir les pesticides, les herbicides et les plastiques.
La zéolithe protège le système en maintenant le pH à des niveaux oscillant entre 7.35 et 7.45, à savoir le pH optimal pour l’organisme humain. Le niveau de pH dans le corps influence à la fois l’immunité et le fonctionnement cérébral.
La zéolithe vous débarrasse du syndrome de l’intestin irritable, à savoir une situation par laquelle le tractus intestinal ne fonctionne pas de manière harmonieuse.

En France, le docteur Jean-Pierre WILLEM relate beaucoup de guérisons de cancer grâce à la Zéolithe. Ami du Dr André GERNEZ qui avait découvert dans les années 1960 la nature du cancer et comment s’en protéger, il a été radié de l’ordre malgré de nombreux prix et distinctions ainsi que l’inauguration d’une chaire de médecine naturelle.


Principales indications

Zéolithe : Eliminer les métaux lourds et les méfaits des radiations


Le Dr Hamer a été emprisonné pour avoir soigné le cancer de ses patients!

Une fois le CNT installé nous pourrons diffuser ces informations et soigner tant de personnes qui souffrent, sans parler de leur entourage. Et surtout mettre fin aux causes de ces maladies : poisons dans la nourriture, dans l'eau, les cosmétiques, les produits d'entretien, les vaccins, le médicaments, les épandages....
-------------------------------------------

La Zéolithe et autres produits pour vos plantes
La Zéolithe est une roche d’origine volcanique à très haut potentiel agronomique. Dotée d’une exceptionnelle capacité d’échanges cationique (CEC), la zéolite est comparable à un abris de stockage de nutriments, qui les protège du lessivage, et les libère au rythme de l’assimilation de la plante.
Les Zéolithes sont des roches d’origine volcanique microporeuses. Ce sont des aluminosilicates à la surface de contact très importante, qui leur confère des usages multiples:

Usages courants de la zéolithe:
En agriculture, la Zéolithe sert de rétenteurs de cations, de micro vie, d’oligoéléments, et d’eau. Elle augmente considérablement la capacité d’échanges cationiques, notamment en incorporant 10 à 15% de zéolithe au substrat horticole.
Très utilisée aussi pour la culture des bonzaï cactus et des plantes arides, comme substrat seul.
En aquariophilie, les micro cavités qui structure cette roche constituent un abris idéal pour la prolifération de bactéries aquatiques bénéfiques, tout en régulant le taux de nitrates.
Pour la filtration de l’eau (piscines par exemple), la Zéolithe présente un avantage majeur comparé aux agents de filtration habituels tels que le sable. En effet le sable a une finesse de filtration de 40µ alors que la Zéolithe filtre à partir de 5µ. Par ailleurs, la zéolithe a une excellente capacité de filtration des métaux lourds.

Quand, comment et dosage de la zéolithe:
Si vous souhaitez augmenter votre capacité d’échanges cationiques, autrement dit, vos abris « anti-lessivage » de nutriments, optez pour l’incorporation de 10% de zéolithe à votre terreau. Convient très bien pour le potager à proportion de 600g à 1kg par mètre carré.
Si vous souhaitez cultiver des bonzaïs, cactus et autres plantes arides, la zéolite de type Chabasite est un substrat exceptionnellement bien approprié et pourra s’utiliser pur.
-----------------------------
Mais aussi le chanvre alimentaire
https://www.guano-diffusion.com/categorie-produit/chanvre-alimentaire/
---------------------------------------

Mieux vaut éviter les hôpitaux, de toute façon, ils les ferment pour faire des économies alors qu'ils nous empoisonnent et qu'il y a de plus en plus de malades.
Les Inconnus - Hôpital (des Inconnus)
31/07 - VACCINS. LA FRAUDE ULTIME ! 


PAR NEIL KEENAN.
Un ancien employé de l'industrie pharmaceutique révèle les Fraudes et les Dangers des Vaccins !
Il est clair que "Mark Randall*" (un pseudonyme de chercheur sur les vaccins qui a travaillé pendant de nombreuses années dans les laboratoires de grandes firmes pharmaceutiques et à l'Institut national de la santé du gouvernement américain) avait décidé - parce qu'il travaillait au centre de production de vaccins et qu'il les avait lui-même fait - qu'il était temps de parler en raison du plan du gouvernement fédéral de rendre la vaccination obligatoire ; alors qu'en fait, il pouvait prouver qu'elle était beaucoup plus nocive qu'utile. Il est très important qu'il soit clair que cette information particulière et détaillée n'a jamais été rendue publique auparavant. Les tentatives antérieures de diffusion de cette entrevue ont été subverties - des copies papier ont été brûlées et les personnes qui ont participé à la diffusion de cette information ont été menacées. De plus, ce plan était très conforme à l'Agenda 21 ou à l'Agenda 30 (contrôle de la population). 

Revue Nexus N° 44 Mai-Juin 2006
Un jour, un chercheur en vaccinologie a vu son collègue perdre son enfant à la suite d’une vaccination. Le doute s’est insinué, et la réalité a fait le reste. Aujourd’hui à la retraite, il dévoile les dessous de l’une des plus grandes escroqueries de notre temps.
À lire d’urgence, avant de céder aux prochaines sirènes des vaccinations massives.
Combien d’Américains meurent réellement de la grippe chaque année ?
Demandez-le donc à l’American Lung Association. Mieux encore, lisez son rapport du mois d’août 2004, intitulé « Trends in Pneumonia and Influenza/Morbidity and Mortality » [Tendances en matière de pneumonie et grippe/Morbidité et mortalité]. Ce rapport émane du Research and Scientiflc Affairs Epidemiology and Statistics Unit. Au bas du document, la source apparaît comme étant le « Report of Final Mortality Statistics, 1979-2001 » du National Center for Health Statistics.
Vous allez avoir des surprises, d’autant plus que les US Centers for Disease Control (CDC) ne cessent de proclamer que le nombre annuel de décès dus à la grippe s’élève à 36 000. Avec la précision d’une horloge. Année après année, 36 000 personnes meurent chaque année de la grippe aux États-Unis. La maladie meurtrière.
Méfiez-vous ! Faites-vous vacciner. À chaque automne. N’attendez pas. Vous risqueriez d’être terrassé en pleine rue !
Voici le nombre total des décès dus à la grippe tel qu’indiqué dans le rapport (de 1979 à 1995, les statistiques étaient publiées tous les deux ans) :
  


 Vous ne me croyez pas ?
Voici la page :
Allez-y et rendez-vous à la page 9 du document. Puis, descendez jusqu’à ce que vous trouviez le tableau des décès dus à la grippe.
Récemment, Tommy Thompson, président du ministère américain de la Santé et des Affaires sociales, a affirmé que 91 % des personnes qui meurent de la grippe chaque année aux États-Unis ont plus de 65 ans. Alors, livrez-vous à un petit calcul pour trouver combien de personnes de moins de 65 ans meurent réellement de la grippe chaque année. Mais qu’importe. Les statistiques brutes tous âges confondus sont suffisamment basses. Très basses même. Très, très basses.
Jon Rappoport © octobre 2004-janvier 2006
Traduction : Christèle Guinot
Commencez-vous à comprendre ce qui se passe ? Une vaste escroquerie. Maintenant que l’on s’est fait une idée bien plus précise du faible nombre de décès imputables à la grippe chaque année aux États-Unis, quoi de plus naturel que de réexaminer la question des vaccins. Si l’on enlève l’hystérie entourant « les nombres élevés de décès dus à la grippe » et le « besoin urgent de se faire vacciner », que nous reste-t-il vraiment ? La réponse est évidente : du travail de relations publiques. On utilise la propagande pour gonfler artificiellement les statistiques sur la grippe et inciter ainsi les gens à aller se faire vacciner chez leur médecin ou à la clinique.
Alors qu’en est-il des vaccins ? Que sait-on de leur innocuité et de leur efficacité ? Cela fait longtemps que je mets les gens en garde contre les dangers des vaccins, notamment pour les bébés et les jeunes enfants, dont le système immunitaire n’est pas capable de faire face aux nombreux contaminants et conservateurs toxiques contenus dans les vaccins. Il y a d’autres raisons pour lesquelles les adultes devraient eux aussi les éviter. Aujourd’hui, pour la première fois, une personne bien informée de l’industrie des vaccins a accepté de parler des dangers qu’ils présentent.
« Dr Mark Randall » est le pseudonyme d’un ancien chercheur en vaccinologie qui a travaillé pendant de nombreuses années dans les laboratoires de grandes compagnies pharmaceutiques et des National Institutes of Health du gouvernement américain. Désormais à la retraite, c’est à contrecSur qu’il a accepté de sortir de son silence. À mes yeux, son témoignage concorde avec toutes les autres déclarations que j’aie étudiées ces dernières années.
L’interview qui suit est importante, non seulement parce que le Dr Randall connaît à fond les dangers des vaccins mais aussi parce qu’il témoigne des rouages internes et des collusions secrètes entre le gouvernement et l’industrie des vaccins, les deux sources qui ne cessent d’assurer aux Américains qu’ils peuvent leur faire confiance. Ce passage capital est peut-être le meilleur résumé jamais écrit des preuves à conviction du dossier contre les immunisations.

*Dr. Mark Randall on Swine Flu Vaccines

Penser que notre société gouvernementale (Congrès et Sénat) souhaite vraiment détruire nos familles en tuant nos enfants - cela ne devrait que nous rendre plus conscients et que nous devons les empêcher de le faire.
Nous devons certainement remercier le courageux journaliste d'investigation Alan Stang pour l'avoir transmis à un petit nombre de personnes, après que la plupart des enregistrements de cette interview aient été brûlés ou effacés dans le but d'empêcher l'exposition au public. J'espère que cela nous donne à tous une meilleure perspective sur ce qui se passe dans ce marécage fou dans leurs tentatives de nous éliminer.
Et maintenant, voici l'interview révolutionnaire ; malgré les nombreux efforts pour contrecarrer sa divulgation.

Q : Vous étiez autrefois certain que les vaccins étaient la marque d'une bonne médecine ?
R : Oui, je l'étais. J'ai participé à la mise au point de quelques vaccins. Je ne dirai pas lesquels.
Q : Pourquoi pas ?
R : Je veux préserver ma vie privée.
Q : Vous pensez donc que vous pourriez avoir des problèmes si vous sortez au grand jour ?
R : Je croyais que je pouvais perdre ma pension.
Q : Pour quels motifs ?
R : Les motifs n'ont pas d'importance. Ces gens ont des moyens de vous causer des problèmes, alors que vous faisiez partie du club. Je connais une ou deux personnes qui ont été mises sous surveillance, qui ont été harcelées.
Q : Harcelé par qui ?
R : Le FBI. 
Q : Vraiment ?
R : Bien sûr, le FBI a utilisé d'autres prétextes. Et le fisc peut venir aussi.
Q : Tant pis pour la liberté d'expression.
R : Je faisais partie du cercle intérieur. Si maintenant je commence à citer des noms et à porter des accusations précises contre des chercheurs, je pourrais me retrouver dans un monde de problèmes.
Q : Qu'est-ce qui se trouve au bas de ces efforts en matière de harcèlement ?
R : Les vaccins sont la dernière défense de la médecine moderne. Les vaccins sont la justification ultime de la "brillance" globale de la médecine moderne.
Q : Croyez-vous que les gens devraient avoir le choix de se faire vacciner ou non ?
R : Sur le plan politique, oui. Sur le plan scientifique, les gens ont besoin d'information pour bien choisir. C'est une chose de dire que le choix est bon. Mais si l'information est pleine de mensonges, comment choisir ? De plus, si la FDA était dirigée par des personnes honorables, ces vaccins ne se verraient pas accorder de licences. Ils feraient l'objet d'une enquête.
Q : Certains historiens de la médecine affirment que le déclin global des maladies n'est pas dû aux vaccins.
R : Je sais. Pendant longtemps, j'ai ignoré leurs méfaits.
Q : Pourquoi ?
R : Parce que j'avais peur de ce que je découvrirais. Je m'occupais du développement de vaccins. Mon gagne-pain dépendait de la poursuite de ce travail.
Q : Et puis ?
R : J'ai fait ma propre enquête.
Q : Quelles sont vos conclusions ?
R : La santé dépend de l'amélioration des conditions de vie.
Q : Quelles conditions ?
R : De l'eau plus propre. Systèmes d'égouts avancés. Nutrition. Des aliments plus frais. Une diminution de la pauvreté. Les germes peuvent être partout, mais quand vous êtes en bonne santé, vous ne contractez pas les maladies aussi facilement.
Q : Qu'avez-vous ressenti lorsque vous avez terminé votre propre enquête.
A : Le désespoir. J'ai réalisé que je travaillais dans un secteur basé sur une collection de mensonges.
Q : Certains vaccins sont-ils plus dangereux que d'autres ?
R : Oui. Le plan DPT par exemple. Le MMR. Mais certains lots de vaccins sont plus dangereux que d'autres lots du même vaccin. En ce qui me concerne, tous les vaccins sont dangereux. 
Q : Pourquoi ?
R : Plusieurs raisons. Ils impliquent le système immunitaire humain dans un processus qui tend à compromettre l'immunité. Ils peuvent en fait causer la maladie qu'ils sont censés prévenir. Ils peuvent causer d'autres maladies que celles qu'ils sont censés prévenir.
Q : Pourquoi citons-nous des statistiques qui semblent prouver que les vaccins ont été extrêmement efficaces pour éradiquer les maladies ?
R : Pourquoi ? Donner l'illusion que ces vaccins sont utiles. Si un vaccin supprime les symptômes visibles d'une maladie comme la rougeole, tout le monde suppose que le vaccin est un succès. Mais, sous la surface, le vaccin peut nuire au système immunitaire lui-même. Et s'il cause d'autres maladies - disons la méningite - ce fait est masqué parce que personne ne croit que les vaccins peuvent le faire. La connexion est négligée.
Q : On dit que le vaccin antivariolique a éradiqué la variole en Angleterre.
A : Oui, oui. Mais lorsque vous étudiez les statistiques disponibles, vous obtenez une autre image.
Q : Qu'est-ce que c'est ?
R : Il y avait des villes en Angleterre où les gens qui n'étaient pas vaccinés n'ont pas eu la variole. Il y avait des endroits où les personnes vaccinées ont connu des épidémies de variole. Et la variole était déjà en déclin avant l'introduction des vaccins.
Q : Vous dites donc que nous avons eu droit à une fausse histoire ?
R : Oui. C'est exactement ce que je dis. C'est une histoire qui a été préparée pour convaincre les gens que les vaccins sont invariablement sûrs et efficaces.
Le public croit que ces laboratoires, ces installations de fabrication sont les endroits les plus propres au monde. Ce n'est pas vrai. La contamination se produit tout le temps. On introduit toutes sortes de débris dans les vaccins.
Q : Par exemple, le virus du singe SV40 se glisse dans le vaccin antipoliomyélitique.
R : Oui, c'est arrivé. Mais ce n'est pas ce que je veux dire. Le SV40 est entré dans le vaccin contre la polio parce que le vaccin a été fabriqué à l'aide de reins de singe. Mais je parle d'autre chose. Les conditions réelles du laboratoire. Les erreurs. Les erreurs d'insouciance. Le SV40 qui a été trouvé plus tard dans les tumeurs cancéreuses - c'était ce que j'appellerais un problème structurel.
C'était une partie acceptée du processus de fabrication. Si vous utilisez des reins de singe, vous ouvrez la porte à des germes dont vous ne connaissez pas la présence dans ces reins.
Q : D'accord, mais ignorons cette distinction entre les différents types de contaminants pendant un moment. Quels contaminants avez-vous découverts au cours de vos nombreuses années de travail avec les vaccins ?
R : D'accord. Je vais vous donner un peu de ce que j'ai trouvé et je vais aussi vous donner ce que mes collègues ont trouvé. Voici une liste partielle. Dans le vaccin Rimavex contre la rougeole, nous avons trouvé divers virus du poulet. Dans les vaccins antipoliomyélitiques, nous avons trouvé l'acanthamoeba, qui est une amibe dite " mangeuse d'entrainement ". Simian cytomegalovirus in polio vaccine. Simian foamy virus dans le vaccin antirotavirus. Bird-cancer viruses in the MMR vaccine. Différents micro-organismes dans le vaccin contre l'anthrax. J'ai trouvé des inhibiteurs enzymatiques potentiellement dangereux dans plusieurs vaccins. Les virus du canard, du chien et du lapin dans le vaccin contre la rubéole. Avian leucosis virus dans le vaccin contre la grippe. Pestivirus dans le vaccin ROR.
Q : Laissez-moi prendre ce raccourci. Ce sont tous des contaminants qui n'ont pas leur place dans les vaccins ?
R : C'est exact. Et si vous essayez de calculer les dommages que ces contaminants peuvent causer, eh bien, nous ne le savons pas vraiment, parce qu'aucun test n'a été fait, ou très peu de tests. C'est un jeu de roulette. Tu prends le risque. De plus, la plupart des gens ne savent pas que certains vaccins contre la polio, les adénovirus, la rubéole et l'hépatite A et la rougeole ont été fabriqués avec des tissus fœtaux humains avortés.
J'ai trouvé ce que je croyais être des fragments bactériens et du poliovirus dans ces vaccins de temps en temps - qui peuvent provenir de ce tissu fœtal.
Lorsque vous cherchez des contaminants dans les vaccins, vous pouvez trouver du matériel qui laisse perplexe. Vous savez qu'il ne devrait pas être là, mais vous ne savez pas exactement ce que vous avez. J'ai trouvé ce que je crois être un très petit "fragment" de cheveux humains et de mucus humain. J'ai trouvé ce que l'on peut appeler "protéine étrangère" qui pourrait signifier presque n'importe quoi. Il pourrait s'agir de protéines provenant de virus.
Q : Les signaux d'alarme sonnent partout.
A : Comment pensez-vous que je me sentais ? Rappelez-vous que cette matière entre dans la circulation sanguine sans passer par les défenses immunitaires ordinaires.
Q : Comment vos conclusions ont-elles été reçues ?
R : En gros, c'était, ne vous inquiétez pas, on ne peut pas aider à faire des vaccins, vous utilisez divers tissus d'animaux, et c'est là que ce genre de contamination entre en jeu. Bien sûr, je ne mentionne même pas les produits chimiques standard comme le formaldéhyde, le mercure et l'aluminium qui sont utilisés à dessein dans les vaccins antigrippaux.
Q : Cette information est assez stupéfiante.
R : Oui. Et je ne fais que mentionner certains des contaminants biologiques. Qui sait combien il y en a d'autres ? D'autres que nous ne trouvons pas parce que nous ne pensons pas à les chercher. Si des tissus provenant, par exemple, d'un oiseau sont utilisés pour fabriquer un vaccin, combien de germes possibles peuvent se trouver dans ces tissus ? Nous n'en avons aucune idée. Nous n'avons aucune idée de ce qu'ils pourraient être, ni des effets qu'ils pourraient avoir sur les humains.
Q : Et au-delà de la question de la pureté ?
R : Vous avez affaire à la prémisse de base erronée au sujet des vaccins. Qu'ils stimulent de manière complexe le système immunitaire pour créer les conditions d'immunité contre la maladie. C'est la mauvaise prémisse. Ça ne marche pas comme ça.
Un vaccin est censé "créer" des anticorps qui, indirectement, offrent une protection contre la maladie. Cependant, le système immunitaire est beaucoup plus grand et plus impliqué que les anticorps et leurs "cellules tueuses" apparentées. 
Q : Le système immunitaire l'est-il ?
R : Tout le corps, vraiment. Plus l'esprit, c'est tout le système immunitaire, pourrait-on dire. C'est pourquoi vous pouvez avoir au milieu d'une épidémie, ces individus qui restent en bonne santé.
Q : Le niveau de santé générale est donc important ?
R : Plus qu'important. Vital.
Q : Comment les statistiques sur les vaccins sont-elles présentées faussement ?
R : Il y a plusieurs façons de faire. Supposons, par exemple, que 25 personnes ayant reçu le vaccin contre l'hépatite B soient atteintes d'hépatite. L'hépatite B est une maladie du foie. Mais vous pouvez appeler la maladie du foie beaucoup de choses. Vous pouvez modifier le diagnostic. Alors vous avez caché la racine du problème.
Q : Et que se passe-t-il ?
R : Tout le temps. Cela DOIT arriver, si les médecins supposent automatiquement que les personnes qui se font vacciner ne tombent pas avec la maladie dont elles sont censées être protégées. Et c'est exactement ce que les médecins supposent. Vous voyez, son raisonnement circulaire.
C'est un système fermé. Il n'admet aucune faute. Pas de faute possible. Si une personne qui reçoit un vaccin contre l'hépatite contracte l'hépatite ou une autre maladie, l'hypothèse automatique est que cela n'a rien à voir avec la maladie.
Q : Au cours de vos années de travail dans l'établissement de vaccins, combien de médecins avez-vous rencontrés qui ont admis que les vaccins constituaient un problème ?
R : Aucun. Quelques-uns ont remis en question en privé ce qu'ils faisaient. Mais ils n'entreraient jamais en bourse, même au sein des entreprises.
Q : Quel a été le tournant pour vous ?
R : J'avais un ami dont le bébé est mort après une injection de DPT.
Q : Avez-vous enquêté ?
R : Oui, de façon informelle. J'ai découvert que ce bébé était en parfaite santé avant la vaccination. Il n'y avait aucune raison de sa mort, à part le vaccin. C'est ainsi que j'ai commencé à douter.
Bien sûr, je voulais croire que le bébé avait reçu un mauvais tir d'un mauvais lot. Mais au fur et à mesure que j'approfondissais la question, j'ai constaté que ce n'était pas le cas en l'occurrence, que j'étais entraîné dans une spirale de doutes qui s'intensifiait avec le temps. J'ai continué à enquêter. J'ai constaté que, contrairement à ce que je pensais, les vaccins ne sont pas testés de manière scientifique.
Q : Que voulez-vous dire ?
R : Par exemple, aucune étude à long terme n'est faite sur les vaccins. Le suivi à long terme n'est pas fait avec soin. Pourquoi ? Parce que, encore une fois, on suppose que les vaccins ne causent pas de problèmes. Alors pourquoi quelqu'un devrait-il vérifier ? De plus, une réaction vaccinale est définie de manière à ce que toutes les mauvaises réactions se produisent très rapidement après l'injection. Mais cela n'a pas de sens.
Q : Pourquoi cela n'a-t-il pas de sens ?
R : Parce que le vaccin agit évidemment dans l'organisme pendant une longue période de temps après son administration.  Une réaction peut être graduelle. La détérioration peut être graduelle. Des problèmes neurologiques peuvent se développer avec le temps. Ils le font dans diverses conditions, même selon une analyse conventionnelle. Alors pourquoi cela ne pourrait-il pas être le cas avec les vaccins ?
Si l'empoisonnement chimique peut se produire graduellement, pourquoi ne pourrait-il pas en être ainsi avec un vaccin contenant du mercure ?
Q : Et c'est ce que vous avez trouvé ?
R : Oui. Vous avez affaire à des corrélations la plupart du temps. Les corrélations ne sont pas parfaites. Mais si vous obtenez 500 parents dont les enfants ont subi des dommages neurologiques pendant une période d'un an après avoir reçu un vaccin, cela devrait suffire à déclencher une enquête intense.
Q : Est-ce que cela a été suffisant ?
R : Non, jamais. Cela vous dit quelque chose tout de suite.
Q : Qu'est-ce que c'est ?
R : Les personnes qui mènent l'enquête ne sont pas vraiment intéressées à examiner les faits. Ils supposent que les vaccins sont sûrs. Donc, lorsqu'ils enquêtent, ils arrivent invariablement à disculper les vaccins. Ils disent : "Ce vaccin est sûr." Mais sur quoi basent-ils ces jugements ?
Ils se basent sur des définitions et des idées qui excluent automatiquement une condamnation du vaccin.
Q : Il y a de nombreux cas où une campagne de vaccination a échoué. Où les gens ont contracté la maladie contre laquelle ils ont été vaccinés.
R : Oui, tu es beaucoup d'exemples de ce genre. Et ici, les preuves sont tout simplement ignorées. C'est à prix réduit. Les experts disent, s'ils disent quoi que ce soit, qu'il s'agit d'une situation isolée, mais dans l'ensemble, le vaccin s'est avéré sûr. Mais si vous additionnez toutes les campagnes de vaccination où des dommages et des maladies se sont produits, vous réalisez qu'il ne s'agit PAS de situations isolées.
Q : Avez-vous déjà discuté de ce dont nous parlons ici avec des collègues, alors que vous travailliez encore dans l'établissement de vaccins ?
R : Oui, je l'ai fait.
Q : Que s'est-il passé ?
R : À plusieurs reprises, on m'a dit de me taire. Il était clair que je devais retourner au travail et oublier mes doutes. À quelques occasions, j'ai rencontré la peur. Des collègues ont essayé de m'éviter. Ils sentaient qu'on pouvait les étiqueter de "culpabilité par association". Mais dans l'ensemble, je me suis bien comporté. Je me suis assuré de ne pas me créer des problèmes.
Q : Si les vaccins font vraiment du mal, pourquoi les administre-t-on ?
R : Tout d'abord, il n'y a pas de "si". Ils font du mal. Il devient plus difficile de décider s'ils causent du tort aux personnes qui ne semblent pas avoir subi de préjudice. Il s'agit donc du genre de recherche qui devrait être faite, mais qui ne l'est pas. Les chercheurs devraient sonder pour découvrir une sorte de carte, ou organigramme, qui montre exactement ce que les vaccins font dans le corps à partir du moment où ils entrent dans le corps.
Cette recherche n'a pas été faite. Quant à la raison pour laquelle ils sont donnés, nous pourrions rester assis ici pendant deux jours et discuter de toutes les raisons. Comme vous l'avez dit à maintes reprises, à différents niveaux du système, les gens ont leurs motivations.
L'argent, la peur de perdre un emploi, le désir de gagner des points brownie, le prestige, les prix, les promotions, l'idéalisme erroné, les habitudes irréfléchies, etc.
Mais, au plus haut niveau du cartel médical, les vaccins sont une priorité absolue parce qu'ils affaiblissent le système immunitaire.
Je sais que c'est difficile à accepter, mais c'est vrai. Le cartel médiatique, au plus haut niveau, n'a pas pour but d'aider les gens, mais de leur nuire, de les affaiblir. Pour les tuer.
À un moment donné de ma carrière, j'ai eu une longue conversation avec un homme qui occupait une haute fonction gouvernementale dans un pays africain.
Il m'a dit qu'il était au courant. Il m'a dit que l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé), est une façade pour ces intérêts de dépeuplement.
Il y a un souterrain, disons, en Afrique, composé de divers fonctionnaires qui essaient sincèrement de changer le sort des pauvres. Ce réseau de personnes sait ce qui se passe.
Ils savent que des vaccins ont été utilisés, et sont utilisés pour détruire leurs pays, pour les rendre mûrs pour des prises de pouvoir par des puissances mondialistes. J'ai eu l'occasion de parler avec plusieurs de ces personnes de ce réseau. 
Q : Thabo Mbeki, le président de l'Afrique du Sud, est-il au courant de la situation ?
R : Je dirais qu'il est partiellement conscient. Il n'est peut-être pas totalement convaincu, mais il est en train de réaliser toute la vérité. Il sait déjà que le VIH est un canular. Il sait que les médicaments contre le sida sont des poisons qui détruisent le système immunitaire. Il sait aussi que s'il s'exprime, de quelque façon que ce soit, sur la question des vaccins, il sera qualifié de fou. Il a assez d'ennuis après sa position sur la question du sida. 
Q : Ce réseau dont vous parlez. Il a accumulé une énorme quantité d'informations sur les vaccins. La question est de savoir comment mettre en place une stratégie efficace. Pour ces gens, c'est une question difficile. Et dans les pays industrialisés ?
Le cartel médical a une emprise, mais elle diminue.
Principalement parce que les gens ont la liberté de remettre en question les médicaments.
Cependant, si la question du choix (le droit de prendre ou de rejeter n'importe quel médicament) ne s'impose pas, ces mandats à venir sur les vaccins contre les germes de guerre biologique vont l'emporter. C'est un moment important. Le vaccin contre l'hépatite semble être une bonne avenue. 
R : Je pense que oui, oui. Dire que les bébés doivent être vaccinés - et ensuite, dans le prochain souffle, admettre qu'une personne contracte l'hépatite B à la suite de contacts sexuels et de partage de seringues - est une juxtaposition ridicule.
Les autorités médicales essaient de se couvrir en disant qu'environ 20.000 enfants aux États-Unis contractent chaque année l'hépatite B de "causes inconnues", et c'est pourquoi chaque bébé doit être vacciné.
Je conteste ce chiffre de 20.000 et les soi-disant études qui l'étayent.
Andrew Wakefield, le médecin britannique qui a découvert le lien entre le vaccin ROR et l'autisme, vient d'être licencié d'un hôpital de Londres. Oui, Wakefield a rendu un grand service. Ses corrélations entre le vaccin et l'autisme sont stupéfiantes.
Vous savez peut-être que l'épouse de Tony Blair s'intéresse aux médecines douces. Il est possible que leur enfant n'ait pas reçu le vaccin ROR.
Blair a récemment éludé la question dans des interviews à la presse, et il a fait croire qu'il s'opposait simplement à une remise en question envahissante de sa "vie personnelle et familiale". Quoi qu'il en soit, je crois que sa femme a été muselée.
Je pense que, si on lui en donnait l'occasion, elle dirait au moins qu'elle sympathise avec toutes les familles qui se sont manifestées et qui ont déclaré que leurs enfants ont été gravement endommagés par le RMM.
Les journalistes britanniques devraient essayer de lui faire comprendre.
Ils ont essayé. Mais je pense qu'elle a passé un accord avec son mari pour se taire, quoi qu'il arrive. 
Elle pourrait faire beaucoup de bien si elle ne tient pas sa promesse. 
On m'a dit qu'elle est sous pression, et pas seulement de son mari. Au niveau qu'elle occupe, le MI6 et les autorités sanitaires britanniques entrent dans la loi. C'est considéré comme une question de sécurité nationale.
C'est la sécurité nationale, une fois qu'on comprend le cartel médical. C'est la sécurité mondiale. Le cartel opère dans tous les pays. Il garde avec zèle le caractère sacré des vaccins. Questionner ces vaccins est au même niveau qu'un évêque du Vatican qui remet en question la sainteté du sacrement de l'Eucharistie dans l'Église catholique.
Je sais qu'une célébrité hollywoodienne a déclaré publiquement qu'il ne veut pas se faire vacciner est en train de se suicider.
Hollywood est étroitement lié au cartel médical. Il y a plusieurs raisons, mais l'une d'entre elles est simplement qu'un acteur célèbre peut tirer une énorme quantité de publicité s'il dit TOUT.
En 1992,1 était présent à votre manifestation contre la FDA au centre-ville de Los Angeles. Un ou deux acteurs se sont prononcés contre la FDA. 
Depuis ce temps, vous auriez du mal à trouver un acteur qui s'est prononcé à ma façon contre le cartel médical. 
Q : Au sein de l'Institut national de la santé, quelle est l'humeur, quel est l'état d'esprit de base ?
R : Les gens sont en compétition pour l'argent de la recherche. La dernière chose à laquelle ils pensent, c'est de remettre en question le statu quo. Ils sont déjà dans une guerre intra-muros pour cet argent, ils n'ont pas besoin de plus d'ennuis. Il s'agit d'un système très isolé. Cela dépend de l'idée que, dans l'ensemble, la médecine moderne a beaucoup de succès à chaque frontière.
Admettre des problèmes systémiques dans n'importe quel domaine, c'est jeter le doute sur l'ensemble de l'entreprise. On pourrait donc penser que le NIT est le dernier endroit où l'on devrait penser à organiser des manifestations. Mais c'est l'inverse qui est vrai. Si cinq mille personnes se présentaient là-bas pour exiger un compte rendu des avantages réels de ce système de recherche, exigeant de savoir quels avantages réels en matière de santé ils ont procurés au public grâce aux milliards de dollars gaspillés qui ont été acheminés à cette installation, quelque chose pourrait commencer.
Une étincelle pourrait exploser. Vous pourriez avoir, avec d'autres démonstrations, toutes sortes de retombées. Chercheurs - quelques uns pourraient commencer à divulguer de l'information.
Q : Une bonne idée.
R : Les personnes en costume se tenant aussi près de l'immeuble que la police le permet. Les gens en costumes d'affaires, en jogging, les mères et les bébés. Les gens bien nantis, les pauvres. Toutes sortes de gens.
Q : Qu'en est-il du pouvoir destructeur combiné d'un certain nombre de vaccins administrés aux bébés de nos jours ?
R : C'est une parodie et un crime. Encore une fois, on suppose que les vaccins sont sûrs et, par conséquent, qu'un certain nombre de vaccins administrés ensemble sont également sûrs. Mais la vérité, c'est que les vaccins ne sont pas sûrs. Par conséquent, les dommages potentiels augmentent lorsque vous donnez beaucoup d'entre eux dans un court laps de temps.
Q : Ensuite, il y a la saison de la grippe d'automne.
R : Oui. Comme si ce n'était qu'à l'automne que ces germes flottent vers les États-Unis en provenance d'Asie. Le public avale cette prémisse. Si cela se produit en avril, c'est un mauvais rhume. Si cela se produit en octobre, c'est la grippe.
Q : Regrettez-vous d'avoir travaillé toutes ces années dans le domaine des vaccins ?
R : Oui. Mais après cet entretien. Je le regretterai un peu moins. Et je travaille d'autres façons. Je donne de l'information à certaines personnes, quand je pense qu'elles l'utiliseront bien.
Q : Quelle est la seule chose que vous voulez que le public comprenne ?
R : Que la charge de la preuve dans l'établissement de l'innocuité et de l'efficacité des vaccins incombe aux personnes qui les fabriquent et les homologuent pour l'usage public. Juste ça.
Le fardeau de la preuve n'incombe pas à vous et à moi. Et pour la preuve, vous avez besoin d'études à long terme bien conçues. Vous avez besoin d'un suivi complet.
Vous devez interroger les mères et prêter attention à ce que les mères disent de leurs bébés et à ce qui leur arrive après la vaccination. Tu as besoin de toutes ces choses.
Les choses qui ne sont pas là.
 Q : Les choses qui ne sont pas là ?
R : Oui
Q : Pour éviter toute confusion, j'aimerais que vous passiez en revue, une fois de plus, les problèmes de maladie que les vaccins peuvent causer. Quelles maladies, comment ça arrive.
R : Il s'agit essentiellement de deux résultats potentiellement néfastes. Premièrement, la personne contracte la maladie à partir du vaccin.
Il attrape la maladie dont le vaccin est censé le protéger. Parce qu'il y a une version de la maladie dans le vaccin pour commencer.
Ou deux, il n'a pas CELA maladie, les bébés sont impliqués, ce sont les parents qui prennent les décisions. Ces parents ont besoin d'une bonne dose de vérité. Qu'en est-il de l'enfant dont j'ai parlé et qui est mort à la suite de l'injection de DPT ? Sur quelles informations ses parents ont-ils agi ? Je peux vous dire que c'était lourdement pesé. Ce n'était pas de l'information réelle.
Q : Les gens des relations publiques médicales, de concert avec la presse, font peur aux parents avec des scénarios terribles sur ce qui arrivera si leurs enfants n'ont pas de piqûres.
R : Ils donnent l'impression que c'est un crime de refuser le vaccin. Ils l'assimilent à de mauvaises pratiques parentales.
Vous combattez cela avec de meilleures informations.
C'est toujours un défi de rejeter la faute sur les autorités. Il est de la responsabilité de chacun de se décider.

Le cartel médical aime ce pari. C'est parier que la peur va gagner. 
---------------------------------