jeudi 27 octobre 2016

27/10 - 360 000 EUROS D’ALLOCATION POUR UN RÉFUGIÉ, SES QUATRE FEMMES ET 23 ENFANTS ! TOLLÉ EN ALLEMAGNE

Ghazia A. a fui la Syrie en 2015 avec ses quatre épouses et leurs 23 enfants pour trouver refuge en Allemagne. Leur cas suscite la polémique, au vu du montant des allocations que leur verse l'État allemand.
L'histoire de Ghazia A. suscite de nombreuses réactions outre-Rhin, après que le journal BILD a publié un article détaillant les conditions dans lesquelles ce Syrien de 49 ans, après avoir fui la Syrie par la Turquie, a finalement trouvé refuge dans la région de Rhénanie-Palatinat avec ses quatre épouses et ses 23 enfants.
Si la polygamie est autorisée dans la tradition musulmane telle que la reconnaît le droit syrien, elle n'est pas reconnue par le droit allemand. A son arrivée, Ghazia a donc dû choisir l'une de ses épouses comme «femme officielle», afin de pouvoir percevoir les aides sociales auxquelles il a droit.
Son choix s'est porté sur Twasif, sa femme «principale» : avec leurs cinq enfants, ils forment donc un foyer officiel aux yeux de l'État. Les trois autres femmes sont depuis considérées juridiquement comme de simples «partenaires» et ont dû se partager la garde des 17 enfants restants, l'une de ses filles étant déjà mariée en Arabie saoudite.
Si tous vivent dans un rayon de 50 kilomètres, dans la province de Montabaur, Ghazia passe cependant la plus grande partie de son temps sur la route afin de leur rendre visite. «Selon notre religion, j'ai le devoir de passer autant de temps avec chaque famille et je ne dois pas favoriser l'une d'entre elles», explique-t-il. 

La polémique enfle autour de la question des prestations sociales
L'histoire de Ghazia a commencé à prendre une ampleur nationale lorsque la question des aides financières étatiques a gagné la Toile, d'autant que l'intéressé, qui était à la tête d'une entreprise prospère de location de voitures en Syrie, a admis ne pas avoir de travail en Allemagne. «Je suis pratiquement toujours en route pour être avec ma famille. Mais je serais heureux de travailler», a-t-il déclaré au BILD.
Il n'en a pas fallu davantage pour que certains internautes s'interrogent. «Bien sûr [qu'il] vit des aides sociales, de quoi d'autre sinon ?», se demande ainsi l'un d'entre eux.
Réagissant au cas de Ghazia, un syndicat patronal, le Deutscher Arbeitsgeber Verband, a publié une estimation du montant total des aides cumulées auxquelles, compte tenu du nombre d'enfants et d'épouses à sa charge, le réfugié aurait droit. Le résultat du calcul s'élève à 360 000 euros par an, un montant qui reste indicatif et qui n'a rien d'officiel.

Pour l'instant, les réactions politiques se font plutôt discrètes. Un membre de l'administration locale a simplement tenu à faire savoir que ce cas était «exceptionnel». 

Pas du tout exceptionnel, Philippe de Villiers en parle dans son livre et je connais moi même en région parisienne et dans ma propre ville des cas de ce genre

P99 de son dernier livre : Chirac à Orléans
"comment voulez-vous que le travailleur français, qui habite à la Goutte d'or, où je me promenais avec Alain Juppé la semaine dernière, et qui travaille avec sa femme et  qui, ensemble, gagnent 15.000 francs, et qui voit sur le palier à côté de son HLM , entassée une famille avec un père de famille, 3 ou 4 épouses et une vingtaines de gosses et qui gagne 50.000 francs de prestations sociales sans naturellement travailler...si vous ajoutez à cela le bruit et l'odeur, eh bien, le travailleur français sur le palier, il devient fou ! Il faut le comprendre ! Et si vous y étiez vous auriez la même réaction...Et ce n'est pas  du racisme que de dire cela."
Mais voilà, les étranges sont de plus en plus nombreux et 
P116 : "C'est la raison pour laquelle François Hollande ira jusqu'à proposer dans son programme présidentielle le droit de vote pour les étrangers."
Marie : Dans ma ville, ils ont délogé les locataires de ma résidence, j'en étais, pour en faire un HLM et loger les étrangers. Les voisins sont en effet fous. La résidence est maintenant plus luxueuse, mieux entretenue que la résidence voisine où j'ai acheté un appartement avec des charges de 400 euros par mois sans être aussi bien entretenue que celle des étrangers. Et nous devons faire profil bas. Pour ma part je n'ai pas de soucis, j'ai un bon contact avec eux, mais il faut que j'oublie qu'une partie de ma retraite et la paie de mes enfants, paie leur confort. Sinon, en effet, on devient fou. Ce sont les électeurs de notre président. Ils ne se plaignent pas, eux ! Ils va falloir voter Tauzin en masse pour faire contrepoids, car les assistés sont de plus en plus nombreux dans notre ancien beau pays.
Les HLM sont pour les étrangers ou les passe droits. Les belle femmes qui couchent là où ça profite ou cet écrivain de Champagne qui est très riche il a plusieurs maisons, appartements... et bénéficie d'un HLM avec une grande terrasse, une vue superbe sur la place d'une très belle ville et sur les vignes environnantes dont ils vit, où cette femme qui a droit à une Place privilégiée à la Sorbonne et un magnifique HLM pour riche à côté. Oui, elle couche là où ça profite.

A la dernière élection présidentielle, l'électorat des quartiers et des zones sensibles comme on dit, votera à 86 % pour Hollande au second tour des présidentielles. L'opération séduction est un succès. " grâce à nos impôts.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.