jeudi 23 novembre 2017

+23/11 - SARKOZY COUPABLE DE L'ESCLAVAGE EN LIBYE. UNE PÉTITION.
L'ESCLAVAGE N'A PAS CESSÉ. Les Kazhars continuent leur trafic.
Trafic d'organes, prostitution...


L’Afrique subsaharienne n’est pas épargnée. Un rapport conjoint du Bureau international du travail et de la Walk Free Foundation publié en août montre qu’environ 13,6 % des esclaves dans le monde se trouvent dans cette partie du monde. Dans cette sinistre catégorie, les lauréats sont la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, la Somalie, le Soudan du Sud, le Soudan et la Mauritanie. Dans ce dernier pays, le cas des militants antiesclavagistes Moussa Biram et Abdallahi Mattalah, en prison depuis novembre 2016, a pourtant été médiatisé sans susciter de levée de boucliers.
Pour autant, des pays comme le Ghana, le Nigeria, l’Ethiopie et même l’Afrique du Sud –notamment à travers l’industrie du sexe – sont aussi concernés par une pratique qui prend certes plusieurs formes et impliquent différents types d’acteurs, mais dont le principe reste
-------------------------------------------
Une pétition dénonce l’inaction de l’union européenne contre l’esclavage pratiqué en Libye. Mi-novembre, la chaîne CNN* dévoilait la vente de migrants noirs sur des marchés aux esclaves en Libye. Des artistes, intellectuels et militants africains, descendants d’Africains et antillais interpellent l'Union européenne, accusée d'inaction face à ce drame humain.

Des migrants vendus comme esclaves en Libye - C à Vous - 21/11/2017
Les noirs ne devraient pas se laisser acheter même par le foot. Tout est lié, ce sont les mêmes qui profitent.

Esclavage en Libye: Le témoignage d'un Camerounais
--------------------------
De nombreux Africains ont exprimé leur indignation à la suite d’un reportage de CNN montrant un marché d’esclaves en Libye. Sur Facebook, la bannière numérique «Je dis NON à l’esclavage en Libye – L’homme NOIR n’est pas une marchandise» était incontournable. A l’appel d’associations et de personnalités, une foule en colère a défilé dans les rues de Paris samedi 18 novembre.
Pour des raisons évidentes, cette colère est justifiée et son expression est salutaire. Mais elle soulève des questions que nous aurions tort d’ignorer. D’après l’Index global sur l’esclavage, environ 46 millions de personnes, dans 167 pays, étaient en situation d’«esclavage moderne» (travaux forcés ou mariages forcés) en 2016.
Avec GESARA, le nouveau système économique et financier tous les pays, y compris les pays africains, seront libérés de l'esclavage à quelque niveau qu'il soit et l'énergie libre nous sera enfin donnée.
--------------------------
Retrouvez l’ensemble des signataires et signez la pétition
signez la pétition à : http://abolition.wesign.it/fr
------------------------------------------------------------------------------
Anciens articles :
ESCLAVES BLANCS MAÎTRES MUSULMANS.
--------------------------
L’ESCLAVAGE DES TEMPS MODERNES

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.