jeudi 11 janvier 2018

+++11/01 - LES 2 CORÉES RÉUNIES ? 


Corée du Nord et Corée du Sud pourrait vivre bientôt en paix.
Corée du Nord aux Jeux olympiques d'hiver de 2018, dans le Sud
Une participation de la Corée du Nord est attendue aux Jeux olympiques d'hiver de 2018 à Pyeongchang en Corée du Sud. Le pays effectuerait ainsi son retour aux Jeux d'hiver, ayant été absent à ceux de 2014 en Russie.

Les deux Corée ont convenu de poursuivre les pourparlers bilatéraux dans le but de soulager les tensions militaires dans la péninsule coréenne. Les deux pays ont convenu de résoudre les «problèmes nationaux par eux-mêmes», ce qui ressemble à une déclaration adressée à Washington. Enfin, ils ont convenu de reprendre les réunions des familles séparées par la guerre.
Quelques jours avant la réunion, le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a déclaré à la presse que les discussions Nord / Sud porteraient sur la participation aux Jeux Olympiques et rien d'autre. "C'est la somme totale des sujets qui vont être discutés", a-t-il dit. Il s'est entretenu avec le ministre sud-coréen de la Défense avant la réunion Nord / Sud et a publié un extrait de l'appel indiquant que les États-unis et la Corée du Sud "reconnaissent les dangers du comportement irresponsable de la Corée du Nord".

Mais à tous égards, Mattis s'est trompé. La Corée du Sud n'a pas limité sa discussion avec le Nord au sport olympique, pas plus que la déclaration post-réunion de la Corée du Sud ne mentionne le «comportement imprudent» du Nord. En fait, le quotidien China People's Daily a annoncé aujourd'hui que l'équipe olympique nord-coréenne a l'intention de participer aux Jeux olympiques avec l'équipe sud-coréenne - un développement symbolique mais difficile à imaginé pour ceux d'entre nous qui n'auraient jamais penser voir les deux Allemagne réunifiées.

Les États-Unis sont devenus beaucoup moins influents dans ce conflit comme dans le conflit syrien et pour le conflit israélo-palestinien après la décision du président Trump qui a irrité le reste du monde de déplacer l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem. Ce sont toutes de très bonnes choses. Plus les États-Unis perdent de leur influence dans les conflits à travers le monde, plus nous nous rapprochons d'une politique étrangère non interventionniste de facto. La Cabale des Etats-Unis était la cause de ces conflits.
La Corée du Nord et la Corée du Sud recommencent à communiquer. Les Syriens se sont tournés vers d'autres alliés pour aider à combattre l'EIIL et d'autres groupes terroristes soutenus de l'extérieur. Bien qu'ils maintiennent toujours des bases illégales en Syrie, les États-Unis ne sont plus cause de nouveaux conflits. Les Palestiniens et même les Israéliens comprennent que la main lourde des États-Unis dans leur différend ressemble plus à un signe de faiblesse que le reste du monde ignore simplement ses demandes à l'ONU. Ce sont toutes les bonnes nouvelles pour nous - les vrais patriotes. Mais les néocons ne sont pas encore finis. 

Rédacteur en politique étrangère - la publication phare du Council on Foreign Relations - lundi, le néo-conservateur belliqueux Edward Luttwak a publié un article intitulé « Il est temps de bombarder la Corée du Nord ». Parce qu'il ne s'attend pas à ce que les pourparlers Nord / Sud produisent le désarmement de la Corée du Nord, il a toujours en tête que la Corée du Nord devait être mise au pas par les bombes américaines. Son modèle pour cette attaque américaine est la frappe d'Israël sur l'Irak en 1981* sur la Syrie en 2007, qui ont tous deux détruit les installations nucléaires en faisant en sorte qu'Israël soit la seule puissance nucléaire du Moyen-Orient.
------------------------------
*http://www.jforum.fr/la-frappe-israelienne-coordonnee-avec-un-renfort-u-s-en-irak.html
L’Irak veut (encore) poursuivre Israël pour le bombardement d’Osirak
35 ans après le bombardement du réacteur nucléaire, l'Irak déclare qu'il demandera compensation à Israël via une résolution de l'ONU
------------------------------
**Comme ça Israël a détruit le réacteur syrien.
Le 6 Septembre 2007, le réacteur nucléaire syrien a été détruit. La presse mondiale et arabe accuse alors Israël. Le journal américain le « New yorker » révèle la responsabilité israélienne sur l'attaque contre la Syrie. Il réveille ici, tous les détails de l'opération. Le 13 Juillet 2007, le téléphone sonne dans le bureau du président Georges W. Bush, avec de l'autre côté de ligne le premier ministre israélien Ehud Olmert. Le but de la conversation est resté secrète, jusqu'à aujourd'hui. Les Etats-Unis ont été contre une attaque israélienne, car ils attendaient plus de preuves concernant l'éventuel réacteur nucléaire syrien. Le projet du réacteur nucléaire était resté secret, même pour certains responsables syriens. C'est pour cela que ça a été dur pour Israël, d'amener des preuves au gouvernement américain. Celui qui était responsable et a gardé le secret de la construction du réacteur syrien s'appelait Mohamed Sulliman. Depuis 2001 jusqu'à 2007, le réacteur a été construit sous le nez des israéliens et du monde, et personne n'a rien suspecté. Sulliman a travaillé en secret avec un groupe de scientifique. L'un d'entre eux était Ibrahim Autman. C'était l'homme qu'Israël s'est servi pour trouver toutes les preuves du projet syrien. Le Mossad l'a alors espionné sans cesse.
https://www.youtube.com/watch?v=KH0ZSY2HuVY


Pourquoi Israel n'a pas attaqué l'Iran ?

Israël est le flic du Moyen-Orient pour la Cabale des USA
Il faut ajouter que l'Iran a la technologie Keshe qui est un ingénieur nucléaire iranien
La technologie "Magrav" a empêché l'OTAN de déclencher la 3ème guerre mondiale
Un de mes articles relayé par ce blog (merci)

Les conflits très bien analysés, dans de courtes vidéos en fin d'articles, par Gille Ardinat 

De l'émission "Le dessous des cartes"

Ce que nous allons éviter:
Les Nord-Coréens bluffent presque sûrement sur leur capacité à frapper les Etats-Unis avec un missile, argumente l'«expert» militaire Luttwak. En outre, écrit-il, il n'y a probablement que trois douzaines d'installations qui auraient besoin d'être bombardées. "En l'absence de plan militaire raisonnable, détruire ces installations exigerait des milliers de frappes aériennes", assure-t-il. Et les Chinois? Ne vous inquiétez pas pour eux, écrit Luttwak, ils sont de notre côté: "Quiconque croit que la Chine agira au nom de la Corée du Nord dans le cas d'une attaque américaine contre ses installations nucléaires n'est pas raisonnable." 

Mais qu'en est-il de l'implosion de la Corée du Nord après une attaque, avec des millions de réfugiés qui se déversent au-delà des frontières et de la misère indicibles? Cela ne vaut même pas la peine de s'inquiéter, nous dit Luttwak. Une fois la Corée du Nord mise à genoux par les bombes américaines, elle peut être réunifiée de force avec la Corée du Sud et le résultat final ne sera pas très différent de la réunification allemande. 
Et les millions de Sud-Coréens (et environ un quart de million d'Américains) vivant dans la gamme des formidables capacités de riposte des missiles en Corée du Nord? Ne seront-ils pas décimés dans un holocauste inconnu depuis des décennies? Pas d'inquiétude pour Luttwak. 
Il est vrai que la Corée du Nord pourrait riposter à toute attaque en utilisant son artillerie conventionnelle contre la capitale sud-coréenne de Séoul et ses environs, où près de 20 millions d'habitants vivent à moins de 35 kilomètres de la ligne d'armistice. Les officiers militaires américains ont cité la peur d'une «mer de feu» pour justifier l'inaction. Mais cette vulnérabilité ne devrait pas paralyser la politique américaine pour une raison simple: elle est très largement auto-infligée. "Auto-infligé." Luttwak nous dit que de nombreux experts de la défense (y compris lui-même) ont conseillé à la Corée du Sud pendant des années d'éloigner ses ministères et ses bureaucrates de la frontière nord et d'inciter la population à le faire également. En vain. Et la Corée du Sud n'a pas non plus pris la peine d'investir dans des batteries anti-missiles Iron Dome.
Des millions mourront. "Tous les dommages causés à Séoul ne peuvent pas paralyser les Etats-Unis face à un danger immense pour leurs propres intérêts nationaux", dit Luttwak. Et qui assure la vie confortable de Luttwak alors qu'il pousse à la guerre et la misère pour les autres?  Luttwak est un associé principal au Centre pour les études stratégiques et internationales, un centre politique massif noyé dans l'argent du complexe militaro-industriel. Un coup d'œil à leurs donateurs corporatifs raconte l'histoire: Northrup-Grumman, Lockheed-Martin, Boeing, Saudi Aramco, General Dynamics, General Electric, Raytheon, Booz Allen Hamilton, etc.

Le complexe militaro-industriel dépense des milliards dans des guerres inutiles, ils se retournent vers les think tanks de Washington pour acheter des articles dans les médias comme «Il est temps de bombarder la Corée du Nord» et s'ils ont plus de guerres ils ont plus de milliards. C'est diabolique. Ils portent un costume et une cravate. Il vont même à l'église le dimanche. Mais ils volent l'avenir de millions d'étrangers, ils volent notre avenir, ils privent nos enfants de tout espoir de sécurité ou de prospérité alors que des milliards sont gaspillés et que les ennemis se multiplient. Edward Luttwak devrait être appelé pour ce qu'il est: un monstre incitant au meurtre de masse. Un «intellectuel» qui voit les autres comme moins humains et donc moins méritants que lui.

Pourtant, il est, écrit dans les publications grand public, est traité comme un «expert» par les médias grand public. La généralisation de la violence extrême par les bellicistes comme Luttwak engendre violence, fusillades, police militarisée. C'est tout un cancer dans notre société que nous apportent des personnes comme Luttwak. Des personnes qui cachent leur mal derrière la banalité d'un clavier. Nous faisons notre part pour lutter contre les néocons et nous faisons des progrès. Nous ne permettrons pas que leurs mensonges ne soient pas contestés. Nous ne permettrons pas que leur mal prévale. Aidez-nous à amplifier notre voix en faisant un don déductible d'impôt à l'Institut Ron Paul pour la Paix et la Prospérité. Travaillons ensemble pour un avenir meilleur, sans néoconférence. Merci beaucoup pour votre soutien continu

for peace and prosperity. 
Sincerely yours,
Daniel McAdams
Executive Director
Ron Paul Institute for Peace and Prosperity
---------------------------------- 
Les négociations en Corée aujourd'hui: Victoire par la diplomatie sportive
Avec RonPaul
Un coréen heureux
La Corée du Nord et la Corée du Sud ont tenu des discussions bilatérales pour la première fois en deux ans. En plus d'accepter la participation nord-coréenne aux jeux olympiques du mois prochain, les deux parties ont convenu de poursuivre les pourparlers afin de soulager les tensions militaires dans la péninsule. Avec les États-Unis à l'écart, est-ce le début de quelque chose d'important?

LA CORÉE DU NORD PARTICIPERA AUX JEUX OLYMPIQUES D'HIVER EN CORÉE DU SUD EN DÉCOUVERTE
La Corée du Nord a accepté l'offre de la Corée du Sud et enverra des athlètes aux Jeux olympiques d'hiver de 2018 le mois prochain, ont annoncé les deux parties, qui se sont entretenues pour la première fois en deux ans.

Corée du Sud: les délégations du Nord et de la Corée du Sud arrivent à Panmunjom pour des entretiens historiques
Des délégués de la Corée du Nord et de la Corée du Sud se sont rencontrés mardi 8 janvier à Panmunjom pour discuter de la participation possible de Pyongyang aux Jeux olympiques d'hiver de 2018 à Pyeongchang, ainsi que d'autres moyens d'améliorer les liens. Les deux délégations sont arrivées à Panmunjom et ont été conduites à la Maison de la Paix dans la zone démilitarisée (DMZ) pour les pourparlers

Corée du Sud: les délégations du Nord et de la Corée du Sud arrivent à Panmunjom pour des entretiens historiques
Traduction partielle

Nord et sud Corée commencent les pourparlers de Paix

North and South Korea meet for historic talks

Corée du Nord et du Sud tiennent leurs premiers entretiens directs depuis des années

Les Nord et Sud-Coréens se sont rencontrés près de la zone démilitarisée pendant environ 12 heures et se sont mis d'accord sur quatre points très importants:

Premièrement, le Nord enverrait une équipe en Corée du Sud pour participer aux Jeux olympiques d'hiver le mois prochain.
Cliquer bouton droit de la souris ans le texte pour la traduction
http://www.chicagotribune.com/news/nationworld/ct-korea-talks-olympics-20180105-
--------------------------------------------
***Comprendre le conflit syrien en 20 minutes [ Gilles Ardinat ]

L’universitaire Gilles Ardinat rejoint la liste FN de Louis Aliot pour les régionales. 18 octobre 2015
Gilles Ardinat, professeur agrégé d’histoire-géographie, est connu à Montpellier pour ses positions antimondialistes et contre l’Union Européenne. Son ouvrage « comprendre la mondialisation en 10 leçons » (préfacé par Jacques Sapir) lui a valu de nombreuses invitations dans les milieux souverainistes et altermondialistes (PCF, ATTAC, MPEP, Monde diplomatique).
Militant depuis 2011 à "Debout la France" (DLF), le parti gaulliste de Nicolas Dupont Aignan, il siégeait au conseil national. Au sein de ce parti, il défendait l’idée d’une large union des forces patriotiques sur le modèle des élections municipales de Béziers (où Robert Ménard avait obtenu le soutien du FN, de DLF, du MPF de Philippe de Villiers et du RPF de Christian Vanneste). La liste de rassemblement voulue par Louis Aliot répondant à cette logique d’union, Gilles Ardinat à récemment rendu sa carte à DLF pour rejoindre l’équipe FN/RBM de l’Hérault en tant que militant souverainiste « sans étiquette ».
La cabale était bien naturellement derrière ce conflit en Syrie, comme derrière tous les autres conflits

TVLibertés : Gilles Ardinat "comprendre la mondialisation en 10 leçons"
Le poids de l'Islam en France peut amener les français à retrouver ses racines Chrétiennes.

*Gilles Ardinat est professeur agrégé d'histoire-géographie et chercheur en sciences humaines. Il enseigne dans plusieurs universités languedociennes au lycée Jean Moulin et en CPGE B/L au lycée Henri IV à Béziers. Ses travaux portent notamment sur les notions de compétitivité et de mondialisation.
Ses élèves ont une énorme chance ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire