lundi 10 octobre 2016

10/10 - LA FRANCE VUE PAR LES CHINOIS :-) 




Il n'y a pas de quoi vraiment rire, je n'étais pas fière d'être française lorsque je voyageais dans le sud de la Planète. J'ai toujours été citoyenne du monde et ça m'a servie.

Il y a un livre connu " Quand la Chine s'éveillera... Le monde tremblera"

Hors nous n'assistons pas à l'invasion des chinois comme prévu, ce ne sont pas des conquérants, ils ont voyagé bien avant Christophe Colomb pour connaître, échanger...Par contre nous assistons à l'invasion de l'Islam que nous n'avons pas vu venir.
Je n'ai pas trouvé" " Quand la France se réveillera-t-elle ?

Les chinois ne sont méchants, médisant, mais lucides.
https://www.youtube.com/watch?v=cw4L3ME3PyI

Le texte de la vidéo :
Je vois, C'est une inversion des valeurs.
Leur économie est à l'image de leurs illusions libérales, le marketing, le trading, les compagnies d'assurances ne créent globalement aucune richesse. 
C'est évident.
C'est évident, mais ils ferment les hôpitaux, les crèches, les bureaux de poste, tout ce qui ne profite pas directement aux portefeuilles d'actions des privilégiés. 
C'est de l'autodestruction en puissance que font les médias et les politiques. 
N'y a-t-il personne pour tirer la sonnette d'alarme ?
Vous savez, les Français ne se soucient guère que du football et de la santé de Johnny Halliday.
Il fallait au moins ça, ah ah ah !!!
C'est vraiment pathétique. La propagande de masse et les médias ont réussi à les culpabiliser sur leurs acquis sociaux. Leurs acquis sociaux
Qu'ils ne doivent pourtant qu'à eux-mêmes.
Oui alors ils se laissent dépouiller, les travailleurs français n'ont pas conscience de leur haut niveau de compétitivité et de productivité. La France est immensément riche mais pas les Français. Tout à l'heure je parlais de leur dette faramineuse. Les français ignorent qu'elle provient uniquement de la confiscation de leur droit régalien de création monétaire. La France ne peut plus créer de l'argent pour elle-même mais seulement pour les banques privées lesquelles prêtent à leur tour cet argent avec intérêts à l'Etat Français. Voilà d'où vient la dette de la France.
Vos révélations sont inquiétantes. Les Français auraient un cerveau de cette taille-là ?
Oui, j'en parle dans mon livre, une majorité de Français seraient atteint par une pathologie nouvelle qui s'appelle le syndrome du larbin. Un larbin prend systématiquement la défense des classes les plus favorisées au détriment de celles dont il est issu. En France, il est courant que les individus militent pour supprimer l'impôt sur la fortune alors même qu'ils ne sont pas imposables.
Ha ha ha ha !!! 
Mais ce n'est pas tout. Les fins stratèges qui dirigent ces moutons refusent toute idée de protectionnisme. Ils préfèrent importer nos produits bas de gamme que de sauvegarder leurs emplois et leurs industries.
Ils sont dogmatiques.
Voilà pourquoi la France souffre d'un chômage de masse malgré une main d'oeuvre très qualifiée. De plus leur gouvernement est en train de leur augmenter leur durée de cotisation pour la retraite, ainsi en France, moins il y a de travail, plus on doit travailler.
C'est très logique.

Vénérable professeur Mehlang Chang, merci de nous avoir si bien résumé le mal profond qui affecte l'hexagone. La situation semble désespérée. Oui mais n'oublions jamais que c'est dans cette petite région du monde pendant la nuit du 4 Août 1789 que fut proclamée l'abolition des privilèges, mais que reste-t-il de cette flamme ?
----------------------------------
Il y a aussi celle-ci que j'ai publié récemment :
Le gouvernement terrien expliqué à un extraterrestre qui n’en revient pas.

Si vous n'êtes pas persuadés que des êtres d'autres planètes sont parmi nous, il y a des preuves. Et ceux qui en ont parlé ont, bien sûr été assassinés. Dans un article à ce jour, un vénusien, comme Anne Givaudan, qui a travaillé parmi nous et ils sont nombreux, heureusement. Il travaillait pour le Pentagone
----------------------------------


La route de la soie est une ancienne voie commerciale entre la Chine et l’Europe depuis le premier millénaire avant J.-C., elle relie la ville de Changan (Xian d’aujourd’hui) de Chine à la ville d’Antioche en Syrie médiévale (Turquie d’aujourd’hui). En fait c’était un faisceau de pistes par lesquelles transitaient les marchandises, et elle monopolisa les échanges d’entre la Chine et l’Europe pendant des siècles avant d’être remplacée par la voie maritime au XVe siècle.


On ne nous aurait pas tout dit !

ZHENG HE, LE CHINOIS QUI A DÉCOUVERT L'AMÉRIQUE...
Zheng He (1371 – 1433) est un eunuque chinois musulman et un explorateur maritime célèbre, que ses tribulations amenèrent jusqu'au Moyen-Orient et en Afrique de l'Est.
Hypothèse de la circumnavigation chinoise
Les explorateurs chinois n'ont pas eu la possibilité d'aller à la rencontre de divers souverains pour financer leur expédition, l'unité de l'Empire l'empêchant. Colomb a pu faire des démarches auprès de plusieurs souverains avant de voir son projet accepté et financé.


Et si un explorateur chinois avait « découvert » l’Amérique près d’un siècle avant Christophe Colomb ? C’est la thèse, plaisante, d’un historien britannique ; mais, étrangement, Pékin refuse jusqu’ici de la reconnaître.
La thèse est contenue dans un livre volumineux dont la version française vient de sortir : « 1421, l’année où la Chine a découvert l’Amérique », par Gavin Menzies, un ancien commandant de sous-marin dans la Royal Navy, devenu à sa retraite historien de la mer. De passage à Paris le mois dernier, l’historien a présenté à la Maison de la Chine (disclaimer : j’étais le modérateur du débat) le facsimile d’une carte ancienne, preuve absolue, selon lui, de l’antériorité des explorations chinoises sur celles des grands voyageurs européens, Colomb, Magellan, Vasco de Gama...
Ce qui est acquis, c’est que Zheng He, un ennuque Hui (musulman chinois) du Yunnan, nommé amiral de la flotte impériale par l’empereur Zhu Di (Yong Le), de la dynastie Ming, aura été, il y a six siècles, le premier grand explorateur maritime moderne. A la tête d’une flotte impressionante et au cours de sept grands voyages, il a franchi le détroit de ... Magellan 70 ans avant l’explorateur portugais, a longé la côte orientale de l’Afrique, a visité l’Indonésie, Singapour.


Lors d’une grande exposition à Pékin pour le 600ème anniversaire de ses explorations, en 2005, la Chine avait mis en valeur cet explorateur de génie, encore méconnu, soulignant au passage que, contrairement aux « autres » puissances de l’époque, la Chine n’en avait pas profité pour occuper d’autres pays... Mais Pékin s’était bien gardé de se prononcer sur la thèse de Gavin Menzies. Sans doute pour éviter de donner l’impression que la Chine, qui fait suffisamment peur comme ça, se mettait à revendiquer l’Amérique ! L’historien britannique attribue cette prudence chinoise à des rivalités entre historiens, mais il n’en démord pas. C’est l’analyse des cartes qui l’a conduit à conclure que Zheng He, et pas Christophe Colomb, avait « découvert » l’Amérique. Il raconte dans son ouvrage qu’il a découvert un jour une carte vénitienne de 1424 comportant des éléments géographiques précis sur Porto Rico et la Guadeloupe théoriquement inconnus à l’époque. « Cela voulait dire que quelqu’un avait observé ces îles avec précision quelque soixante-dix ans avant Christophe Colomb. Cette révélation semblait incroyable. Certes, Colomb n’avait pas vraiment découvert le Nouveau Monde, mais son voyage était considéré comme fondateur d’une nouvelle ère. Il marquait le moment où les Européens, menés par les Portugais, s’étaient lancés dans leurs grandes expéditions d’exploration, le début d’une insatiable expansion qui devait s’étendre sur toute la surface du globe et marquer les cinq siècles suivants ».
La Chine disposait des bâteaux et de l’expérience nécessaires
Conclusion de Menzies : « un seul pays disposait à cette époque des ressources matérielles, des connaissances scientifiques, des vaisseaux [voir en vignette ci-dessous le navire amiral de Zheng He comparé à celui, bien plus modeste, de Christophe Colomb] et de l’expérience de la navigation requis pour une telle expédition. C’était la Chine ». Un problème : après les grands voyages de Zheng He, un changement politique amena la Chine à se replier sur elle-même, à renoncer à s’ouvrir au monde et à s’y implanter à l’image des Européens quelques décennies plus tard. « Vers le milieu du XV° siècle, pratiquement toutes les cartes et tous les documents datant de cette période avaient été détruits par les autorités de la Cour impériale chinoise elle-mêmes, à la suite d’un revirement de leur politique extérieure ».


Depuis la conclusion de son livre, Menzies a découvert une carte chinoise, authentifiée par un laboratoire néo-zelandais, contenant tous les éléments qui figuraient sur les cartes européennes antérieures aux voyages de Colomb et des autres navigateurs. La preuve absolue, selon lui, que tout est parti de Zheng He. Gavin Menzies a même ouvert un site internet,www.1421.tv, sur lequel des centains de personnes apportent, dit-il, leur contribution à cette recherche mondiale d’indices du passage des explorateurs chinois. Au point de se demander, en annexe du livre, si les flottes de Zheng He ne sont pas arrivées jusqu’à ... Rouen ! Le plus intrigant, dans cette thèse, est que les Chinois eux-mêmes rechignent à accepter une nouvelle preuve de leur grandeur passée qu’un Anglais leur présente sur un plateau. Une preuve de plus, peut-être, de leur sagesse...
► Gavin Menzies, 1421, l’année où la Chine a découvert l’Amérique.Trad. Julie Sauvage, ed. Intervalles, 2007. 431 p., 25€.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.