mercredi 20 septembre 2017

++20/09 - BENJAMIN FULFORD. 
Le récent brouhaha sur la Corée du Nord 
n’était rien d’autre qu’une énorme campagne d’extorsion de fonds de la part des USA. 

le 18 septembre 2017
Le Président des Etats-Unis Donald Trump a prévu de se rendre en Asie en novembre, officiellement pour assister à une réunion de l’APEC (Asia-Pacific Economic Cooperation) mais en réalité pour faire une tournée de récolte de fonds, selon de multiples sources concordantes. La tournée vise à récolter des fonds pour permettre au gouvernement privé en faillite des Etats-Unis de perdurer au-delà de l’allongement de l’échéance jusqu’en décembre qu’il a obtenu de la part de ses créanciers Asiatiques pour la plupart.

Le gouvernement privé des Etats-Unis a obtenu assez d’argent pour continuer à fonctionner encore 3 mois après l’échéance de paiement de son année fiscale du 30 septembre parce qu’il « a menacé de détruire la planète », selon ce qu’ont confirmé les sources des Sociétés secrètes Asiatiques au cours d’une réunion la semaine dernière avec les représentants de la Société du Dragon Blanc (WDS). En d’autres termes, elles ont confirmé que toute le récent brouhaha sur la Corée du Nord n’était rien d’autre qu’une énorme campagne d’extorsion de fonds. 

La WDS, de son côté, a recommandé que les Asiatiques donnent au gouvernement privé des Etats-Unis le choix au-delà de décembre : « soit d’accepter les prochains paiements par le Canada en échange d’une réforme menée par le Canada de votre système politique et économique ou nous allons révéler votre bluff concernant une guerre nucléaire totale ». Il y a fort à parier que les Américains le feraient s’ils devaient choisir entre l’holocauste nucléaire et les Canadiens.

Dans un tel scénario, la chaîne de commandement militaire Américaine resterait intacte et prendrait également le contrôle des forces armées Canadiennes. En échange, les Canadiens prendraient le contrôle de la politique et de l’économie durant la période de nettoyage du bourbier qu’est devenu Washington DC. Une telle initiative serait de nature à recueillir le soutien du public. Le soutien des Américains aux politiciens de Washington DC est inférieur à 10% alors que le soutien aux forces armées Américaines tourne constamment autour de 70%. Par contraste, plus de 60% des Canadiens soutiennent leur gouvernement parce qu’à la différence du marigot politique de DC, corrompu et objet de chantage, il travaille en faveur du peuple.

En tout cas, les indices d’une faillite et d’un effondrement imminents des Etats-Unis se multiplient de jour en jour, donc la capacité du gouvernement privé des Etats-Unis à perdurer va de toute manière prendre fin et quelques choix difficiles vont devoir être faits.

En Californie, par exemple, Calpers, le plus important fonds de pension public des Etats-Unis, et un des mieux gérés, se voit obligé de réduire les versements de ses retraites jusqu’à 90%.

Entre-temps, l’Etat de Pennsylvanie rejoint l’Illinois, Porto Rico, Detroit et d’autres dans l’incapacité à payer ses factures.

Ces évènements reflètent le fait que le système du pétrodollar, qui a permis au gouvernement privé des Etats-Unis de vivre au-dessus de ses moyens au cours des 40 dernières années, est en train de s’effondrer. Comme il a été amplement remarqué, la Chine a annoncé qu’elle allait payer son pétrole en yuans garantis-or, assénant ainsi un coup mortel au pétrodollar. A présent le Venezuela, une des principales sources d’importation de pétrole par les Etats-Unis, déclare qu’il n’acceptera plus de paiement de son pétrole en dollars US.

Un autre indice du désespoir a été que « les Etats-Unis s’en prennent à l’Indonésie en imposant une énorme taxe (une pénalité) à l’importation de 40% sur les importations d’huile de palme … Une nation en faillite recherchant désespérément des dollars de toutes les façons possibles pour se maintenir à flot. Rappelez-vous qui est venu tout au départ pour convaincre le gouvernement Indonésien par de gros dessous de table, de sacrifier les jungles (au profit des plantations de palmiers) », soulignent les sources de la WDS en Indonésie.

Dans ces circonstances désespérées, le Secrétaire Américain au Trésor, Steven Mnuchin a fait écho aux tweets précédent du Président Trump, lorsqu’il a menacé d’empêcher la Chine « d’avoir accès aux Etats-Unis et au système international du dollar ».

De multiples spécialistes et experts ont sonné l’alarme à propos de ces commentaires, parce qu’il est évident que les Etats-Unis perdraient la guerre économique avec la Chine et que tenter de couper la Chine du système du dollar signifierait la destruction du dollar, non de la Chine. Ceci en raison du fait que les Etats-Unis sont le pays le plus endetté de l’histoire de la planète et qu’une rupture de la finance entraînerait une réduction drastique du niveau de vie des Etats-Unis et leur isolement de l’économie mondiale.

Les Chinois qui préfèrent l’harmonie à de mauvais combats, ont approuvé du bout des lèvres les appels des Etats-Unis à « sanctionner la Corée du Nord », afin d’éviter de fournir aux Américains un prétexte à des actions inconsidérées. Cependant, des agents Nord-Coréens de haut-niveau basés au Japon affirment que les sanctions n’existent que sur le papier et que l’approvisionnement des denrées en provenance de Chine et du pétrole de Russie continue à arriver en Corée du Nord sans aucune restriction.

La Mafia khazar, de son côté, exerce une forte pression sur le gouvernement privé des Etats-Unis pour qu’il accepte les accords de Paris comme condition préalable à la poursuite de son financement. Cette initiative est menée par les dirigeants Khazars dans le régime de Trump comme son conseiller économique Gary Cohn et son gendre Jared Kushner.

Le problème avec les accords de Paris, outre le fait qu’ils sont fondés sur une pseudo-science par des scientifiques corrompus, est qu’ils maintiennent la Mafia khazar aux commandes du système financier mondial. Les accords de Paris donnent aux Chinois un siège plus important à la table, mais ils humilient l’Inde et le Japon et gardent intact le contrôle général des Khazars.
--------------------------
Une réunion climat à Montréal pour discuter des accords de Paris... Et un grand absent

Le "président" Macron souhaite faire "un point d'étape" avec ses partenaires internationaux sur l'avancée de l'Accord de Paris sur le climat.
Deux ans exactement après la signature de l'Accord de Paris sur le climat, la France organisera le 12 décembre un sommet international "pour faire un point d'étape sur son avancée et mobiliser les financements indispensables" à sa réalisation, a annoncé mardi le président Emmanuel Macron.
Trump gagne du temps :
--------------------------
A ce point, nous devons examiner de plus près la connexion entre le Vatican, la Loge maçonnique P2 et la Mafia khazar, afin de comprendre ce qui se passe vraiment sur cette planète.

David Rockefeller, mort récemment, et des membres de la Famille Royale Britannique ainsi que des membres de la famille Rothschild, nous mènent tous à la Loge P2 – les créateurs autoproclamés d’une dictature mondiale fasciste Romaine – comme étant à la fois les véritables maîtres du système du dollar US et la source de la plupart du terrorisme mondial. Les dirigeants suprêmes de la Mafia khazar comme le Premier Ministre Israélien Benyamin Netanyahou travaillent pour eux, selon ces sources. 

Au Japon, j’ai systématiquement documenté la manière dont la Loge P2, alors dirigée par le supérieur général des Jésuites Peter Hans Kolvenbach, était à l’origine de l’attaque terroriste nucléaire et du tsunami du 11 mars 2011 (Fukushima) contre le Japon. A présent des sources des Sociétés secrètes Asiatiques et des chefs gangsters Japonais confirment toutes deux que depuis l’incident terroriste de Fukushima, des camions entiers de billets de 10.000 yens (l’équivalent des billets US de 100 $) ont été envoyés à Fukushima. Là, l’argent est recyclé à destination des politiciens et des gangsters, alors que le prétexte public est que l’argent est dépensé pour « nettoyer les radiations de Fukushima ». En d’autres termes, Fukushima sert d’excuse pour blanchir de l’argent radioactif, pas pour éliminer la radioactivité.

L’ancien Ministre des Finances Japonais, Heizo Takenaka, est toujours l’un des grands sous-traitants khazars chargé de la distribution de cet argent de la terreur de Fukushima, confirment des sources des gangsters Japonais.
Des sources du Pentagone affirment : « la guerre contre la Cabale au Japon va connaître une escalade après l’éviction du Commandant du Pacifique, l’Amiral Harry Harris », prévue à la fin de l’année.

Entre-temps, il s’avère que selon des sources de la Sécurité Intérieure Japonaise, le Premier Ministre esclave des Khazars, Shinzo Abe, est informé à l’avance des « lancements de missiles Nord-Coréens » et reçoit ensuite le script qu’il doit réciter pour y répondre. Cette arnaque sert non seulement à extorquer de l’argent par la menace d’une guerre nucléaire, mais fournit également un prétexte pour faire monter la cote d’un Abe largement méprisé dans de faux sondages d’opinion, selon les sources.

Si le Pape François* est sincère dans sa volonté de réformer le Vatican et la P2, il doit se montrer clair à propos de Fukushima et révéler l’implication documentée de Kolvenbach, mort en 2016 (!?) et de son acolyte Netanyahou.
---------------------------------
Le pape travaille depuis sa nomination à réformer le Vatican, mais prudemment afin de ne pas se faire assassiner comme Jean-Paul 1er **. Albino Luciani meurt subitement, le 28 septembre 1978, soit 33 jours après le début de son pontificat.
Le cardinal Barbarin sera jugé en avril pour non-dénonciation d'agressions sexuelles sur mineurs
Six autres personnes citées à comparaître

---------------------------------
« Le voyage sans précédent de Netanyahou (la semaine dernière) en Colombie, en Argentine et au Mexique va avoir peu d’effet sur la guerre au Mossad et la guerre à la drogue par le Commandement Sud, qui était, et est peut-être toujours, dirigé par le Général John Kelly qui dirige désormais la Maison Blanche », soulignent des sources du Pentagone.

Le voyage de Netanyahou a eu pour conséquence d’amener le Secrétaire à la Défense James Mattis et le général en charge du Commandement Nord, Lori Robinson, « à rendre visite aux dirigeants militaires Mexicains à Mexico le 15 septembre après le départ de Bibi (Netanyahou), pour mettre fin aux cartels de la drogue Mexicains », selon des sources du Pentagone. Le tremblement de terre de magnitude 8,1 au Mexique pourrait avoir été une tentative de la Cabale de contraindre le Mexique à cesser son aide aux victimes de l’ouragan Harvey, ajoutent les sources.

Netanyahou pourrait également avoir été à la recherche d’un asile politique parce qu’il sait que les vrais Juifs en Israël sont en train de s’éveiller au fait qu’il est un pseudo-Juif adorateur de Satan et qu’ils se préparent à le mettre en prison où est sa place.
Les Israéliens sont forcés de s’occuper de leur gouvernement Satanique parce que leur armée mercenaire de Daesh est en train d’être systématiquement détruite par une alliance de fait entre les militaires Américains, l’Iran, la Russie et la Turquie. Même le site Debka lié au Mossad a reconnu cette réalité en faisant état d’une attaque en tenaille Américano-Russe contre Daesh.

Le changement tectonique par rapport à l’ancien équilibre du pouvoir au Moyen-Orient a été souligné lorsque la Turquie, qui possède la deuxième armée de l’OTAN, a annoncé la semaine dernière qu’elle achetait des missiles antiaériens Russes de type S400.

Les sources du Pentagone déclarent également que les discours à l’occasion de l’anniversaire du 11 septembre prononcés par Trump, Mattis, Dunford et d’autres « annoncent des actions contre les terroristes (Bush-Israël) en refusant de nommer les Saoudiens ou le terrorisme Islamique comme ses auteurs ».

* L'automne. Les feuilles tombent
Pour vous mesdames. Une fois n'est pas coutume.
Combinés à la purge de la semaine dernière de 16 hauts-dirigeants Saoudiens, cela pourrait bien vouloir dire que le nouveau Roi Salman d’Arabie Saoudite est en train de couper l’alliance secrète de son pays avec Israël pour maintenir le soutien militaire des Etats-Unis dont son régime a besoin pour survivre. Cela signifie qu’Israël également devra purger sa direction Satanique s’il veut survivre.

Les changements dans la plaque tectonique de la structure du pouvoir mondial qui se déroulent à présent sont si énormes que l’humanité pourrait bien être libérée cet automne*.

Il n'y a pas que les feuilles qui vont tomber cet automne, des têtes aussi !
-----------------------------
Bon, ceci est un peu "déplacé" après la photo qui précède, mais c'est la tenue d'Adam
* LE PAPE FRANÇOIS.SON PARCOURS.

-----------------------------
**Jean-Paul Ier : les preuves que le pape a bel et bien été assassiné
La mort du Pape Albino Luciani fut-elle naturelle ? Certainement pas, affirme David Yallop. Extrait de "Le Pape doit mourir : Enquête sur la mort suspecte de Jean-Paul Ier"
Des rumeurs circulèrent dans le village du Vatican. On raconta que la lampe de la sonnette sur le panneau de contrôle dans les appartements pontificaux était restée allumée toute la nuit et que personne n’avait répondu à cet appel au secours. On raconta que l’on avait découvert des traces de vomissure dans la chambre qui avaient taché divers objets et que c’était la raison de la disparition des lunettes et des pantoufles. Les vomissements constituent souvent l’un des premiers symptômes d’une trop forte dose de digitaline.
Des groupes d’évêques et de prêtres se pressaient dans les bureaux et rappelaient le curieux incident de la mort tragique et subite de Nikodem, archevêque russe orthodoxe de Léningrad. Il avait été reçu en audience spéciale par Luciani le 5 septembre. Soudain, sans prévenir, le prélat russe de 49 ans s’était effondré en avant dans son fauteuil. Quelques instants après, il était mort. On disait maintenant dans les couloirs du Vatican que Nikodem avait bu une tasse de café préparée pour Albino Luciani. Nikodem ne jouissait pas d’une santé solide et avait déjà subi un certain nombre d’attaques cardiaques. Dans l’État-Cité, encore apeuré, on avait rejeté ces faits; mais cette mort prenait rétrospectivement les allures d’un signe, d’un avertissement à propos des événements redoutables qui venaient de se passer dans les appartements pontificaux.
Dans la journée du 29 septembre tout le reste des affaires appartenant à Albino Luciani fut déménagé. Y compris ses lettres, ses notes, ses livres et la petite poignée de souvenirs personnels comme la photo de ses parents avec Pia enfant. Les collègues de Villot à la secrétairerie d’État emportèrent tous les documents confidentiels. Très rapidement toutes les preuves matérielles indiquant que Albino Luciani avait vécu et travaillé en ce lieu furent empaquetées et emportées. À 18 heures, la totalité des 19 pièces des appartements pontificaux était entièrement vidée de tout objet associé, même de loin au pontificat de Luciani. C’était comme s’il n’était jamais venu ici, comme s’il n’y avait jamais vécu. À 18 heures, les appartements pontificaux furent scellés par le cardinal Villot. Ils devaient rester fermés jusqu’à ce qu’un successeur fût élu.
Discrètement, les soeurs et les deux secrétaires s’en allèrent. Magee garda en souvenir les cassettes dont se servait Luciani pour améliorer son anglais. Lorenzi emporta avec lui un fouillis d’images et de souvenirs. Évitant soigneusement les journalistes le groupe alla s’installer dans une maison dirigée par les soeurs de Maria Bambina. Diego Lorenzi était complètement accablé par la mort de celui qu’il aimait. John Magee était destiné à devenir secrétaire d’un pape pour la troisième fois, exploit unique et remarquable. Lorenzi retourna dans le nord de l’Italie travailler dans une petite école. Vincenza fut envoyée encore plus au nord dans un obscur couvent. L’appareil du Vatican garantissait par ce bannissement virtuel qu’aucun d’eux ne serait facile à retrouver.
Une fois les portes de la Salle Clementina fermées au public à 18 heures, le vendredi 29 septembre, l’homme le plus soulagé du Vatican était Villot. Le travail des techniciens pouvait enfin commencer. Une fois le corps embaumé il serait très difficile au cours de n’importe quelle autopsie ultérieure de découvrir et d’établir la présence de poison dans le corps. Si le pape était véritablement mort d’un infarctus aigu du myocarde les fluides nécessaires ne détruiraient pas les vaisseaux sanguins naturellement endommagés.
Dans ce qu’on peut sans doute voir comme une coïncidence pleine d’ironie, l’Association des Propriétaires de Pharmacie de Rome choisit ce jour parmi tous les autres pour faire savoir par voie de presse qu’un certain nombre de médicaments essentiels au traitement de certains cas d’empoisonnement et de maladies cardiaques n’étaient pas disponibles. La déclaration que les journalistes italiens finirent par arracher au cardinal Villot revêt peut-être une plus grande pertinence: "Quand j’ai vu Sa Sainteté hier soir, il était parfaitement bien portant, totalement lucide et il m’a donné toutes ses instructions pour le lendemain."
Derrière les portes fermées de la Salle Clementina le processus d’embaumement se poursuivit pendant trois heures. Les soins et la conservation du corps relevaient de la responsabilité du professeur Cesare Gerin, mais le travail réel d’embaumement était exécuté par le professeur Marracino et les frères Ernesto et Renato Signoracci. Quand les deux frères avaient examiné le corps avant qu’on ne l’apporte à la Clementina, ils avaient conclu du manque de rigidité cadavérique et de la température du corps que la mort avait eu lieu non pas à 11 heures du soir le 28 mais entre 4 et 5 heures du matin le 29. Ils reçurent une confirmation indépendante de leur conclusion par monseigneur Noe qui apprit aux frères que le pape était mort peu avant 5 heures du matin. J’ai interviewé les deux frères en profondeur à trois reprises séparées. Ils sont absolument formels: la mort s’est produite entre 4 heures et 5 heures du matin et on a découvert le corps du pape dans l’heure qui a suivi la mort. S’ils ont raison soit le pape était vivant soit il était à peine décédé quand soeur Vincenza pénétra dans sa chambre. Seule une autopsie complète aurait résolu ces opinions contraires.
Sur l’insistance du Vatican on ne retira pas une goutte de sang au cadavre, on n’ôta aucun organe. On effectua les injections de formol et autres conservateurs chimiques dans le corps par les veines et artères fémorales. La raison de la durée de trois heures pour le processus tient à ce que, contrairement à l’usage habituel où l’on retire du sang, ou qu’on le mêle à une solution saline qu’on fait circuler dans tout le corps, le Vatican tenait absolument à ce qu’on ne retire pas une seule goutte de sang. Une faible quantité de ce liquide aurait amplement suffi, évidemment, pour qu’un médecin légiste établisse la présence de substances toxiques, quelles qu’elles soient. Le traitement cosmétique infligé au corps élimina l’expression d’angoisse sur le visage. Les mains qui s’étaient serrées sur les feuilles de papier aujourd’hui manquantes furent disposées sur un rosaire. Le cardinal Villot se retira enfin pour se coucher un peu avant minuit. Le pape Paul VI, en accord avec la loi italienne, n’avait pas été embaumé avant que le délai de 24 heures après le décès ne se fût écoulé. Bien qu’il y ait eu des accusations concernant une incompétence médicale après la mort de Paul, on n’entendit jamais parler de malveillance. Là, alors que non seulement l’opinion publique mais des stations de radio et de télévision, ainsi que la presse écrite demandaient une autopsie, on embauma le corps de Luciani environ douze heures après sa découverte.
Le samedi 30 septembre on posait avec une urgence croissante la question précise: «Pourquoi refuser une autopsie?» Les media commençaient à rechercher une explication de cette mort soudaine que rien ne laissait prévoir. La Curie avait rappelé très vite aux journalistes qui s’intéressaient à la question une remarque impromptue faite par Luciani lors de son audience générale le mercredi 27 septembre. Se tournant vers un groupe de malades et de handicapés dans la Salle Nervi, Luciani avait dit: "Rappelez-vous que votre pape a été huit fois à l’hôpital et a subi quatre opérations." L’Office de Presse du Vatican commença à répondre aux demandes de détails sur la mort de Luciani en répétant la phrase du défunt. Ils s’en servirent avec un tel excès qu’on eût dit une sorte de répondeur automatique, avec le manque de satisfaction corrélatif des correspondants.
Les divers media rappelèrent que Luciani n’avait pas semblé être en mauvaise santé durant son bref pontificat. Au contraire, firent-ils observer, il donnait une image de santé, pleine de vie et d’enthousiasme. D’autres, qui connaissaient Luciani depuis bien plus long temps, commencèrent à recevoir des appels pour qu’ils donnent leur avis. Quand Monseigneur Senigaglia, secrétaire de Luciani à Venise pendant plus de six ans, révéla que le défunt pape avait subi récemment un check-up complet avant de quitter Venise pour le conclave et que ces examens médicaux s’étaient révélés "favorables à tous égards" les demandes d’autopsie se firent plus fortes. Lorsqu’un certain nombre de médecins experts commencèrent à exprimer catégoriquement la nécessité d’une autopsie afin de déterminer la cause réelle de la mort, la panique au Vatican atteignit de nouveaux sommets. Il était clair que si les médecins étaient prêts à avancer diverses raisons qui auraient pu être des facteurs y contribuant (le stress soudain causé par le fait de devenir pape faisait partie des favoris), aucun n’était disposé à accepter sans autopsie l’affirmation du Vatican selon laquelle Albino Luciani était décédé d’un infarctus du myocarde.
Extrait "Le Pape doit mourir : Enquête sur la mort suspecte de Jean-Paul Ier", de David Yallop (Nouveau monde éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.