lundi 30 mars 2015

31/03 - SOIGNER PAR LE SON : 
LA RÉSONANCE DANS LE CORPS HUMAIN. 

Un sonothérapeute en action
Publié par The Healers Journal, le 30 avril 2013
HJ : Quiconque a fait l’expérience d’une bonne guérison par le son peut attester du grand pouvoir des sons d’induire des états de conscience étendus et de guérison en profondeur. Mais comment cela fonctionne-t-il exactement ? Quels sont les fondements scientifiques de cette méthode de guérison sacrée ? 
Pratiquant moi-même la guérison par le son, les réponses à ces questions ne sont pas simplement intéressantes, mais influent sur la façon dont je pratique mon art et sur l’approche et l’innovation en créant de nouveaux morceaux. Bien sûr, j’ai l’intuition de la manière dont la guérison par le son fonctionne – le son étant un véhicule de l’expression d’une vibration, une qualité fondamentale de l’énergie de l’univers – mais 
  • comment influence-t-il spécifiquement les cellules et les organes du corps ? 
  • comment influence-t-il spécifiquement l’esprit ?

La plupart des anciennes cultures ont utilisé le pouvoir apparemment magique du son pour guérir. La guérison par le son avait presque disparu en Occident jusqu’aux années 1930, lorsque des chercheurs en acoustique découvrirent les ultrasons et leurs propriétés médicales. Grâce à cette découverte, la recherche se développa et aujourd’hui cet ancien art de guérison par le son se transforme en une nouvelle science. Il y a maintenant énormément de recherches dans le domaine des aspects bénéfiques des ultrasons, y compris son usage pour pulvériser les calculs rénaux et même pour réduire les tumeurs. De plus, les infrasons et les sons audibles sont maintenant reconnus comme ayant d’énormes capacités de guérison.

Aborigène soufflant dans un yidaki
Les Aborigènes d’Australie sont la première culture connue à guérir par le son. 
Leur instrument, le yidaki (du nom moderne de didgeridoo) a été utilisé pour la guérison depuis au moins 40 000 ans. Les Aborigènes guérissaient des os fracturés, des déchirures musculaires et des maladies de toute sorte en utilisant leur instrument de musique énigmatique. Il est intéressant de noter que les sons émis par le yidaki sont en phase avec la technologie moderne de guérison par le son. Il devient évident que la sagesse des anciens était fondée sur des principes «sains ». (jeu de mots en anglais entre «sound » signifiant son et «sound » signifiant sain)


Les cultures égyptienne et babylonienne utilisaient des tambours et des crécelles, deux des plus anciens instruments connus. Les basses fréquences des tambours et les ultrasons créés par les crécelles sont tous deux connus pour accélérer la guérison. Un voyageur grec, Démétrius, écrivit vers 200 av.-JC que les Egyptiens utilisaient les sons de voyelles dans leurs rituels :
«En Egypte, quand les prêtres chantent des hymnes aux Dieux ils chantent les sept voyelles successivement et le son a une telle euphonie que les hommes l’écoutent au lieu de la flûte et de la lyre. »

La chapelle de guérison de Deir el-Bahari près de Thèbes,
était dédiée à Amenhotep-fils-de-Hapu,
un saint guérisseur divinisé étroitement associé à «Imhotep»
qui est largement connu sous le titre de «médecin».
 Imhotep               Amenhotep

La réputation d’Imhotep était si considérable que 1.500 ans après sa mort, les Grecs l’ont assimilé à leur dieu de la guérison Asclépios. Ces deux hommes divinisés «Amenhotep-fils-de-Hapu» et «Imhotep» étaient habituellement vénérés dans les mêmes temples de guérison égyptiens. Mes recherches en acoustique dans les pyramides ont fourni des preuves solides que les Egyptiens concevaient leurs chapelles et leurs tombeaux en fonction de la répercussion acoustique pour amplifier les chants rituels. Il est donc très probable que les anciens Egyptiens connaissaient les propriétés curatives du son bien avant les Grecs.
 Pythagore

Pythagore* (vers 500 av.-JC) est réputé avoir été la première personne à utiliser la «musique pour guérir». La flûte et la lyre étaient les deux principaux instruments utilisés par Pythagore et ses disciples à des fins de guérison. On lui attribue également la découverte de la compréhension des intervalles musicaux à partir de son travail avec le monocorde, un instrument à une seule corde dans lequel la tension de la corde était définie par un poids précis.
Pythagore (569 ?-475 av.-JC), de son vrai nom Mnésarchos, a passé plus de temps en Egypte qu’en Grèce. Son nom provient de «Ptah Go Ra» (Qui connaît aussi bien la doctrine de Ptah – Basse-Egypte/Memphis, que de Ra – Haute-Egypte/Thèbes).



Au cours de la période gréco-romaine, les temples de guérison furent utilisés pour «l’incubation», un processus au cours duquel les patients passaient par «une phase de rêve», parmi d’autres modalités connues. Il paraît probable que la musique était utilisée à des fins thérapeutiques durant leur séjour et que les espaces de répercussion acoustique des temples amplifiaient l’efficacité des instruments acoustiques, grâce aux murs de pierre des temples et des sanatoriums.

A propos de Pythagore, Jamblique notait :
«Pythagore considérait que la musique contribuait énormément à la santé, si elle était utilisée de la bonne manière. Il appelait sa méthode ‘médecine musicale’. En compagnie de Pythagore, ses disciples chantaient à l’unisson certains chants. A d’autres moments, ses disciples employaient la musique comme une médecine, avec certaines mélodies composées pour guérir les affres de la psyché … colère et agressivité.»

Evolution de la guérison par le son dans les temps modernes
Les premiers appareils de guérison par le son sont apparus en 1928 lorsque le scientifique allemand Erwin Schliephake découvrit que le son accélérait la guérison. Il créa un appareil acoustique baptisé Novasonic qui est toujours disponible de nos jours.

En 1938, un autre scientifique allemand, Raimar Pohlmann, fit la démonstration des propriétés thérapeutiques des ultrasons dans une clinique de physiothérapie à Berlin. Dans les années 1950, les ultrasons étaient largement utilisés dans les méthodes de guérison par le son. Même à ce jour les mécanismes de guérison sous-jacents ne sont pas pleinement compris.

L’ostéopathe britannique Peter Guy Manners, développa dans les années 1950 une méthode de guérison par le son qui s’appelle de nos jours la Cymatherapy 

 Le Dr. Peter Manners
Cymatherapy international acheta les droits de la technologie à Manners et construit maintenant la machine Cymatherapy aux Etats-Unis. Leur version utilise des ordinateurs pour créer des sons absolument purs, en général par groupes de cinq. Elle dispose de 700 codes pour traiter une grande variété de blessures et d’affections. Il y a de nombreuses autres méthodes de guérison par le son qui envahissent le marché, y compris des unités personnelles de thérapie par les ultrasons produites en Extrême-Orient, dont beaucoup trouvent leur place chez les particuliers.

Appareils NovaSonic et CymaSco  

Principes fondamentaux de guérison par le son
La résonance est sans doute le principe le plus important de guérison par le son et elle a des définitions diverses. Dans le contexte de la guérison des humains et des animaux, elle peut être décrite comme la fréquence de vibration qui est la plus naturelle à un organe ou un système spécifique tel que le cœur, le foie ou les poumons. Cette fréquence innée est appelée résonance de base.

Image du logiciel de gestion d’un générateur de fréquences
correspondant aux organes du corps.

Toutes les cellules émettent des sons comme conséquence de leurs processus métaboliques. Il existe une interaction entre les sons propres aux cellules et ceux imposés par l’environnement, y compris ceux générés par les appareils de guérison par le son. Le principe de résonance se réfère à l’absorption cellulaire des sons de guérison et/ou de leurs harmoniques. Dans la guérison par le son, les principes de résonance sont utilisés pour ré-harmoniser des cellules qui ont été soumises (hypothétiquement) à des fréquences disruptives. De telles empreintes dérangeantes peuvent résulter de substances toxiques, de traumas émotionnels, pathogènes ou de l’exposition prolongée à des pollutions sonores.

Une autre explication possible de la manière dont le son est capable de déclencher une réaction de guérison se réfère aux canaux ioniques cellulaires. Situés dans une membrane cellulaire, les canaux ioniques sont le moyen par lequel la cellule reçoit de la nourriture et communique avec les cellules voisines. Dans le cas de cellules dysfonctionnelles, on suppose que certains de ces canaux vitaux sont fermés, causant une dégénérescence cellulaire, donc la cellule est littéralement en sommeil. Dans cette hypothèse le son ouvre ces canaux fermés, provoquant le réveil de ces cellules qui retrouvent un fonctionnement normal et leur capacité de réplication.

Le Dr. James Gimzewsky de l’UCLA (Université de Californie), a adopté une approche révolutionnaire dans l’étude de la fonction cellulaire. Il utilise un microscope à force atomique (AFM), une sorte de microphone ultrasensible, pour écouter les sons émis par les cellules. Cette nouvelle science, appelée sonocytologie, se focalise sur la cartographie des pulsations de la membrane externe de la cellule, identifiant ainsi les chants de la cellule. Le travail de Gimzewsky a révélé que chaque cellule de notre corps a une signature sonore unique et «chante» à ses voisines. La sonocytologie possède un énorme potentiel d’outil diagnostic pour identifier les sons de cellules saines et les distinguer des cellules affectées. Mais elle recèle un projet encore plus exaltant : la capacité de renvoyer les sons émis par les cellules aberrantes en les amplifiant afin de les faire imploser et de les détruire. Dans ce scénario, il n’y aurait pas de dommages collatéraux à des tissus voisins car les cellules saines ne résonneront pas avec ces fréquences.

Le Dr. Grimzewsky, lui-même Prix Nobel, est un des nombreux esprits innovants de notre monde qui partagent la vision de créer des méthodes pour aider le corps à se guérir. La thérapie des sons audibles offre sans doute le plus grand potentiel de guérison non invasive. Dans les années à venir, il se pourrait bien que vous voyiez apparaître des lits de diagnostic et de guérison qui semblent sortir de la série de science-fiction Star Trek. Nous allons certainement assister à une prolifération de méthodes dans lesquelles le son sera le principe moteur. Le son guérit la vie de façon naturelle.


Il est désormais largement admis que les interactions électromagnétiques sont fondamentales dans le fonctionnement des tissus biologiques. Même si deux molécules de protéines ne sont pas en contact direct, les composants électriques oscillants du champ électromagnétique (appelées bio-photons) amènent l’aminoacide de la protéine 2 à osciller en sympathie avec l’aminoacide correspondant de la protéine 1. Cependant, le point important à se rappeler est que tout électromagnétisme est créé en résultat d’une collision sonique. Le son est toujours un précurseur de l’électromagnétisme.

Interaction entre deux molécules de protéine (Energy Medicine, The Scientific Basis).

Le travail d’Herbert Frohlich (Frohlich, (1968) a prédit que les chaînes moléculaires cristallines, à l’intérieur des structures du corps humain, seraient extrêmement sensibles aux champs d’énergie électromagnétique de l’environnement. (Encore une fois il faut se rappeler que le son est toujours un précurseur de l’électromagnétisme). Sa prédiction a été confirmée par un grand nombre de laboratoires et ses travaux ultérieurs ont montré que les cellules partagent des données par le biais des transmissions électromagnétiques, un effet appelé «cohérence» par Frohlich. (Ses travaux furent ultérieurement confirmés par Callahan en 1975, Popp et autres en 1981 et 1992.) Il est généralement admis que la cohérence biologique est le moyen par lequel le corps intègre des processus comme la croissance, la réparation des blessures et sa défense.

D’autres recherches associées (Weisenfield and Moss, 1995) concernent l’émission cellulaire de bio-photons. Les bruits marginaux intrinsèques, créés par l’activité des canaux ioniques de la membrane peuvent être causés par de faibles champs électromagnétiques entrants qui créent des signaux de la cellule qui s’harmonisent avec la fréquence entrante. Cet effet est connu sous le nom de résonance stochastique et peut avoir des effets positifs sur la fonction de la cellule.

A part l’emploi d’appareils de guérison par le son, les réactions de guérison peuvent être déclenchées par l’application de l’électromagnétisme sur la partie du corps qui est affectée. Il y a beaucoup de méthodes en usage, y compris la diathermie à ondes courtes et la diathermie à micro-ondes. 
Le rôle de l’intention dans la guérison par le son

Le son est outil de guérison très efficace, et heureusement un individu n’a pas besoin d’y croire pour qu’il fonctionne. Cependant, il y a un autre facteur qui peut grandement améliorer l’efficacité de la guérison : l’intention créative. Il pourrait se passer beaucoup de temps avant que la médecine habituelle ne reconnaisse l’importance de l’intention. Par contraste, la plupart des praticiens de l’énergie vibratoire, y compris les thérapeutes de la guérison par le son, utilisent une approche holistique qui comprend à la fois le corps et l’esprit. Lorsque le pouvoir de l’intention est mis en œuvre, les chances de réussite sont beaucoup plus importantes.

L’intention consiste à utiliser vos pensées, sentiments et visualisations focalisés pour attirer ce qui est désiré (loi d’attraction), tel qu’une amélioration de l’état de santé. Il semble possible que l’énergie de l’intention soit portée par les fréquences du son. Le sonothérapeute américain, le Dr. Steven Halpern, croit que «le son est une onde porteuse de conscience». L’intention «d’Unité» est la contrepartie spirituelle du son et la combinaison de son et d’intention crée le résultat de la guérison.

Un autre sonothérapeute américain, Jonathan Goldman, est à l’origine de cette formule simple : Son + Intention = Guérison.

Le pouvoir de l’intention implique de puiser consciemment dans le champ d’énergie universel. En utilisant ce potentiel, la force universelle, combinée aux sons de guérison s’avère accélérer de façon drastique le processus de guérison.

Nombreux sont les gens qui tombent dans le piège de la peur, de l’intention négative, particulièrement s’il s’agit de problèmes de santé. Il n’est que trop facile de faire une fixation sur les conséquences possibles d’un problème de santé plutôt que sur l’attente d’une issue positive de jouir d’une vie saine et pleine de vitalité. L’univers, semble-t-il, est neutre et retournera le genre d’énergie sur laquelle on se focalisera. Que nous en soyons conscients ou non, nous utilisons la force de l’intention soit de façon positive, soit de façon négative à chaque instant de chaque jour. Nos pensées, sentiments et conceptions sont les modèles des résultats et des expériences de nos vies. Dans ce contexte, les semblables s’attirent.

Lorsqu’on utilise l’intention créative, il y a le sens d’être profondément inspiré. (Le mot inspiration signifie en-esprit.) Nous sommes motivés pour répondre à un appel plus profond avec la ferme croyance et l’absolue certitude que notre souhait a déjà été réalisé. Lorsque nous fusionnons la force d’énergie de notre esprit avec le champ d’énergie universel dans l’intention de guérir et de créer, notre santé et la qualité de nos vies peuvent être transformées.

On peut se demander comment il est possible d’avoir une certitude absolue à propos d’un résultat souhaité avant qu’il n’y ait de preuve apparente. Les gens ont tendance à ne croire les choses que quand ils les voient. Cependant, l’art de l’intention créative fait appel à une nouvelle façon de pensée : lorsque vous y croyez, vous le verrez !

C’est extrêmement bénéfique au processus créatif lorsque vous agissez comme si vous aviez déjà ce que vous vouliez. (ça marche !!!) Voyez, sentez et pensez comme si votre corps avait déjà retrouvé sa vitalité et sa pleine santé. Lorsque vous agissez comme si le résultat désiré était déjà atteint, l’esprit subconscient ne peut pas différencier entre ce qui est factuel et ce qui est imaginé et croit que votre intention est déjà devenue réalité. L’esprit possède d’énormes pouvoirs de guérison et de création et continuera de travailler pour vous aussi longtemps que vous maintenez votre focalisation consciente sur l’intention. Peut-être que l’élément le plus important est «d’agir comme si vous ressentiez déjà le sentiment d’avoir manifesté votre souhait».
Certaines personnes ont utilisé ces outils et d’autres outils similaires de l’intention mais n’ont pas connu la réussite qu’elles avaient escomptée. Généralement, ce n’est pas parce qu’elles les ont appliqués de manière incorrecte ou négligé une étape importante du processus. Leur manque de réussite provient de problèmes non résolus et des croyances défavorables qui résident sous forme de peurs intérieures dans l’esprit subconscient ; des problèmes si anciens et si enracinés que la personne peut ne pas en avoir conscience.

Des problèmes enfouis basés sur la peur et des croyances limitatives tendent à provoquer un conflit intérieur. L’esprit conscient peut vouloir créer le résultat souhaité, mais l’influence surpuissante et conflictuelle des problèmes et croyances non résolus empêche la réussite. Rien ne peut faire partie de votre réalité à moins que vos sentiments et votre esprit conscient ne soient en phase avec votre puissant esprit subconscient. De nombreuses méthodes efficaces de guérison vibratoire sont disponibles pour éliminer ces blocages au bien-être et au succès. Le pouvoir magnifique de l’intention développe tout son potentiel quand tous les systèmes sont en phase, lorsque le soi pensant et sentant est en cohérence avec le système de croyance sous-jacent.

Prenez modèle sur Henri Salvador qui prenait tout en riant et en chantant. Voir tout au mieux et chanter. Le cocktail magique !

L’intention alimentée par le pouvoir de guérison du son est la clé d’une santé améliorée et d’autres améliorations de sa vie.
On opère sur les prémisses que le son est holographique, que les schémas sonores agissent à toutes les échelles et sur toutes les formes de membranes, qu’elles soient circulaires, sphériques ou irrégulières. Bien que les caractéristiques des tensions de surface sur les membranes de cellules soient probablement très différentes de celles utilisées dans le CymaScope, (c.à.d. la tension à la surface de l’eau) les principes demeurent les mêmes.

Publié par The Healers Journal, le 30 avril 2013 – réédité par PAO Planetary Activation Organization shelcam01/comcast.net, le 28 mars 2015

http://www.thehealersjournal.com/2013/04/30/sound-healing-resonance-in-the-human-body/

----------------------------

Application en Chine :
Gregg Braden* Milan-Séquence censuré dans un hôpital en chine
Disparition d'une tumeur cancéreuse dans un hôpital en chine par le son et l'intention des soigants. Pratique courante pour ces praticiens du langage de la matrice... Extrait de la conférence "La divine matrice" présentée par Gregg Braden à Milan.

Dans cette conférence présentée à Milan, Gregg Braden nous explique ce qu'est le langage de la divine matrice (ce champs d'énergie qui unifie tout dans l'univers) et ce qu'il appelle la nouvelle science. Contrairement, dit-il, à la science classique qui considère que l'espace n'est fait que du vide, la nouvelle science tend à prouver que l'espace est une matière vivante, vibrante et intelligente. C'est un champ d'énergie avec lequel nous inter-réagissons à chaque instant de notre vie par les pensées que nous entretenons et les sentiments que nous ressentons. En comprenant le langage de l'émotion humaine qui nous permet de communiquer avec ce champ, nous avons le pouvoir de guérir les maux qui nous affectent aussi bien personnellement que collectivement. Il apporte également une information cruciale pour les sociétés occidentales qui puisent leur croyances dans le judeo-christianisme en montrant les écrits qui ont été retiré de la bible a un moment donne de notre histoire, écrits d'une importance cruciale pour comprendre le cheminement de la pensée occidentale a la suite de cette "omission".


Gregg Braden est l’auteur de nombreux best-seller internationaux et est reconnu comme un pionnier dans la tentative de construire un pont entre science et spiritualité. 
Ses livres les plus connus sont : 
"Le code de Dieu", "La Divine Matrice", "Secrets de l’art perdu de la prière", "L’effet Isaïe", "Marcher entre les mondes" et "La Guérison Spontanée des croyances".

----------------------

Bol tibétain, l'énergie visible sur l'eau
Utilisation du bol tibétain :


Massage sonore au bol chantant


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.