jeudi 6 octobre 2016

06/10 - «UNE GUERRE MONDIALE CONTRE LA FAMILLE» :
LE PAPE FRANÇOIS POURFEND LA THÉORIE DU GENRE

Elle ne sens m^me pas gênée de sortir de telles âneries, elle a été choisie pour cela et est payée pour !

Le pape François accuse l'Education nationale française d'enseigner la théorie du genre. Et il a raison.
Revoir cette vidéo :
On m'avait dit qu'à partir du moment où je mettais mes enfants à l'école, je n'aurai plus la main sur leur éducation.
Si nous ne protestons pas, ils poussent le bouchon plus loin
Ma fille est enseignant, j'ai été choquée quand elle m'a dit qu'elle avait montré et parlé de préservatif en classe. Elle trouve cela normal, ils sont conditionnés pendant leurs études. Je ne la reconnaît plus. Toute l'éducation que j'ai donné à mes enfants semble pour l'instant avoir été du temps perdu.
Vous être nombreuses, vous les maman dans mon cas. ce que nous leur avons enseigné refera surface une fois que nous serons libérés de ces démons.
Aaron Russo - Rockefeller et Féminisme

Najat Vallaud-Belkacem, qui a répondu au pape sur la théorie du genre, "fait honte à la France"
La ministre de l’éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a réagi, lundi 3 octobre sur France Inter, aux allégations du pape François, regrettant « une parole légère et infondée » et invitant le chef de l’Eglise à « venir rencontrer les enseignants en France ».

Un autre ose dire que l'éducation nationale n'est pas responsable de ce que les éditeurs mettent dans les manuels scolaires, que c'est aux enseignant de trier !! On est chez les fous, ici ? !

Le pape François a accusé, dimanche 2 octobre, les manuels scolaires français de propager un « sournois endoctrinement de la théorie du genre ». S’exprimant devant les journalistes dans l’avion qui le ramenait à Rome après une visite trois jours dans le Caucase, le pontife argentin a raconté une anecdote rapportée par un père de famille français, effaré que son fils de 10 ans envisage de devenir une fille.
Selon le pape, ce père de famille catholique a raconté comment son fils, interrogé pendant un repas de famille sur ce qu’il voulait faire plus tard, lui avait répondu : « Etre une fille. » Selon les mots du pape François :
« Le père s’est alors rendu compte que dans les livres des collèges, la “théorie du genre” continuait à être enseignée, alors que c’est contre les choses naturelles. »

et ça, c'est quoi ?
Polémique sur «Zizi sexuel, l'expo»
Pétition. Plus de 35 000 signatures ont déjà été recueillies par SOS Education, qui dénonce l'exposition sur la sexualité destinée aux 9-14 ans. A la Villette, des parents la jugent plutôt instructive.
Faites vos recherches

Dénonçant une nouvelle fois la «colonisation idéologique» que représenterait la théorie du genre, le souverain pontife, rentrant à Rome d'un voyage dans le Caucase, a accusé les manuels scolaires français d'en faire la promotion.
Alors qu'il s'exprimait devant des journalistes dans un avion le ramenant à Rome depuis Bakou (Azerbaïdjan), dimanche 2 octobre, le chef de file de l'Eglise catholique a de nouveau pourfendu la théorie du genre, et plus particulièrement son enseignement dans les écoles... en France.
Pour illustrer son propos, le Saint-Père a raconté une anecdote rapportée par un père de famille français, dont le fils de 10 ans lui a annoncé, lors d'un repas de famille, qu'il souhaitait devenir une fille. «Le père s'est alors rendu compte que dans les livres des collèges, la "théorie du genre" continuait à être enseignée, alors que c'est contre les choses naturelles», a commenté le pape, selon l'agence AFP.
«Avoir des tendances homosexuelles ou changer de sexe est une chose [mais] faire un enseignement dans les écoles sur cette ligne» en est une autre, a poursuivi l'évêque de Rome, qui a pointé du doigt une volonté de changer les mentalités et une «colonisation idéologique».

Il avait tenu la veille, samedi 1er octobre, des propos similaires devant des membres de la communauté catholique de Géorgie : «Aujourd'hui, une guerre mondiale est menée pour détruire le mariage», avait-il déclaré en faisant référence à la théorie du genre.
Cette dernière est notamment basée sur l'idée selon laquelle les genres masculin et féminin sont de pures constructions sociales, ce qui impliquerait que chaque individu devrait pouvoir s'identifier au genre de son choix, sans tenir compte de considérations biologiques.

Une écervelée, jouet du pouvoir, accuse le pape :
Najat Vallaud-Belkacem et NKM contestent les accusations du pape
Peu après la révélation des propos du pape sur l'enseignement de la théorie du genre dans les manuels français, la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a fait savoir qu'elle «regrettait» la parole «légère et infondée» du chef de file de l'Eglise catholique. S'exprimant sur la radio France Inter, la membre du gouvernement a déploré le fait que sur des sujets «aussi sérieux», des «intégristes» entraînaient le pape dans leur «folie mensongère».
Une réaction saluée sur Twitter par le premier adjoint à la mairie de Paris, Bruno Julliard (Parti socialiste).

Les commentaires de Najat Vallaud-Belkacem sont en revanche apparus disproportionnés à l'abbé Grosjean, qui a contesté la capacité du pape à être influencé par des intégristes.

Les propos du souverain pontife ont néanmoins suscité la perplexité, également, de la candidate à la primaire de la droite Nathalie Kosciusko-Morizet. Sur les ondes d'Europe 1, celle-ci a déclaré qu'elle considérait que le pape était «allé un peu vite en besogne». «Les manuels scolaires je les regarde de près, j'ai deux petits garçons qui ont 11 ans et sept ans [...] et je n'ai jamais rien trouvé qui ressemble à la théorie du genre», a expliqué la députée de l'Essonne.
L'Education nationale française régulièrement accusée de promouvoir la théorie du genre
Peu avant la rentrée scolaire 2011, une polémique avait éclaté au sujet de chapitres de manuels scolaires consacrés à la théorie du genre. Les manuels en question respectaient une circulaire du ministère de l'Education nationale fixant le contenu du programme de Sciences de la vie et de la Terre, qui indiquait que celui-ci devait contenir un chapitre intitulé «Devenir homme ou femme».
Par la suite, sous la présidence de François Hollande, le gouvernement socialiste a été accusé à de nombreuses reprises par des associations ou médias de vouloir faire enseigner la théorie du genre aux écoliers français – ce dont il s'est toujours défendu. En 2013, notamment, l'éditorialiste du Figaro Yves Thréard avait accusé Najat Vallaud-Belkacem (alors ministre des Droits des femmes) de faire «de l'introduction de la théorie du genre à l'école l'un de ses combats». Un an plus tard, en janvier 2014, une campagne lancée par la militante antiraciste Farida Belghoul avait appelé les parents d'élèves à retirer ceux-ci des écoles publiques, au motif que le programme d'enseignement «ABCD de l'égalité» (visant à lutter contre le sexisme et les stéréotypes), mis en place par l'Education nationale, promouvrait la théorie du genre.
---------------------
La France a mauvais genre
14 oct. 2015
Le tribunal de grande instance de Tours a ordonné à l'état-civil de corriger l'acte de naissance d'une personne intersexuée et d’y apposer la mention «sexe neutre». Le directeur de publication de Valeurs Actuelles, Yves de Kerdrel, donne son avis.
Ceux qui croyaient les débats sur « la théorie du genre » définitivement enterrés sous les autres dossiers brûlants de l’actualité française en sont pour leur frais. Puisque, pour la première fois, dans notre pays, un tribunal de grande instance, et pas n’importe lequel - celui de Tours - a accordé à une personne née sans appareil génital complet le fait que son état-civil porte la mention « sexe neutre ». Cette personne aujourd’hui âgée de 64 ans, est donc le premier français à n’être ni un homme, ni une femme. Et le pire ce n’est pas tant que cet individu en fasse la demande. Le pire, c’est qu’une cour de justice composée de magistrats professionnels nommés pour dire le droit lui donne raison en faisant exister ce qui n’existe pas.
Un individu ne peut être qu’un homme ou une femme 
Alfred de Musset, grand écrivain du dix-neuvième siècle, a composé une pièce de théâtre dont le titre est : « il faut qu’une pièce soit ouverte ou fermée ». De la même manière un individu ne peut être qu’un homme ou une femme. Tous les scientifiques sont d’accord là-dessus. Qu’il s’agisse d’un homme qui se veut femme. Ou d’une femme qui se fait transformer en homme. Car lorsqu’il a été conçu il est né avec deux chromosomes X et X ou bien avec un chromosome X et un chromosome Y. Et n’importe qu’elle opération réalisée pour changer de sexe ou n’importe quelle orientation sexuelle pour vivre une sexualité différente ne fait pas de l’individu autre chose que ce qu’il est né. Sauf à rouvrir la boite de Pandore de la théorie du Genre que certains ont voulu répandre en France et qui consiste à dire qu’un enfant nait asexué et qu’il choisit lui-même son sexe en s’épanouissant.
Le fameux lobby LGBT a désormais tant de pouvoir en France à force de s’incruster dans tous les partis politiques
Heureusement cette affaire n’est pas close, puisque le vice-procureur du tribunal a décidé de faire appel devant le Tribunal d'Orléans qui procédera à un nouvel examen de la demande à une date qui n'est pas encore connue. Ce sont donc les pouvoirs publics qui ont estimé que cette décision de justice risquait d’ouvrir la porte à des demandes inconsidérées, à des arrêts encore plus fous, et de créer une jurisprudence d’apprenti sorcier. Malgré tout ce vice-procureur n’est pas un grand courageux. Puisqu’il a indiqué avoir fait appel « non pas par esprit d’opposition forcenée, mais pour connaître la position d’un autre niveau de juridiction ». Son souci était de ne surtout pas heurter le fameux lobby LGBT (Lesbien-gay-bi-et-transexuel) qui a désormais tant de pouvoir en France à force de s’incruster dans tous les partis politiques. Son rôle en tant que représentant du parquet, et donc de l’ordre public était au contraire de marquer une opposition forcenée.
Nous n’en sommes qu’au début d’un effondrement des piliers de notre civilisation
De cette décision qui fait bien mauvais genre il y a deux conclusions malheureuses à tirer sur l’état d’esprit qui règne actuellement en France. D’abord, depuis le vote du mariage homosexuel et l’introduction du débat sur la théorie du genre, la société française ne sait plus à quel saint se vouer sur des questions pourtant fondamentales qui relèvent de l’ordre humain et de l’anthropologie. Même les magistrats en viennent à ne plus avoir les coudées assez franches pour dire qui est un homme ou qui est une femme. Ensuite et c’est sans doute ce qu’il y a de plus préoccupant nous allons assister à la multiplication de ce type de saisines de la justice. Notamment à cause des cas de procréation médicale assistée et surtout de gestation pour autrui réalisées à l’étranger à la demande de couples homosexuels. Or désormais, si la France n’a pas encore légiféré dans ce domaine, la Cour Européenne des Droits de l’Homme, qui est un monstre juridique, a intimé l’ordre à notre pays de donner un état civil à ces enfants en leur attribuant de surcroit des parents qui ne sont pas les leurs. C’est dire si, dans ce domaine, nous n’en sommes qu’au début d’un effondrement des piliers de notre civilisation.
-----------------

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.