mercredi 13 juillet 2016

13/07 - DALLAS - CONFIRMATION :

LES MEURTRES DE POLICIERS

SONT UN COUP MONTÉ ISRAÉLIEN.

 

Par Gordon Duff, rédacteur en chef le 8 juillet 2016
par Gordon Duff et Ian Greenhalgh
Cette vidéo est extraite du reportage en direct de Dallas de la chaîne Fox News, où un certain nombre d’officiers de police ont été tués par balles au cours d’une manifestation du mouvement Black Lives Matter (Les Vies des Noirs Comptent).
Soyez avertis que cette vidéo est descriptive et montre la mort d’un officier de police, la discrétion est recommandée.
Nous y voyons un homme en pantalon beige armé d’un fusil d’assaut échanger des coups de feu avec un officier de police, prendre l’officier à revers, l’approcher du côté opposé d’un pilier et tirer sur l’officier à bout portant, la balle traversant visiblement à la fois le torse de l’officier et son gilet pare-balles. 
Plusieurs réflexions vous viennent à l’esprit, d’abord, que faisaient les gens sur le toit d’un bâtiment qui surplombait opportunément la scène de crime ? Beaucoup trop pratique. Deuxièmement, contrairement à Charlie Hebdo et le «meurtre» simulé d’un policier français avec des coupures dans la vidéo, ici nous voyons en action une arme réelle montrant la détonation à la bouche de balles qui n’étaient que trop réelles. Ce policier est mort, et d’une façon particulièrement brutale, il a été exécuté devant des caméras en train de tourner.  
Tout cela pue l’opération psychologique et nous l’appelons de prime abord un coup monté, qui plus est un coup monté des plus flagrants.
Une fois de plus on nous présente un scénario plutôt improbable, selon lequel on nous demande de croire que des assaillants étaient capables de faits d’armes que même des exécutants chevronnés des opérations spéciales auraient du mal à accomplir.

Cette fois, on nous demande de gober qu’un jeune noir en colère a pris les armes pour tuer 11 officiers de police à partir d’une position en hauteur : improbable, infaisable, un tel acte demande des équipes de tireurs d’élite expérimentés – le même genre qui a été utilisé sur la place Maidan à Kiev il y a deux ans pour abattre aussi bien des policiers que des manifestants.

Un coup monté flagrant
Laissez-nous vous expliquer tout cela, au cours des dernières semaines Trump a fait des déclarations destinés à réduire à néant 45 ans de politique étrangère de l’Amérique au Moyen-Orient, il a unilatéralement décidé de son propre chef, en ne consultant que l’agent traitant que le Mossad et le crime organisé lui ont alloué, qu’il bloquerait personnellement l’institution de tout état Palestinien sous quelque forme que ce soit, sans consultation préalable avec quiconque, ni avec le Congrès, ni avec l’OTAN et certainement pas avec les Nations Unies ;  mais il va même plus loin, la loi internationale exige la fin de toutes les colonies de Cisjordanie – il s’agissait de crimes de guerre, de violations des Conventions de Genève, de purification ethnique, de ségrégation – d’un holocauste. Il semble que les intentions du patron de casinos Sheldon Adelson et les ennuis financiers secrets de Trump (il y a une bonne raison pour qu’il garde le secret sur ses impôts) se soient transformés de bouffonnerie en grabuge qui s’est maintenant exprimé dans les rues de Dallas.
Il s’agit de la tentative de la dernière chance pour arrêter la dissolution de Trump par ses amis de la Mafia khazar.
Nous avons un président noir, un Congrès qui n’a le soutien que de 12% des citoyens, une tentative de lynchage ratée d’Hillary Clinton, financée par les Israéliens, et un Parti Républicain désespérément en lambeaux. Les Catholiques l’ont déserté, la classe moyenne supérieure l’a déserté, les agriculteurs l’ont déserté. Trump est en train de bâtir une coalition de 98% de blancs, sous-employés et désabusés plus un certain nombre en train de fondre rapidement de ceux qui admiraient son approche « pleine de cran » et qui ne mâchait pas ses mots.
L’essentiel de la presse l’avait fui et nous savons que cette presse est contrôlée par les Israéliens et ceux qui prétendent l’ignorer sont fous ! Donc qu’est-ce que cela nous apprend ? Le « Mossad » ou quelqu’un représentant la partie malveillante de la CIA, les Likoudistes israéliens qui ne sont manifestement pas soutenus par les grands médias de la presse israélienne, ne le soutiennent plus – ils sont allés aussi loin que cela.
Avec l’aide d’Adelson et de l’argent saoudien, soutenu par les cartels de la drogue qui ont dans leur poche cinq membres de la Cour Suprême et qui soutiennent le Parti Républicain …

Guerre raciale
Prenons un moment pour parler de la police. Les familles des officiers massacrés ont tout notre soutien et notre sympathie, cependant la police n’a rien d’innocent. Depuis la débâcle du 11 septembre, et soyons clairs sur le fait que ce n’est pas le PNAC* qui a conçu le projet du 11 septembre, cela a commencé avec la Federalist Society ; il s’agit de la prise de contrôle du gouvernement américain par le crime organisé et le gang bleu est la plus grande entreprise du crime organisé aux Etats-Unis.
*Project for the New American Century (Projet pour le Nouveau Siècle Américain), groupe de réflexion néoconservateur américain. (NdT.)

Il se trouve qu’au départ seuls les cartels de la drogue dirigeaient les services de police, ensuite la police est devenue la main armée des banques. Après «l’élection» de 2000 – et il n’y pas eu vraiment d’élection en 2000, les gangsters à la solde de Bush ont démantelé la Constitution, éliminé le Posse Comitatus* et déclaré la loi martiale, rien de tout cela n’aurait été possible sans militariser la police et sans envoyer systématiquement chaque responsable de la police à tout niveau du pays en Israël. Aucun d’entre eux n’aurait jamais dû être autorisé à revenir dans le pays. Qui croyez-vous a ordonné à des douzaines de services de police de tuer au hasard des citoyens noirs désarmés, et dans quel but ? Au profit de qui ? 
*Posse Comitatus (littéralement pouvoir du comté, le premier niveau du pouvoir politique aux Etats-Unis) : principe de droit selon lequel le pouvoir politique est prééminent par rapport au pouvoir militaire et qui interdit à ce dernier d’intervenir dans les affaires politiques (exécutives et législatives) et judiciaires. (NdT.)
En 2005, Israël contrôlait non seulement la presse, non seulement la Maison Blanche, non seulement la Cour Suprême, non seulement le Congrès, non seulement le Pentagone, non seulement la Réserve Fédérale, il contrôlait les élus locaux, Adelson ayant acheté (par des dessous de table) l’un après l’autre tous les gouverneurs, les états, comtés, villes, même les banlieues, même les districts scolaires, c’était la raison d’être de la Federalist Society. Examinez de près le Potomac Institute, les Fondations Jamestown et Héritage, l’American Enterprise Institute, la Chambre de Commerce des Etats-Unis et bien sûr la Federalist Society, et vous verrez la véritable entité Bilderberg/Illuminati diriger en pleine lumière aux Etats-Unis une force de police militarisée de 800.000 hommes sous le contrôle du Département de la Sécurité Intérieure (Homeland Security) – qui depuis sa création et jusqu’aujourd’hui, sous contrôle israélien, menace les vies et les biens de tous les Américains, quelle que soit leur croyance ou leur couleur de peau. Tout ce qui s’est passé à Dallas était leur oeuvre : un coup monté de plus, un autre Charlie Hebdo.

Un détail à noter, regardez les casques, les véhicules blindés et les armes automatiques qui sont apparus pour écraser les manifestants d’Occupy Wall Street ?
Est-ce que Dallas a égaré son arsenal du Département de la Défense ?  

Traduction Patrick T.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire