samedi 11 novembre 2017

11/11 - UNE PRINCESSE SAOUDIENNE EXPOSE 
LE CÔTÉ OBSCUR DU RÉGIME SAOUDIEN : 
DROGUE, ALCOOL, PÉDOPHILIE DÉBRIDÉE. 


L'ex-épouse du prince saoudien Al Walid bin Talal, récemment arrêté lors de la purge "anti-corruption" du pays, a dénoncé le régime saoudien au pouvoir dans un entretien exclusif avec le journal français Le Monde. Amira Bint Aidan Bin Nayef affirme que ceux qui accusent les autres de corruption et de blanchiment d'argent, sont en réalité fortement corrompus eux-mêmes.

Fort Russ rapporte: La princesse a déclaré qu'ils ont transformé la ville de Djeddah en un marché d'esclaves où les filles mineures sont exploitées pour les rapports sexuels dans des orgies bruyantes impliquant la toxicomanie et l'abus d'alcool. Elle a dit que l'une des principales raisons pour lesquelles cela continue est que les membres du Comité pour la promotion de la vertu et la prévention du vice (la police de la charia) ont tendance à rester à l'écart, craignant de perdre leur emploi, s’ils devaient intervenir.

Le journal a cité la princesse disant qu'un événement Halloween s'est récemment tenu à Djeddah et auquel ont assisté 150 personnes, y compris des employés des consulats. La scène était comme une boîte de nuit typique n'importe où en dehors du Royaume, avec des vins disponibles, des couples dansant dans des costumes de fantaisie, et un DJ.
Bint Aidan a déclaré que le prix de l'alcool de contrebande dans le pays est très élevé. Par exemple, le prix de la vodka Smirnoff est de 1500 Riyals (400 $), obligeant parfois les organisateurs de la fête à remplir les bouteilles originales avec un vin local appelé Siddiqui.
Elle a dit que l'esclavage en Arabie Saoudite a différentes formes, mais il est fait dans le secret et permis seulement parmi les principaux bénéficiaires des princes de la Maison des Saoud.
Mais elle a mentionné l'une des choses les plus répugnantes: acheter et louer les enfants, en particulier les orphelines, de pays comme le Sri Lanka, le Bangladesh, les Philippines, Djibouti, la Somalie, le Nigeria, la Roumanie et la Bulgarie. Les enfants deviennent la propriété de ceux qui les achètent et ne sont pas autorisés à partir sans permission. Même les servantes asiatiques qui viennent travailler se retrouvent souvent dans une position d'esclave.
Les jeunes filles sont divisées en petits groupes et exploitées pour des actes immoraux. Le trafic de femmes blanches et leur exploitation pour des pratiques sexuelles est également relativement courant.

Esclaves blancs, maîtres musulmans.
----------------------------
Arabistan. Des princesses saoudiennes forniquent avec des militaires juifs israéliens
Poutine menace le roitelet wahhabite de l’Arabie maudite de publier les vidéos compromettantes, que ses services secrets détiennent, s’il n’arrête pas de lâcher ses zombis terroristes contre la Russie et ses intérêts…
Les vidéos en question mettent en vedette des princesses saoudiennes faisant avidement du sexe avec des officiers militaires ISRAÉLIENS. Les princesses incriminées sont : la fille du Roi, l’épouse de son fils et l’épouse du DIRECTEUR du RENSEIGNEMENT…
Après les frasques des princes saoudiens lubriques et drogués, voici un échantillon de leurs épouses, tout aussi "musulmanes" que leurs maris.

Les princesses saoudiennes utilisées
dans des «relations diplomatiques»…
Un journal russe a rapporté que le FSB Russe a publié un article concernant une vidéo de trois princesses saoudiennes très proches du roi (la fille du roi, la femme de son fils et la femme de Bandar, Directeur des services secrets) en train de forniquer, séparément (elles sont pudiques et contre les partouzes, car elles sont de bonnes musulmanes)  avec des officiers de l'armée israélienne. 
Le document publié indique qu'il avait obtenu une copie du film, mais que le Gouvernement russe lui interdit de la diffuser pour des raisons politiques.
 Ceux qui ont visionné le film disent que les princesses saoudiennes pratiquaient goulûment ces relations sexuelles et sont follement étourdies en prenant « leur pieds ». Ils disent que les officiers juifs jouissent particulièrement fort de la beauté de la femme de Bandar, qui paraît être, parmi les trois princesses royales, celle qui est la plus foldingue de sexe. La deuxième, dans ce classement de la pornographie wahhabo-sioniste est la propre fille du roi. Le président russe Vladimir Poutine a menacé  l'Arabie Saoudite de publier ces films de « mariage » des princesses saoudiennes avec « les ennemis-amis juifs », si jamais l'Arabie ose lancer ses mercenaires djihado-sionistes contre la Russie.
Source : 
-------------------------------
Viols, esclavage et pédophilie en Arabie Saoudite: témoignages du 5 janvier 2013
En Arabie saoudite, "le pays référence" des islamistes, la "terre du Prophète et des lieux saints"

1) Premier exemple : Elle était domestique . Au bout de 3 ans et 10 mois de mauvais traitements, elle a fui lors d’une escale à Paris. 
« J’ai 29 ans et Mary n’est pas mon vrai prénom, mais j’ai peur qu’on me reconnaisse. La plupart de mes proches ne savent rien de ce qui m’est arrivé, je ne voudrais pas leur faire de peine. Autrefois j’avais des rêves. Je voulais apprendre le droit ou devenir infirmière, je voulais être une femme indépendante. J’ai grandi dans la banlieue de Mombasa, la deuxième ville du Kenya, avec mes parents, mon grand frère et ma petite soeur. Mes parents – mon père est mécanicien et ma mère ne travaille pas – ne gagnent pas assez pour payer nos études. 
Lorsque je décroche mon bac à 18 ans, je comprends que mon père a un plan pour moi. Loin de l’université : il m’a promise à un de ses amis, un «vieux» qui veut faire de moi sa quatrième épouse, en échange d’argent. Je ne veux pas de cette vie, je la repousse de toutes mes forces. Mon père ne comprend pas. C’est un homme sévère, qu’on ne conteste pas, c’est comme ça depuis que je suis petite : s’il dit quelque chose, on le fait. 
Lorsque mon père est mécontent, il nous frappe avec un bâton 
Ma mère n’est pas toujours d’accord mais elle ne peut rien y changer, il reproduit sur nous ce qu’il a connu enfant : quand il est mécontent, il nous frappe avec un bâton ou avec un tuyau en caoutchouc. Mon grand frère, qui s’est rebellé, a quitté la maison pour aller à la capitale, Nairobi. Je vais partir moi aussi, moi qui n’ai jamais eu le droit de sortir seule dans la rue, je veux choisir ma vie.
Une de mes amies a travaillé en Arabie saoudite. Elle peut m’aider à trouver un travail là-bas, le temps de gagner de quoi payer mes études. Sans rien dire, je prépare mon départ. Une famille cherche un professeur d’anglais pour deux ans. Ce sont de lointains parents du roi Fahd. On les appelle prince et princesse. Ils sont prêts à payer mon billet d’avion et à me fournir un visa.
Je mets quelques affaires dans un sac, je prends mon passeport, que ma mère garde avec les papiers de la famille dans un tiroir de sa chambre, et je pars sans laisser d’explication. Le car jusqu’à Nairobi puis l’aéroport. C’est la première fois que je prends l’avion. Je ne cesse de pleurer. Dans le miroir des toilettes, mes yeux sont gonflés et rouges.

« Je ne sais pas que j’entre en prison » 
A Riyad, un policier me demande mon passeport. Je le lui tends. A ce jour, je ne l’ai pas retrouvé. Il le donne à celui qui vient me chercher, un homme très grand et très noir – c’est idiot mais ça me surprend qu’il soit si foncé. Il est l’un des chauffeurs, il ne parle pas anglais, alors nous restons silencieux pendant le trajet jusqu’à la maison. Je regarde par la fenêtre cette ville totalement vide. Je pense à mes parents, je me répète : ‘Tu fais un peu d’argent et tu rentres au Kenya.’ Je ne sais pas que j’entre en prison.
Une femme me désigne ma chambre : un compartiment dans un conteneur séparé en trois pièces. Je partagerai la mienne avec une Philippine. Deux autres employées, une autre Philippine et une Sri-Lankaise, dorment à côté. Près des chambres, une petite salle de bains, pas de fenêtre, juste une ouverture pour la climatisation.
La maison est immense. Des salons, des chambres, des canapés, des tapis, des meubles à n’en plus finir. Vivent ici un couple et ses sept enfants, quatre filles et trois garçons. La princesse m’explique que je dois m’occuper de deux de ses filles, âgées de 13 et 15 ans, comme une mère le ferait : les nourrir, les habiller, les accompagner partout, m’occuper de leurs affaires, être à leur disposition 24 heures sur 24. 

« La princesse nous gifle » 
Mes journées débutent à 5 heures du matin. Je prépare leur petit déjeuner, je les réveille et je les habille. Oui, même adolescentes, elles ne s’habillent pas seules. La première fois, la plus jeune m’a dit : ‘Mets-moi mes chaussettes, dépêche-toi !’ Ensuite, nous partons à l’école. La famille possède six voitures, des grosses cylindrées, mais personne sauf le prince ne doit être seul avec son chauffeur. Je porte leurs cartables, les monte jusqu’à leurs classes. Puis je rentre faire le ménage. Je sais que la princesse passera son doigt pour vérifier qu’il ne reste pas un grain de poussière. Le plus pénible, c’est la lessive. La machine est vétuste. Il faut faire le rinçage à la main, ça prend des heures et l’eau est glacée. La buanderie est sur le toit de la maison. En hiver, on gèle. En été, la chaleur est si insupportable que nous sommes en sous-vêtements. Nous n’avons pas le droit de laver nos affaires dans la machine, devant nous contenter du lavabo. Parfois nous trichons bien sûr mais l’une d’entre nous, je ne sais pas pourquoi, nous dénonce. La princesse nous gifle. 

« Jamais un jour de repos » 
Si les filles ont un problème, l’école appelle le standard central de la maison et on me prévient : à moi de gérer, aller les chercher, les conduire à l’hôpital si c’est sérieux. Les parents, eux, dorment. Ils ne se réveillent pas avant 18 heures et se couchent au petit matin, lorsque leurs enfants se lèvent. Le prince dirige une entreprise d’immobilier. Il part au bureau après la prière de la nuit. Il y reste jusqu’à 23 heures puis c’est l’heure du dîner. Nous attendons qu’ils terminent pour pouvoir manger à notre tour… s’ils nous laissent des restes, sinon nous devrons attendre le petit déjeuner du lendemain. La princesse est perpétuellement au régime, elle se nourrit d’oeufs durs et de café. Sa vie est vide. La mienne est emmurée.
Je suis restée trois ans et dix mois chez eux, j’aurais pu y passer ma vie entière. Jamais un jour de repos et une vue bouchée par les rideaux aux fenêtres. Nous gagnons 600 riyals par mois (l’équivalent de 125 euros). Je n’ai pas le droit de téléphoner à ma famille. Les seules sorties, pour acheter des vêtements par exemple, doivent être autorisées par la princesse, et collectives, nous sommes toujours chaperonnées par un chauffeur. Elles sont très rares, peut-être deux fois par an. Sinon, nous sortons pour accompagner la famille. 

« Sans passeport ni argent je suis prise au piège » 
C’est un signe extérieur de richesse pour eux : une famille sans domestique est mal vue. Je rencontre d’autres servantes. On me raconte l’histoire de cette fille qui de désespoir s’est jetée du haut de la maison. Et celle qui a laissé son bébé de 3 mois chez elle, sans espoir de le revoir. On parle de cette patronne qui exige de sa bonne qu’elle tire la chasse d’eau à sa place. Je comprends que sans passeport ni argent je suis prise au piège. Le pire, ce sont les vacances. Les enfants sont là en permanence. L’une dort la journée et passe ses nuits devant la télé. Je dois la regarder avec elle, jusqu’au matin, mais assise par terre car on ne m’autorise pas le canapé. Et puisque sa soeur se lève le matin, je ne dormirai pas; ça amuse la plus jeune, qui est aussi la plus méchante : ‘Nettoie !’ me lance-t-elle après avoir volontairement répandu son soda au sol. 

« Il est armé d’un couteau. Il me viole »
Quand ils partent en voyage, ils nous emmènent. Egypte, Dubai, Jordanie : nous ne savons jamais où ni combien de temps nous partons. Les séjours à l’hôtel nous angoissent car ils ne réservent pas de chambre pour nous. Nous dormons par terre, au pied des lits des princesses. Et, puisqu’ils mangent au restaurant, nous n’avons plus leurs restes pour nous nourrir. Nous emportons des biscuits dans nos valises mais nous avons faim. Lorsqu’ils sortent pour visiter les villes, ils nous emmènent rarement. Je me souviens d’avoir été dans une fête foraine en Egypte, c’est tout. La plupart du temps, nous restons à l’hôtel, enfermées à clé dans la chambre.
En octobre 2008, la famille séjourne à Genève et décide de faire une escapade à Paris. Nous prenons le train. Je suis la seule domestique à être du voyage. Je reste dans la chambre, à faire la lessive à la main, puis à repasser le linge de toute la famille, les parents et leurs sept enfants. Un jour, alors que les autres sont sortis, le fils aîné ouvre la porte. Il est armé d’un couteau. Il me viole.
Hagarde. Je marche dans cette ville qui m’est inconnue, vite m’éloigne de cette famille qui me tue. C’était simple de sortir, il a oublié de refermer la porte à clé. Descendre, passer la porte, marcher. Au loin la tour Eiffel. La vue brouillée par mes larmes, je ne détache pas mes yeux de ce phare, je marche jusqu’à lui. Arrivée au Trocadéro, je m’écroule sur un banc, en pleurs. Je n’ai rien, ni argent ni papiers. Une femme s’approche. ‘Que se passe-t-il, mademoiselle ?’ Je ne comprends pas le français. En anglais, elle me demande d’où je viens. Elle me conduit à l’ambassade du Kenya. 

« Même si je n’ai plus de rêves, je me sens libre » 
C’est là qu’on me met en contact avec le Comité contre l’Esclavage moderne (CCEM) qui me prend en charge. Je vais porter plainte. Mais je sais si peu de chose sur mes bourreaux : même pas leur adresse, pas un numéro de téléphone, je ne connais pas le nom de l’hôtel où ils sont descendus ni leur destination future. J’ai en tête aussi leur impunité. Membres de la famille royale saoudienne, ils ne sont jamais inquiétés chez eux. Ici, la police m’interroge mais à ce jour ça n’a encore rien donné.
Je veux tourner la page. J’aurais pu rentrer au Kenya, reprendre la vie là où je l’avais laissée, sans plus de moyens. J’ai expliqué à mes parents, ils ont compris je crois. Ils ne savent pas ce que j’ai enduré, ni le viol ni l’esclavage. ça les aurait blessés. En 2011, mon père est décédé, je ne l’ai pas revu. J’aurais aimé lui parler, lui dire que malgré tout, je ne lui en veux pas. Mais il est trop tard.
J’essaie de vivre chaque jour après le précédent. J’ai appris le français et obtenu une carte de séjour. J’ai fait une formation et j’ai deux emplois : je garde des enfants et je donne des cours d’anglais à domicile. J’ai un ami depuis peu, j’ai mis du temps à accorder ma confiance à un homme. Pour la première fois de ma vie, même si je n’ai plus de rêves, je me sens libre.» 

Deuxième exemple.  Lui: 90 ans, pédophile. Elle: 15 ans.
Le récent mariage d’un saoudien de 90 ans, avec une jeune fille de 15 ans a suscité la condamnation des groupes de droits de l’homme et des réseaux sociaux.
Dans une interview donné à la presse, le mari a insisté sur « la légalité du mariage », il a d’ailleurs payé une dot de 15.000€ pour épouser la gamine, née d’un père Yéménite et d’une mère saoudienne.
Le vieillard a même raconté sa première nuit avec la mariée. « Elle est entrée dans la chambre puis a fermé la porte pour que je ne puisse pas en sortir. Et puis… Il y a eu ce qui devait avoir lieu. »
Mais une fois dépucelée, le vieil homme n’est pas fou: « si la famille le veut, je suis prêt à reprendre mon argent et à divorcer. »
Les amis proches de la famille de la mariée expliquent que « lors de la nuit de noces, elle était effrayée. »
« Elle s’est enfermée dans la salle de bain pendant deux jours, à pleurer toutes les larmes de son corps… Elle a même essayé de fuir pour retourner chez ses parents ».
Selon une organisation des droits des femmes, « le mariage dans l’Islam doit être fondé sur le consentement mutuel, et cela n’a pas été satisfait, comme l’a démontré la panique et la tentative de fuite de la jeune fille. ». Pour les islamistes, la pédophilie est halal. La preuve ? Mahomet a bien épousé une gamine, alors qu'il avait déjà plus de 40 ans, donc la charia légalise la pédophilie.
Pour lui, « la famille est la seule coupable du crime qui vient d’avoir lieu ».

Troisième exemple : Un saoudien viole et tue sa fille : clémence du tribunal
Quand le scandale s'ajoute à l'horreur. En Arabie Saoudite, un prédicateur a commis l'irréparable : le 25 décembre 2011, il viole sa fille, la petite Lama, hospitalisée le 25 décembre 2011 avec  le crâne fracassé, des côtes cassées, des traces de brûlures et un ongle  arraché. Elle succombera à ses blessures le 22 octobre 2012. La mère, qui était divorcée et n'avait pas pu voir sa fille dans les mois  précédant l'hospitalisation, et une assistante sociale ont aussi évoqué des séquelles de viols particulièrement cruels, selon trois militantes saoudiennes des droits de l'homme.

Mais il y a pire que cet inceste doublé de l'infanticide... Le père, qui participait régulièrement à des émissions de télévision sur les  préceptes islamiques, a reconnu être l'auteur de ces atrocités. Il a été condamné à verser une compensation financière à la mère, appelée "prix du sang" dans la jurisprudence saoudienne basée sur la  charia (loi islamique), et à une peine de prison correspondant à la durée de sa  détention préventive, selon les militantes.
En Arabie saoudite, qui procède chaque année à des dizaines d'exécutions,  le viol et le meurtre sont passibles de la peine capitale, mais un homme ne  peut pas être condamné à mort pour le meurtre de son enfant ou de son épouse,  qui valent en général entre 5 et 12 ans de prison à leurs auteurs.  

Témoignages malgaches
Les témoignages de jeunes femmes malgaches victimes d’abus sexuels et d’esclavage moderne en Arabie saoudite ou au Koweït se multiplient.
Fatouma n’a ni chaussures ni vêtements propres lorsqu’elle pose les pieds sur le tarmac d’Ivato, l’aéroport d’Antananarivo. Ses cheveux sont ébouriffés, son visage boursoufflé, par les sanglots peut-être. La jeune femme de 26 ans revient d’Arabie Saoudite. Sa place de domestique dans une grande maison moyennant 200 dollars par mois n’avait rien de l’eldorado promis.
« Dès le début, je travaillais jour et nuit, parfois sans manger. Puis, mon patron a voulu que je couche avec son fils. J’ai refusé. Et ils m’ont violée sous la douche. J’ai fini par m’enfuir lorsque je les ai aperçus en train d’aiguiser des couteaux. » Pour payer ses études d’anglais, Fatouma s’était laissée convaincre par la promesse d’un salaire qu’elle n’a jamais touché.
À Madagascar, l’histoire de Fatouma est loin d’être un cas isolé. Officiellement, elles sont 340 à travailler en tant que domestiques dans ce pays, et près de 1 700 au Koweït. « Petites bonnes maltraitées », « Domestiques abusées », font régulièrement les gros titres de la presse malgache. Mais les vagues retombent aussi vite qu’elles se lèvent.

Conclusion
Les exemples sont innombrables : ils montrent, si besoin est, la haine sans limite qu'éprouvent les islamistes envers la gent féminine. Pour ces gens, la femme ou la gamine (à partir de 6 ans, âge défini par des fatwas scélérates), n'est autre qu'un objet sexuel (mais un objet asexué, une sorte de poupée gonflable). Ces phénomènes de viol et de pédophilie étaient très rares du temps des soi-disant "dictateurs" (Boumédienne, Bourguiba, Ben Ali, Kadhafi, Assad père, Assad fils, Nasser et Moubarak, etc.), car ils étaient  sévèrement punis (des travaux forcés à la peine de mort). Les "révolutions" arabes ont islamisé des pays naguère laïques, ont libéré les instincts les plus primaires et les plus dégradants du Barbicus Islamicus
Hannibal Genséric  
-------------------------------------
Purge sans précédent en Arabie saoudite: princes, ministres, ex-ministres arrêtés

Mais !
L'hallucinante prison dorée des princes arrêtés en Arabie saoudite

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.