jeudi 12 avril 2018

+12/04 - COMMUNIQUÉ DU CNT. 
APPEL AUX GENDARMES DE FRANCE.  



Mai à Paris : 
- Les trains pourraient être gratuits du 1 au 5 mai pour favoriser le regroupement des français à Paris. C'est ce que propose Eric Fiorile, mais aussi ce que m'ont dit des employés de la SNCF. Une grève qui bénéficie au peuple. 
Eric Fiorile a déjà rendu certains péages d'autoroute gratuits en levant les barrières, la police présente a laissé faire. C'est possible pour les trains. 
Ou ils ne nous font pas payer, ou on refuse de payer. SNCF et usagers unis cette fois.
- Macron fait appel à des mercenaires étrangers ne parlant pas français pour le protéger et il compte être absent le 5 mai, il ne va pas nous attendre, mais nous pouvons occuper les lieux de pouvoir.
J'ai rencontré certaines personnes de ces forces étrangères à Paris, mitraillette en main, ceux là sont conscients que le peuple français veut se libérer et que cela profitera à tous.
Nous pouvons camper, occuper l'Elysée si Macron n'est pas là.
Ces bâtiments appartiennent au peuple et nous devons faire la queue une fois par an, lors de la journée du patrimoine, pour jeter un œil sur leur beaux salons. Il y a un grand jardin où Kadhafi a planté sa tente. 
- Les magistrats rejoignent le CNT.
Informez en masse !!!!! Par mail, par courrier, autour de vous... en imprimant et en distribuant le tract disponible sur le site.

Vidéo du CNT - 5 MAI Tous unis à Paris !
De multiples manifestations se déclarent chaque semaine, le plus souvent manipulées par les syndicats, et le problème de fond reste le même : une classe dirigeante insensible aux intérêts des Français et poursuivant un programme de destruction de toutes ses normes culturelles, morales, sociétales... Tous unis par une vraie volonté de changement, assurés d'une Transition juste et équitable, garante de l'absence de chaos, nous pourrons restituer à la France sa dignité et sa vraie place sur l'échiquier international. 

* Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. - René Cassin, cet inconnu en France.
----------------------------------------
Des Généraux se rebellent. 
Il y a eu Le Général Piquemal
 qui a té arrêté comme un terroriste lorsqu'il a oser prendre le micro lors d'une manifestation pour donner son avis sur la situation du pays.
L’expression des militaires est menacée : La tribune choc de 11 généraux, les forces de police manifestent. La pression monte, en France. la loi travail rassemble les français pendant que les Antilles Française sont dévastées ! 


Le Général Piquemal - Ce qui se cache derrière son arrestation. nous sommes au bord d'une guerre civile programmée de longue date comme l'a expliqué Stan Maillaud. Il nous faut les prendre de court

------------------------------------------------------------
Suite à cet événement le Général Didier Tauzin s'est présenté aux élections présidentielles. 
Le Général Didier Tauzin président en 2017. Il défend le peuple souverain.
http://vol370.blogspot.fr/2016/11/0411-le-general-didier-tauzin-president.html



------------------------------
Puis après le défilé du 14 juillet et la décision de Macron de réduire le budget des forces armées : Démission du Général Pierre de Villiers, frère de Philippe de Villiers  qui a créé le parc du Puy du fou. Poutine lui a demandé d'en ouvrir un en Russie. Il a écrit un lire et il y a une vidéo sur le massacre des vendéens à la révolution de 1789.: toutes les réactions - 19 juillet 2017. 

http://vol370.blogspot.fr/2017/07/1907-demission-du-general-pierre-de.html


Macron va se retrouver seul. Si au moins les journalistes se mettaient à relayer enfin la vraie info. Il est temps de changer de bord.
------------------------------------------------------------
Le Général Martinez - L' armée doit-elle prendre la parole ?
Les anciens hauts gradés de l’armée française interviennent de plus en plus en politique. Pourquoi ? Quels dangers veulent-ils contrer ? Sputnik a interviewé le Général Martinez qui vient de publier 'Quand la Grande Muette prendra la parole' (Apopsix, 2017). Un entretien choc.

https://www.youtube.com/watch?v=7e1m5vfrvP0

Danger de guerre civile
Général Antoine Martinez : comment inverser l'islamisation de l'Europe
Intervention du général Antoine Martinez , président de Volontaires pour la France, lors du colloque Désislamiser l'Europe à Béziers le 4 mars 2017.

Général Martinez : « Les Français ont le droit à défendre leur civilisation, leur culture. »
https://www.youtube.com/watch?v=L3XqwFLpjaI
------------------------------------------------------------
Général Pinard Legry - Interview sur l'état de l'armée française
Le général Pinard Legry, Saint-cyrien, ancien chef de corps du 4e Régiment étranger, termine sa carrière à la Direction du Renseignement Militaire (exploitation du renseignement). Il est désormais le président de l'Association de soutien à l'Armée Française (Asaf).
------------------------------------------------------------
Mutation sanction du Général Soubelet : Eric Ciotti démissionne de la mission d’information de lutte contre l’insécurité
Publié le 1 août 2014
Dans un courrier adressé ce jour à Jean-Pierre Blazy, président de la mission d’information de lutte contre l’insécurité devant laquelle s’était exprimé le général Bertrand Soubelet le 18 décembre dernier, Eric Ciotti, Philippe Goujon et Georges Fenech ont fait part de leur volonté de démissionner de ladite mission suite au changement d’affectation du haut fonctionnaire en conseil des ministres du 30 juillet 2014.
En effet, ils ont souhaité attirer l’attention du président Blazy ainsi que celle de Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale et celle de Jean-Jacques Urvoas, président de la Commission des lois qui ont reçu copie de ce courrier, sur l’importance de la défense de la liberté de parole au sein de la représentation nationale et plus particulièrement au sein de la mission d’information de lutte contre l’insécurité.
Eric Ciotti, Philippe Goujon et Georges Fenech déplorent le remplacement du Général Bertrand Soubelet du poste de directeur des opérations et de l’emploi de la Gendarmerie nationale et sa réaffectation à la tête de la Gendarmerie en Outre-mer, estimant « qu’il a sans doute payé la liberté de ton avec laquelle le général s’était exprimé devant la commission » à laquelle ils appartiennent.
Et d’ajouter : « En effet, le 18 décembre 2013, nous avions eu l’honneur d’auditionner le général Soubelet qui compte tenu de sa grande expérience de terrain, avait pu éclairer nos travaux en nous faisant part de son analyse de la situation de l’insécurité dans notre pays. Le général s’était alors limité à faire son devoir en disant toute la vérité sur les conséquences de la politique pénale du Gouvernement qu’il avait eu l’occasion de décrypter à partir des remontées venant du terrain. »
Audition du Général Bertrand Soubelet, dir. des opérations et de l'emploi de la gendarmerie nationale - Mercredi 18 Décembre 2013 - 1h24


Les trois députés estiment que «ce changement d’affectation masque en réalité une sanction qui ne dit pas son nom» et en tirent toutes les conséquences : «Parce que nous n’avons pas l’intention de servir de caution à une commission qui censure les personnes qui sont auditionnées lorsque leurs constats ne sont pas en accord avec la politique gouvernementale, nous vous prions de bien vouloir noter que ne souhaitons plus faire partie de la mission d’information que vous présidez.»
Eric CIOTTI, Député, Président du Conseil Général des Alpes-Maritimes
Philippe GOUJON, Député, Maire du 15e arrondissement de Paris
Georges FENECH, Député



---------------------
Qui veut tuer le policier Jallamion ? 
Policier exemplaire, il dénonce l'islamisme. On organise sa mort sociale 
EXCLUSIF : Sébastien Jallamion, brigadier-chef de la Police Nationale à Lyon, témoigne des incroyables persécutions dont il est victime de la part de sa hiérarchie et du système judiciaire, ainsi que de l'agression sauvage dont il a été victime – pour la seule raison qu'il avait mis sur son compte Facebook une photo du chef terroriste de l'Etat Islamique, Abou Bakr al-Baghdadi, avec une cible sur sa tête !

Plus en détail
Brigadier-chef de la police à Lyon, la vie de Sébastien Jallamion bascule un jour de septembre 2014. Réagissant à l’odieux assassinat d’Hervé Gourdelle en Algérie, il poste sur un compte Facebook des dénonciations des islamistes fanatiques de Daech. Sa hiérarchie l’accable et décide de le poursuivre. La justice réclame une peine de 5 mois de prison ferme… Son administration prononce son exclusion de la police nationale pendant deux ans. Administrativement et judiciairement, le policier de 43 ans et père de famille, est condamné à la mort civile et professionnelle . Sébastien Jallamion est l’invité de TV Libertés. Un témoignage tout simplement effrayant.

Discours de Sébastien Jallamion à la manifestation en hommage aux policiers tués à Magnanville
------------------------------------------------------
Colonel Jacques Hogard :"A un moment, il faudra faire donner l'armée"
https://www.youtube.com/watch?v=2iog-KyFOi8
------------------------------------------------------
Hommage au policier tué sur les Champs-Elysées : l'émouvant discours de son conjoint

Attaque des Champs-Elysées: qui était le policier tué?
------------------------------------------------------

Ça suffit assez de policiers, de militaires tués, blessés, mutilés et même de civils  dans les pays en guerres! 
Devons-nous attendre un coup d'état des Généraux qui ferait couler beaucoup de sang, suivi d'un gros attentat qui permettrait à notre dictature de lancer leur guerre civile tant recherchée avec une foule de Djihadistes dont ils ont favorisé la venue et tant de caches d'armes partout. Il nous faut agir avant. Unis, nous pouvons reprendre le pouvoir.
---------------------

DÉSOBÉÏSSEURS CIVILS* DE FRANCE, BELGIQUE.....REJOIGNEZ-NOUS.
"Lorsque la consigne est infâme, la désobéissance est un devoir."
Jusqu'où devons-nous supporter les injustices et les subir ? 

Inspirons-nous des zadistes de Notre dame des Landes qui sont là pour nous montrer l'exemple. Ils résistent à 300 face à 2500 gendarmes. En mai, les gendarmes doivent être de notre côté si nous nous y prenons bien pour informer.

CAMPONS EN RÉGION PARISIENNE DÈS LE 1ER MAI.
ça va être la fête!

Le 1er mai est la fête du travail, nous allons la transformer en fête de la Liberté.
Il y a plein d'endroit dans le Parc de Vincennes, au Bois de Boulogne (évitez les zones de la prostitution, de la drogue), au jardins des Tuileries, du Luxembourg, devant les invalides, sur le Champs de Mars entre la Tour Eiffel et Les Invalides.. Voir sur Google Map. Ils ne seront pas assez pour nous déloger et on peut replanter plus loin. Il vaut mieux voyager léger, c'est le printemps et je suis certaine que des parisiens et franciliens, comme moi viendront vous aider. 
Sinon vous pouvez trouver des amis, de la famille sur Paris pour vous héberger... 
Nous serons très heureux d’accueillir nos frères de nos belles provinces. Ici, c'est triste sans vous!

Charles Aznavour et Zaz - J'aime Paris au mois de mai
-------------------------------
SEPT PRINCIPES DE LA DESOBEISSANCE CIVILE
1. La désobéissance civile est la violation délibérée, spécifique, de la loi, au nom d'un principe social essentiel. Elle devient non seulement justifiable mais nécessaire quand un droit humain fondamental est menacé et quand les moyens légaux pour faire respecter ce droit sont inadaptés. Il peut prendre la forme de violation d'une loi injuste, de protestation contre une situation injuste ou d'application d'une loi ou d'une situation souhaitable. Qu'elle soit reconnue comme légale, au nom d'un droit constitutionnel ou international, ou non, son but est toujours de combler la brèche qui sépare la loi de la justice, dans un processus infini de développement de la démocratie.

2. Il ne faut reconnaître aucune valeur sociale à l'obéissance absolue comme à la désobéissance absolue à la loi.
Prôner l'obéissance à des mauvaises lois, comme façon d'inculquer un certain servilisme abstrait à «l'ordre légal» ne peut qu'encourager les tendances déjà très répandues des citoyens de se courber devant le pouvoir de l'autorité, de refuser tout affrontement avec l'ordre établi.
Exalter l'ordre légal comme quelque chose d'absolu est la marque du totalitarisme, et il est possible de créer une atmosphère totalitaire dans une société qui possède nombre des attributs de la démocratie. Revendiquer le droit des citoyens à désobéir à des lois injustes et le devoir de désobéir à des lois dangereuses, c'est la véritable essence de la démocratie, qui accepte que le gouvernement et ses lois ne sont pas sacrés mais qu'ils ne sont que des instruments, au service de certaines fins : la vie, la liberté, le bonheur. 

3. La désobéissance civile peut demander la violation de lois qui ne sont pas injustes par elles-mêmes, pour protester à propos d'une question que l'on estime très importante. Dans tous les cas, l'importance de la loi transgressée doit être mesurée en relation à l'importance de la question.
- Une règle du code de la route, transgressée temporairement, n'est pas aussi importante que la vie d'un enfant renversé par une auto;
- l'occupation de bureaux publics l'est moins que l'homicide de civils au cours d'une guerre.
Non seulement des lois déterminées, mais aussi des situations personnelles peuvent être insupportables et la transgression de lois normalement acceptables peut agir comme mode de revendication.

4. Si un acte déterminé de désobéissance civile est un acte de revendication moralement justifiable, il s'ensuit que l'emprisonnement de ceux qui l'ont commis est injuste et devrait être opposé et contesté jusqu'au bout. Celui qui revendique doit refuser la condamnation autant qu'il refusait de respecter la règle transgressée. Il peut exister des cas où les personnes impliquées dans une revendication peuvent décider d'aller en prison comme moyen de continuer leur acte de protestation, pour rappeler à leurs concitoyens l'injustice qu'elles subissent, ce qui ne veut pas dire que l'emprisonnement fait nécessairement partie d'une règle gouvernant la désobéissance civile. L'important est que l'esprit de la revendication soit conservé dans tous les cas, que l'on aille en prison ou non. Accepter la prison comme acte de pénitence en accédant aux « règles » signifie retomber abruptement dans le même esprit de servilité, et minimiser la gravité de la revendication.

5. Ceux qui s'engagent dans la voie de la désobéissance civile devraient choisir des tactiques aussi peu violentes que possible, en accord avec l'efficacité de la revendication et l'importance du sujet. Le degré de désordre provoqué doit être raisonnablement en rapport avec l'importance de la question traitée. La distinction entre tort infligé aux personnes et tort infligé aux biens doit être primordiale. Les tactiques appliquées aux biens peuvent comprendre (toujours : en considérant l'efficacité et l'importance de la question) : la dévalorisation (comme dans le cas des boycotts), la dégradation, l'occupation temporaire et l'appropriation permanente. Dans tous les cas, la force impliquée dans tout acte de désobéissance civile devrait agir clairement et spécifiquement sur l'objet de la revendication.

6. Le degré de désordre dans la désobéissance civile ne devrait pas être mesuré en rapport à une fausse « paix » supposée exister dans l'ordre établi, mais contre le vrai désordre et la violence qui font partie de la vie courante, qui se manifestent ouvertement au plan international dans des guerres, mais qui se cachent aussi localement derrière le masque de « l'ordre » occultant l'injustice de la société actuelle.

7. Lorsque nous réfléchissons sur la désobéissance civile, nous ne devons jamais oublier que nos intérêts sont différents de ceux de l'état et que nous ne devons jamais laisser les agents de l'état nous persuader du contraire. 
L'état veut le pouvoir, l'influence, la richesse, comme des fins en elles-mêmes. Les individus recherche la santé, la paix, l'activité créatrice, l'amour. L'état, grâce au pouvoir et aux richesses qu'il détient, ne manque pas de porte-paroles pour défendre ses intérêts. Cela signifie que les citoyens doivent comprendre la nécessité de penser et d'agir par eux-mêmes ou en accord avec d'autres membres de la collectivité.
--------------------------------------
La République est un régime génocidaire. 

Marion Sigaut dernièrement à la "Fête du Pays réel" en Essonne - La révolution autrement que dans les livres scolaires
"La république contre la France, contre les français".

Les vendéens - Guerres de Vendée - Le génocide républicain


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire