jeudi 19 mars 2015

++19/03 - L’INTRATERRE - L’AGHARTA, LE MONDE SOUTERRAIN. 

Le mot «Agharta» est d’origine bouddhiste. Il désigne un vaste Empire souterrain dont l’existence est reconnue par tous les vrais bouddhistes.
Cet Empire a des millions d’habitants, de nombreuses villes. La capitale est Shamballah, où règne le Maître suprême de cet univers étrange. En Orient, on l’appelle le Roi du Monde, et on pense qu’il donne ses ordres au Dalaï Lama, son représentant terrestre. Les messages sont transmis par des tunnels secrets reliant le Monde souterrain au Tibet. Des tunnels semblables existent au Brésil. Le Brésil et le Tibet semblent être les deux parties du monde où les contacts avec l’Agharta peuvent s’établir le plus facilement.

Le célèbre philosophe et explorateur russe, Nicolas Roerich, qui a beaucoup voyagé dans l’Extrême Orient, a prétendu que Lhassa, la capitale du Tibet, était rattachée par un tunnel à Shamballah, la capitale de l’Agharta. L’entrée de ce tunnel était gardée par des lamas qui avaient ordre d’éloigner les étrangers et de ne rien dévoiler du grand secret. Certains pensent qu’un tunnel identique devait relier les chambres secrètes situées à la base de la Pyramide de Gizeh avec le Monde souterrain. C’est ainsi que les pharaons établissaient le contact avec les dieux et les surhommes vivant à l’intérieur de la Terre.

Les statues gigantesques des premiers rois et des premiers dieux d’Egypte, comme celles du Bouddha disséminées dans tout l’Orient, représentent des êtres souterrains qui vinrent à la surface aider la race humaine. Les traditions bouddhistes disent que l’Agharta est née il y a des milliers et des milliers d’années lorsqu’un saint homme, à la tête d’une tribu, s’enfonça dans les entrailles de la Terre et disparut à jamais. Noé l’Atlante et les superhommes de l’Agharta.

On peut dire que la civilisation de l’Agharta fait suite à la civilisation atlante, laquelle, ayant expérimenté à ses dépens que toute guerre est vaine et futile, se jura de vivre en paix à l’avenir.

Noé fut probablement un de ces Atlantes, rescapé du grand déluge. Avec un groupe de compagnons, il put s’échapper de l’Atlantide avant que celle-ci ne fût engloutie. On pense qu’il gagna le haut plateau du Brésil et s’y établit dans une ville souterraine – cela pour éviter les retombées radio-actives produites par la guerre nucléaire qui opposa l’Atlantide à une autre nation, et qui est sans doute la cause de l’anéantissement de ce continent devenu légendaire.

Les hommes de science du «monde d’en dessous» sont capables de manier des forces dont nous ne connaissons rien. Exemple : ces soucoupes volantes qui sont propulsées par une énergie nouvelle, inconnue, bien plus subtile que l’énergie atomique. Ossendowski dit que l’Agharta fourmille de villes reliées les unes aux autres par des tunnels à travers lesquels des véhicules ultra-rapides circulent à des vitesses fantastiques.

A diverses époques de l’histoire, les super hommes (ou dieux) de l’Agharta apparurent à la surface de la Terre pour enseigner la race humaine et la sauver de la guerre et de la destruction. Nous l’avons dit, la venue des soucoupes volantes après l’explosion de la première bombe atomique relève de la même démarche. Mais, cette fois, les dieux ne se sont pas déplacés eux-mêmes. Ils ont envoyé des émissaires.

Dans le «Ramayana», Rama apparaît comme un être venu du Monde souterrain de l’Agharta à bord d’un véhicule aérien qui n’est autre qu’une soucoupe volante. La tradition chinoise parle de maîtres divins arrivés, eux aussi, sur de curieux chars ailés. La même chose pour Manco Copac, le fondateur de la dynastie Inca. Un des plus grands maîtres issus du royaume d’Agharta a été Quetzalcoatl, le prophète des Mayas et des Aztèques. Qu’il fût pour eux un étranger appartenant à une race différente (atlante), cela ne fait aucun doute. Il était blond, alors que les Indiens sont bruns. Il était grand, alors qu’ils sont petits. Il portait une barbe, alors qu’ils sont imberbes. Il fut révéré comme un sauveur par les Indiens du Mexique, du Yucatan et du Guatemala bien avant la venue de l’homme blanc. Les Aztèques l’appelèrent le «Dieu d’Abondance», et aussi «l’Etoile du Matin». Son nom, Quetzalcoatl, signifie : serpent ailé. Le serpent symbolise la sagesse, et les ailes… eh bien, encore une fois, les ailes indiquent que Quetzalcoatl apparut aux Indiens à bord d’un engin aérien qui devait être une soucoupe volante. Après être resté quelque temps avec eux, il disparut mystérieusement de la même façon qu’il était venu. Sans doute regagna-t-il son lieu d’origine : le Monde souterrain, l’Agharta.

Quetzalcoatl était considéré comme «un homme de belle apparence, au maintien grave, blanc de peau et barbu, vêtu d’un grand manteau flottant». On l’avait appelé aussi Huemac, à cause de sa grande bonté et de sa vertu. Il enseignait aux Indiens le chemin du bien. Il essayait de les conduire vers un certain idéal en leur conseillant de résister aux tentations avilissantes et de pratiquer la chasteté. Il condamnait la violence sous toutes ses formes. Il instituait un régime végétarien à base de blé, préconisait le jeûne et l’hygiène corporelle.

Selon l’archéologue Harold Wilkins, il fut aussi le maître spirituel des anciens habitants du Brésil.

Mais, voyant le peu de cas que les Indiens faisaient de son enseignement, Quetzalcoatl les quitta, non sans leur avoir dit qu’il reviendrait un jour. Certains faits ultérieurs semblent prouver qu’il «monta» au ciel, c’est-à-dire qu’il s’envola dans un engin. En effet, au moment où Cortez envahit le Mexique, l’empereur Montezuma crut que Quetzalcoalt était de retour, comme il l’avait annoncé dans le passé, cela parce qu’une boule de feu était apparue au-dessus de la ville de Mexico, tournoyant, virevoltant dans tous les sens, plongeant le peuple dans la stupeur et l’affolement, et détruisant en fin de compte le temple du dieu de la guerre. Cette boule de feu n’était-elle pas la soucoupe volante utilisée par Quetzalcoalt pour ses voyages ?

Selon Donnelly, dans son livre : L’Atlantide, monde antédiluvien, les dieux des anciens n’étaient autres que les seigneurs de l’Atlantide, membres d’une super-race qui dirigeait les destinées de notre monde, et qui continuait de vivre et de se développer dans les entrailles de la Terre.

Des villes souterraines à des niveaux variés. L’Agharta, continuation de l’Atlantide… L’Agharta qui s’étend à toutes les parties du monde à travers un réseau de passages souterrains. Dans son ouvrage Bêtes, Hommes et Dieux, Ossendowski évoque cette vaste trame de tunnels qui passe sous les océans et sous les continents, et qui a été construite par une race préhistorique remontant à la plus haute antiquité.
C’est au cours de ses voyages en Mongolie que des lamas l’instruisirent de l’existence d’un empire situé à l’intérieur de la croûte terrestre, et qui serait différent de celui qui se tient plus profondément au centre même du globe.

Huguenin, dont nous avons mentionné les écrits sur les soucoupes volantes, croit qu’il existe un grand nombre de villes souterraines à des profondeurs variées, habitées par des êtres évolués à côté desquels nous ne sommes que des barbares. Il reproduit dans son livre un croquis de l’intérieur de la Terre montrant des cités souterraines à des niveaux divers et reliées entre elles par des tunnels. Ces cités ont été bâties dans d’immenses cavités. Shamballah, la capitale, se situerait, suivant Huguenin, au centre de la planète et non dans la croûte solide.

Ossendowski écrit à ce sujet
«Les cavernes souterraines d’Amérique sont habitées par un ancien peuple qui a disparu de notre monde. Ce peuple, ainsi que le territoire qu’il occupe, sont sous la dépendance suprême du Roi du Monde. L’Atlantique et le Pacifique étaient autrefois le siège de vastes continents qui furent plus tard submergés, et leurs habitants trouvèrent asile dans le Monde souterrain. Les cavernes les plus profondes sont éclairées par une lumière resplendissante qui fait pousser les céréales et donne aux habitants une vie très longue, exempte de maladies.»

Bulwer Lytton (connu dans le monde entier par son fameux roman : Les Derniers Jours de Pompéi) a écrit aussi des oeuvres ésotériques. En particulier un ouvrage intitulé : The Coming Race (La Race qui nous supplantera), dans lequel il décrit une civilisation très en avance sur la nôtre qui se cache dans des cavernes au centre de la Terre. Ces cavernes sont éclairées par une lumière très forte qui semble  provenir de l’électrification de l’atmosphère. Les habitants sont végétariens. Ils ne se déplacent pas en marchant, mais en volant à l’aide d’engins dont le fonctionnement nous serait incompréhensible. Ils ne connaissent pas la maladie, vivent longtemps, peut-être des siècles. Leur organisation sociale est parfaite. Il n’y a pas d’exploitation. Chacun reçoit ce dont il a besoin.
Ossendowski, Huguenin, Bulwer Lytton… ils se retrouvent tous pour décrire le même monde intérieur, avec sa civilisation évoluée, ses cités souterraines reliées par des tunnels.

EXTRAIT du livre : La Terre Creuse de Raymond Bernard aux Editions Albin Michel

Les Mondes Creux - 2001-2004 Hans W. Lintz & Anton Parks

LES PIONNIERS DE LA TERRE CREUSE :
"29 personnalités qui sont des pionniers de la terre creuse"


Le plus récent : Steve Currey's
L’américain Steve Currey, l’un des principaux explorateurs de fleuves dans le monde, a servi de guide à plusieurs dizaines de milliers de personnes dont des sénateurs et des membres du Congrès US, des chefs d’État, des chefs d'entreprise, des célébrités et des investigateurs. En 2005, il avait eu l’idée de mettre sur pied une expédition scientifique dans l’Arctique destinée à résoudre une fois pour toutes l'énigme de la la Terre Creuse.

Le départ avait été programmé pour le 26 juin 2006 et le voyage devait durer 24 jours...Seulement, voila: l'organisateur, Steve Currey est mort d'un cancer foudroyant et incurable (6 tumeurs au cerveau, fait rarissime)... encore un hasard ??

Raymond BERNARD (Ci-dessus)
On peut lire dans l'ouvrage devenu très rare de Raymond Bernard, "La Terre creuse" (Albin Michel, Paris 1971):"La Terre n'est pas une sphère solide avec un noyau brûlant de métal en fusion comme on le suppose communément. En réalité, la Terre est creuse et son intérieur communique avec la surface par deux couvertures polaires. Sur sa surface intérieure vit une civilisation avancée, créatrice de ces soucoupes volantes qui viennent nous espionner à intervalles réguliers."
Le docteur Ferdinand Ossendowski
explorateur et écrivain russe d'origine polonaise, mena, au début du XXème siècle, une périlleuse expédition en Asie Centrale, qu'il relate dans son livre ''Bêtes, Hommes et Dieux'' (1924). Au cours de son long périple à travers les plateaux arides et les montagnes désolées de la Mongolie, les lamas lui dévoilèrent peu à peu l'existence du royaume souterrain de l'Agartha.
''Bêtes, Hommes et Dieux'' (1924) : 
Krasnoïarsk., hiver 1920. Un homme vient d'apprendre qu'on l'a dénoncé aux "Rouges" et que le peloton d'exécution l'attend. Il prend son fusil, fourre quelques cartouches dans la poche de sa pelisse, sort dans le froid glacial et gagne la forêt. Commence alors une course-poursuite dont il ne sortira vivant. il le sait, que s'il ose l'impossible : gagner à pied l'Inde anglaise à travers l'immensité sibérienne, puis les passes de Mongolie, puis le désert de Gobi, puis le plateau tibétain, puis l'Himalaya... L'itinéraire qu'il suivra sera quelque peu différent, et si possible plus sidérant encore. Mais ce que le livre révèle - et que le lecteur n'attend pas - c'est, parallèle au voyage réel, une étrange odyssée intérieure qui nous introduit au coeur des mystères de 1'Asie millénaire. Car Ossendowski. géologue de son état, n'est pas qu'un savant doublé d'un aventurier. C'est un esprit exalté et curieux qui vit sa marche folle à la manière d'une initiation.

Le marquis de Saint-Yves d'Alveydre
Écrivain et érudit français de la fin du XIXème siècle, le marquis de Saint-Yves d'Alveydre possédait la faculté de se dédoubler et de se projeter dans l'astral. Dans son livre ''la Mission de l'Inde'', il révèle comment, sous la conduite de son Guide, il a pu lui même pénétrer dans la Terre Creuse, en Agartha. Il donne des détails extraordinaires sur ce royaume souterrain éclairé par un soleil intérieur.
''la Mission de l'Inde : Saint-Yves d'Alveydre explique comment il a reçu l'enseignement secret d'un prince prince afghan nommé Hardjij Scharipf, spécialement venu à Paris l'instruire de certains mystères, plus particulièrement ceux de l'Agarttha comme ceux de la langue primitive et sacrée : le «vattan»... La constitution de l'Agarttha est révélée pour la première fois aux lecteurs d'Occident et la question, non pas «des» mais «du» Mahatma est rétablie à sa véritable place. Collection dirigée par Michel Gaudart de Soulages

Le grand Maître spirituel bulgare Omraam Mikhael Aivanhov
Nombreux livres (dont pensées quotidiennes) et vidéos
Dans les années 1970, le grand Maître spirituel bulgare Omraam Mikhaël Aïvanhov fit de nombreuses révélations sur l’Agartha et l’organisation de la communauté installée dans la Terre Creuse suivant la Loi Synarchique. Il a prophétisé que la Synarchie serait prochainement importée de l’Agartha et remplacerait la démocratie sur toute la surface de la Terre, après l’effondrement brutal des valeurs capitalistes.

Richard Glenn
Richard Glenn affirme avoir rencontré à plusieurs reprises des "Extraterrestres" dès l'âge de 5 ans. Il les a qualifié d'INTRAterrestres avant tout le monde

Aristote
Pour ARISTOTE, au IVe siècle av. J.-C., la Terre est exclusivement formée de l’élément terre ; elle est entourée d’eau, puis d’air et enfin d’une couche de feu. Au-delà, c’est le monde des astres et de l’éternité. La partie superficielle du globe contient des cavités internes et des canaux. Le vent (ou souffle interne), sortant des cavités, provoque des tremblements de terre. Lorsqu’il est broyé en petites particules, il prend feu et donne des volcans.
Cette vision de la Terre perdure pendant toute l’Antiquité et le Moyen Age.

DESCARTES (1596-1650)
DESCARTES est le premier en 1644 à imaginer le monde souterrain. Pour lui, la Terre est un ancien Soleil qui a subi une évolution particulière. Au centre, on trouve un noyau de matière solaire, recouvert d’une couche compacte de la même matière que les taches solaires. Ensuite vient une couche de terre dense, une couche d’eau, une couche d’air et une nouvelle couche de terre plus légère qui se maintient au-dessus du vide comme une voûte.

Jules Verne (1828-1905)
Dans "Rouletabille chez les bohémiens", Jules Verne fait aussi allusion à la terre creuse en remarquant que jadis les bohémiens vivaient dans l’Agartha. À la tête de ces peuples mystérieux vivant dans les cavités de la terre régnerait un mystérieux roi du monde, dont les envoyés, supérieure inconnue, agiraient sur les gouvernements des pays à la surface de la terre. La région de Rennes le château pourrait être une entrée vers ce monde. Tout les livres de Jules Verne se sont réalisé sauf Voyage au centre de la terre.
«Voyage au centre de la terre»
http://www.gasl.org/refbib/Verne__CentreTerre.pdf
L’Amiral Byrd (1888-1957)
Américain - Avant la guerre, il mena plusieurs expéditions en Antarctique et en Arctique. En 1947 il diriga l'opération Hight Jump visant a délocaliser de l'Antarctique, les dernière bases nazis. Il passera sa vie entière a dire que la Terre est creuse et habitable intérieurement. Ses carnet seront confisqué à sa mort par ... le gouvernement Américain.
L'amiral Byrd expliqua, plus tard, à la presse : C'est dur à entendre mais dans le cas d'une nouvelle guerre il faudra s'attendre à des attaques d'avions qui peuvent voler d'un pôle à l'autre. Il laissa aussi entendre qu'il y avait là-bas une civilisation avancée qui se servait, en accord avec les SS, d'une technologie supérieure.
L'incroyable "journal de bord"  de l'amiral Byrd.

Suite :
Où l'Amiral Byrd rejoint Alice au pays du Soleil Froid...

Olaf Jansen
le 3 Janvier 1908, affirme être allé, en l’année 1829, avec son père Jens Jansen, né à Rodwig, près des Îles Lofoten, en bateau, à l’intérieur même de la Terre, dans laquelle ils seraient rentrés par l’ouverture sise près du Pôle Nord et y avoir séjourné deux pleines années!!!
Le fils Jansen, passa 24 années dans un hôpital psychiatrique pour déficience mentale... Une fois relâché, il devint pêcheur et après 26 ans, il s'installa en Californie. Il avait près de 90 ans lorsque, "par hasard", l'écrivain Willis George Emerson fit sa connaissance. Le vieillard sentant sa fin prochaine voulut partager son secret et lui raconta sa fantastique aventure, lui montrant les cartes qu'il avait dessinées à l'époque.
Le dieu qui fume - un voyage à l'intérieur de la terre.


Cleves Symnes
"Moi, Cleves Symnes, ancien capitaine d'infanterie de l’Ohio, je déclare au monde entier que la terre est creuse et habitable intérieurement. Elle contient plusieurs sphères solides, concentrique, placées l'une dans l'autre, et elle est ouverte au pôle de 12 à 16 degrés. Je m'engage à démontrer la réalité de ce que j'avance et je suis prêt à explorer l'intérieur de la terre si le monde accepte de m'aider dans mon entreprise."
John Cleeves Symmes meurt en 1839 à Hamilton dans l’Ohio. Un an plus tard, son fils Americus Symmes érige sur la tombe de son père un monument symbolisant la Terre Creuse sous la forme d’une orbe percée d’un orifice.

Victor Hugo
Victor Hugo pensait que les portes de l'enfer étaient Terrestres et il les voyait dans le pôle Arctique (cf : "la fin de Satan").

William Reed
William Reed n’hésitait pas à dire:"La terre est creuse. Les pôles, si longtemps cherché sont des fantômes. Il y a des ouvertures aux extrémités nord et sud. À l'intérieur on trouve de vaste continent, des océans, des montagnes et des fleuves. Il existe une vie végétale et animale dans ce nouveau monde, et il est probablement peuplé par des races inconnues des habitants de la surface".

Edmond Halley (1656-1749)
Il fut également le premier à émettre l'idée que les aurores boréales polaires étaient le reflet d'un "Soleil intérieur" qui éclairait le monde souterrain. Ses travaux furent publiés dans "The Philosophical Transactions of the Royal Society of London" et ne firent pas grand bruit. Halley passa surtout à la postérité grâce à la découverte de la célèbre comète portant aujourd'hui son nom.

Edward George Bulwer Lytton
politicien, ésotériste et écrivain célèbre, auteur des "Derniers jours de Pompéi", publia en 1873 "The coming Race" dans lequel il raconta que des rescapés de divers cataclysmes avaient trouvé refuge sous la Terre depuis des milliers d'années. Cette race de surhommes entretenait, selon lui, sa forme grâce à un mystérieux fluide, le "Vril". Elle allait bientôt supplanter l'humanité.

Marshall B. Gardner
après vingt ans d'études et sans qu’il ait eu vent de l'oeuvre de son prédécesseur,Reed, puis présentée dans "A journev to the Earth's interior : Have the poles really been discovered ?" ("Un voyage à l'intérieur de la Terre : les pôles ont-ils vraiment été découverts ?
L'ouvrage fut publié à compte d'auteur et jamais traduit en français. Gardner figura la Terre avec des ouvertures circulaires aux pôles dans lesquelles s'engouffrait l'eau de l'océan qui adhérait à la croûte, tant au-dessous qu'au-dessus, puisque selon sa théorie, le centre de gravité de la Terre était situé en plein milieu de cette croûte et non au centre du globe. Si un bateau franchissait le trou et se dirigeait vers l'intérieur, il continuait de naviguer (dans une position renversée) sur la paroi interne de la croûte terrestre.

Fridtjof Nansen
L'explorateur Fridtjof Nansen, qui publia "Vers le Pôle" en 1897 affirma avoir vu, aux environs de midi, une "image du Soleil", car selon lui, il ne pouvait être qu'un "mirage."Il ressemblait à un feu rayonnant qui brillait juste au-dessus du bord le plus éloigné de la glace. Du sommet principal, Nansen aperçut plusieurs lignes horizontales directement l'une sur l'autre, toutes d'égale longueur, comme s'il avait affaire à "un Soleil carré, d'un rouge pâle, avec des rayons sombres horizontaux en travers." Nansen et son équipe ne s'attendaient pas à observer durant plusieurs jours consécutifs ce "dieu de vie" renaissant après la longue nuit d'hiver polaire, si bien qu'ils pensèrent avoir dérivé vers le Sud.

F. Amadeo Giannini
En 1959, F. Amadeo Giannini écrivit son "Worlds beyond the Poles" (Les mondes au-delà des pôles). Il révéla que, depuis le 12 décembre 1928, les expéditions polaires de la marine US avaient mis en évidence l'existence d'une terre indéterminée s'étendant au-delà des deux pôles, hors des frontières de notre seul globe déterminées par la théorie copernicienne de 1543.

William F. Warren
William F. Warren, dans un livre intitulé "Le Paradis retrouvé, ou le berceau de la race humaine", développa l'hypothèse selon laquelle la race humaine avait pris naissance sur un continent tropical situé dans l'Arctique, la fameuse "Hyperborée" des anciens Grecs. Les habitants étaient des "dieux" pouvant vivre des milliers d'années, sans jamais vieillir. Selon lui, les anciens écrits de la Chine, de l'Égypte, de l'Inde, et aussi les légendes des Esquimaux,évoquaient une grande ouverture dans le Nord et une race vivant sous la croûte terrestre dont les ancêtres étaient originaires de cette terre paradisiaque..

Théodore Fitch
Un certain Théodore Fitch écrivit un livre, "Le Paradis intérieur de la Terre", en s’appuyant sur les travaux de Reed et de Gardner. Il prétendit que les océans internes étaient beaucoup plus petits que ceux de l'extérieur et que les étendues de terres y étaient trois fois plus grandes. Fitch posa une série de questions essentielles : 

  • Si aucun fleuve ne coule de l'intérieur vers l'extérieur de notre globe, pourquoi tous les icebergs sont-ils composés d'eau douce ? 
  • Pourquoi trouve-t-on des graines tropicales, des plantes et des arbres flottant dans l'eau douce des icebergs ? 
  • Si cette eau ne peut logiquement provenir d'aucun endroit sur la Terre, alors par quel mystère se trouve-t-elle là ? 
  • Si la face interne de la Terre ne bénéficie pas d'un climat chaud, alors pourquoi rencontre-t-on en plein hiver; dans l'extrême Nord, des oiseaux tropicaux par milliers et des animaux qui ont besoin d'une température douce pour subsister ? 
  • D'où vient le pollen qui colore parfois la neige en rouge, en jaune ou en bleu ?
Gray Barker
Gray Barker, une autre autorité en matière d'ovnis, écrivit dans le "Saucerian Bulletin" du 15 janvier 1960 : « Les adeptes des sciences occultes croient que des êtres habitent à l'intérieur de la Terre et qu'ils en sortent et y retournent grâce à des passages secrets situés au pôle Nord et au pôle Sud... Est-ce qu'il ne pourrait pas exister une race inconnue, dans quelque coin inexploré de la Terre, qui serait responsable des soucoupes volantes ? ... Après avoir longuement réfléchi, il me semble que l'explication d'une Terre intérieure devrait pouvoir résoudre la plupart des énigmes que pose le phénomène "soucoupes volantes.» Dans son livre intitulé : "Ils en savaient trop sur les soucoupes volante", il rappela qu'on avait vu une quantité inhabituelle d'ovnis dans la région du pôle Sud.

Henri Gauthier (1660-1737)
En 1721, Gauthier (1660-1737), un ingénieur des Ponts et chaussées, pense que la Terre est entièrement creuse et qu'elle est comparable à un ballon ou à une vessie pleine d'air ! La mince couche externe, qui a moins de 5 km d'épaisseur en moyenne, est maintenue par deux forces opposées : la gravité et une force provenant de la rotation de la Terre.

Nicolas Roerich (1874-1947)
Russe d'origine, indien d'adoption, peintre mystique et visionnaire, Nicolas Roerich  mena sa plus longue expédition en Asie Centrale en 1928. Il séjourna alors plusieurs mois dans les Himalayas, voyagea à travers le désert du Gobi et partit un beau jour, tout seul sur un poney, à la recherche d'un point du Tibet du Nord où il pensait découvrir l'entrée de l'Agartha et le Royaume de Shambhalla. Quand il reparut plusieurs jours plus tard, les Ladakhis de son escorte se prosternèrent à ses pieds: selon eux, seul un dieu pouvait revenir vivant de l'endroit où il s'était rendu !

Cyrus Reed Teed
En 1870, un Américain nommé Cyrus Reed Teed, qui avait d’abord étudié des médecines "naturistes", publia une brochure dans laquelle il racontait qu’un soir où il se trouvait seul, à minuit, dans le laboratoire qu’il s’était monté pour étudier l’alchimie, une femme très belle lui était soudain apparue. Elle lui révéla les vies antérieures qu’il avait vécues et lui dévoila les secrets de l’univers : celui-ci est pareil à un oeuf, nous vivons sur la face interne de la coquille. Teed était éloquent. Il créa un bureau géodésique qui se livra à des expériences pour prouver que la surface de la Terre est concave: c’est l’intérieur de la coquille.

H.P. LOVECRAFT
Les récits de H. P. Lovecraft (et al) appelés Cthulhu Mythos présentent comme thème récurrent un labyrinthe souterrain où vivent divers Grands Anciens.

LOBSANG RAMPA*
Extrait Livre :Crépuscule (Page 25 a 39)
Il existe indiscutablement au Tibet des tunnels qui s'enfoncent toujours plus profond sous la terre et de nombreuses légendes font état de personnages singuliers qui empruntent ces tunnels pour s'entretenir avec des lamas de degré supérieur. Ainsi que je l'ai écrit dans quelques-uns de mes ouvrages, je suis descendu dans certains de ces tunnels et même dans ceux de l'Ultime Thulé. Il est divers endroits du globe d'où l'initié peut se rendre au centre de la planète pour y rencontrer des représentants de cette civilisation intérieure et beaucoup de gens savent de science certaine que les habitants du monde intérieur viennent conférer avec ceux de la surface. Naturellement, quelques-uns des O.V.N.I. proviennent de ce monde intérieur.
Il existe différents types d'O.V.N.I. L'un d'eux vient des entrailles de la Terre et si l'on voit aujourd'hui beaucoup d'objets volants non identifiés, c'est parce que le peuple de l'intérieur s'inquiète énormément des explosions atomiques qui interviennent à l'extérieur.
N’hésitez pas à lire les très nombreux et passionnant livres de Lobsang Rampa :
Et également et même avant "la vie des maîtres" :

René Guénon (1886-1951)
Ce Roi est doté d'un pouvoir tout à la fois sacerdotal et royal : "Le "Roi du Monde" doit avoir une fonction essentiellement ordonnatrice et régulatrice (...) fonction pouvant se résumer dans un mot comme celui d'"équilibre" ou d'"harmonie", ce que rend précisément en sanscrit le terme Dharma : ce que nous entendons par là, c'est le reflet, dans le monde manifesté, de l'immutabilité du Principe suprême." Pour faire le lien avec les traditions issues des textes bibliques, René Guénon ajoute : "Le nom de Melchisédech, ou plus exactement Melki-Tsedeq, n’est pas autre chose que le nom sous lequel la fonction même du "Roi du Monde" se trouve expressément désignée dans la tradition judéo-chrétienne." Mais ne nous y trompons pas, Melchisédech n'est que de seconde importance, parce que rattaché à une tradition secondaire, et non à la Tradition primordiale : "Le titre de "Roi du monde", pris dans son acception la plus élevée, la plus complète et en même temps la plus rigoureuse, s'applique proprement à Manu, le Législateur primordial et universel."

Bernard de Montréal
"Un jour des gens serons appelés pour aller a un endroit par voix télépathique, ils vont entendre,dans leurs oreilles, très fort...ce qu'ils vont entendre va venir de la Grande Chambre Souterraine et vont être appelés par ceux qui ont le rôle de les appeler.
Site :

Nombreuses vidéos en français.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.