dimanche 23 juillet 2017

24/07 - ROBERT KENNEDY JR : LE GOUVERNEMENT DISSIMULE 
LES DÉCÈS DUS AUX VACCINS. 

Robert F. Kennedy Jr
Le 20 juillet 2017 Baxter Dmitry NewsUS 0

Robert F. Kennedy Jr poursuit sa campagne personnelle contre la collusion entre l’Industrie Pharmaceutique et le Gouvernement, en publiant un article sans concession selon lequel le gouvernement dissimule des informations au public concernant les vaccins – et dissimules des décès dus aux vaccins – afin de protéger les compagnies pharmaceutiques.

RFK Jr écrit :

Les spécialistes des vaccins et la communauté de la santé publique admet prudemment à l’occasion que les vaccins puissent provoquer des réactions négatives comme « tout autre médicament ou produit biologique ». Cependant, les experts sont moins disposés à reconnaître ouvertement le fait que les réactions négatives peuvent inclure et en fait incluent la mort, il suffit pour cela de consulter le Système de Supervision des Incidents Négatifs dus aux Vaccins (VAERS) pour constater que la mortalité est une conséquence possible.

De 1990 à 2010, par exemple, le VAERS a enregistré 1881 rapports de morts d’enfants en bas-âge à la suite de vaccinations, ce qui représente 4,8% des incidents négatifs impliquant des enfants sur une période de 20 ans.

En outre, les experts reconnaissent que le VAERS, qui est un système de surveillance passif, qui n’enregistre qu’une faible partie des rapports. Un rapport du gouvernement fédéral de 2010 affirme que le VAERS n’enregistre qu’environ 1% des rapports négatifs sur les vaccins.

Au niveau international, la communauté de la santé publique – à l’avant-garde de laquelle se trouve l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) – a précédemment utilisé un cadre de six catégories pour enquêter et définir les incidents négatifs sérieux suivant l’immunisation (AEFI), y compris la mort.

A l’aide de cet outil, des équipes de santé publique ont examiné des critères temporels et de possibles explications alternatives pour déterminer si le lien entre un incident et l’administration du vaccin était « très probable / certain », « probable », « possible », « peu probable », « sans relation » ou « inclassable ».
[Robert F. Kennedy Jr. lâche en direct à la TV la bombe de la vérité sur les Vaccins] Vidéo :

En 2013, la Commission Mondiale Consultative sur la Sécurité des Vaccins a abandonné le premier outil, apparemment parce que les utilisateurs « trouvaient parfois difficile de différencier entre les catégories « probable », « possible » et « peu probable ». L’OMS a eu recours à des spécialistes des vaccins pour concevoir un algorithme « plus simple » qui s’adapterait mieux aux vaccins. Le système à quatre catégories qui en est sorti invite les équipes de santé publique à classer les incidents soit en « cohérent », « incohérent » ou « indéterminé » dans leur lien avec un vaccin ou comme « inclassable ».

Malgré le vernis de logique suggéré par l’utilisation d’un algorithme, « le résultat final de l’enquête individuelle dépend du jugement personnel de l’assesseur » (c’est l’auteur qui souligne), particulièrement (selon les partisans de l’outil) lorsque le processus « comporte des réponses qui sont à la fois cohérentes et incohérentes avec un lien de causalité avec l’immunisation ».

Dans une lettre de 2017 au Journal Indien d’Ethique Médicale, les Docteurs Jacob Puliyel (un pédiatre établi en Inde, membre du Groupe Consultatif Technique National de l’Inde sur l’Immunisation) et Anant Phadke (un membre dirigeant du Réseau d’Action des Médicaments Panindien) soulèvent d’importantes questions sur l’outil révisé.

Ils décrivent une situation Orwellienne absurde dans laquelle il est pratiquement impossible de catégoriser les décès à la suite de vaccins ou liés à des vaccins. Et ceci parce que l’algorithme révisé ne permet pas aux utilisateurs de classer un incident comme « cohérent avec un lien de causalité avec un vaccin » à moins qu’il y ait des preuves montrant que le vaccin a causé une augmentation statistique significative de décès au cours des essais cliniques en Phase III.

Cependant par définition, un vaccin non évalué « suffisamment sûr » au cours des essais de Phase III ne peut pas arriver en Phase IV (licence et surveillance après mise sur le marché). Le résultat des exigences complexifiées de l’algorithme est que tous les décès qui se produisent postérieurement à l’accord de la licence deviennent « une coïncidence » ou « inclassables ».  

Les Docteurs Puliyel et Phadke décrivent ce qui s’est passé en Inde lorsque la commission nationale du pays sur les incidents (AEFI) a évalué 132 cas sérieux rapportés entre 2012 et 2016, y compris 54 décès d’enfants qui ont suivi l’administration d’un vaccin pentavalent « tout-en-un » destiné à protéger les récipiendaires contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’hépatite-B et la grippe hémophile de type B. Pour les bébés qui ont survécu à l’hospitalisation, la commission a classé les trois-cinquièmes (47/78) des incidents comme étant liés aux vaccins (dont 47% des incidents considérés comme « liés au produit » et 13% comme « relevant d’une erreur »), mais elle a classé presque tous les décès (52/54) soit comme une « coïncidence » (54%) ou « inclassables » (43%), malgré les preuves accablantes que les vaccins pentavalents et hexavalents accroissaient les risques de décès subits chez les bébés.
… les médecins qui ont « naïvement » accepté des rapports biaisés sur la sécurité des vaccins « perdent la confiance du public et dans le processus … mettent en danger la santé publique ».
L’absurdité et la négligence inhérentes à la liste de contrôle de l’OMS n’ont pas échappé à l’attention d’autres personnes en Inde et ailleurs. Dans une série de commentaires publiés dans le journal Vaccin en réaction à la publication de 2013 sur l’outil d’évaluation révisé, les commentateurs ont fait part des remarques acerbes suivantes :
  • -        « Même si un enfant en bonne santé meurt dans les minutes suivant la vaccination et qu’il n’y a pas d’autre explication pour l’incident (AEFI), même dans ce cas les pouvoirs en place peuvent facilement déclarer ce décès comme une coïncidence et non dû au vaccin, grâce au nouveau classement des incidents. Ceci est de la « science » dangereuse ».
  • -         Parmi les 20 critères de leur liste de contrôle, pas moins de 15 (75%) sont destinés à réfuter un lien de causalité avec le vaccin (souligné dans le texte original) … Après tout et comme le confesse l’auteur avec une ingénuité désarmante, l’essentiel est de « conserver la confiance du public dans les programmes d’immunisation ».
  • -         « Les gens comprennent qu’il n’y a pas de véritables coïncidences – seulement des incidents qui peuvent apparaître comme des coïncidences soit par manque de compréhension des faits généraux menant à la « coïncidence » rapportée, soit par suppression délibérée des faits, y compris lorsque … les incidents qui ont pour conséquence la mort sont amenés à « disparaître ».
  • -        « Il semble que la grosse affaire que représente l’industrie du vaccin affecte la science des vaccins et que nous concevions divers moyens de promouvoir les affaires au prix de vies humaines … Mettre en œuvre un outil d’évaluation moins sensible pour des raisons de sécurité n’est pas seulement illogique mais risqué pour les enfants du monde entier ».

Malheureusement, de nombreux partisans des vaccins semblent plus préoccupés de prévenir les « fausses interprétations » et « les conclusions erronées dans les relations de cause à effet » que de prévenir et d’identifier les incidents négatifs qui suivent les vaccinations. Le résultat, comme l’a dit le Dr. Puliyel, est que les médecins qui acceptent « naïvement » les rapports biaisés sur la sécurité des vaccins, « perdent la confiance du public et dans le processus … mettent en danger la santé publique ».  

Envois et traduction de Patrick T.
------------------------------
Donald Trump: Les Vaccins sont responsables de l'autisme
Son fils est autiste. (en anglais)

VACCINS. TRUMP, LA TORNADE, NOMME UN KENNEDY 
DANS UNE COMMISSION SUR L'INNOCUITÉ DES VACCINS.

AUTISME ET VACCINS
PAS VACCINÉS ET EN BONNE SANTÉ
Ce qu’il faut Savoir avant de Faire Vacciner ses Enfants.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire