dimanche 16 juillet 2017

+++16/07 - MACRON - ÉLECTROCHOC POUR CEUX 
QUI ONT ENCORE DES ILLUSIONS. 

Par an, 150.000 français quittent la France et 250.000 étrangers arrivent. 
C'est ce que l'on appelle "le grand remplacement"
Et, ça n'est pas les travailleurs étrangers qui venaient il y a 50 ans. 
Parmi eux des terroristes.

A VOIR ABSOLUMENT ! 
MACRON veut NOTRE EXTERMINATION !


----------------------------------------
PÉDOPHILIE d'état 27 témoins assassinés
----------------------------------------
Ils détruisent nos enfants
Après l'odieuse Najad Belkhasem, le nouveau ministre de l'éducation nationale nous fait croire qu'il va en revenir à nos bonne veilles méthodes. Méfiance !
Une révolution conservatrice à l’Éducation nationale ?
Très bon débat !
Emmanuel Macron a affirmé à de nombreuses reprises que la question de l’éducation serait au centre de ses priorités. La nomination de M. Blanquer comme ministre de l’Éducation nationale inquiète cependant. Certains voient en lui l’homme du retour aux méthodes du passé tandis que d’autres s’interrogent sur la libéralisation de l’école avec notamment l’autonomie des établissements.
Invités : Natacha Polony, journaliste et essayiste, spécialiste des questions de société et d’éducation et François Durpaire, maître de conférences en sciences de l’éducation à l'université de Cergy-Pontoise auteur notamment du livre « La Fin de l’école »* chez PUF.
https://www.youtube.com/watch?v=8UGNpDRVgwc
Le tournant global et la révolution numérique interrogent la raison d'être d'une école en crise de sens. Ces mutations questionnent autant la production des savoirs pour penser le monde que l'éducation au monde que l'École dispense. La notion même de savoir est remise en cause par la culture numérique. 
La forme scolaire n'a pas toujours existé : elle est une configuration historique particulière. L'École, si elle a un début, peut donc avoir une fin ! À l'ère du Savoir-Relation, faudra-t-il des robots à la place des profs ? Le lieu scolaire doit-il disparaître ? Et si la fin de l'École était une opportunité pour créer de nouveaux espaces, instaurer de nouvelles relations enseignants/enseignés, réconcilier les partenaires, enseigner autrement et recréer le bonheur d'apprendre, en bref, refonder vraiment notre rapport au savoir ?

Le métier d'enseignant a bien changé. Il leur était demandé d'éduquer nos enfants et maintenant de les détruire.
Les parents sont aussi perdus que les enseignants. Le contrôle mental est total.
Ils ont retiré l'autorité aux personnes censées éduquer les enfants.
Toutes les dérives sont devenues possibles.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire