mardi 15 décembre 2015

15/12 - SYRIE : ALERTE À LA MALADIE
DÉVOREUSE DE CHAIR.

Les cadavres des victimes de Daesh abandonnés dans les rues ont favorisé la prolifération d'une maladie provoquant de sévères lésions cutanées : la leishmaniose.
«Voilà le résultat des crimes abominables de Daesh. Le fait qu'ils aient tué des innocents et qu'ils aient laissé leurs corps dans les rues est la principale cause expliquant la propagation rapide de la leishmaniose», s'offusque Dilqash Isa, responsable du Croissant Rouge Kurde auprès de Rudaw News.

L'Etat Islamique est littéralement dévoré de l'intérieur. En 2012, 53 000 cas étaient répertoriés dans toute la Syrie. En 2014, 22 365 cas étaient recensés pour la seule ville d'Alep.
C'est une menace à laquelle Daesh n'avait sans doute pas pensé, en ne se préoccupant pas des cadavres laissés dans son sinistre sillage. Pourtant, ce sont bien les corps en décomposition de ses victimes qui ont permis la prolifération des parasites porteurs de la leishmaniose, une maladie mangeuse de chair.

Les symptômes cutanés provoqués par les piqûres sont particulièrement impressionnants : larges plaies purulentes, ulcérations, gonflements... Non traitée, la maladie est mortelle. Et pour les survivants, la rémission est longue : un an est parfois nécessaire pour éliminer les symptômes, qui laisseront des cicatrices indélébiles.
Les combattants kurdes ont bien vu le lien entre les atrocités commises par Daesh et la prolifération de la maladie. Ils expliquent avoir repéré les premiers cas d'infection quand les atrocités et les massacres ont commencé à se généraliser en Syrie.
«Cela fait quatre ans que nous nous battons sur le terrain et il est clair que, pour nous, cette maladie a émergé des zones de combat de Tal Hamis, Hon et Qosa», a confié à Rudaw News un combattant qui n'a pas souhaité divulguer son identité.

Pénurie médicale
Les conflits sans interruption depuis 4 ans n'arrangent pas la situation. La guerre multiplie les cadavres et les foyers d'infection, tout en ravageant le système de santé syrien.
Plus de la moitié des hôpitaux publics sont incapables de fonctionner et dans les zones contrôlées par Daesh, les hôpitaux manquent cruellement de personnel médical qui, dans la plupart des cas, s'est enfui.
L'aide médicale internationale est également confrontée à de grandes difficultés pour venir en aide aux Syriens car elle fait régulièrement l'objet de menaces et d'attaques de la part des terroristes de Daesh.

Selon l'OMS, plus de 13 millions de Syriens ont un besoin urgent d'assistance humanitaire.

Article de RT France – Photos et vidéo:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.