jeudi 23 avril 2015

23/04 - ATTENTATS DÉJOUÉ À PARIS,
LA VILLE LA PLUS MENACÉE DANS LE MONDE 
D’APRÈS VALLS!


"Prosternons nous devant nos gouvernants à notre service qui nous protègent."
Notre gouverne-ment emploie la stratégie de Netanyahu qui organise des attentats sous fausse bannière servant ses buts, comme celui du 11 sept aux USA et de Charlie hebdo en France. Mais n'ayant pas ses moyens ils se contentent d'inventer des attentats déjoués n'ayant pas la carrure de les organiser. Pour Netanyahu il «défend» les juifs qu'il déteste, nos élites, pas inventifs, se disent protéger les catholiques….

"Je suis un citoyen modèle !"
Du Mcdo et des Jeux :

Valls et compagnie recommencent leur cirque !
A nouveau le gentil terroriste leur laisse des "preuves" dans la voiture de la victime. Leur scénario commence a être un peu usé, ne croyez-vous pas? Tout cela pour faire passer leur fameuse loi sur le renseignement? 
Inutile de parler des faits. J'ai été frappée lorsque j'ai entendu cette nouvelle de voir que la personne avec qui j'étais soit tombée immédiatement dans le panneau alors que c'est une personne que je ne croyais pas manipulable. Ils ont si bien habitué le spectateur à être docile face à leurs fables !!

«NI PIGEONS, NI ESPIONS», les acteurs du numérique mobilisés contre la loi sur le renseignement.
Le Monde.fr - 22.04.2015 Par Morgane Tual :
«Nous, acteurs du numérique, sommes contre la surveillance généralisée d'Internet». Ainsi commence l'appel du mouvement «Ni pigeons, ni espions», qui a recueilli plus de 600 signatures pour protester contre la loi sur le renseignement, qui doit être votée le 5 mai à l'Assemblée nationale. De grands hébergeurs comme OVH ou Gandi, des fournisseurs d'accès à Internet, des start-up comme Capitaine Train, des médias comme Libération et Mediapart ou encore des organisations comme le Conseil national du numérique font partie des signataires, qui dénoncent une loi «inefficace», mais surtout «dangereuse pour la croissance».

La fronde a commencé avec les hébergeurs, le 9 avril. En ligne de mire : les «boîtes noires» que le projet de loi prévoit d'installer chez les fournisseurs d'accès, les hébergeurs et les grandes plateformes. Ce dispositif d'analyse automatique de données est censé, selon la formule du projet de loi, «révéler une menace terroriste».
«Imposer aux hébergeurs français d'accepter une captation en temps réel des données de connexion (...), c'est donner aux services de renseignement français un accès et une visibilité sur toutes les données transitant sur les réseaux», expliquaient alors cinq hébergeurs – dont OVH, le principal hébergeur français – dans une tribune commune.

«L'argument économique est celui qui résonne»
Mais surtout, ils préviennent que «cet accès illimité insinuera le doute auprès des clients des hébergeurs sur l'utilisation de ces boîtes noires et la protection de leurs données personnelles». Conclusion : pour faire pression sur le gouvernement, ces hébergeurs menacent, dans le texte, de délocaliser leurs activités, qui se verraient pénalisées selon eux si le projet de loi venait à être adopté. Deux hébergeurs, Eu.org et Altern.org, ont d'ailleurs déjà annoncé qu'ils allaient mettre cette menace à exécution. Sur le site de l'un d'entre eux, on peut lire : «Altern.org refuse la boîte noire des services secrets, ferme ses services immédiatement, pour les rouvrir dans quelques jours dans un pays plus respectueux des libertés individuelles.»
Parallèlement, Tristan Nitot, membre du Conseil national du numérique et spécialisé sur les questions de surveillance, s'étonne «de ne voir personne se mobiliser», explique-t-il au Monde. «J'avais beau parler de ce danger pour les libertés individuelles autour de moi, ça réagissait assez mollement. L'argument économique est, pour moi, de second ordre, mais c'est celui qui résonne.» Avec OVH et d'autres acteurs du numérique, ils décident, quelques jours après le coup d'éclat des hébergeurs, de lancer le mouvement «Ni pigeons, ni espions».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.