samedi 23 mai 2015

23/05 - DU NOUVEAU EN IRAK AIDÉ PAR LA RUSSIE.


Les avions de la coalition seront abattus, avertissent les forces irakiennes.

Quand il est question ici des américains, il ne s’agit pas du peuple américains ni d’Obama, mais des forces de l’ombre qui ont pris possession de ce pays.
Prions pour les Irakien et une fin de conflit dans ce merveilleux pays. La prière est bien plus forte que nous le pensons dans les pays occidentaux.

Les forces de la mobilisation  populaire en Irak ne se contenteront plus de dénoncer les largages d'armes ou d'aides par les avions de la coalition conduite par Washington au groupe terroriste takfiriste Daech. Une décision vient en effet d'être prise pour abattre tout avion de la coalition en train de fournir une assistance logistique aux terroristes dans les zones de conflit.

"Quelles que soient les répercussions, tout avion de la coalition tentant d'aider les terroristes sera abattu par les forces de la mobilisation populaire", a révélé une source proche de ces forces paramilitaires, faisant état d'une possible annonce publique de cette décision dans les prochaines heures.

Cette décision intervient deux jours après le largage d'armes au-dessus de Falloujah, ville soumise au contrôle de Daech, d'après une source militaire irakienne s'exprimant au journal libanais al-Akhbar.

Des surprises sur le terrain
Entretemps, et toujours selon al-Akhbar, un commandant éminent des forces de la mobilisation a fait état du "prochain recours à des armes sophistiquées* qui seront utilisées pour la première fois dans la bataille de Ramadi. Ces armes surprendront autant les amis que les ennemis", a-t-il dit, soulignant qu'il n'existe pas de lignes rouges pour remporter la bataille de Ramadi.
* Il existe des armes sophistiquées qui nous sont inconnues et que certains pays possèdent. Ceux de l'ombre les utilisent. Jusqu'à maintenant ceux qui sont du bon côté ne le font pas. (La Russie, l'Iran)

Ce commandant a refusé de divulguer la nature de ces armes ou les pays d'origine. Il s'est contenté d'affirmer que "les bombardements sur les quartiers seront intenses vu que la majorité écrasante de la population de cette région a fui ailleurs".

25 mille combattants de la mobilisation
En effet, le nombre des combattants des forces de la mobilisation a atteint jusqu'à mercredi matin près de 25 mille combattants dans la base militaire de Habbaniya. Ils seront répartis plus tard dans les zones de conflit.

Selon cette source, le service de la lutte antiterroriste et les forces Badr seront chargés du front de la ville de Ramadi, alors que les brigades du Hezbollah seront déployées à Falloujah, les brigades Ahlulhaq et le commandement des opérations de Bagdad à Karma, et le front de Nakhib relèvera de la responsabilité des brigades Assalam et al-Abbas, avec l'aide de la police fédérale.

Le cours de la bataille aura pour objectif premier de couper les voies de ravitaillement de Daech,  et de sécuriser les alentours de la base de Habbaniya qui servira de commandement général des opérations militaires.

Selon un commandant militaire irakien, s'exprimant sous le couvert de l'anonymat, la chute d'al-Anbar aux mains de Daech est survenue suite à la complicité de certains dirigeants de la police locale avec Daech, les premiers ayant déserté leurs postes militaires. Parallèlement, la vigilance des factions de la résistance a éloigné les menaces sécuritaires contre la capitale Bagdad et Kerbala. 

De nouveaux déplacés
Pendant ce temps, des milliers d'Irakiens ont continué de fuir Ramadi et Al-Anbar vers la capitale Bagdad et autres provinces. Ils tentent de se mettre à l'abri des exactions de Daech qui a exécuté plus de 600 personnes à Al-Anbar accusées de "désobéissance et de complicité avec le gouvernement"!

Selon  le commissariat aux droits de l'homme irakien, Daech a également lapidé des femmes et emprisonné des fumeurs! Fadel el-Gharaoui, membre du commissariat, Daech a commis un génocide contre les habitants d'al-Anbar. En plus des fosses communes découvertes, et des biens confisqués.

Haydar Al-Abadi : "des comportements américains me provoquent"
Dénonçant la politique américaine dans la lutte contre Daech, le Premier ministre irakien Haydar Al-Abadi  s'est dit mécontent et étonné de certains agissements US et de la situation de l'armée irakienne. "Des centaines de véhicules militaires ont fui Ramadi à cause des craintes de soldats et des rumeurs. Ils ont peur de la reprise du scénario de la base militaire de Spiker", a rapporté un commandant des forces de la mobilisation populaire ayant rencontré Al-Abadi .

Selon lui, le Premier ministre a affiché son mécontentement face aux comportements américains qui posent beaucoup de questions sur les factions des forces populaires, le mode d'action et de coordination.

Au cours d'une séance gouvernementale, huit décisions liées à la lutte contre Daech ont été prises: ouvrir la porte aux bénévoles, sanctionner les déserteurs,  donner le feu vert aux forces de la mobilisation pour participer aux combats d'al-Anbar, entrainer la police locale pour prendre le contrôle de la ville après sa libération, pourchasser ceux qui propagent les rumeurs… 

"La Russie doit s'impliquer davantage contre Daech"
   La Russie doit s'impliquer davantage contre Daech, a par ailleurs déclaré ce jeudi le Premier ministre irakien Haider al-Abadi lors d'une rencontre à Moscou avec son homologue russe Dmitri Medvedev.

   Le terrorisme "évolue et prend de nouvelles formes. Tout cela exige une attention accrue de la part de la Russie et nous sommes impatients d'intensifier notre coopération" avec Moscou, a déclaré Abadi, cité par l'agence de presse russe Interfax.

    "Nous attachons une grande importance à nos relations avec la Russie, nous estimons que ces relations ont de l'avenir et je pense que notre visite en est la preuve", a-t-il ajouté.

   Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a salué l'arrivée de son homologue irakien pour sa première visite à Moscou, au cours de laquelle il doit également rencontrer le président Vladimir Poutine.

   "Nous chérissons nos relations avec l'Irak (...) Les relations bilatérales sont aujourd'hui en train de se renforcer"", lui a assuré Medvedev, estimant que la visite d'Abadi "confirmait la détermination des dirigeants irakiens à poursuivre leur coopération" avec la Russie.

   Moscou a fourni à l'Irak en août plusieurs hélicoptères de combat Mi-28,  peu après lui avoir envoyé des hélicoptères Mi-35 et des avions de chasse Su-25, utilisés pour combattre les terroristes.
---------------------------

LA MARJEIYA D’IRAK POUR UN PLAN "SOLIDE ET PRÉCIS" CONTRE DAECH
La plus haute référence religieuse chiite en Irak (la marjeiya) a appelé à la nécessité de mettre en place un plan solide et précis pour purifier l'Irak du groupe terroriste Daech et d'autres milices armées qui ont pris le contrôle de la ville de Ramadi, au centre d'al-Anbar.

Le porte-parole de l'ayatollah Sayed Ali Sistani, cheikh Mahdi Kerbalaï, a lancé un appel à toutes "les personnalités patriotiques pour résoudre les questions sécuritaires et militaires et commencer à purifier les territoires irakiens de tous les terroristes".  

L'offensive à Ramadi  "dans les prochains jours"
Sur le terrain, l'offensive que préparent les troupes gouvernementales irakiennes avec le soutien de forces paramilitaires, pour reprendre la ville de Ramadi au groupe Daech sera lancée "dans les prochaines jours", a indiqué ce vendredi un porte-parole militaire.

   "Une préparation pour Al-Anbar est nécessaire parce que l'opération ne sera pas facile", a déclaré Ahmed al-Assadi, un porte-parole des Unités de mobilisation populaires.

   "L'opération ne commencera pas dans les prochaines heures mais dans les prochains jours", a-t-il dit.
   "Cette vaste opération impliquera des dizaines de milliers de membres des forces de sécurité et des Unités de mobilisation générale", a dit  Assadi,  également député du parti Dawa du Premier ministre Haider al-Abadi.

   L'EI "est partout dans la ville, ils ont saisi beaucoup d'armes. On cherche maintenant à acquérir des armes plus modernes et plus lourdes", a-t-il indiqué à l'AFP.

   Le porte-parole a indiqué que l'objectif premier était de stopper toute nouvelle avancée à l'est de Ramadi des terroristes qui ont pris dimanche le contrôle total de cette ville, chef-lieu de la province d'Al-Anbar située à une centaine de kilomètres à l'ouest de Bagdad, infligeant un sévère revers aux forces pro-gouvernementales.

   Une contre-attaque rapide est indispensable pour ne pas laisser le temps aux terroristes de poser un peu partout à travers la ville des bombes qui rendraient l'avancée des forces gouvernementales beaucoup plus risquée.

------------------------------

IRAK: COMMENT UN MOINE DOMINICAIN A SAUVÉ 800 MANUSCRITS DES GRIFFES DE DAECH
"Najeeb, tu vas nous faire tuer avec tes archives!" Au point de passage entre l'Irak et le Kurdistan, des balles sifflent. Mais le frère Najeeb n'a qu'une obsession: sauver ses manuscrits "avant l'arrivée de Daech".
   Alors que Daech vient de s'emparer de Palmyre en Syrie, faisant craindre pour ses trésors archéologiques, Najeeb Michaeel, un frère dominicain irakien de passage à Paris, raconte à l'AFP comment il a exfiltré en août dernier 800 manuscrits irakiens du XIIIe au XIXe siècle vers le Kurdistan.

"Il fallait absolument que ces manuscrits, conservés dans la bibliothèque des Dominicains à Mossoul puis à Qaraqosh, échappent aux destructions systématiques du patrimoine culturel non musulman", dit-il. Ils sont un bout de mémoire du berceau de l'humanité, la Mésopotamie.

Le fonds comporte des textes d'histoire, de philosophie, de spiritualité chrétienne, musulmane, de littérature ou de musique, écrits en araméen,  syriaque, arabe ou arménien.

Ces manuscrits, exceptionnels par la calligraphie et l'enluminure, signent également la présence chrétienne très ancienne entre le Tigre et l'Euphrate.

Selon l'historienne française Françoise Briquel-Chatonnet, "il existe à ce jour dans le monde une cinquantaine de manuscrits identifiés écrits en syriaque, la langue des chrétiens de cette région, datant d'avant l'installation de l'islam sur les mêmes terres. La plupart sont conservés à la British Library à Londres. Le plus vieux date de 411".
   
 Noyés dans l'exode
   Ceux de la communauté dominicaine de Mossoul ne sont pas tous aussi vieux.  Mais "ils sont comme un pont entre les civilisations, ils témoignent du passé et disent beaucoup de choses du présent", souligne frère Najeeb.
   Des fac-simile de grande qualité de sept d'entre eux sont exposés aux Archives nationales à Paris jusqu'au 24 août, dans le cadre de l'exposition "Mésopotamie, carrefour des cultures".

 Fin juillet 2014, une dizaine de jours avant la chute de Mossoul et Qaraqosh, deux villes du nord de l'Irak où résidait une grande partie de la communauté chrétienne irakienne, Najeeb Michaeel sent le vent tourner.

   "Nous avons évacué en camion une bonne partie des manuscrits de Qaraqosh vers Erbil, au Kurdistan, qui est à 70 km", raconte-t-il.

   Le 7 août, les derniers moines encore présents à Qaraqosh sont contraints de fuir eux aussi pendant que le groupe terroriste prend possession de leur ville. "Nous étions noyés dans l'immense exode des populations chrétiennes et
yezidies qui fuyaient massivement pour se réfugier à Erbil" se souvient le religieux.

   "On pouvait voir le drapeau noir de Daech au loin. Nous étions protégés par les peshmergas armés (soldats kurdes, NDLR), mais ils n'ont pas laissé passer notre voiture à la frontière. Alors, j'ai commencé à sortir les cartons de
manuscrits de la voiture et à les confier aux gens qui passaient".

   "Des balles ont sifflé au-dessus de nos têtes, et j'ai pensé que nous allions mourir" ajoute Watheq Qassab, un Irakien travaillant pour la communauté des Dominicains à Mossoul et Qaraqosh.

   Ce jour-là, Daech a laissé passer les réfugiés sans tirer et tous les cartons ont fini par arriver à bon port, sécurisés dans un endroit discret.
   "J'ai porté six boîtes, c'était lourd, je ne pouvais pas courir. C'est là que j'ai dit à Najeeb +tu vas nous faire tuer avec tes archives!+ Heureusement,  une voiture nous attendait du côté kurde de la frontière", ajoute Watheq.
   
Numérisés
Héritier de la tradition savante des Dominicains, dont la devise est "contempler et transmettre ce qu'on a contemplé", Najeeb avait lancé depuis plusieurs années une vaste entreprise de sauvegarde des manuscrits anciens de
Mossoul. Au lieu de copier, comme au Moyen-Age, le moine du XXIe siècle numérise sur disque dur.

  "Depuis 1990, nous avons numérisé au total 8.000 manuscrits de la région.  Mais aujourd'hui la moitié des originaux n'existent plus, détruits par Daech", dit-il, en se désolant aussi de la destruction des grands sites archéologiques de Nimroud et de Hatra.

En Irak, les religieux n'ont pas sauvé que des manuscrits chrétiens. "Ce sont des moines qui ont transcrit par écrit les deux livres sacrés des yezidis,  le peuple de tradition orale" persécuté par Daech, souligne le frère Najeeb.

Il a lui-même traduit en français le "livre noir" (Mushaf Rash) et le "livre des Révélations" (Algalwah), dans le cadre d'une thèse sur les yezidis qu'il prépare avec l'université de Fribourg en Suisse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.