jeudi 27 octobre 2016

++27/10 - "ON A TOUS LES DROITS DE CRITIQUER L'ISLAM". 
LUTTE CONTRE "LE FASCISME ISLAMIQUE":

Zineb El Rhazoui, une vrai journaliste et une femme très courageuse.
Mais, n'est-ce pas ceux qui savent et qui ne disent rien qui sont lâches.


"Détruire le fascisme islamique", livre de  Zineb El Rhazoui Miltante franco-marocaine des droit de l'homme, journaliste à Charlie hebdo au moment des attentats (elle a quitté le journal depuis) est l'invitée des Grandes Gueules ce lundi sur RMC pour parler de son dernier livre.
Elle estime que "si on ne continue pas le combat, on va tous y passer".
"On a tous les droit de critiquer l'Islam. L'islamophobie est une imposture intellectuelle."

Zineb El Rhazoui sur l'Islam dans Salut les Terriens 
"Les français, la civilisation bisounours pour ne pas être traitée d'islamophobe."

Zineb El Rhazoui a échappé aux terroriste le 7 janvier 2015. Journaliste à Charlie Hebdo (journal qu'elle vient de quitter), elle n'était pas là le jour où ses collègues sont tombés sous les balles des frères Kouachi. Pour autant, elle n'a pas abandonné le combat contre ce qu'elle appelle le "fascisme islamique", ce qui lui vaut d'être une des personnalités les plus menacées de France. Dès lors, pourquoi continuer et écrire ce livre coup de poing ("Détruire le fascisme islamique" (Editions Ring)?
"Parce que si on ne continue pas le combat, je crois qu'on va tous y passer, répond-elle ce lundi dans les Grandes Gueules. J'ai déjà vu mes amis, mes collègues y passer. J'ai grandi au Maroc, un pays musulman où j'ai vu le fascisme islamique monter, monter, s'étaler insidieusement.

Aujourd'hui, je suis très étonnée quand je vois le débat sur le burkini. Moi, pendant toute mon enfance, je n'ai pas vu un burkini au Maroc. Au contraire, les femmes se couvraient, se voilaient. J'ai vu les libertés se restreindre, la société se crisper sur les questions religieuses et c'est ce qui est en train de se passer en France".
Bientôt, ils obligeront les français, ces mécréants, à obéir à leur lois. Ils envahissent tout et de plus en plus est interdit y compris les crèches de Noël.

"L'islamophobie est une imposture intellectuelle"
Dans son livre, Zineb El Rhazoui dénonce, entre autres, le terme "islamophobie". "Il me déplait pour plusieurs raisons, justifie-t-elle sur RMC. D'abord, pour une raison étymologique. La phobie est une peur irrationnelle alors que la peur de l'islamisme radical est très rationnelle, qui peut être très justifiée. Dans mon cas, j'ai toutes les raisons d'avoir peur et je ne suis pas la seule. Je pense que dans notre société nous vivons tous avec une espèce d'anxiété. Il faut donc enlever cette espèce de sacralité que l'on pose sur l'Islam en tant que religion".
"En tant que religion, l'islam est une idée comme le reste des idées produites par le reste de l'humanité. On a donc tous les droits de la critiquer, de la détester, de la dénoncer et de dire ce qu'il y a en elle comme part de responsabilités dans cette idéologie qui a grandi en son sein, poursuit la journaliste. La notion d'islamophobie est aussi une imposture intellectuelle parce que dans les pays musulmans cela n'existe pas. Lorsque vous dites ce pour quoi on vous accuse ici d'islamophobie, là-bas, on vous taxe d'apostasie, d'insulte à l'islam, de blasphème. On vous met en prison, on vous fouette sur la place publique ou on vous assassine. Et les exemples sont nombreux".
-- Voulons voir cela s'appliquer à TOUS dans notre pays.
-----------------------------------
* Le livre de Philippe De Villiers nous met en garde, nous donne toutes les preuves de cette invasion que nous finançons parfois de nos impôts et que nous acceptons afin de ne pas passer pour de méchants islamophobes. Le grand mot est lancé. "Qui veut noyez son chien l'accuse de la rage". Facile de culpabiliser. C'est de la manipulation dans le but de dominer.
Ne soyons plus dupe. Protégeons notre pays. Revenons-en à nos valeurs chrétiennes, pas à la religion catholique qui est une autre forme de manipulation, mais aux notions de respect, d'amour. Redécouvrons l'esprit de famille. Les médias par les feuilletons que regardent nos jeunes les ont incités à manquer de respect à leurs aînés. Éteignons ces foutus télés et redécouvrons les plaisirs sains, les soirées en famille, nous serons ainsi moins à la merci de cette invasion, car avec le comportement de certains enfants envers leur parents, ils est facile pour les Imans de nous décrire comme des impies qu'il faut sauver et inciter les musulmans à se prendre pour des sauveurs.
* https://www.amazon.fr/cloches-sonneront-elles-encore-demain/dp/2226393781

Juppé, qui luttait contre l'Islam il y a quelques années, a installé confortablement un Iman dans sa ville de Bordeaux. Juppé dit ne pas très bien connaître l'islam. Et il se propose comme président d'un pays aux prises à de terribles attentats du fait des islamistes!
L’imam Ali Juppé et la grande mosquée de Bordeaux
La base géante des Frères Musulmans s’installera bientôt à Bordeaux grâce à Alain Juppé qui a fait acheter à la mairie un grand terrain pour construire une immense mosquée qui diffusera l’idéologie extrémistes et antisémites des Frères Musulmans…
L’information a été révélée par le quotidien portugais Público. C’est un cabinet d’architecte portugais qui a été choisi par les musulmans de Bordeaux, afin de construire le vaste centre islamique voulu par Alain Juppé dans le quartier de la Bastide. Alain Juppé a mis à disposition de l’imam un vaste terrain acquis à cet effet  par la mairie de Bordeaux.

D’après Público, cette mosquée avoisinerait un coût de plus de 24.millions d’euros, pour une surface de 12.000 mètres carrés ! L’espace dédié au culte pourra accueillir plus de 4.000 fidèles, soit le plus vaste local religieux de toute la région.
L’imam de Bordeaux est Tareq Oubrou. Ce grand ami de Juppé auquel il doit la Légion d’honneur (2014) et l’estampillage républicain, est membre de l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), fédération de mosquées des Frères Musulmans, qui diffusent  les ouvrages les plus radicaux de l’islamisme violent.  On ne sera  pas étonné d’apprendre qu’il sollicite le Qatar, base arrière idéologique et financière  des Frères Musulmans, pour financer la mosquée…


On a du mal à suivre Juppé tellement il tourne avec le vent  :
Quand Juppé découvre les Frères musulmans...
Par Ivan Rioufol le 28 mars 2016
Alain Juppé aurait-il cessé d’être naïf à propos de l’islam politique ? Lui qui a dit vouloir faire de la lutte contre l’islamophobie "un point de clivage pour son camp" a pris le risque d’apparaître à son tour "islamophobe", en affichant ses distances avec Tariq Ramadan. L’idéologue islamiste, antisioniste et antifrançais a tenu une conférence sur … "Les clefs du vivre ensemble", samedi soir à Bordeaux : une imposture qui est une constante chez ces loups déguisés en agneaux. Ils se réclament de l'"antiracisme" et de "l'islam citoyen" pour faire oublier la nature de leur doctrine conquérante et intolérante. "Tariq Ramadan n’est pas le bien venu", avait préalablement déclaré le maire de Bordeaux, tout en reconnaissant n’avoir pas les moyens juridiques d’empêcher sa venue. "Il n’a jamais véritablement condamné les auteurs des attentat, dont les connections avec les Frères musulmans sont connues", avait-il notamment expliqué. Une accusation dénoncée par Ramadan, qui a fustigé une "France sous occupation", sans préciser, pour lui, la nature de l’occupant. Pour sa part, le journaliste Edwy Plenel a fait connaître par tweet, samedi, sa défense de son ami, en dénonçant une "excommunication politicienne qui déshonore la France".  On peut reconnaître à Plenel d’assumer la pleine collaboration de l’extrême gauche avec l’idéologie islamiste, d’essence totalitaire.
 Il faut évidemment se féliciter du sursaut, bien que tardif, de Juppé. En 2011, alors ministre des Affaires étrangères, il assurait avoir rencontré en Egpypte des Frères musulmans sympathiques. "Plusieurs d’entre eux m’ont fait part de leur vision d’un islam libéral et respectueux de la démocrate", avait-il été jusqu’à dire dans un aveuglement ahurissant, avant que le peuple ne chasse ses tyrans. Reste au candidat à la primaire des Républicains à aller au bout de sa lucidité, lui qui défend l’abandon de l’assimilation et le recours aux accommodements raisonnables avec l'islam. Les Frères musulmans, qui militent pour le rétablissement du califat et l’islamisation des musulmans européens, sont un danger pour la démocratie. Il suffit pour s’en convaincre d’écouter les propos antisémites, sexistes et homophobes de leur leader, le théologien Youssef al-Qaradawi. Cet incendiaire a été l’invité de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), et c’est l’Union mondiale des savants musulmans (UMSM), que dirige al-Qaradawi, que vient d’intégrer Ramadan. Or c’est un proche des Frères musulmans et de l'UOIF, l’iman de Bordeaux Tareq Oubrou,que soutient Juppé qui lui a même décerné la Légion d’honneur. Oubrou est-il vraiment l’imam exemplaire ? Parce que Juppé s’est si souvent trompé, il est permis de douter de son jugement sur cet homme qui, il y a quelques années, avait déclaré sur une vidéo encore accessible : "Le califat est une obligation". La dissimulation et le mensonge sont des armes que s'autorisent les islamistes.

--------------------------
* Le livre - "Détruire le fascisme islamique"
Dans ce texte fondateur et sans langue de bois, Zineb El Rhazoui révèle la stratégie réelle d'expansion du fascisme islamique en Occident et comment les islamistes ont transformé des démocrates convaincus en leurs alliés sur la voie de la Oumma. Dans leur guerre à l'extrême droite, les collaborationnistes du fascisme islamique ont oublié qu'ils défendaient désormais la nouvelle extrême droite meurtrière. Racistes et islamistes disent la même chose : les Musulmans ne sont pas des individus, mais une communauté. Cet ouvrage est un signal d'alarme, au nom de ces millions d'anonymes qui vivent chaque jour sous le joug du fascisme islamique, contre l'entreprise d'inversion morale des valeurs universelles de liberté. 

Rendue mondialement célèbre suite aux attentats de Charlie Hebdo dont elle fut rescapée, Zineb est une journaliste diplômée en sociologie des religions de l'EHESS (École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris). Athée de culture musulmane, militante des droits de l'homme et des libertés individuelles, elle est sous la menace de plusieurs fatwas de mort. ZIneb est aujourd'hui la femme la plus protégée de France.
------------------------
* Zineb El Rhazoui, une femme en danger
Paris Match le 04/04/2016 Interview Pauline Delassus
La journaliste de « Charlie hebdo », absente le jour du drame, sort un livre sur les attaques du 13 novembre. enceinte, elle vit sous protection policière en raison de ses propos sur l’islam.
Après les attentats, il y a eu un baby-boom à “Charlie” », dit-elle. La meilleure des revanches, ces quatre naissances ! Zineb attend celle de son premier enfant, cloîtrée, entourée de policiers. Comme les autres victimes, elle n’en a pas fini avec le temps du deuil. Parler, écrire. Impossible de se taire. Dans son Maroc natal, déjà, elle était menacée. Zineb connaît la haine de ceux qui lui reprochent sa liberté et dont elle combat l’idéologie. Ses mots sont aussi forts que sa peur est faible.

Paris Match. Salah Abdeslam a été arrêté. Que ressentez-vous ?
Zineb El Rhazoui. Les victimes du 13 novembre, elles, vont avoir le procès dont elles ont besoin. J’en suis contente. Après les attentats de “Charlie Hebdo”, l’impunité dont ont bénéficié les Kouachi a été difficile à encaisser. Ils ont été tués avant de s’expliquer, sans que nous puissions entendre leur voix.

Les témoins des attaques de janvier ont-ils les mêmes réactions que ceux de novembre ?
On sent la même blessure psychologique, la même sidération. Ils sont tous incapables d’avoir un discours construit sur ce qui s’est passé. Et il n’y a chez eux aucune haine. A “Charlie”, on s’était posé la question : que penser des frères Kouachi ? La plupart d’entre nous répondions : “Rien.”

Dans votre préface, vous excluez des causes du terrorisme les problèmes sociaux et ethniques. Pour vous, le problème est uniquement religieux.
Tel que l’islam est expliqué et compris aujourd’hui, il ne peut être qu’un vecteur de violence. En France, on ne peut évoquer l’islam sans parler d'une religion de paix et d’amour… Moi qui ai grandi en son sein, je sais qu’elle est faite de guerre, de communautarisme et de haine de l’autre. Comme toutes les religions, d’ailleurs.

Ce discours ne risque-t-il pas de provoquer des tensions dont les musulmans pourraient être victimes ?
Le paternalisme envers les musulmans est insupportable. Comment peut-on parler d’intégration quand on est éternellement considéré comme faible ? Il n’y a pas de raison d’être plus condescendant envers les musulmans. D’ailleurs, en France, on parle de musulmans pour ne pas dire Arabes. Or, cette communauté n’a pas besoin de complaisance.
A “Charlie”, on s’était posé la question : que penser des frères Kouachi ? La plupart d’entre nous répondions : “Rien.”

Les amalgames entre musulmans et terroristes ne vous inquiètent-ils pas ?
Au contraire. Il faut faire l’amalgame entre les terroristes et leurs idéologues.
Le débat public n’a pas vocation à aider une religion bédouine, écrite il y a quinze siècles, à trouver sa place dans la cité. Ceux qui veulent la pratiquer en ont le droit. Mais elle n’a pas à régir la société. Nous n’avons pas à faire d’exception juridique pour les musulmans. En faisant cela, nous ouvrons des brèches dans la République.

Quelles sont ces brèches ?
Dans la justice ou dans l’associatif, le religieux tente en permanence de grignoter le légal. Prenons l’association BarakaCity, dont le responsable dit publiquement : “Je ne serre pas la main aux femmes parce que c’est ma religion.” S’il disait : “Je ne serre pas la main aux homosexuels, ou aux Juifs, ou aux Noirs”, cela choquerait. Mais “aux femmes”, ça passe car c’est sa religion. Heureusement, la loi et la magistrature sont plutôt du côté de la laïcité.

Ce discours n’est-il pas plus facile à tenir pour vous, parce que vous êtes arabe ?
Oui, et c’est donc un devoir. Toute ma vie a été un combat contre l’islam, pas en tant que spiritualité, mais en tant que corpus juridique. Ma mère est française, mon père marocain, j’ai grandi et travaillé au Maroc. Je sais ce que veut dire vivre dans un pays où il n’y a pas de liberté individuelle, où il y a écrit musulman sur notre front, qu’on le veuille ou pas.
  • On n’a pas le droit de boire un verre de vin, de fumer en public pendant le ramadan ;
  • on n’a pas le droit d’épouser l’homme qu’on aime ;
  • on ne peut pas avoir de rapports sexuels en dehors du mariage (même si on ne se gêne pas…) sans risquer la descente de police ! .....
En 2010, quand la police a découvert mon mec chez moi, j’ai été arrêtée pour prostitution.
Ce qu’est l’islam au quotidien, en tant que religion d’Etat, je ne le respecte pas.
Ne pas respecter une idéologie est un droit absolu que l’on doit se réapproprier en France.

A ceux qui diront que vos propos sont islamophobes, que répondrez-vous ?
Cette notion d’islamophobie a réussi à faire taire beaucoup de gens. Moi qui ai grandi dans l’islam, qui ai dû apprendre le Coran par coeur, j’ai peur de l’application de la charia. Mais cette peur n’a rien à voir avec le racisme. Dans les pays où les islamistes sont au pouvoir, en Arabie saoudite notamment, on ne taxe pas les critiques de l’islam de racisme : on les emprisonne ou on les pend. Dans des démocraties, ceux qui n’ont aucun moyen de nous faire taire crient à l’islamophobie.

Vous êtes franco-marocaine. Etes-vous pour la déchéance de nationalité des binationaux coupables de terrorisme ?
Ce qui me gêne, c’est que soient visés uniquement les binationaux. Une personne qui fait allégeance à l’État islamique devrait être déchue de sa nationalité française, qu’elle en possède une autre ou pas.

Qu’avez-vous pensé de l’état d’urgence instauré après les attentats de novembre ?
Face à des profils comme celui des terroristes, il n’y a que la répression. Il est inadmissible qu’après chaque attentat on se rende compte que les terroristes étaient connus de la police ! Listé parmi les premières cibles d’Al-Qaïda, Charb n’aurait pas dû être tué dans un pays sérieux comme la France. Mais l’état d’urgence doit surtout s’appliquer à la pensée. Il y a une crise philosophique sur ces sujets, que l’on traite avec des concepts révolus. On ne prend pas la mesure du fascisme de l’idéologie terroriste. On ne peut pas laisser sévir des imams propagateurs de haine. Hors, on les installe dans des mosquées

Dans votre livre, quel témoignage vous a le plus intéressée ?
Celui de Houari Mostefaï, le frère d’un des terroristes. Nous sommes tous les deux des victimes du terrorisme, mais aux deux extrémités du spectre. Lui est dans l’opprobre et la culpabilité de ne pas avoir pu faire quelque chose. Il condamne clairement les actes de l’Etat islamique, mais il n’a jamais remis en question la théologie, l’idéologie de l’islam. Il lui faudrait sans doute une connaissance solide de la religion pour comprendre que la haine n’est pas venue ex nihilo, qu’elle est justifiée par des textes.
La plupart des musulmans ne connaissent pas le coran. Ils connaissent juste le coran de la période mecquoise dans laquelle Mahomet faisait profil bas pour séduire, du coran de la période médinoise, où étant en terrain conquis, il a sortie la grosse artillerie.

Pourquoi avoir fait le portrait du terroriste Abdelhamid Abaaoud ?
Son parcours m’intéresse, mais moins que ses failles. J’aurais voulu connaître ses frustrations sexuelles, ses premières amours, son rapport à sa mère, sa première baston. Ses fêlures sont un mystère. Je sais quelle est la force de l’endoctrinement dont font l’objet ces gens-là. Au Maroc, pays qui passe pourtant pour modéré, si l’on organisait un référendum, plus de 90 % des Marocains diraient qu’il faut appliquer la peine de mort aux homosexuels. Les dégâts idéologiques de l’islam, en tant que pensée, sont beaucoup plus forts qu’on ne l’imagine. En France aussi : c’est une chimère de penser que le terrorisme vient d’un seul territoire. L’Etat islamique est l’appellation de quelque chose qui existait bien avant. S’il disparaît, il réapparaîtra ailleurs sous un autre nom.

Etes-vous d’accord avec l’écrivain Kamel Daoud qui parle d’un “rapport malade à la femme, au corps et au désir dans le monde arabo-musulman” ?
Oui. A Casablanca, c’est une hérésie absolue de penser que je puisse marcher dans la rue en minijupe ! Je ne l’ai pas fait depuis au moins vingt ans. Siffler les femmes, c’est un sport national au Maroc ou en Egypte. Dans les pays arabo-musulmans, l’inconscient collectif masculin n’a jamais toléré que la femme sorte du harem. Elle traverse l’espace public comme un fantôme ; il ne lui appartient pas. La loi ne reconnaît le viol que s’il y a perte de virginité ; et, alors, la femme violée devient une anomalie sociale qu’il convient de réparer par le mariage. La police ne diligente pas les enquêtes. Devant le juge, il suffit que le violeur dise : “Je l’ai payée”, pour que la femme soit accusée de prostitution. Dans une société qui applique ces lois-là, ne peut-on pas techniquement parler de culture du viol ?

A quoi ressemble votre quotidien depuis les attentats de “Charlie Hebdo” ?
Je ne sors plus seule mais protégée par des policiers. Je vis dans les armes mais pas dans la peur. Je n’arrive pas à conceptualiser la menace. Avec Charb, on en rigolait. Il était menacé par Al-Qaïda, mais ça nous paraissait abstrait.

Vos rapports avec la direction de “Charlie” se sont-ils apaisés ?
Non. Ils ont voulu me licencier pour faute grave. Avec d’autres journalistes, j’étais dans une lutte : on demandait un actionnariat salarié pour qu’il n’y ait pas d’enrichissement par l’argent du sang, celui amassé avec le numéro des survivants et les abonnements. Mais cet argent est considéré par les deux actionnaires comme un retour sur investissement. Nous sommes un journal où l’actionnaire majoritaire, Riss, rédige les éditoriaux. C’est un problème. Tous nos espoirs sont déçus. L’affaire est pliée. Je pense que j’aurai vocation à quitter “Charlie”, bientôt.

--------------------------
Vidéo - Zineb El Rhazoui était l'invitée de RTL le 1er août
La journaliste de Charlie Hebdo parle de la nécessité d'"épuration" des terroristes et ne pense pas que l'Islam soit une religion de paix et d'amour.
L'Islam est une religion du Moyen âge
"L'Islam n'est pas une religion de Paix et d'Amour" certains musulmans la vivent ainsi, mais cela n'est pas écrit dans le texte. Le pape

* Livre de Zineb El Rhazoui "13" - Zineb raconte l'enfer du 13 novembre avec 13 témoins au coeur des attaques - mars 2016
de Zineb El rhazoui (Auteur), Marie Pinsard
-          Zineb El Rhazoui, rescapée emblématique des attentats de Charlie Hebdo, nous plonge au cœur du carnage du 13 novembre. À travers 13 témoins directs, les mots sans filtres de la journaliste racontent la réalité poignante et panoramique des crimes de masse qui ont frappé Paris, transformée en abattoir. 13 récits croisés de survivants, policiers, pompiers, urgentiste, miraculés, victimes, proches des terroristes : 
-          Jean-Pierre Tourtier, médecin-chef de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris, intervenu rue Bichat et au Bataclan, décrit de véritables scènes de guerre. 
-          Yasser Bensalah, qui croise le commando du Bataclan devant la salle de concert et prend la première balle. 
-          Patrick Pelloux, urgentiste et chroniqueur à Charlie Hebdo, par deux fois impliqué dans les opérations de sauvetage (7 janvier, 13 novembre). 
-          Claude-Emmanuel Triomphe, grièvement blessé à la Bonne Bière. 
-          Dimitri Kalinine, commissaire central, l'un des premiers policiers à découvrir le carnage à l'intérieur du Bataclan. 
-          Houari Mostefaï, frère d'un terroriste du Bataclan, il assistait au spectacle de Dieudonné à quelques centaines de mètres du massacre. 
-          Jérémy Maccaud, bloqué plusieurs heures dans une loge avec le bassiste des Eagles of Death Metal. 
-          Aca et Tina, cousins massacrés par l'explosion des kamikazes au Stade de France. 
-          Patricia Correia, dont la fille unique, Precilia, est morte au Bataclan. 
-          Jesse Hughes, chanteur du groupe Eagles of Death Metal. 
-          Omar, vigile rescapé du Stade de France qui s'est retrouvé face à l'un des kamikazes. 
-          K., jeune pompier présent au Bataclan, déchiré par les balles. 
-          Abdelhamid Abaaoud, portrait posthume du " cerveau " des attentats du 13 novembre.
--------------------------
Zineb El Rhazoui "On n'a pas le droit de se taire"
Zineb El Rhazoui interviewée par Natacha Polony dans "Polonium" le 25 mars 2016
Elle y démontre, entre autre, la culture du viol dans les sociétés musulmanes.
Elle vient de publier "13"

https://www.youtube.com/watch?v=6y_zB5Qmt2E

Livre - La vie de Mahomet – 19 septembre 2013
de Charb  (Auteur), Zineb (Auteur)


34. Nous ferons tomber du ciel un châtiment sur les habitants de cette cité, pour leur perversité".
* Radicalisation : Najat vallaud-Belkacem en position délicate sur le plateau du Suppplément
Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education, s'est retrouvée confrontée à un homme refusant de serrer la main aux femmes et ne voulant pas condamner l’État islamique


LIVRE - LA VIE ET LES PROPOS DE MAHOMET RAPPORTÉS PAR LES HADITHS L’ISLAM ENTRE OBSCURANTISME ET BARBARIE
“ L’apôtre d’Allah a fait couper les mains d’un homme qui avait volé un bouclier dont le prix était d’un dinar ou dix dihrams. ” (récit de Abdullah ibn Abbas, Dawud XXXVIII 4374)
--------------------------
Les musulmans sont les victime de l'Islam et ce sont nous, les chrétiens, qui devons les sauver et non pas nous laisser envahir.
Nous n'avons droit de nous taire 
--------------------------
Sciences PO. Un grand n'importe quoi !
Ces écoles lavent le cerveau.
Ado musulmane agresseuse : Najat Vallaud-Belkacem mal à l'aise
Le 27 avril 2016 à l'Assemblée Nationale, la ministre franco-marocaine Najat Vallaud-Belkacem est mal à l'aise lorsque Valérie Boyer (Députée Les Républicains) évoque les dérives de l'Islam telles que la violente agression d'une fille de 16 ans parce qu'elle portait une jupe
VIDÉO DE L'AGRESSION :
le Hijab Day faisant la promotion du voile islamique à Sciences Po
VIDÉO : 
ou encore la mode islamique* lancée par de grands couturiers avec notamment des maillots de bain couvrant l'intégralité du corps.

Deux mecs insultent une fille et se font mettre KO par son copain
Le mec dont être américain, les français restent indifférents et n'agissent pas, souvent ce sont les femmes qui défendent les autres femmes dans le métro parisien. Espérons que cela va bientôt changer.

---------------
MODE ISLAMIQUE : POURQUOI LA POLÉMIQUE ENFLE (ET POURQUOI ÇA VA SANS DOUTE CONTINUER)
Après un dossier publié mardi dans Le Parisien sur la mode islamique, autrement appelée "mode pudique", les réactions s’enchaînent sur ce sujet sensible. Vous n’avez rien suivi ? Metronews vous fait un petit récap’ sur cette polémique.
Depuis la semaine dernière, la question de la mode islamique, développée par des enseignes internationales, enflamme les débats. Le sujet a notamment émergé avec un dossier du Parisien mardi dernier, qui a suscité une avalanche de réaction et contre-réactions. Dernière en date, Elisabeth Badinter qui appelle à boycotter les marques développant cette mode dite "pudique". Retour sur cette polémique en 6 actes.

Ce qu'il se passe
Depuis peu, des enseignes internationales de vêtements, comme Uniqlo ou Marks&Spencer, proposent des hijabs ou des maillots de bains couvrant l'intégralité du corps, excepté le visage et les mains. La griffe italienne Dolce & Gabbana a ainsi créé une ligne de voiles et de tuniques longues, spécialement destinée aux femmes musulmanes. La firme suédoise H&M, avait elle aussi tenté d'approcher ce marché en septembre dernier, via une publicité présentant un mannequin voilé.

Derrière cette mode, ces grandes marques tentent surtout d’accrocher le marché du Moyen-Orient, qui présente, commercialement parlant, un beau pactole appelé à grossir toujours plus. Le Parisien  l'estime aux alentours de 443 milliards d'euros en 2019. 

Le cri de colère de Laurence Rossignol* reçu par JJ Bourdin - BRAVO !
* Laurence Rossignol compare les femmes choisissant de porter le voile aux nègres qui étaient pour l’esclavage
Elle a tort de ne pas croire au grand remplacement. 

Laurence Rossignol
Mercredi dernier, interrogée sur le sujet sur RMC, la ministre du Droit des femmes s’est emportée. "On ne peut pas admettre que c'est banal, que c'est anodin que de grandes marques investissent ce marché", a-t-elle asséné. "C'est irresponsable de leur part. (…) Elles font la promotion de l'enfermement du corps des femmes ". Car pour la ministre, les vêtements ont un impact direct sur le mode de vie proposé : "Nous observons que ces tenues sont accompagnées dans de nombreux quartiers de phénomènes sur la voie publique (...). Par exemple on voit de moins en moins de femmes dehors, dans la rue, dans les cafés."

Des féministes arrivent en renfort
Le coup de gueule de la ministre a été salué par plusieurs associations féministes. La Clef (Coordination française pour le lobby européen des femmes), qui regroupe une cinquantaine d'associations féministes, s'est réjouie dans une lettre ouverte que la ministre des Droits des femmes ait "réagi avec force et indignation face à la banalisation du port du voile islamique". Dans un communiqué, la présidente du Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCE), Danielle Bousquet, a pour sa part souligné le "courage dont fait preuve dans ce débat" Laurence Rossignol. Elle "a eu raison de dénoncer l'irresponsabilité des grandes marques qui, au nom du profit, n'hésitent pas à reprendre à leur compte une stratégie fondamentaliste politico-religieuse".

Les créateurs de mode entre prudence et indignation
Dans son dossier, le Parisien explique que la plupart des maisons de couture (Karl Lagerfeld, Jean-Paul Gauthier…) ont refusé de commencer le sujet. Mais d’autres ne sont pas restées indifférentes. "On ne doit pas banaliser un vêtement qui, quoi qu'on en pense, n'est pas anodin pour l'image de la femme", a confié la créatrice Agnès b. au quotidien. Pierre Bergé, lui, a lancé un vibrant appel aux créateurs : "Renoncez au fric, ayez des convictions !", a-t-il lancé sur Europe 1. "Les femmes ont droit de se voiler, mais je ne vois pas pourquoi on va vers cette religion, ses habitudes, ses mœurs absolument incompatibles avec celles de la liberté qui sont les nôtres, occidentaux", a-t-il ajouté.

Des musulmans jugent cette polémique "stigmatisante"
Mais en réaction, des voix musulmanes se sont étonnées de ce débat, électrique comme souvent sur l'islam ces derniers mois, sur fond de développement d'un islam identitaire, voire fondamentaliste. "Est-ce que la France n'a pas d'autre souci, alors qu'elle combat le terrorisme, que de stigmatiser les femmes musulmanes ?", s'est irrité Abdallah Zekri, secrétaire général du Conseil français du culte musulman (CFCM). "Est-ce qu'un ministre a le droit de s'ingérer dans la manière dont une femme souhaite s'habiller ?" D’autres prêchent pour le "pragmatisme", comme le blogueur musulman Fateh Kimouche. Pour lui, ces articles "répondent tout simplement à un marché, y'a pas de gros barbu derrière. Il y a des milliers d'emplois à la clé".

Appel au boycott.
Samedi, la philosophe Elisabeth Badinter a apporté son soutien à Laurence Rossignol. "La ministre a parfaitement raison sur le fond", estime-t-elle dans un entretien au Monde . "Je pense même que les femmes doivent appeler au boycott de ces enseignes (...) En l’espace de dix ans, de nombreuses filles des quartiers se sont mises à porter le voile en France. "Révélation divine ? Non, montée de la pression islamique", explique la philosophe.

Le sujet n’est sans doute pas prêt de se tasser : vendredi, France Info a rapporté les crispations qui règnent chez Air France. Pour la réouverture de la ligne Paris-Téhéran, les hôtesses ont reçues des consignes strictes en matière de dress-code : veste, pantalon, et se voiler les cheveux en sortant de l’avion.

Je pensais que l'islam demandait la simplicité !
Mode islamique : pour un boycotte des marques !

---------------------
Puisque nous parlons de mode et de grands couturiers. Il ne faut pas croire qu'il y ait que la femme musulmane qui soit contrainte, certes, en plus grand nombre, mais de nombreuses femmes sont exploitées, violées, battues, voir tuée avec violence dans le monde entier.
Contrôle mental et défilé de mode du créateur Marc JACOBS/Le cas de Karen MULDER
Le show du défilé de mode du couturier Marc JACOBS, sataniste gay, et gestionnaire d'esclaves (sous Mk Ultra Monarch).
Marie Laforet aussi a été victime de viol, de manipualtion et son mari a voulu la mettre à l'asile*. Une autre victime célèbre, Marymyn Monroe** et tant d'autres

Thierry Ardisson récidive pour défendre Flavie Flament
Justice va bientôt être faite. Nous ferons changer les lois.
David Hamilton, le photographe des jeunes filles en fleur, est accusé d’avoir abusé de Flavie Flament
Nommé en direct par Thierry Ardisson, le sulfureux photographe britannique est accusé d’avoir violé l’animatrice TV, qui avait posé pour lui à l’âge de 13 ans

---------------------
"Déshumaniser les porcs" Zineb El Rhazoui - L'Autre JT

* Manifestation contre la mosquée salafiste de Brest
10 octobre 2015 : à l'appel de Résistance républicaine et d'Adsav!, 300 patriotes se sont rassemblés devant la Mairie de Brest pour demander la fermeture de la mosquée salafiste dont l'imam Rachid Abou Houdeyfa enseigne que ceux qui écoutent de la musique seront transformés en porcs et en singes et que les femmes non voilées sont de la viande offerte au tout venant...

Brest : Par leur silence, maire et préfet sont complices de l’imam salafiste
22 septembre 2015 - par Danielle Moulins 
Lettre ouverte au Préfet du Finistère et au Maire de Brest
Monsieur le Préfet du Finistère, Monsieur le Maire de Brest,
C’est une citoyenne révoltée qui s’adresse à vous pour demander d’intervenir d’urgence contre l’imam salafiste Rachid Abou Houdeyfa qui sévit depuis de trop longues années dans sa mosquée du quartier de Pontanézen, à Brest, sur internet par la diffusion massive de ses nombreuses vidéos de prêches, et lors des nombreux « congrès » islamiques auxquels il participe, comme récemment à Pontoise, ce dernier congrès ayant pour une fois intéressé la presse grâce à l’intervention des Femens.
C’est tout particulièrement le sort des enfants de Brest qui me pousse à vous écrire suite à cette  séance d’endoctrinement relayée par la vidéo suivante, fort longue (40mn), épuisante par son ineptie et scandaleusement dangereuse pour de jeunes et même très jeunes esprits immatures. Je vous prie de bien vouloir prendre le temps de la visionner dans son intégralité:
Vidéo retirée
Vous ne manquerez pas de noter quelques « points forts » dans le délire mortifère du sieur Houdeyfa. Par exemple à partir d’environ 8 mn : ceux qui écoutent de la musique écoutent Sheitan (Satan), car la musique excite et la musique c’est la voix de Satan! A partir d’environ 16 mn, ceux qui chantent ou pratiquent la musique « seront engloutis par la terre et transformés en singes et en porcs » «ici, ceux qui aiment la musique c’est ceux qui aimeraient bien être transformés en singes et en porcs » » si tu aimes la musique tu es aimé par Satan! », et ainsi de suite…Vous noterez également que de toutes jeunes fillettes sont voilées de la tête aux pieds. Je me pose une question de bon sens : comment ces enfants qui subissent ce genre de lavage de cerveau une fois par semaine parviendront-ils à s’intégrer dans une société moderne et progressiste, comment parviendront-ils à devenir des citoyens français épris de liberté de conscience, ouverts aux autres et respectueux de l’égalité homme-femme, comment pourront-ils respecter nos lois laïques et considérer l’exercice de leur foi comme chose intime?
Cet homme est un poison pour les jeunes de Brest, c’est une plaie pour les femmes à qui il ordonne le port du hijab comme lors de ce prêche :

------------------------
IMAM MEHDI KHABIR : « MANGER DU PORC A UN IMPACT SUR DES COMPORTEMENTS SORDIDES ».
LA HAINE ENVERS LES CHRÉTIENS QUI MANGENT LE PORC.
Bienvenue en l'an 600 en Arabie. Voilà d'où viennent la violence et l'extrémisme dans le monde. La scène se passe lors d'un prêche de l'Imam Mehdi khabir à la Mosquée de Villetaneuse, une banlieue de la région parisienne.

---------------------------------------------
Pour en revenir à L'islam :

 4 Juin 2014 par Patrick Granet

Fascisme islamique : le djihad en vidéo

Fascisme islamique : le djihad en vidéoQuand la haine coranique envers le non-musulman prend le pas sur toute activité cérébrale normale, l'aventure djihadiste en Syrie devient un exutoire dont on se persuade qu'elle est révolutionnaire. Des centaines de jeunes musulmans de France, de Belgique et d'ailleurs, sont engagés actuellement dans des expéditions parfois sans retour afin de combattre les troupes de Bachar Al Assad et, incidemment, contribuer au projet d'islamisation de l'humanité. Pendant des siècles, les religieux chrétiens se sont répandus dans tous les continents pour y imposer une idéologie dont, a priori, personne ne voulait. Depuis quelques mois, de jeunes musulmans européens renouvellent, en Syrie comme au Mali, le genre de l'activité missionnaire, la kalachnikov dans une main et le Coran dans l'autre.

Internet semble être un vecteur particulièrement efficace pour entrer en contact avec les réseaux qui les orienteront vers les combats tant rêvés. Les vidéos qui exaltent le départ pour les terres de djihad abondent et plusieurs reportages télévisés se sont intéressés au phénomène avec une conclusion étonnante : la simple création d'un pseudonyme islamique sur internet permet d'entrer en contact assez facilement avec les interlocuteurs adéquats.

Voici donc une sélection de vidéos qui suffisent pour apprécier l'aveuglement absolu, la débilité profonde et la violence barbare de quelques jeunes à l'esprit embrumé par l'allégeance absolue au Coran. Toutefois, aucune de ces vidéos ne montre d'images trop sanglantes, elles peuvent être visionnées sans crainte, rien d'insoutenable, enfin, sans trop de crainte car le spectacle de la bêtise alliée au fanatisme n'est jamais sympathique.

Pour commencer, des reportages télévisés sur le phénomène :
Ensuite, des vidéos un peu plus au cœur de l'action avec de véritables appels à tuer les "ennemis de l'islam", sachant que l'étendue de cette dénommation est fixée par celui qui s'en fait le justicier. Il n'y a aucune garantie sur l'authenticité de ces images, les lieux de tournage ou la véracité des faits présentés, et elles entrent nécessairement dans la propagande de l'un ou l'autre camp. La mise en garde contre l'embrigadement islamique en Syrie n'est évidemment pas un soutien au régime tout aussi sanguinaire de Bachar Al Assad.

Les vidéos suivantes comportent des appels au meurtre au nom de la défense et de la propagation de l'islam :
Il existe aussi des vidéo glauques, sanglantes, insoutenables, dans lesquelles les fascistes de l'islam s'exposent dans leur pire barbarie. Mais elles ne seront pas indiquées suratheisme.org.

Enfin, si à l'image on préfère le texte, le forum du site francophone ansar-alhaqq.netfournit toutes les justifications religieuses pour partir en Syrie, en Irak, au Mali ou ailleurs, en quête d'une kalachnikov pour expliquer que l'islam, c'est le bonheur. On y trouve les communiqués des divers groupes islamiques armés qui tentent d'imposer leur société féodale au Proche-Orient, en Afghanistan et au Caucase.
Fascisme islamique : le djihad en vidéo

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.