mardi 18 octobre 2016

+18/10 - LA WALLONIE MET SON VETO A LA SIGNATURE 
PAR LA BELGIQUE DE L'ACCORD DE LIBRE-ECHANGE CETA. 



TTIP - CETA: Transatlantique arnaque
Les belges mettent les pieds dans le plat et bloquent cette arnaque. La vie n'est pas terrible en Europe, mais avec le TAFTA, ça serait bien pire !

PÉTITION - Non aux Traités transatlantiques ! (TAFTA / TTIP - CETA)
L’Union européenne négocie secrètement des accords de libre-échange avec les Etats-Unis (TAFTA) et le Canada (CETA). S’ils étaient signés, les sociétés multinationales pourraient réclamer des compensations financières à tout pays membre ou collectivité qui, pour préserver la nature entre autres, entraveraient leurs profits.
Gaz de schiste, sables bitumineux, OGM, viandes aux hormones, volailles désinfectées au chlore, etc. Les citoyens de l’Union européenne n’en veulent pas et agissent depuis longtemps contre l’entrée ou l’exploitation sur le territoire européen de ces produits nocifs à l’homme et à la nature.
Pourtant, l’UE envisage de rendre possible ce que ses citoyens rejettent en grande majorité en négociant des Accords de libre échange avec les États-Unis (TAFTA ou TTIP) et avec le Canada (CETA). Les négociations sont menées dans le plus grand secret : ni les parlements nationaux ni le parlement européen n’y ont été conviés… Si ces Traités transatlantiques étaient adoptés, les Européens risqueraient de voir déferler dans leur environnement les produits toxiques venant d’Amérique du Nord… ou de payer très cher pour les en empêcher !
TAFTA & CETA = prééminence du commerce sur l'État de droit
Car le TAFTA et le CETA prévoient un mécanisme de règlement des différends entre les entreprises et les États par des tribunaux d'arbitrage privés. Dans la pratique, les multinationales pourraient porter plainte et réclamer d'importantes compensations financières contre les États et les collectivités qui, par l’application de leur lois ou leurs décisions, nuiraient à leurs profits.
Le TAFTA et le CETA ne serviront pas les intérêts des citoyens mais ceux des sociétés multinationales. Pire, si les Traités transatlantiques étaient adoptés, les États membres ne pourraient plus se retirer de ce contrat conclu par l’Union européenne…
Les gouvernements de l’UE doivent entendre les citoyens européens  et ne pas abdiquer pas face aux multinationales. Demandons leur de rejeter les inadmissibles Traités transatlantiques TAFTA et CETA !

Video - Le traité transatlantique (TAFTA) expliqué en quelques minutes

RT France :
Le veto du Parlement de la Wallonie devrait bloquer l'adoption du traité controversé de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada, qui doit être approuvé à l'unanimité par les pays de l'Union pour entrer en vigueur.
Une résolution demandant à la région de Wallonie de «maintenir son refus de délégation des pleins pouvoirs au gouvernement fédéral belge pour la signature de l'accord CETA [Comprehensive Economic and Trade Agreement] entre l'UE et le Canada» a été approuvée par une large majorité des députés wallons, en dépit de pressions inédites venues de Paris, de Bruxelles ou encore d'Ottawa.
«Je ne donnerai pas les pleins pouvoirs au gouvernement fédéral et la Belgique ne signera pas le CETA le 18 octobre», a déclaré le socialiste Paul Magnette, chef du gouvernement wallon, juste avant le vote sur l'acceptation de ce traité de libre-échange entre l'Europe et le Canada.
«Je ne prends pas ceci comme un enterrement [du traité], mais comme une demande de rouvrir des négociations, en souhaitant qu'elles puissent être entendues par les dirigeants européens», a nuancé Paul Magnette, en révélant avoir reçu ces derniers jours des appels téléphoniques notamment du président français François Hollande et du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.
Le chef de la diplomatie belge, le libéral Didier Reynders, avait tenté le 13 octobre de faire fléchir les députés wallons en pointant également le risque que la région de quelque 4 millions d'habitants soit isolée en Europe.
«Seuls les Wallons s'y opposent, les socialistes français et italiens et sociaux-démocrates allemands sont enthousiastes», a relevé le ministre fédéral des Affaires étrangères.

Les Premiers ministres français et canadien ont eux aussi vigoureusement défendu le 13 octobre le traité de libre-échange.
«Si dans une semaine ou deux, l'Europe est incapable de signer une entente commerciale progressiste avec un pays comme le Canada, avec qui l'Europe pense-t-elle faire affaire dans les années à venir ?», a critiqué Justin Trudeau, appelant à «démystifier» des craintes «générales».
La position définitive de la Belgique devrait être connue le 17 octobre, lorsque les représentants des différents gouvernements du pays se réuniront. Mais le veto wallon devrait pouvoir bloquer la ratification du CETA qui doit faire l'objet de l'approbation de tous les pays de l'Union européenne pour pouvoir déployer ses effets.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.