mardi 30 janvier 2018

30/01 - ÊTES-VOUS L'UN DES 170 MILLIONS D'AMÉRICAINS 
QUI BOIVENT DE L'EAU DU ROBINET RADIOACTIVE? 


Source: ZeroHedge - par Tyler Durden 
Les radiations de l'eau du robinet constituent de graves menaces pour la santé, en particulier pour les enfants et les femmes enceintes. L'élément radioactif le plus commun trouvé par l'EWG était le radium. Des études montrent que le radium au-dessus de la limite légale de l'EPA peut provoquer une dépression du système immunitaire, de l'anémie, des cataractes, des fractures des dents et, bien sûr, le cancer.

Le radium est un élément radioactif naturel qui réside sur la croûte terrestre. L'EWG souligne que des niveaux plus élevés de radium dans l'eau du robinet se produisent lorsque l'extraction de l'uranium ou les sociétés d'exploration pétrolière et gazière perturbent la géologie de la terre. Le processus déclenche une radiation appelée «ionisation car elle peut libérer des électrons des atomes et des molécules et les transformer en ions», explique le groupe de travail électronique. L'EPA avertit que tous les rayonnements ionisants sont cancérigènes, ce qui implique que le radium au-dessus de la limite de l'EPA est trop répandue en Amérique et pourrait causer beaucoup de cancer. Dans 158 systèmes d'eau publics desservant quelque 276.000 Américains dans 27 États, l'EWG a constaté que le radium dépassait le plafond légal fédéral pour le radium 226 et le radium 228.

La base de données sur l'eau du robinet de l'EWG couvre six contaminants radioactifs, y compris le radium, le radon et l'uranium. La base de données montre que le radium 226 et le radium 228 sont les deux formes de radiation les plus courantes dans chaque état. L'EWG exprime sa frustration à l'égard des normes fédérales sur l'eau potable qui ont été adoptées il y a 41 ans et qui ne sont pas conçues pour protéger la santé humaine. De nouveaux objectifs de santé publique ont été fixés en 2006 par le Bureau californien de l'évaluation des risques environnementaux, mais ils ont été largement ignorés par le gouvernement fédéral. Les normes fédérales sur l'eau potable sont fondées sur le coût et la faisabilité de l'élimination des contaminants, et non sur des déterminations scientifiques de ce qui est nécessaire pour protéger pleinement la santé humaine. Et comme de nombreuses normes d'eau du robinet de l'EPA, les limites de radium sont basées sur une recherche vieille de plusieurs décennies plutôt que sur la science la plus récente.

Les limites d'eau du robinet de l'EPA sur le niveau combiné des isotopes du radium et le niveau combiné des particules alpha et bêta ont été établies en 1976. Elles ont été conservées en 2000, lorsque l'étalon d'uranium a été établi. Pour évaluer avec plus de précision la menace actuelle de radiation dans l'eau du robinet américaine, nous avons comparé les niveaux de contaminants détectés par les services publics locaux aux limites légales de l'EPA de 41 ans, mais aux objectifs de santé publique fixés en 2006 par les Bureau californien de l'évaluation des risques environnementaux. Les objectifs de santé publique californiens ne sont pas des limites juridiquement contraignantes, mais des lignes directrices pour les niveaux de contaminants qui ne représentent qu'un risque minime - habituellement défini comme un seul cas de cancer attendu pour chaque million de personnes qui boivent de l'eau toute leur vie.

Les normes californiennes sont des centaines de fois plus strictes que les limites actuelles de l'EPA pour le radium 226 et le radium 228. Si le gouvernement fédéral adoptait les nouveaux tests, cela signifierait qu'il n'y aurait pas plus d'un cas de cancer par million de personnes par approvisionnement en eau. Cela causerait probablement une urgence de santé publique à travers les États-Unis, mais apparemment, c'est quelque chose que le gouvernement n'a pas l'intention de faire dans le temps intermédiaire. Donc, pour l'instant, les Américains vont profiter d'un plus grand risque de cancer un verre d'eau à la fois, car le cancer est peut-être très rentable pour les compagnies pharmaceutiques, ou le pays est à plat et ne peut se permettre de nouvelles infrastructures.

"La plupart des éléments radioactifs de l'eau du robinet proviennent de sources naturelles, mais cela ne supprime pas la nécessité de protéger les gens par des normes plus strictes et un meilleur traitement de l'eau", a déclaré Olga Naidenko, conseillère scientifique d'EWG. «Des millions d'Américains boivent de l'eau avec des niveaux potentiellement nocifs d'éléments radioactifs, mais les normes fédérales dépassées signifient que beaucoup de gens ne connaissent pas le risque auquel ils sont exposés lorsqu'ils ouvrent le robinet. Contamination par le radium dans les réseaux d'eau publics du pays. Les concentrations de radium dans l'eau potable sont tirées de la base de données d'eau du robinet d' EWG

et représentent la moyenne de tous les échantillons d'eau potable traitée recueillis de 2010 à 2015 pour chaque réseau d'aqueduc. Les échantillons déclarés comme non-détectés sont entrés comme zéro, ce qui pourrait sous-estimer la concentration réelle de radium dans l'eau potable. Les règlements fédéraux sur l'eau potable fixent un niveau maximal de contaminants, une norme légale applicable, de 5 picocuries par litre (pCi / L) pour le niveau combiné de deux isotopes du radium: le radium 226 et le radium 228. Certains services d'eau et certains états rapportent des niveaux individuels de ces isotopes, tandis que d'autres rapportent une seule valeur de radium combinée d'un échantillon spécifique. Lorsque le niveau combiné n'a pas été signalé par le service d'eau, EWG a ajouté des mesures de radium 226 et de radium 228 pour le calculer, selon les disponibilités.

La carte ci-dessus affiche les données sur le radium pour 1.850 systèmes d'eau communautaires desservant plus de 10.000 clients et 1.620 systèmes d'eau communautaires desservant entre 3 301 et 10.000 clients. Les emplacements du système d'approvisionnement en eau ont été cartographiés en fonction du Système d'information sur la salubrité de l'eau potable de l'Agence de protection de l'environnement, ou SDWIS. Les emplacements sont approximatifs et sont destinés à visualiser la zone générale desservie par un système d'eau spécifique - et non pas à donner l'adresse spécifique de l'usine de traitement de l'eau. La carte n'inclut pas les systèmes d'eau qui n'ont pas détecté le radium entre 2010 et 2015. Elle n'inclut pas non plus les systèmes d'eau pour lesquels EWG n'a pas pu confirmer les emplacements géographiques. Cliquez ici pour la version interactive.

Sur la carte, les points indiquant les emplacements du système d'eau sont codés par couleur en fonction des niveaux combinés de radium. La taille des points reflète la taille du système d'eau supérieure ou inférieure à 100.000 clients. Tout changement dans les sources d'eau et le traitement, et la qualité de l'eau après 2015, ne sont pas reflétés dans l'analyse de l'EWG. Pour plus de détails sur les méthodes de rapport de données pour la base de données d'eau du robinet d'EWG, lisez notre méthodologie .
-----------------------------
Are you One of 170 Million Americans Drinking Radioactive Tap Water?
Radiation in tap water poses serious health threats, particularly for children, and women during pregnancy.

The most common radioactive element the EWG found was radium. Studies show that radium above the EPA legal limit may cause depression of the immune system, anemia, cataracts, fractured teeth, and of course cancer.

Radium is a naturally occurring radioactive element that resides on the earth's crust. The EWG emphasizes that higher radium levels in tap water occur when uranium mining or oil and gas drilling exploration companies disturb the earth's geology. The process triggers radiation called "ionizing because it can release electrons from atoms and molecules, and turn them into ions," explained the EWG. The EPA warns that all ionizing radiation is carcinogenic, implying that radium above the EPA limit is all too prevalent in America and it could be causing lots of cancer.

In 158 public water systems serving some 276,000 Americans in 27 states, the EWG found that radium exceeded the federal legal ceiling for radium-226 and radium-228.

The EWG's Tap Water Database covers six radioactive contaminants, including radium, radon, and uranium. The database shows radium-226 and radium-228 are the two most common forms of radiation in every state.

The EWG expresses frustration with the 41-year old federal drinking water standards that are not designed to protect human health. New public health goals were set in 2006 by the California Office of Environmental Hazard Assessment, but have been widely overlooked by the federal government.

Federal drinking water standards are based on the cost and feasibility of removing contaminants, not scientific determinations of what is necessary to fully protect human health. And like many EPA tap water standards, the radium limits are based on decades-old research rather than the latest science.
The EPA's tap water limits on the combined level of the radium isotopes and the combined level of alpha and beta particles were set in 1976. They were retained in 2000, when the uranium standard was established.

To more accurately assess the current threat of radiation in U.S. tap water, we compared levels of the contaminants detected by local utilities not to the EPA's 41-year-old legal limits, but to the public health goals set in 2006 by the respected and influential California Office of Environmental Hazard Assessment.

California public health goals are not legally enforceable limits, but guidelines for levels of contaminants that pose only a minimal risk – usually defined as no more than one expected case of cancer in every million people who drink the water for a lifetime. 

California standards are hundreds of times more stringent than the current EPA limits for radium-226 and radium-228. If the federal government adopted the new tests, it would mean that no more than one case of cancer per million people per water supply. That would likely cause a public health emergency across the United States, but apparently, that is something the government has no intentions in doing in the intermediate time. So, for now, Americans will enjoy a higher risk of cancer one glass of water at a time, because, perhaps, cancer is very profitable for pharmaceutical companies, or the country is just flat broke and cannot afford new infrastructure.

"Most radioactive elements in tap water come from natural sources, but that doesn't take away the need to protect people through stronger standards and better water treatment," Olga Naidenko, senior science adviser at EWG, said in a statement.

"Millions of Americans are drinking water with potentially harmful levels of radioactive elements, but the outdated federal standards mean many people don't know about the risk they face when they turn on the tap."

Radium contamination in public water systems nationwide.

Radium concentrations in drinking water are drawn from EWG's Tap Water database, and represent the average of all samples of treated drinking water collected from 2010 to 2015 for each water system. Samples reported as non-detections are entered as zero, which could underestimate the actual radium concentration in drinking water.

Federal drinking water regulations set a Maximum Contaminant Level, an enforceable legal standard, of 5 picocuries per liter (pCi/L) for the combined level of two isotopes of radium: radium-226 and radium-228. Some water utilities and states report individual levels of these isotopes, while others report a single combined radium value of a specific sample. When the combined level was not reported by the water utility, EWG added measurements of radium-226 and radium–228 to calculate it, as available.

This map displays radium data for 1,850 community water systems serving more than 10,000 customers, and 1,620 community water systems serving between 3,301 and 10,000 customers. The water system locations were mapped based on the Environmental Protection Agency's Safe Drinking Water Information System, or SDWIS. Locations are approximate and are meant to visualize the general area served by a specific water system – not to give the specific address of the water treatment plant. The map does not include water systems that did not detect radium between 2010 and 2015. It also does not include those water systems for which EWG could not confirm geographic locations. 

On the map, dots indicating water system locations are color-coded according to the combined radium levels. Dot size reflects the water system's size of above or below 100,000 customers. Any changes in water sources and treatment, and water quality after 2015, are not reflected in EWG's analysis. For more detail on data reporting methods for EWG's Tap Water Database, read our Methodology.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire