jeudi 31 mai 2018

31/05 - MAI 68, LA CIA ET L’AGENT COHN-BENDIT : 
OU COMMENT LES USA ONT RENVERSÉ DE GAULLE ! 
UN NOUVEAU LIVRE : "MAI 68, LA RÉVOLUTION DES IMBÉCILES" (DUPES)



Si vous ne savez pas encore que mai 68 a été organisé par la CIA afin de déstabiliser la France et mettre en place des agents de subversion comme Daniel Cohn-Bendit, un pédophile assumé qui sera utilisé ensuite pour propager son idéologie décadente dans les médias, c’est le moment de vous renseigner il n’est jamais trop tard ! Tout ceci est un secret de polichinelle au niveau de la caste médiatique et pourtant cet agent subversif continu à être invité absolument partout, il est très proche des différents présidents de la république ayant gouverné la France et il semble évident que ça continuera jusqu’à sa mort naturelle… 


Charles Saint-Prot est docteur en science politique, universitaire, habilité à diriger des recherches (HDR) et directeur général de l’Observatoire d’études géopolitiques. Il fait partie des rares intellectuels qui ne s’en laissent pas conter sur les prétendus « apports de Mai 68 » et qui osent le dire. Son dernier ouvrage n’est guère tendre à l’égard de ce qu’il qualifie de « chamboulement abject, un mouvement littéralement antisocial conduisant à l’institution d’un individu abstrait livré à la domination du Marché mondialisé… ». Il souligne : « Sous couvert d’un gauchisme de façade qui ne fut rien d’autre que la maladie sénile du crétinisme, Mai 68 fut le terreau d’un nouveau totalitarisme qui s’épanouit aujourd’hui avec un rare cynisme. Moins qu’une révolution, ce fut le début d’un long processus de pourrissement, de renversement des valeurs ».

CHARLES SAINT-PROT : "Mai 68, préparation au libéralisme, à ce monde de robots, de consommateurs, de parfaits abrutis."
* Daniel Cohn Bendit pédophile

A l’occasion du 50ème anniversaire des événements du printemps 1968, Charles Saint-Prot, qui a récemment publié "L’État-nation face à l’Europe des tribus", signe un vigoureux pamphlet sous le titre évocateur "Mai 68, la révolution des imbéciles" (éditions de Flore).
On aura compris que ce texte n’est pas tendre à l’égard de ce que l’auteur qualifie de «chamboulement abject, un mouvement littéralement antisocial conduisant à l’institution d’un individu abstrait livré à la domination du Marché mondialisé…». Il ajoute «Sous couvert d’un gauchisme de façade qui ne fut rien d’autre que la maladie sénile du crétinisme, Mai 68 fut le terreau d’un nouveau totalitarisme qui s’épanouit aujourd’hui avec un rare cynisme. Moins qu’une révolution, ce fut le début d’un long processus de pourrissement, de renversement des valeurs ».
On comprendra qu’aux yeux de Charles Saint-Prot, rien n’est plus urgent qu’en finir avec le mythe soixante-huitard pour remettre les idées à l’endroit. L’analyse faite par ce penseur des causes de mai 68 est particulièrement intéressante. Après avoir posé le principe qu’«en 1789 comme en mai 1968, l’idéologie révolutionnaire n’est qu’une vision illuminée au service d’intérêts obscurs», il s’interroge sur la nature de ces intérêts. A cet égard, il rappelle ce qu’écrivait le professeur Jean Rouvier, dans son fameux ouvrage "Les grandes idées politiques" (1978), affirmant qu’un « lobby israélo-américain» ne fut pas étranger au déroulement de ces événements. Ainsi, tout se serait passé «dans le dos des acteurs» comme a pu le constater-  Régis Debray.
Charles Saint-Prot soutient donc que l’agitation fut orchestrée de l’étranger pour affaiblir la France que le général de Gaulle avait relevée en proposant une vision «héroïque et futuriste».
Carnaval grotesque contre les valeurs traditionnelles, Mai 68 fut aussi «la première grande bataille des forces qui voulaient imprimer un bouleversement total de l’ordre politique et des valeurs de la société au profit de la dictature du Marché ultra-libéral et mondialisé.
Bref, ce n’est pas l’imagination qui voulait prendre le pouvoir mais la finance anonyme et vagabonde ».
Rappelant l’obsession anti-française de ceux qui pensaient comme Cohn-Bendit que «le drapeau français est fait pour être déchiré», l’auteur met en cause l’idéologie antifrançaise qui est devenue la pensée dominante à l’aube du XXIe siècle au point que tant de pseudo-élites, passées du gauchisme à l’ultralibéralisme, renoncent à la France sacrifiée aux billevesées mondialistes et européistes. D’où cette conclusion sévère :
Libertaires et libéraux se retrouvent contre l’État-nation pour célébrer à satiété les vertus de la globalisation et de la construction européenne et encourager les tentations régionalo-séparatistes. Ils sont dans un même combat contre la pensée française, cet ultime môle de résistance contre les menaces de toute nature qui s’amoncellent au début du troisième millénaire. L’éternel enjeu consiste à réaffirmer le primat de l’homme, de la civilisation, des forces de la vie contre le nivellement matérialiste, les nuées cosmopolites, les forces de la mort. Et Mai 68 fut tout cela, sans apporter naturellement la moindre réponse aux interrogations du monde moderne.
En fait, c’est la question de l’avenir de la France qui est posée dans ce petit livre très utile à la formation de l’esprit public..
Michel Morès
--------------------------------------------------

Voir aussi le livre "Des secrets bien gardés : Les dossiers de la Maison-Blanche et de la CIA sur la France et ses présidents 1958-1981" – 8 avril 2009 de Vincent Nouzille
Voici l'histoire de la Vème République comme vous ne l'avez jamais lue, éclairée par plusieurs milliers de documents confidentiels issus essentiellement de la CIA et de la Maison-Blanche, inédits pour la quasi-totalité d'entre eux. Les révélations ne manquent pas sur nos dirigeants - de Gaulle, Pompidou, Giscard d'Estaing, mais aussi Mitterrand, Rocard, Defferre, Chirac et surtout sur les grands événements qui ont marqué la vie politique française. Car les coulisses du pouvoir ont été espionnées de manière systématique par les États-Unis, qui voulaient tout savoir sur cette France jugée indocile. Des informateurs ont été recrutés jusqu'au plus haut niveau. Des hommes politiques ont été choyés et soutenus, parfois financièrement. Nombre de leaders français, de droite comme de gauche, se sont montrés curieusement loquaces, multipliant les confidences sur leurs ambitions, leurs tactiques, leurs équipes. Cette enquête met au jour des télégrammes diplomatiques, des rapports sensibles de la CIA et du Pentagone, des accords classés " confidentiel défense " négociés au sommet, des conversations entre présidents et les noms de certains espions. De la guerre d'Algérie aux ventes d'armes à la Libye, de Mai 68 à la montée de l'Union de la gauche, de la création de la force de frappe nucléaire aux campagnes électorales, de la santé des présidents aux querelles intestines des partis d'opposition, peu de choses ont échappé aux Américains. Qui ont plus d'une fois cherché à les influencer. Jusqu'à ce jour, ces secrets étaient bien gardés.



Déclaration de Georges Pompidou évoquant une organisation internationale puissante qui aurait infiltré les mouvements étudiants :  
 
Enfin, en juin 68 Cohn-Bendit déclare à Hervé Bourges : "Il semble que la CIA se soit intéressée à nous ces derniers temps : certains journaux et associations américaines, filiales et intermédiaires de la CIA, nous ont proposé des sommes importantes ; inutile de vous dire l’accueil que nous leur avons fait…" (La Pavé, ouvrage de Jean-Pierre Farkas, 1998) 



"1968 le pavé" est un recueil de documents concernant la révolte des étudiants des universités de Paris en mai 68. C'est un livre, présenté sous la forme d'une brique, symbole des manifestations, qui regroupe en 7 chapîtres, les événements. Il relate d'abord la chronologie des faits et les déclarations de personnes-clés (D. Cohn-Bendit, A. Geismar, J. Sauvageot, J.P. Sartre); il propose ensuite une soixantaine de photos, des reportages-radio de Jean-Pierre Farkas, journaliste à RTL, la proclamation des slogans et enfin la reproduction des affiches et des tracts. Deux CD accompagnent le livre: le premier relate les reportages de Jean-Pierre Farkas et son équipe de journalistes, le second, appelé "Paroles et sons de mai 68", contient des échos sonores pris sur le vif lors des événements. JMV

 

----------------------
Cohn-Bendit : «Il faut arrêter de dire que le peuple a toujours raison»
Les têtes de listes sont des têtes de Noeuds

Les médias se couchent devant ce mec !
+31/05 - EMMANUELLE MÉNARD, UNE FEMME LIBRE
ET PLEINE DE BON SENS 
AU MICRO DE JJ BOURDIN. 



Candidate soutenue par diverses chapelles de la droite identitaire et souverainiste, mais aussi par le FN, l'épouse du maire de Béziers Robert Ménard a été élue dans la 6ème circonscription de l'Hérault avec 53,49% des voix.
Emmanuelle Ménard est députée de l'Hérault*
Même prénom et initiales que Macron, mais là s'arrête la ressemblance!

Emmanuelle Ménard, née Duverger, a porté dans la 6ème circonscription de l'Hérault une candidature aux contours particuliers. Elle a fédéré derrière elle diverses composantes identitaires et souverainistes dites de la «droite hors les murs» ("Debout la France" de Nicolas Dupont-Aignan, le Siel présidé par Karim Ouchikh, le CNIP présidé par Bruno North, le MPF créé par Philippe de Villiers), et bénéficié par ailleurs du soutien du Front national. Elle est donc parvenue à réaliser, le temps d'une campagne, l'alchimie politique défendue en vain par son époux Robert Ménard** auprès de Marine Le Pen ces dernières années.
Il faut arrêter avec l'extrême droite, la droite, la gauche pour être libre comme l'est cette femme, juste patriote et chrétienne. Une fois encarté, parti politique, syndicat ou religion, nous ne sommes plus libre.

Emmanuelle Ménard affirme n’adhérer à aucun parti pour garder sa liberté de ton et de parole

Emmanuelle Ménard face à Jean-Jacques Bourdin en direct
Jean-Jacques Bourdin reçoit Emmanuelle Ménard, députée apparentée Front national, dans "Bourdin Direct" sur BFMTV et RMC, ce lundi 3 juillet 2017.


Emmanuelle et Robert Ménard.
La France de demain.

**Vidéo. Robert Ménard violemment bousculé à Saint-André-de-Cubzac, il porte plainte
On y voit le drapeau de la France Insoumise.
https://www.sudouest.fr/2018/05/05/saint-andre-de-cubzac-33-robert-menard-violemment-bouscule-5032963-3072.php

La députée Emmanuelle Ménard, femme de Robert Ménard a rendu public mercredi une lettre destinée à Gérard Collomb, dans laquelle elle dénonce l'inaction de l'Etat face à l'agression de son mar, déplorant que les gendarmes n'aient pas empêché l'agression.

Ce sont les gendarmes qui persécutent les zadistes et on les voit de plus en plus sur nos routes dans nos villes et village à verbaliser. C'est l'armée de Gérard Collomb, de Macron.
---------------------------
Sujet dont E. Ménard parle dans l'interview
Immigration programmée de longue date. Génocide du peuple européen, blanc. Le grand remplacement. Sarkozy doit être condamne pour crime contre l’humanité.
------------------------
***La loi «Veil» et ses origines occultes. Comment le sionisme a planifié la mort de millions d’enfants blancs et catholiques. 

Simone Veil, la femme politique française la mieux payée en 2017 nous a quitté. 

Une jeunesse contre l’avortement. la marche pour la vie et les survivants. 

31/05 - MARION MARÉCHAL. 
SA NOUVELLE ÉCOLE l'ISSEP À LYON. 




Assez parlé des manifs qui rassemblent des gens séduits par la gauche, allons voir ce que devient notre Ange, Marion Maréchal.

Marion Maréchal a officiellement lancé ce mardi son école de sciences politiques à Lyon, baptisé Institut de sciences sociales, économiques et politiques (ISSEP).
Un institut qui prônera quatre valeurs essentielles, selon un communiqué : "l'excellence, l'éthique dans l'exercice des responsabilités professionnelles, l'enracinement dans son identité culturelle et l'engagement au service des autres et de son pays".

Dans le paysage des formations lyonnaises, il faudra désormais compter sur l'ISSEP, pour Institut des Sciences Sociales Économiques et Politiques. En plus du site internet, un compte Twitter a été créé. Ce dernier suit forcément la directrice de l'établissement, Marion Maréchal-Le Pen. Mais aussi quelques médias lyonnais dont LyonMag. Et les hauts responsables de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur comme Jean-Michel Blanquer et Frédérique Vidal.
L'établissement, dont l'objectif est de "former des décideurs économiques et politiques polyvalents et cultivés qui puissent mettre leurs ambitions au service de projets utiles à la société", ouvrira ses portes en septembre à la Confluence. Il sera dirigé par l'ancienne députée FN et présidée par Patrick Libbrecht. Deux présidents du conseil scientifique ont également été nommés. Il s'agit de Patrick Louis, député européen de 2009 à 2014, secrétaire général du MPF et enseignant à Lyon 3 (et père de l'élue LR à la Région Anne Lorne) et Jacques de Guillebon, qui dirige la rédaction du mensuel L'incorrect.
Concernant la formation, elle sera assurée par des universitaires et des personnes de la société civiles. Les élèves pourront suivre un magistère sur deux ans et de la formation continue. La première année coûtera 5 500 euros. Des cours seront également dispensés le week-end pour les actifs, qui devront débourser 1980 euros, et pour les étudiants, qui devront, eux, payer 990 euros.
On y voit désormais plus clair sur les intentions de l'ISSEP et ce qu'il réserve à ceux qui veulent s'inscrire pour la rentrée de septembre. "Notre objectif est de favoriser la naissance d'une nouvelle génération de décideurs qui placeront leurs ambitions au sein de projets utiles à la société, qu'ils soient civils, associatifs, économiques et politiques", promet l'équipe dirigeante sur le site dans un discours dont le degré de langue de bois pourra être évalué par ceux qui le souhaiteront.

Marion Maréchal est l'invitée de "Face à face".
Interrogée par Loïc Besson, l'ancienne députée FN qui a décidé d'abandonner le nom Le Pen présente sa nouvelle école, l'ISSEC, qui entend être le carrefour des droites pour préparer l'avenir.

L'école :
31/05 - ITALIE - «LES MARCHÉS APPRENDRONT 
AUX ITALIENS À BIEN VOTER».

L’ITALIE INDIGNÉE !


« Une petite phrase attribuée au commissaire européen au Budget, l’Allemand Günther Oettinger, assurant que les marchés financiers allaient « apprendre aux Italiens comment voter », a soulevé mardi l’indignation générale dans la péninsule.
« C’est fou, à Bruxelles ils n’ont vraiment pas honte. (M. Oettinger) déclare ‘les marchés apprendront aux Italiens à bien voter’. Si ce n’est pas une menace, ça ! Moi je n’ai pas peur », a immédiatement tweeté Matteo Salvini, chef de la Ligue (extrême droite). « Il devrait démissionner cet après-midi », a-t-il ensuite ajouté dans une vidéo sur Facebook.
Le tweet en question, envoyé par un journaliste et partagé par M. Oettinger, résumait des phrases plus compliquées du commissaire allemand, qui ont touché un pays qui a les nerfs à fleur de peau et se trouve déjà en campagne électorale.
Après la décision du président Sergio Mattarella de refuser un gouvernement eurosceptique, la Bourse de Milan était encore en baisse mardi et le spread – l’écart entre les taux d’emprunt italien et allemand à dix ans – a dépassé mardi matin la barre des 300 points.
« Personne ne peut dire aux Italiens comment voter ! »
« L’évolution des emprunts d’Etat, de la valeur boursière des banques, de l’économie de l’Italie est déjà obscurcie de manière négative (…). On peut donc espérer que cela joue un rôle durant la campagne électorale comme un signal pour ne pas faire entrer des populistes de droite ou de gauche au gouvernement », a déclaré M. Oettinger dans une interview à la Deutsche Welle.
Même le Parti démocrate (PD, centre gauche), le plus europhile en Italie, est monté au créneau. « Personne ne peut dire aux Italiens comment voter, les marchés moins que tous les autres. Il faut respecter l’Italie », a tweeté son secrétaire général par intérim Maurizio Martina.
Le ministre sortant du Développement économique, Carlo Calenda, membre du PD, a demandé « des excuses ou la démission » du commissaire. La Commission européenne a, elle aussi, pris ses distances. Son porte-parole Margaritis Schinas a évoqué des « remarques imprudentes »: « Ce sont les Italiens et seulement les Italiens qui décideront de l’avenir de leur pays. Personne d’autre ».
Le président du Conseil européen, Donald Tusk, est également intervenu : « Mon appel à toutes les institutions de l’UE : respectez les électeurs. Nous sommes là pour les servir, pas pour leur donner des leçons ».
« Ce ne sont pas les marchés qui décident du destin de la République », a déclaré le président du Parlement européen, l’Italien Antonio Tajani. « Je demande à tous de respecter la volonté des Italiens. J’ai toute confiance en eux ».
Plusieurs polémiques
Depuis son entrée en fonction en tant que commissaire, M. Oettinger a suscité la polémique à plusieurs reprises. L’Allemand s’était déjà retrouvé sous le feu des critiques après avoir qualifié les Chinois de « bridés » ou encore décrit la Wallonie comme une « micro-région, gérée par des communistes, qui bloque toute l’Europe » lors de l’épisode du CETA.
S’exprimant sur le Brexit, M. Oettinger s’était une nouvelle fois fait remarquer début mai. « Mme May (la Première ministre britannique, ndlr) est faible et Boris Johnson (le ministre des Affaires étrangères) a la même coiffure que Trump, tout est dit », avait-il déclaré lors d’une discussion avec des élèves d’une école européenne à Karlsruhe ».
31/05 - DISCLOSURE - UNE AUTRE INSTALLATION SOUTERRAINE 
DÉTRUITE PAR L'ALLIANCE EN IRLANDE. 
LA CABALE-MIC (COMPLEXE MILITARO-INDUSTRIEL). 

Une installation souterraine a été trouvée dans les montagnes Comeragh dans le comté de Waterford, en Irlande.
L'Alliance a pris d'assaut l'installation et a appréhendé plus de 75 agents de la Cabale. 
Une autre machine à portique dimensionnelle a été découverte et détruite. 
Des documents sur le site ont révélé une autre tentative de transport d'aliens du Système Mirader de la Constellation Draco avec ce portail. 


L'Alliance croit maintenant que toutes les bases de la Cabale dans les îles britanniques ont été détruites et s'attend à ce que la Réévaluation commence très bientôt. L'Alliance a détruit l'installation et commence maintenant les opérations de nettoyage dans le pays. On a dit à toutes les sources de se taire pendant que l'Alliance termine de conclure les choses.

La Cabale a 3 états dans lesquels ils opèrent.
Washington D.C. (militaire)
Londres (Financier)
Vatican (Spirituel)

Au fil des ans, l'Alliance a réussi à infiltrer les États et leurs rangs.
Washington D.C. appartient maintenant à l'Alliance sous Trump. 
Le gouvernement d'État de l'ombre est en train d'être exposé.

Les opérations de prise de Londres sont presque terminées. Les comptes bancaires de la famille royale ont été gelés.

Le Vatican est exposé à leurs rituels sataniques et à leur pédophilie.

Plus de 8.000 personnes de la Cabale impliquées dans la banque fantôme ont été enlevées et appréhendées par les Opérateurs Furtifs de l'Alliance !


Il semble que la Cabale ait tenté de créer un nouveau réseau de communication secret à l'aide de satellites et de téléphones cellulaires chinois. L'Alliance a fait sauter les satellites avant leur lancement et a infiltré les téléphones cellulaires pour que l'Alliance puisse suivre la Cabale.
Les analystes de Q Anon disent qu'Hillary Clinton est venue en Nouvelle-Zélande pour tester les nouveaux téléphones cellulaires - et le président Trump a dit au gouvernement néo-zélandais d'assurer à Hillary que les téléphones étaient sécurisés.
Le monde de la Cabale ou le "monde réel" comme ils aiment l'appeler s'effondre sous leurs yeux.

Le lancement de la Réévaluation des Monnaies et du Nouveau Système Financier va pouvoir commencer !
Plus d'infos à mesure que cela arrive ! 

Source : Operation Disclosure

mercredi 30 mai 2018

+++30/05 - ITALIE – «C’EST UN COUP D’ÉTAT». 



Italie : "coup d'État" et "fascisme financier" de Bruxelles, selon le FN et Nicolas Dupont Aignan

La décision du président italien, Sergio Mattarella, de ne pas agréer le gouvernement proposé par la coalition M5S et la Ligue fait parler d’elle à l’étranger.

Dans le camp des eurosceptiques Marine Le Pen, en France, et Nigel Farage, en Grande-Bretagne, évoquent un complot et la dénoncent comme scandaleuse. Ils y voient la confiscation du vote des Italiens et un coup d’État de la part des instances européennes et financières pour empêcher un gouvernement contraire aux diktats bruxellois.
Sur twitter, Marine Le Pen use de paroles tranchantes pour condamner cette décision de Mattarella : «L’Union européenne et les marchés financiers confisquent à nouveau la démocratie. Ce qui se passe en Italie est un coup d’État, un braquage du peuple italien par des institutions illégitimes. Face à ce déni de démocratie, la colère des peuples grandit partout en Europe!»
Son homologue britannique au parlement européen, Nigel Farage n’y va pas non plus par quatre chemins. Également sur twitter, il écrit : « Les électeurs italiens seront furieux que l’establishment bloque les nouveaux ministres. Il est temps pour de nouvelles élections et un vote plus important…»
Et il ajoute : «Si l’Italie se retrouve avec un nouveau Mario Monte, pro-UE comme premier ministre, il faut s’attendre à une vraie colère.»
-----------------------
LE PRÉSIDENT ITALIEN REFUSE L’ÉQUIPE GOUVERNEMENTALE ANTI-SYSTÈME. 
DI MAIO VEUT ENGAGER LA DESTITUTION DU PRÉSIDENT.
On se retrouve avec la même situation qu'en France où Emmanuel Valls a fait un coup d'état* avant de tirer sa révérence et où Macron a été nommé président suite à la tricherie au vote. Le CNT l'accuse de non respect des droits de l'Homme.

*COUP D'ÉTAT SILENCIEUX EN FRANCE LE 5 DÉCEMBRE 2016.
« Le Président du conseil désigné Giuseppe Conte a remis son mandat au président Mattarella », selon le secrétaire général de la présidence. Le président italien, Matarella a rejeté la désignation de Paolo Savona au poste de ministre des Finances, en raison de son hostilité à l’euro et aux institutions européennes. Comme en Grèce la Haute banque fait barrage à la volonté populaire clairement exprimée dans les urnes. Le président Mattarella, l’homme du Système et de l’ancienne force centriste détrônée : a annoncé dès dimanche soir la convocation de Carlo Cottarelli, un économiste de 64 ans, ancien haut responsable du Fonds monétaire international (FMI) surnommé « M. Ciseaux » pour son rôle dans la réduction des dépenses publiques en 2013-2014 sous les gouvernements de centre gauche.

Carlo Cottarelli, actuel directeur de l’Observatoire des comptes publics, devrait être chargé de former un gouvernement technique qui n’a quasiment aucune chance d’obtenir la confiance du Parlement tant le M5S et la Ligue sont vent debout contre lui. (…) L’unique mission de M. Cottarelli devrait donc être de mener le pays à de nouvelles élections, dans un climat qui s’annonce électrique.

Luigi Di Maio et Matteo Salvini vent debout contre ce "coup d’État"
Luigi Di Maio et Matteo Salvini, les chefs de file antisystèmes qui ont remporté les élections et s’étaient entendus pour désigner Guiseppe Conte comme Premier ministre sont en fureur: «C’est une crise institutionnelle sans précédent», s’est emporté le leader du Mouvement 5 Etoiles, Luigi Di Maio, sur une vidéo diffusée en direct sur Facebook, jugeant «inacceptable»le rejet de Paolo Savona comme ministre de l’Économie par le président Mattarella. «Quel est l’intérêt d’aller voter si ce sont les agences de notation qui décident?», a poursuivi Di Maio, qui a appelé à «destituer» le président pour avoir trahi la Constitution.
De son côté Matteo Salvini de la Ligue enrage;à propos de Carlo Cottarelli il dénonce : «un Monsieur Personne qui représente la finance internationale» (…) «Nous avons travaillé pendant des semaines pour faire naître un gouvernement qui défende les intérêts des citoyens italiens. Mais quelqu’un, sur la pression de qui ?, nous a dit NON», a réagi M. Salvini, sur les réseaux sociaux. «Nous ne serons plus jamais les larbins de personne. L’Italie n’est pas une colonie, nous ne sommes pas les esclaves des Allemands ou des Français, du spread , [qui est l’écart entre les taux d’emprunt à 10 ans allemand et italien, ndlr], ou de la finance», a-t-il insisté. «Les Italiens d’abord. Moi je ne lâche rien», a-t-il ajouté.

Vers de nouvelles élections ?
M. Salvini, le chef de file de la Ligue a annoncé que la seule solution désormais était la tenue de nouvelles élections législatives, probablement cette année. «Dans une démocratie, si nous sommes toujours en démocratie, il n’y a qu’une seule chose à faire, laisser les Italiens avoir leur mot à dire», a déclaré Matteo Salvini devant des partisans rassemblés dans le centre de l’Italie.
De son côté, Sergio Mattarella a déclaré lors d’une allocution télévisée ne pas être celui à blâmer pour l’impasse politique. Il a dit avoir joué, en tant que chef de l’État, son rôle de garant. Il a proposé des alternatives pour le portefeuille des Finances, mais ses suggestions ont toutes repoussées par le M5S et la Ligue, a-t-il précisé. Mattarella prendra «rapidement» une décision sur la marche à suivre. Il n’a pas voulu se prononcer sur la tenue ou non d’élections anticipées.

VERS LA DESTITUTION DU PRÉSIDENT MATTARELLA ?
Plutôt qu’engager des élections législatives qui ont déjà eu lieu, ne vaudrait-il pas mieux destituer le président Matarella qui sert d’entrave à l’expression populaire italienne ? C’est exactement ce que pense Luigi Di Maio: Le chef de file du Mouvement5 Etoiles, Luigi Di Maio, a déclaré dimanche soir que la seule solution à cette crise était d’obtenir du nouveau Parlement la destitution du président de la République, Sergio Matterella qui a refusé de nommer le ministre des Finance présenti: Savona.
Luigi Di Maio a dit au cours d’un entretien téléphonique avec une émission de télévision qu’il comptait invoquer l’article 90 de la Constitution italienne, qui permet de mettre en accusation le chef de l’État devant le Parlement pour «haute trahison» ou s’il porte «atteinte à la Constitution». «En portant cette crise au Parlement, nous éviterons qu’elle ne se répande hors du Parlement», a-t-il affirmé plus tard devant ses partisans rassemblés à Fiumicino, près de Rome. «Avec la Ligue (extrême droite, ndlr), nous avons la majorité, et la Ligue ne peut pas se défiler, elle doit aller au bout», a-t-il encore dit.
Steeve Bannon qui s’était de nouveau rendu en Italie pour se réjouir de l’élection du gouvernement en gestation avait déclaré peu avant la démission de Guiseppe Conte que Di Maio et Salvini «doivent insister sur le professeur Savona [finances], ce sera une personne très dure, un grand négociateur, avec des idées très claires qui pourra faire entendre sa voix en Europe». Steeve Bannon, l’homme qui a fait élire Donald Trump aux USA était venu soutenir Marine Le Pen lors du congrès du Front national cette année.
------------------
EMMANUEL MACRON S’IMMISCE DANS LA POLITIQUE ITALIENNE
M. Macron confond de toute évidence le mot dictature avec le mot démocratie. Il a déclaré : "Je redis mon amitié et mon soutien au président Mattarella qui a une tâche essentielle à mener, celle de la stabilité institutionnelle et démocratique de son pays, ce qu’il fait avec beaucoup de courage et un grand esprit de responsabilité". "Courage et esprit de responsabilité" de Mattarella pour avoir privé le peuple italien de sa souveraineté sous l’injonction de l’Oligarchie bancaire ? Très étrange!
Le président Mattarella a refusé hier le gouvernement formé par la coalition identitaire et souverainiste élue aux législatives italiennes, pour nommer comme premier ministre provisoire le valet du FMI Carlo Cottarelli, (FMI= Fond Monétaire International), le FMI dont la présidente est la française Christine Lagarde.
Effectivement Mattarella a bien mérité du mondialisme auquel Emmanuel Macron est tout particulièrement attaché, et plus particulièrement de la Haute banque d’où il vient et à qui il doit tout. Car c’est la Haute banque qui dirige l’Union d’une main de fer, sans aucun égard pour la volonté populaire, ainsi que les événements du Grexit l’avaient déjà démontré.
Néanmoins les chefs de la coalition rejetée arbitrairement sont loin de s’avouer vaincus et entendent bien mener le combat, ainsi que nous le disions précédemment. Soit en obtenant du nouveau Parlement à majorité souveraino-identitaire la destitution du président Mattarella pour avoir "trahi la Constitution". Soit en renforçant leur majorité commune ou séparée, lors des élections législatives que le président sans majorité, nommé par Matterella, devra organiser, au plus tôt en août, au plus tard début 2019.
Or, suivant la constitution italienne le Président de la république ne peut être destitué qu’en cas de trahison de la Constitution, ce que le Cour constitutionnelle devra apprécier, mais ses membres sont désignés par plusieurs organes différents dont certains relèvent des anciens élus et d’autres d’organes sont en lien avec les banques… En ce qui concerne de nouvelles élections législatives qui est le scénario le plus probable, même si la Ligue a le vent en poupe dans les sondages et si le M5S reste très haut, il faudra s’attendre à ce que le Système ne recule devant rien pour les diaboliser en effrayant les électeurs par divers biais.
Quoiqu’il en soit, par ce truchement, Mattarella a fait gagner de six mois à plus d’un an aux Oligarques qui mènent l’Union à Bruxelles à travers la Commission.

Satanique Euro
Le gros handicap de la majorité législative eurosceptique qui s’est dégagée des urnes en Italie c’est l’euro. Comme la France, l’Italie a malheureusement troqué sa monnaie souveraine contre cette monnaie tutélaire qui coiffe la souveraineté des pays qui s’y sont soumis.

En Grèce Tsipras et les Grecs ont cédé à l’Oligarchie des banques parce que celle-ci avait fermé d’autorité leurs guichets, laissant le peuple sans aucun accès à ses comptes bancaires. La même chose pourrait arriver en Italie ou en France. Cela n’a pas pu se produire en Grande-Bretagne contre le Brexit parce que celle-ci n’avait pas adhéré à l’euro.

Magouilles

Cameroun: Les dessous de la visite du président Italien au Cameroun!
--------------------------------------------
Dupont-Aignan (DLR) dénonce la loi 73 (Pompidou/Giscard Rothschild/Lazard)

"Personne ne peut nier..." que Rothschild est responsable de ce chaos

Jean Monnet le père de l'Europe et le fossoyeur de la France. 
+30/05 - BELGIQUE, NOUVEL ATTENTAT. 
L'ÉTAT COUPABLE. 

Non, nous ne devons pas, comme nous le dit Emmanuel Valls, ancien premier ministre, nous habituer aux attentats! Mais demander justice envers les vrais coupables.


Deux policières et le passager d’une voiture ont été tués dans une fusillade qui a éclaté mardi matin dans le centre de Liège, indique la police liégeoise.

Cet article est régulièrement mis à jour avec les dernières informations concernant l’attaque.
L’évènement dramatique n’est pas sans rappeler les heures les plus sombres de la place Saint-Lambert où, en 2011, une fusillade avait fait sept morts – dont son auteur. Ce mardi matin, ce sont deux agentes de police et un passant qui ont été pris pour cible par un détenu de la prison de Marche dans le centre-ville liégeois. Deux autres policiers ont été blessés. L’auteur des tirs a été abattu par le peloton anti-banditisme (PAB) de la Cité ardente.
Il était près de 10h30 quand des coups de feu ont été entendus dans le centre de la ville de Liège. Un homme armé a tiré sur deux agentes de police à hauteur du café des Augustins. Le tireur a ensuite pris la fuite et a pénétré dans l’enceinte de l’athénée Léonie de Waha. Il y a pris en otage une femme de ménage, avant d’être neutralisé par le PAB qui l’a abattu.
On sait désormais que les victimes sont deux femmes et un homme, un passant âgé de 22 ans. D’après la RTBF, l’assaillant, d’abord armé d’un couteau, s’est ensuite emparé du fusil de l’une des agentes et a fait feu. Il les avait au préalable attaquées dans le dos avec une arme blanche. Alors qu’on a d’abord cru que le tireur avait été surpris par un banal contrôle de routine, la conférence de presse de ce midi a révélé que les agentes avaient en réalité été pris en filature.
Des images glaçantes circulant sur les réseaux sociaux montrent les deux policières froidement abattues devant le café des Augustins. Nous ne les publierons pas par respect pour les victimes et leur famille.
Ça suffit  de faire mine de ménager les gens. Il faut mettre les gens en face de la réalité. On montre dans des films des scène horrible et on floute sur une vidéo le corps du terroriste abattu, au sol !!! STOP !!!!

Attentat de Liège : Modrikamen réagit : Soutien total à nos policiers. Peuples d'Europe «RÉVEILLONS-NOUS!»

Il y en avait déjà eu un dans cette même ville en 2011. Et qu'a-t-on fait pour se débarrasser de cette vermine qui nous a été imposée en Europe? L'état a favorisé la formation d'autres terroristes :



TUERIE DE LIEGE, 13 DECEMBRE 2011 - 75 blessés et 4 morts
: Images des caméras de surveillance

La seule solution, c'est de mettre" fin à ces états coupables qui laissent faire ou incitent à ces attentats.

Condoléances du roi des belges, de Macron... quelle hypocrisie. Les journalistes qui se demandent ce qui es possible de faire....
On agit quand?
Amis des forces de l'ordre, rejoignez-nous dans le CNT pour mettre fin à ce carnage !
Nicolas Dupont Aignan a déjà dénoncé une fois de plus les autorités coupables.
------------------------------
NDA. Ne cesse de prévenir, de donner les seules solutions efficaces et radicales. Il est allé jusqu'à aller enquêter sur le migrants en Turquie.
"Combien d'attentats il faudra"
"Loi antiterroriste..., c'est de l'hypocrisie, il faut soigner le mal à la base, empêcher les terroristes d'arriver dans notre pays."
Nicolas Dupont-Aignan pense que "la petite délinquance gangrène nos cités"
Quelques heures après les attaques terroristes de l'Aude, l'ancien candidat à la présidentielle s'est demandé "combien d'attentats il faudra.
Bon! l'affaire Beltrame est encore un mensonge de plus comme l'a dénoncé notre Brave CRS Marc Granié. Il a des preuves.
--------------------------------------------
Un autre scandale, ce sont les Fake news, dont est encore victime NDA. L'état veut empêcher des internautes de rectifier l'information, par contre il laisse se propager et même incite à des diffamations et de fausses nouvelles.

Dupont-Aignan porte plainte contre contre Nordpresse un site satirique belge
Il se dit « sali » par cet acte « minable ». Nicolas Dupont-Aignan, le président de Debout la France, a décidé de porter plainte contre le site satirique belge Nord Presse. L’objet de la discorde ? Un faux tweet sur Mamoudou Gassama, l’homme qui a sauvé in extremis un petit garçon de quatre ans, suspendu à un balcon à Paris ce week-end, contrefait par Nord Presse lundi 28 mai. Nicolas Dupont-Aignan a été la cible de nombre de critiques et d’insultes en réaction à ce tweet qu’il n’a en fait jamais écrit mais que bon nombre d’internautes ont cru crédible. Son contenu était le suivant : « Rien n’indique à ce jour si le clandestin malien qui a « sauvé » l’enfant à Paris ne cherchait pas à le kidnapper. Laissons l’enquête se poursuivre avant de considérer Mamoudou Gassamou (sic) comme un héros. » « Le tweet produit par @Nordpresse est bien entendu un faux grossier émanant de ce site parodique belge. Oui à l’humour, dès lors qu’il ne salit pas l’image d’un homme. Nous réfléchissons actuellement à des poursuites avec nos avocats », a fait savoir Thomas Ménagé, ‏délégué général de Debout la France et ancien chef de cabinet de Nicolas Dupont-Aignan.

Du côté de "Nordpresse", hors de question de supprimer le faux tweet ou de présenter des excuses. Au contraire, le site belge a préféré en remettre une couche : "Le procès avec Dupont Aignan, c'est la dernière pierre d'imbécilité qui manquait à notre gant, après Sudpresse, le FN, Jean-Marie Le Pen... Quelqu'un a réellement cru qu'un député pouvait être aussi bête ? Bande de crédules". "Dupont Gnangan, votre seul mérite est d'être un bon client médiatique avec vos coups de buzz ridicules. Vous ne représentez rien, vous osez tout et c'est à ça qu'on vous reconnait", a surenchéri le site parodique dans un autre tweet.

Il faut purger ces médias de M... comme Trump le fait pour CNN. 
Je sais que vous qui lisez ce blog, êtes au courant de ce qui suit. Mais l'avez-vous bien fait suivre à TOUS vos contacts. Certains, oui. De plus en plus des personnes me disent avoir vu la vidéo de notre CRS, mais ne sont pas allé consulter le site du CNT !!! Ils sont habitués au "croustillant" mais pas à aller se renseigner sur les solutions possibles.

A nouveau, pour les nouveaux lecteurs très nombreux suite à mes distributions de tracts. 
Seule solution en France et ailleurs : le Conseil National de Transition (CNT) qui arrêtera Macron et les membres corrompus de son gouvernement en attendant de donner le pouvoir au peuple. Tout est expliqué dans le petit livre programme "Les français parlent aux français", de la page d’accueil du site.

Conseil National de Transition de France. 
MESSAGE À L'HUMANITÉ :
"Je vais vous parler de la France, la vraie, pas celle présentée par vos médias probablement aussi corrompus que les nôtres, mais celle que nous sommes des millions à vivre chaque jour."