jeudi 20 juillet 2017

++20/07 - L'ÉCOLE VUE PAR NATACHA POLONY, 
TRÈS BONNE JOURNALISTE, EX ENSEIGNANTE. 

Natacha Poliny doit être ministre de l'éducation nationale si nous n'étions pas en dictature avec le but de faire de nos enfants des nuls manipulable.
"La progression de l'ignorance dans les écoles. C'est dramatique !"
"Les écrans sont une arme de destruction massive !."
Natacha a été enseignante et nous parle de son expérience.
2015 - Audition de Mme Natacha POLONY, journaliste, auteure de :
- "Ecole : le pire est de plus en plus sûr"(1)
"Un enfant a besoin de simplicité, de logique"(1)
* Natacha Polony, née en 1975, est journaliste au Figaro. Agrégée de lettres et ancienne élève de l’Institut d’études politiques de Paris, elle est l’auteur de Nos enfants gâchés. Petit traité sur la fracture générationnelle (Lattès, 2005) et L’Homme est l’avenir de la femme (Lattès, 2008). Elle tient un blog très consulté : « Éloge de la transmission ».
Natacha Polony évincée, la chasse aux sorcières est lancée
https://www.causeur.fr/natacha-polony-europe-1-depart-144990
* Est présent au débat : Gérard Longuet né le 24 février 1946 à Neuilly-sur-Seine, est un haut fonctionnaire et homme politique français.

Député puis sénateur de la Meuse et titulaire de nombreux mandats locaux en Lorraine, il a été ministre sous les deux premières cohabitations. Libéral, Gérard Longuet a été président du Parti républicain, vice-président du mouvement Les Réformateurs et président du groupe UMP au Sénat. Il a été ministre de la Défense et des Anciens combattants de 2011 à 2012.
* Elle en parle : SLECC Savoir Lire, Écrire, Compter, Calculer
*Pole universitaire Léonard de Vinci
----------------------------
Natacha Polony face à Caroline Fourest*
Le face à face de Ruth Elkrief du mardi 1er août 2015 a opposé Natacha Polony, journaliste et essayiste, spécialiste des questions d'éducation, et Caroline Fourest, journaliste et essayiste.
Natacha face à Caroline Fourest, qui était très présente au journal "Charlie Hebdo" avec son ami BHL, la mauvaise foi incarnée, qui travaille pour le système et bien sûr soutient Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'éducation nationale en 2015 et qui a été mise à ce poste pour détruire nos enfants. Elle déteste les français et nos ennemis les francs maçons utilisent ces personnes contre nous.
Avec Caroline Fourest, ils vont tout régler...C'est le langage courant pour endormir le peuple.
L'abandon de la méthode syllabique est la raison principale de l'illettrisme de beaucoup de nos enfants qui n'ont pas les parents derrière pour réparer les "défaillance" voulues du système éducatif.
----------------------------
* Pascal Boniface VS Fourest, Haziza*, BHL "les pompiers pyromanes"
Fourest et BHL ne sont pas juifs, mais sionistes - 30 mn
"Nos président organisent l'Islam de France et demandent aux français d'être laïques"
Dommage que cette vidéo en finisse avec le foot et une mauvaise analyse de Poutine
Les méthodes ordurières de Frédéric Haziza

BHL, une autre ordure : Que fait encore cette "homme" en liberté ?



----------------------------
Best of des mensonges et mauvaises foi de Caroline Fourest
Fourest face à Tariq Ramadan, petit fils du fondateur de l'État islamique, un autre arnaqueur mais de l'autre bord. Celui-ci a fini par se taire, car démasqué, mais aussitôt remplacé par un Imam, Tareq Obrou*, je crois, le protégé de Juppé

*Révélations sur le protégé de Juppé Tareq Oubrou*

L'imâm pro califat décoré par Alain Juppé - Mosquée de Bordeaux
Alain Juppé a décoré de la légion d'honneur Tareq Oubrou, imâm se revendiquant Frère Musulman dans ses livres, membre des islamistes de l'UOIF, et qui défend la restauration du califat politique car "Mahomet était un chef d'état" (sa conférence est dans la vidéo). Sur France 2, le candidat Républicain affirme qu'il "fera tout pour qu'un terrain soit disponible" pour la Grande Mosquée de Bordeaux, dont les clés seront confiées à Oubrou.
---------------------------------
*Lina Murr Nehmé démasque Tareq Oubrou et Tariq Ramadan
L’historienne franco-libanaise Lina Murr Nehmé, également spécialiste de l’islam, analyse, décortique et illustre brillamment ce phénomène scandaleux et ses intrigues dans une nouvelle étude bien documentée, intitulée "Tariq Ramadan, Tareq Oubrou et Dalil Boubakeur : ce qu’ils cachent". Vu sa culture, ses recherches et son expérience, elle fait partie du peu d’intellectuels assez compétents pour oser faire une enquête sur ce crime presque parfait.
Ainsi, un commandement d’Allah interdit au musulman d’obéir aux versets coraniques les plus anciens, s’ils ont été abrogés par des nouveaux. Et quiconque enfreint ce précepte, s’enlise dans l’égarement et la mécréance. La charia le condamne même à mort s’il obéit à certains versets abrogés. Mais pour embellir l’islam, Tariq Ramadan, Tareq Oubrou et Dalil Boubakeur passent outre ces textes fondamentaux. Ces cachottiers profitent de l’absence de toute autorité suprême osant, en France, demander des comptes à ceux qui incitent à la haine ou au meurtre. L’islamophobie est un délit, l’incitation au meurtre ne l’est pas.
Tariq Ramadan, Tareq Oubrou et Dalil Boubakeur exploitent les beaux versets qui se trouvent dans la partie du Coran datant de la période mecquoise. Ils cachent à leurs auditeurs le fait que les plus beaux de ces versets ont été supprimés depuis le 7ème siècle, et remplacés par des versets médinois qui les contredisent. 
Tariq Ramadan, Tareq Oubrou et Dalil Boubakeur ainsi que beaucoup de leurs semblables savent que ces versets sont invalides. Mais ils bénéficient du droit de recourir à la dissimulation ou taqiya. Ils maquillent l’islam et donnent une douce apparence à ses enseignements. Ils citent ces beaux versets et s’en servent très souvent devant les « mécréants » ou leurs adversaires, occultant ainsi la face cachée et ténébreuse de l’arbre. Ils citent par exemple le verset « Pas de contrainte en religion », alors qu’ils savent qu’il a été abrogé par le verset « Tuez les polythéistes partout où vous les trouverez. Capturez-les, assiégez-les, dressez-leur toute embuscade possible. S’ils se repentent [de leur mécréance] et font les prières et paient les zakats [c’est-à-dire s’ils deviennent musulmans], relâchez-les, Allah est celui qui pardonne et fait miséricorde. » (Coran, 9,5)
Dans "Tariq Ramadan, Tareq Oubrou et Dalil Boubakeur : ce qu’ils cachent", Lina Murr Nehmé démystifie cette stratégie et met à nu ses auteurs qui se plaisent à parler dans les médias en France sans rencontrer de personnes capables de les démasquer. Et voilà une femme qui ose s’interroger quant aux raisons qui conduisent ces trois cachottiers à citer si souvent des versets coraniques abrogés, comme s’ils étaient toujours valables, et pourquoi ils répètent si souvent que Daech n’a aucun rapport avec l’islam.
Tariq Ramadan, Tareq Oubrou et Dalil Boubakeur connaissent très bien les nombreux autres versets coraniques qui sont condamnables, intolérables, incompatibles avec les lois occidentales et la Charte universelle des Droits de l’Homme. Mais ils s’abstiennent d’en parler dans leurs interventions publiques ou dans leurs écrits en langues européennes.
Il s’agit surtout de ces versets coraniques xénophobes, raciaux, belliqueux qui ont abrogé les versets pacifistes, mais qui, du coup, incitent à la violence, à la guerre[1], enseignent l’hypocrisie (Coran 16,106), justifient l’irrespect des pactes et des serments (Coran 2,225), autorisent le pillage, le vol, la capture des femmes et des enfants et leur réduction en esclavage (Coran 8,41 et 69), légitiment le mensonge et la pratique de la taqiya (Coran 5,89 ; 16,106), promeuvent la polygamie, la débauche (Coran 4,3 ; 2,230 et 236 ; 33,50 ; 56,16-23), motivent la haine et le combat des Juifs et des Chrétiens (Coran 9,32-33 ; 9,36).
La lecture du livre de Lina Murr Nehmé permet de deviner quel traitement ces cachottiers de Tariq Ramadan et Tareq Oubrou réserveraient aux « mécréants » français si ceux-ci tombaient entre leurs mains. Ils y font allusion de temps en temps. Mais ils sont tellement habiles à citer des textes gentils, que les gens ne remarquent rien, faute de connaître les textes. Ce livre leur démasque les tricheries de ces trois menteurs dans leur manière de présenter l’islam, le Coran et leur prophète à un public non éclairé.
----------------------------
(1) - LES LIVRES de Natacha POLONY:
"Le pire est de plus en plus sûr: Enquête sur l'école de demain" – 31 août 2011
« Septembre 2020 : Hugo entre en 6ème. Il vient de fêter ses onze ans, mais il n’y a là rien d’impressionnant. Pas de passage de l’école primaire au collège, pas de multiplication des professeurs en fonction des matières. En fait, l’école a tant changé que son organisation n’a plus rien à voir avec ce qu’a pu connaître Victor, son frère aîné, qui vient d’obtenir le baccalauréat sur la base du contrôle continu. Encore moins avec ce qu’ont connu ses parents, qui ont fréquenté le collège entre 1985 et 1989. D’ailleurs, eux sont un peu perdus : l’école du « socle commun » commence désormais à cinq ans et se poursuit jusqu’à seize ans dans la même structure. La seule chose que savent ces parents inquiets, c’est qu’il faut s’y prendre très tôt pour inscrire son enfant dans les meilleures écoles, tant les différences entre établissements sont désormais un fait acquis. Plus question de laisser son enfant dans l’école du quartier sous prétexte que c’est plus pratique. La réussite se prépare tôt. Mais elle coûte cher… »
Fiction provocante ? Non. La logique des réformes, anciennes et récentes, travaille déjà à la reconfiguration de l’institution scolaire, mais qui veut l’admettre ? C’est par ce récit d’anticipation fondé sur les réformes en cours et les programmes politiques des différents partis que Natacha Polony nous ouvre les yeux. Le pire est de plus en plus sûr, nous sommes déjà dans l’école d’après l’école de la République, celle des gestionnaires qui méprisent l’enseignement. Les vieilles querelles françaises sur les méthodes et les programmes sont désormais caduques, remplacées par une vulgate internationale préoccupée de performance immédiate et peu soucieuse des risques de délitement de la Nation. Il est encore temps de prendre conscience de la grande transformation en cours et de mettre en place des contre-feux.
----------------------------
"M(me) le président, si vous osiez... : 15 mesures pour sauver l'école" – 28 février 2007
" Toutes les familles partagent une vive inquiétude pour l'avenir de leurs enfants : l'école ne remplit plus sa mission d'enseignement, elle produit même une forme d'ignorance. Les parents ne sont pas dupes. Désormais, leur confiance en l' "organe de la République" est entamée. Depuis plus d'une dizaine d'années, le diagnostic des graves échecs de l'école a été posé, notamment par des enseignants dissidents de l'Education nationale. Depuis trop longtemps, rien n'a été entrepris qui soit venu freiner la dégradation. M(me) le Président, vous qui arrivez à l'Elysée dans l'euphorie d'une nouvelle mandature, ne gâchez pas la chance qui nous est offerte à tous. Parez au plus pressé, remédiez à la situation qui affecte et préoccupe l'ensemble des Français, osez prendre une série de mesures pour l'école. Il est temps, non pas de concocter un énième programme, mais de définir le sens de la remise en marche de l'institution scolaire. Vous savez bien que vous ne pouvez, comme vos prédécesseurs, laisser passer cet "état de grâce" qui vous donne la légitimité d'agir. Vous ne pouvez trahir les aspirations des Français. La France, son peuple, l'Histoire ne vous le pardonneraient pas. " N.P.
--------------------------------------
LES LIVRES DE PASCAL BONIFACE
"Les pompiers pyromanes" – 11 juin 2015
Les dernières décennies en France sont marquées par un retour sur le devant de la scène de l'antisémitisme et de l'islamophobie : les Juifs et musulmans français ont peur pour les uns et sont de plus en plus discriminés pour les autres. 
Comment et pourquoi en sommes-nous arrivés là ? 
Si de nombreux faits divers, les affaires Merah et Charlie Hebdo émeuvent l'opinion publique, le problème de fond ne vient-il pas du traitement que font médias et intellectuels de ces évènements nauséabonds ? 
Dans un petit monde où l'entre-soi est de rigueur, dans lequel la course à l'information exclusive (vérifiée ou non) est une finalité, la rationalité et l'objectivité ne sont plus de la partie. Certains intellectuels ou pseudo-intellectuels prennent systématiquement la place de véritables experts sur tous les sujets parce qu'ils sont connus et donc bankables... Les BHL, Caroline Fourest, Alain Finkielkraut, Alain Soral, Dieudonné et autres se montent en épingle les uns les autres à tort et à travers pour monopoliser l'attention et le temps de parole. Face à eux, aucun droit de réponse possible, ils sont aux manettes de l'intrumentalisation générale de la société. Ce texte choc, aussi pragmatique que rationnel fait un état des lieux révoltant de ce tout petit monde. 
---------------------------
"Est-il permis de critiquer Israël ?" – 24 avril 2003
Spécialiste des relations internationales, Pascal Boniface met au jour une réalité singulière: l'impossibilité de critiquer le gouvernement Sharon sans encourir les accusations les plus extravagantes et des mesures de rétorsion qui s'apparentent au terrorisme intellectuel. Alors même que les juifs de France sont divers, que beaucoup d'entre eux critiquent le gouvernement actuel d'Israël et se rattachent au parti de la paix, la droite et l'extrême droite ont lancé sur la "communauté" une OPA intolérante visant à rallier, selon une logique strictement communautariste, tous les juifs français à un soutien inconditionnel envers la politique de la droite israélienne. Dès lors, toute critique de cette politique, toute tentative de traiter du conflit du Proche-Orient selon des critères universels, non communautaires, est assimilée à une volonté de détruire Israël et à une position antisémite. Ce sectarisme bruyant et organisé qui prétend prendre les juifs de France en otages pour en faire des simples courroies de transmission de la politique Sharon a trois inconvénients: il tend à disqualifier toute argumentation qui viserait à donner du conflit une vision plus équilibrée qui ferait droit aux revendications des Palestiniens; il fait peser une pression indue sur la politique étrangère de la France et sur l'évolution du débat public relatif au Proche-Orient en France; il accentue par sa violence verbale les tendances communautaires qui travaillent la société française. Auteur, en avril 2001, d'une note qui va être jugée explosive sur le conflit israélo-palestinien à l'intention du PS, Pascal Boniface a été lui-même victime d'une véritable campagne organisée. Il analyse ici le mécanisme dangereux, la "fatwa", dont il a été l'objet. Mais surtout il donne, sur le conflit du Proche-Orient, des informations et des réflexions propres à rétablir une vision équilibrée sans laquelle aucune négociation de paix ne sera possible. Il met également en lumière les risques d'importation en France du conflit du Proche-Orient.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire