jeudi 25 janvier 2018

25/01 - LA MAFIA PÉDOPHILE D’HOLLYWOOD 
SUR LE GRILL. 

Heath Ledger
« Nous savons tous que si vous voulez vous assurer que les journalistes ne retranscrivent rien de ce que vous dites lors d’une conférence de presse, vous n’avez qu’à commencer à parler de la façon dont Hollywood est géré par des pervers et des pédophiles. Les oligarques qui dirigent vos entreprises de médias n’en écriront pas un traître mot…. L’acteur Heath Ledger a été assassiné par la mafia d’Hollywood. Il était devenu un problème pour les pédophiles au sommet de la pyramide d’Hollywood… … Il connaissait beaucoup de secrets de l’industrie et il n’avait pas peur de parler. Il a été tué pour faire un exemple, pour que le reste d’entre nous la ferme et reste docile. - Lindsay Lohan actrice d’Hollywood
L’effrayant journal intime de Heath Ledger 

Les révélations sur les réseaux pédophiles se succèdent rapidement ainsi que les arrestations. L’objectif du Président Trump, d’éradiquer la pédophilie, est en bonne voie! Maintenant des personnes comme Lindsay Lohan, Brad Pitt et Mel Gibson osent parler !
Suite à la récente série d’arrestations de pédophiles en Californie, les langues se délient.

Au Graham Norton Show sur la BBC, vendredi 28 novembre 2017, Mel Gibson a déclaré qu’Hollywood était une institution pédophile.
« Il y a une force créative et aimante à l’intérieur de la plupart d’entre nous qui nous guide à travers la vie. Ces gens n’ont pas ça. Pour eux, c’est le contraire… Les élites de l’industrie hollywoodienne prospèrent sur la douleur, le traumatisme, le stress, les abus et la souffrance… Hollywood est trempé dans le sang d’enfants innocents. Pendant longtemps, toutes les références à la pédophilie et au cannibalisme étaient symboliques ou allusives. Mais j’ai été personnellement présenté à la pratique au début des années 2000. Je peux en parler… »
« Ce n’est pas quelque chose de nouveau. Si vous faites des recherches, vous verrez qu’il s’agit d’un phénomène métaphysique, alchimique et vous pouvez le trouver dans les coulisses de toutes les époques sombres de l’histoire. »
« C’est un art occulte multidimensionnel et pratique, utilisé par les sociétés secrètes au cours des dernières centaines d’années pour la programmation sociale et le contrôle de l’esprit, et élevé à un zénith par Hollywood en Amérique à notre époque. »

Brad Pitt, quant à lui, décrit comment l’ensemble de l’industrie du cinéma et de la télévision travaille autour d’une culture d’abus sexuels sur enfants pour les besoins des réseaux de traite d’enfants qui couvrent les États-Unis et au-delà.
« Avez-vous déjà rencontré la mère d’un acteur enfant ? Elles sont dingues ! Ce sont des cibles faciles, et ce ne sont pas seulement des films, de la télévision, de la musique … c’est un showbiz ! ».
« Les parents vendent essentiellement leurs enfants pour la gloire ! »
« Un film est financé. Un millier d’enfants se présentent pour le rôle principal. Une centaine d’entre eux pourraient probablement travailler. Un jeune enfant avec une maman arrogante se présente. Elle est prête à tout pour lui obtenir le rôle, y compris se prostituer ou prostituer son propre fils ».
« L’enfant est envoyé en pâture à des producteurs ou réseau TV… La même chose arrive avec des politiciens, des banquiers ou autres ! »
« Dans tout cela les enfants sont comme une monnaie avec l’assentiment de leurs propres parents ».

« Les grands médias ne vont jamais exposer la vérité car ils en font partie. Ce sont les médias indépendants qui vont exposer cela ! »
« Internet est une chose merveilleuse et la libre circulation de l’information va tout révéler ».
« Ils perdent leur emprise sur le peuple américain, et sur les gens en général. Ils le savent ».
C’est juste une question de temps avant que tout ne soit révélé et n’explose. » (Brad Pitt juillet 2017).
--------------------------------------
Salma Hayek raconte l'enfer que lui a fait vivre Harvey Wein­stein
Salma Hayek connaît bien Harvey Wein­stein. En 2002, la comé­dienne a produit le film Frida avec Mira­max. Dans le New York Times, elle raconte l'enfer que lui a fait vivre le produc­teur.
Comme de nombreuses actrices, Salma Hayek a pendant des années été la cible d'Harvey Wein­stein. Plusieurs semaines après la révé­la­tion du scan­dale, elle a décidé d'écrire son histoire dans le New York Times, évoquant celui qui « était un ciné­phile passionné, un preneur de risques, un patron talen­tueux dans le domaine du cinéma, un père aimant et un monstre ».
Elle ajoute alors : « Durant des années, il était mon monstre. »Salma Hayek raconte en détails les humi­lia­tions qu'elle a subies de la part du produc­teur. Tout remonte à l'époque où elle voulait produire un film sur l'artiste mexi­caine Frida Kahlo. Pour rendre hommage à la peintre qu'elle admire, Salma Hayek est prête à tout. Alors, quand elle peut travailler avec Mira­max et Harvey Wein­stein, elle saute sur l'occa­sion.

Weinstein, François Pinault et Salma Hayek 
À partir de là, la comé­dienne sera forcée à dire « non » à de nombreuses demandes du mogul tout puis­sant d'Holly­wood. Car si son film est bien sorti en 2002, la contre­par­tie à payer a été un enfer pour elle. Salma Hayek a énuméré les demandes d'Harvey Wein­stein, qui voulait qu'elle prenne une douche avec lui, qu'elle le laisse la regar­der se doucher ou encore lui faire un massa­ge…
Salma Hayek a égale­ment dû dire non à une propo­si­tion de sexe oral ou lesbien. À chaque fois qu'elle refu­sait, c'est la colère noire d'Harvey Wein­stein qui refai­sait surface : « L'éven­tail de ses tactiques de persua­sion allait des mots doux jusqu'à cette fois où, en furie, il a dit ces mots terri­fiants « Je vais te tuer, ne pense pas que je ne peux pas. » » L'actrice raconte égale­ment ce qu'Harvey Wein­stein lui a forcée à faire en la menaçant d'arrê­ter le tour­nage de Frida.
Jugeant qu'elle n'était pas assez sexy dans le film, Harvey Wein­stein a voulu que Salma Hayek fasse une scène de sexe avec une autre actrice du film, Ashley Judd : « Et il a exigé une nudité totale ». Pendant le tour­nage de la séquence, Salma Hayek explique : « Pour la première et la dernière fois de ma carrière, j'ai fait une dépres­sion nerveuse. Mon corps s'est mis à trem­bler, mon souffle était court et j'ai commencé à pleu­rer encore et encore ».

Love story: Salma Hayek et François Pinault

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire