samedi 2 mai 2015

02/05 - ALERTE À LA RADIOACTIVITÉ EN EUROPE :
LA FORÊT BRÙLE À TCHERNOBYL.
ENCORE DU TRÈS LOUCHE !

Selon un expert, la radiation de Tchernobyl peut de nouveau se propager en Europe en raison des incendies de forêt.
L'incendie de forêt qui ravage depuis le 28 avril plus de 300 hectares non loin de la centrale nucléaire accidentée de Tchernobyl, risque de provoquer une nouvelle contamination radioactive, a déclaré mercredi Timothy Mousseau, professeur de biologie à l'Université de Caroline du Sud (Etats-Unis).
"Le problème est que cette région est contaminée par la radiation et elle le restera encore longtemps. Les feux de forêt précédents ont provoqué la propagation secondaire de 8% des radiations émises lors de la catastrophe à la centrale de Tchernobyl. L'incendie actuel est plus grave et il risque de diffuser encore plus de radiations dans l'air. Beaucoup dépend de la direction du vent. (…). Les flammes pourraient atteindre les secteurs les plus radioactifs, notamment la Forêt orange située près du réacteur", a indiqué M.Mousseau à la chaîne de télévision RT.

La zone d'exclusion de 30 km autour de la centrale de Tchernobyl, théâtre d'un des plus graves accidents nucléaires de l'histoire en 1986, est couverte de forêts. Tchernobyl se trouve à 100 km de Kiev et à environ 700 km de Moscou et de Varsovie. 
"Cette fumée est radioactive. Si les incendies continuent de se propager vers le nord, la situation risque d'empirer. C'est un problème international qu'il faut régler. Il faut décontaminer tout le territoire au lieu de s'attaquer uniquement aux régions proches du réacteur", a noté l'expert.

Ukraine: les pompiers combattent les feux de forêt dans la zone de Tchernobyl
Le service ukrainien des Situations d'urgence a auparavant annoncé que n'aurait pas d'incidence sur le niveau du rayonnement de fond dans la région. Selon le service, le sarcophage qui couvre les débris du quatrième réacteur de la centrale n'est pas menacé.
L'explosion qui a détruit le 4e réacteur de la centrale de Tchernobyl dans la nuit du 25 au 26 avril 1986, a provoqué la contamination radioactive d'une zone de 160.000 km² dans le nord de l'Ukraine, l'ouest de la Russie et le sud-est de la Biélorussie. Des produits radioactifs ont été rejetés dans l'atmosphère, formant des nuages radioactifs qui ont survolé toute l'Europe et provoqué la contamination de plusieurs pays.
Un sarcophage en béton et acier haut de 50 m a été construit sur le site en novembre 1986. Les travaux de construction de la nouvelle enceinte de confinement pour la centrale de Tchernobyl se déroulent en Ukraine depuis le 26 avril 2012.



Le ministre ukrainien de l’intérieur Arsen Avakov n’exclut pas la piste de l’incendie criminel.
Les interlocuteurs du quotidien ukrainien Vesti supposent que le feu a pu se déclarer dès le 26 avril, soit le jour anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl.
De nombreux Ukrainiens craignent que l’incendie ne s’étende à la centrale nucléaire

«La situation est sous contrôle, mais il s’agit du plus important incendie depuis 1992», a déclaré le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk à son retour de la zone de feu [vidéo ci-dessous], mardi soir.
200 personnes travaillent à éteindre l’incendie, soutenus par deux avions et un hélicoptère bombardiers d’eau. «Nous manquons cruellement d’équipement, a souligné Arseni Iatseniouk. Le département des services d’urgence ne possède que deux hélicoptères de ce type, alors qu’il nous en faudrait au moins douze.» Les militaires ont également été appelés en renfort sur place. La police a de son côté procédé à l’évacuation des populations locales, alors que l’incendie s’étend sur une superficie de 350 hectares. Hier soir, les habitants de Kiev se sont plaints d’une odeur de fumée.
Selon le Premier ministre ukrainien, le taux de radioactivité dans l’air de la capitale n’a pas changé et reste dans la norme : 0,12 microsieverts/heure.
Le ministre ukrainien de l’intérieur Arsen Avakov n’exclut pas la piste de l’incendie criminel. Les interlocuteurs du quotidien ukrainien Vesti supposent que le feu a pu se déclarer dès le 26 avril, soit le jour anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl. Durant cette journée, beaucoup de gens se sont rendus dans la zone d’isolement autour de la centrale, et quelqu’un a pu jeter un mégot ou oublier d’éteindre un feu.
De nombreux Ukrainiens craignent que l’incendie ne s’étende à la centrale nucléaire. Toutefois, assure Valeri Koukhar, chimiste et membre du groupe d’experts de la BERD pour la centrale de Tchernobyl, cette menace est à écarter. «Dès 1986, la forêt a été abattue sur un rayon de 100 mètres autour de la centrale. Il y a longtemps que les réacteurs ont été vidés de leur combustible. La centrale ne va ni prendre feu, ni exploser. Ceux qui évoquent cette menace ne connaissent tout simplement pas la situation», a-t-il déclaré à Vesti.
Il existe pourtant un autre danger : l’incendie pourrait toucher des arbres contaminés par les radiations. «Si cela se produit, une poussière radioactive se propagera sur le territoire, alerte Vladimir Boryeïko, directeur du Centre écologique et culturel de Kiev. Nous devons aussi savoir où précisément la forêt brûle : à des endroits où il y a des taches radioactives ou non. Si l’incendie touche des zones sans taches, l’air sera simplement pollué. Mais si la forêt brûle à des endroits où il y a des taches radioactives, c’est un gros problème, car cela va entraîner une pollution secondaire de l’atmosphère par des substances radioactives», ajoute Boryeïko.
Pour le physicien Andreï Koloss, le plus grand risque n’est pas constitué par les particules radioactives pouvant être emportées avec la cendre, mais par la cendre elle-même, notamment à des dimensions microscopiques, qui se fixe sur les poumons et ne peut en être retirée naturellement.
Boryeïko estime pour sa part que le problème est lié non seulement aux radiations dans la zone d’isolement, mais aussi à la menace d’extension de l’incendie à des territoires radioactivement propres. «Si le feu s’étend aux forêts de la région de Jitomir ou de Kiev, on ne peut pas exclure qu’il atteigne des dimensions équivalentes aux incendies de Sibérie. Et alors, c’est une véritable catastrophe écologique qui nous menace», souligne le chercheur.
Dmitri Guilitoukha, collaborateur de l’Université nationale ukrainienne des bio-ressources, confirme l’existence d’un risque de propagation rapide de l’incendie. «Un volume très important de bois sec sur pied et d’arbres arrachés s’est accumulé dans les forêts de la zone autour de la centrale de Tchernobyl, vu que personne n’a surveillé ni entretenu la forêt. Et c’est un matériau inflammable idéal», note le scientifique.
Les experts conseillent aux habitants de la région de Kiev d’observer des mesures de sécurité. «En cas d’augmentation de la radioactivité dans l’air, il faut en premier lieu fermer hermétiquement les fenêtres, boucher toutes les fentes avec des chiffons mouillés et essayer de sortir de chez soi le moins possible, explique Valeri Koukhar. Si vous devez sortir, le mieux est d’enfiler un masque à gaz.»
La zone d’exclusion de la centrale de Tchernobyl s’étend sur 30 kilomètres autour de la centrale accidentée et demeure encore aujourd’hui l’une des zones les plus radioactives du monde.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.