lundi 18 juillet 2016

+18/07 - TURQUIE : LA «TENTATIVE DE COUP D’ÉTAT»
EST HAUTEMENT ÉQUIVOQUE ET SUSPECTE.

Par Ian Greenhalgh le 16 juillet 2016 sur le site de Veteran Today

Nous ne gobons pas la version officielle – est-ce à cause de cette odeur de Reichstag en feu ?

Hitler a incendié le Reichstag pour consolider l’emprise nazie sur le pouvoir : est-ce qu’Erdogan a fait larguer une bombe nucléaire sur le parlement turc pour arriver au même résultat ?

Il va falloir du temps pour déterminer ce qui s’est ou ne s’est pas passé en Turquie hier (15 juillet) ; cependant, l’élément-clé à retenir de toute cette débâcle est que le dictateur Erdogan est toujours au pouvoir et que son emprise sur le pouvoir n’a pas été affaiblie par le «coup d’état», mais en est plutôt sortie renforcée, particulièrement en termes de support populaire parmi la population.

Les supports médiatiques tels que Dogan, Hurriyet et d’autres ont continué de fonctionner et de publier des informations pro-Erdogan, y compris de mettre à jour leurs sites internet, longtemps après qu’ils aient été supposément été envahis par les comploteurs.

Gordon (Duff) et moi passions en revue les sites d’information turcs pendant le déroulement de ce drame : ils ont continué à fonctionner et le ton de leurs reportages n’a pas varié d’un iota – il est resté fermement pro-Erdogan. En même temps, Gordon était sur Skype avec la sécurité kurde à Erbil et notre impression a été que le dirigeant kurde Barzani avait été prévenu à l’avance.

C’était un coup d’état très étrange, sans leader apparent, personne n’est apparu pour faire des déclarations au public ou pour essayer de réunir des soutiens ; il est clair que même durant un coup d’état, l’ego d’Erdogan ne tolérerait aucune critique de sa personne ou de son régime. Qui a mené ce coup d’état ? Nous n’en avons aucune idée car personne ne s’est manifesté. C’est la preuve flagrante que toute l’affaire n’était qu’une pantomime, un coup monté destiné à revigorer le régime d’Erdogan après qu’il ait subi toute une série d’échecs en politique étrangère. 

Civils pro-Erdogan debouts
sur un char de l’armée turque à Istanbul.
Un véritable coup d’état l’aurait accusé :
- d’avoir truqué les élections,
- fait ami-ami avec Israël,
- accepté des pots-de-vin de la monarchie saoudienne,
- trafiqué le pétrole volé par l’Etat Islamique en partenariat avec son fils et Barzani, l’homme fort des Kurdes,
- et, de manière plus insidieuse, d’avoir tué la «poule aux œufs d’or» en ratant l’accord sur les visas de l’UE en raison du Brexit.

Nous avons noté le rôle d’Erdogan dans :
- Le soutien aux attentats terroristes en France, aux côtés de ses partenaires Israël et l’Arabie Saoudite, peut-être même dans l’attentat de Nice, nous n’en sommes pas encore sûrs, mais certainement dans TOUS les autres.
- Le jeu des réfugiés en partenariat avec Merkel, qui a non seulement précipité le Brexit mais va assécher le plus grand marché de la Turquie, l’Union Européenne, dont il ne restera qu’une coquille brisée et vide. -
- Quant aux excuses adressées à la Russie, je vous en prie, nous n’y croyons pas un seul instant.

Si nous savons qu’Erdogan est derrière ces évènements, alors soyez assuré que n’importe quels véritables putschistes en Turquie sont au courant et qui plus est, ils auraient disposé des chaînes de télévision* qu’ils étaient censés avoir occupées pour proférer ces accusations et chefs d’inculpation contre Erdogan, mais au lieu de cela, nous n’avons eu droit qu’à une déclaration obtuse lue par un présentateur de télévision.

En 2013, 13 chasseurs-bombardiers F-16 ont été modifiés par Israël pour leur permettre d’emporter des bombes nucléaires, nous supposons que c’était un de ces avions qui a fait un passage à basse altitude au-dessus d’Ankara pour larguer une bombe nucléaire de faible puissance sur le bâtiment du Parlement ; en effet cette explosion était un coup de tonnerre éblouissant destiné à retenir l’attention des gens ; nul doute qu’il sera monté en épingle par le régime d’Erdogan en faveur de sa propre propagande dans les jours à venir. On a fait venir l’année dernière cinq spécialistes saoudiens formés en Israël à la base aérienne d’Incirlik dans le sud de la Turquie, apparemment pour superviser les missions aériennes saoudiennes ; pourtant aucune mission de ce genre n’a été menée, et aucun appareil saoudien n’est venu les rejoindre à Incirlik. Nous avons de bonnes raisons de croire que nous les avons vus à l’œuvre la nuit dernière. 

La boule de plasma de la bombe nucléaire qui a explosé
à l’extérieur du bâtiment du parlement d’Ankara la nuit dernière.

L’expert-maison de VT pour toutes les questions nucléaires, le physicien du Département de l’Énergie des États-unis et ancien inspecteur pour le nucléaire des Nations Unies (AIEA), Jeff Smith, a immédiatement été en mesure d’identifier l’explosion du bâtiment du parlement d’Ankara comme étant due à un petit engin nucléaire de faible puissance de 4ème ou 5ème génération, une bombe au deutérium de lithium utilisant très peu d’uranium et ne produisant pas d’impulsion électromagnétique (IEM) ou de retombées dangereuses mais produisant un grand bang et un éclair éblouissant.

Ne soyez pas surpris si Erdogan et ses amis des médias montent en épingle cette attaque sur le parlement à leur propre profit ; ils vont indéniablement faire de la propagande autour de cet évènement – un «incendie du Reichstag» destiné à renforcer l’emprise mortelle d’Erdogan sur le pouvoir en Turquie. Nous sommes très curieux de savoir s’il reconnaîtra l’usage d’une arme nucléaire, ce qui serait la première fois depuis Nagasaki en 1945 qu’un gouvernement y ait recours.

Traduction Patrick T.

Une belle occasion pour Erdogan de rétablir la peine de mort et se débarrasser de ses opposants. Il fait mine de s’assagir, de s'allier à la Russie, mais il mérite sa place au côtés des personnes dont la tête a été mise à prix. Il a très largement contribué à armer DAESH et à aider à l'invasion de l'Europe en envoyant des réfugiés en grand nombres dans les rangs desquels se trouvaient de nombreux djiadhistes.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire