vendredi 18 décembre 2015

18/12 - DE GAULLE NE SERAIT PAS D’ACCORD
QU’ASSELINEAU (UPR) L’UTILISE POUR SON ASCENSION.
IL N’EST PAS LE SEUL À UTILISER
L’IMAGE DE DE GAULE PAR AMBITION !

JE VOTE POURTANT POUR COLUCHE
ou pour MOI que je connais bien.
Arrêtons de donner notre pouvoir aux politiques. Nous n'avons toujours pas compris et pourtant Coluche a payé pour nous l'avoir très bien expliqué avec humour. Un coup à droite, un autre à gauche, puis au milieu... ce sont tous les mêmes pour l'instant. Les bons sont assassinés.

C’est la stratégie d’Asselineau d’utiliser les compétences des gens et de les jeter quand il a peur qu’ils leur fassent de l’ombre.
Demandez par exemple à cet ancien secrétaire que j’ai connu ainsi qu’Asselineau quand je représentais en France un parti qui se présentait contre Sarkozy. Nous étions, à l’époque, chacun exploités par des arrivistes faisant croire qu’ils voulaient libérer le peuple alors qu’ils ne rêvaient que d’une place au soleil.
Erick Mary, ancien secrétaire d’Asselineau,. Dans un article de Sputnick :
«De l'UPR à la FFI 2.0.» François Asselineau est un homme politique qui touche son salaire d'Inspecteur Général des finances au plus haut grade de l'administration. Pour réellement être proche du peuple et pour être en phase avec son vœu d'être l'homme providentiel afin d'embrasser un éventuel destin historique, il devrait avoir le courage de sauter dans l'action politique comme de Gaulle en brisant son carcan d'énarque et pour commencer:de vivre avec le RSA !».
.............. «Ce sont les Algériens, lors d'un séjour en Algérie, qui m'ont appris l'amour de la France. En France, la propagande nous a inculqué que les Français étaient des réactionnaires racistes, qui tapaient sur les travailleurs immigrés

http://fr.sputniknews.com/french.ruvr.ru/2013_09_12/FFI-2-0-La-France-est-occupee-sa-destruction-programmee-2552/

---------------------------------
Asselineau, le Rapace, face à un homme
qui voulant bien faire tombe dans son piège.
Asselineau utilise des personnes qui peuvent lui amener des voix
C’est le tour de Régis Chamagne.
Désenchantement de Régis Chamagne à l’U.P.R
24 MAI, 2015
(voir article au même jour)
Nous avons appris ce samedi 23 mai 2015, que deux cadres importants de l’U.P.R ont été exclus ou ont quitté le Bureau National de l’U.P.R. Certains découvrent peut-être aujourd’hui cette formation politique, bien qu’elle ait fêté récemment ses huit années d’existence, mais beaucoup d’autres malgré la censure des grands médias suivent avec intérêt les conférences données par son président-fondateur François Asselineau, ainsi que celle des deux membres actuellement mis à l’écart que sont le Colonel Régis Chamagne et Yannick Hervé.
Asselineau utilise des infos que beaucoup connaissent pour s’attirer les suffrages.
Cette mise à l’écart n’a en soi rien d’étonnant pour ceux qui connaissent bien le fonctionnement de cette formation politique. François Asselineau, bien qu’étant un intellectuel sérieux et un remarquable pédagogue sur l’économie, l’histoire ou la géopolitique, n’en reste pas moins un autocrate imbu de lui-même, (puant de prétention, je dirais sans exagérer, il ne montre que des graphiques attestant de son taux d’audience sur internet lors de ses conférence. Comment les gens peuvent-ils être naïfs à ce point et ne pas comprendre son but réel ?) ; Il a le souci constant de lisser son image et celle de son parti, pour mieux courtiser des grands médias qui de toute façon refusent de l’inviter. Par ailleurs, le bonhomme est très confiné dans son mode de vie de bourgeois parisien, et rêve de prendre la relève de Charles de Gaulle face à l’Histoire. Mais François Asselineau n’a pas les qualités nécessaires pour se faire aimer et susciter l’enthousiasme de ses militants les plus actifs, cela contrairement au vieux Général – pour qui nécessité faisait loi – qui considérait l’esprit d’initiative et l’auto-gestion des cellules résistantes et plus tard ses militants, avec beaucoup de bienveillance. Or, la conquête du pouvoir nécessite forcément de respecter et encourager ses militants les plus actifs, plutôt que de les écarter constamment, ce qui est le propre de l’UPR depuis le début de son existence.

Régis Chamagne pour sa part, est un esprit discret peu sensible aux polémiques, mais n’en reste pas moins fermement attaché à son indépendance et ses valeurs morales propres. Ce qui a sans doute motivé sa décision de se retirer lui-même du Bureau National, suite à l’exclusion pour le moins contestable de Yannick Hervé qui a eu le tort d’avoir été plus activiste que simple militant dans la cause et les valeurs défendues par l’U.P.R. Nous relayons ici le point sur la situation que Yannick Hervé a donné sur sa page facebook :
J’ai appris avec surprise (pas de courrier de mise en demeure préalable) que le BN de l’UPR avait choisi de m’exclure du mouvement par un vote internet autour du 8 mai. J’en ai eu connaissance par le Secrétaire Général le 22/05 vers 21 h sans connaître la date du Bureau National ayant pris la décision.
Mon petit doigt m’a dit que la décision a été prise à une courte majorité et après deux tours (sous pression de FA) contrairement à ce que FA veut faire croire (comme pour toutes les autres décisions du BN) autour du 8 mai.
Cette exclusion ne respecte ni les statuts ni la jurisprudence des droits de la défense. Mais cette partie a été confiée à mon avocat pour une assignation et réparation.
Les raisons invoquées, sans preuve apportées ni référence aux statuts ou la loi, pour mon éviction sont les suivantes :
- violations graves et répétées de la Charte,
- contestation publique des décisions du Bureau national,
- refus d’obtempérer aux mises en garde et avertissements formulés par le Président et le Secrétaire général,
- attaques publiques, virulentes et tous azimuts à l’encontre du Bureau National et de son Président (page Facebook et échanges électroniques à tous les responsables),
- menace de saisir la justice à l’encontre de l’UPR…
On me reproche des agissements coupables qui dateraient de plusieurs mois alors que j’ai été nommé délégué régional le 10 octobre 2014 et coordinateur grande région le 11 février 2015. Ils doivent être masochistes.
Bien sûr tous ces griefs ne sont que purs fantasmes.
La raison réelle et profonde est que j’étais trop efficace et un peu trop de gauche aux yeux de François Asselineau qui voit en moi, à tort, une menace potentielle. Mes actions en relation avec les militants étaient trop «démocratiques» et mobilisantes.
De plus, crime de lèse majesté, et en respect de nos statuts notamment son article 11 qui stipule que le Conseil National (assemblée du BN et des délégués) définit la stratégie du mouvement, j’ai eu l’outrecuidance de proposer des points à l’ordre du jour (pour discussion) sur l’amélioration du fonctionnement interne et sur la stratégie de développement du mouvement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.